Vaccins et rappels COVID chez les femmes enceintes : ce que disent les données d'une étude menée dans 18 pays

Une nouvelle étude, qui a été menée dans 18 pays, a détecté l'importance de la vaccination contre le COVID chez les femmes enceintes pour prévenir les maladies graves et la mort / REUTERS/Hannah Beier/File Photo

Depuis que le SRAS-CoV-2 est devenu une pandémie, les femmes enceintes étaient considérées comme un groupe à risque pour l'infection. La raison, en mots plus ou moins, sont les modifications apportées par le corps de la mère pour permettre la croissance du bébé et éviter le rejet fœtal. Au fur et à mesure que le COVID progressait à travers la planète et que des vaccins étaient développés, des dizaines de spéculations ont surgi sur le comportement que les femmes enceintes devraient adopter. Cependant, c'est la science qui a mis le microscope et a commencé à démêler cette situation.

Pour des raisons logiques, mener des études avec un grand nombre de participants a été l'un des premiers problèmes. Ils n'ont que 9 mois pour analyser n'importe quel comportement et, de plus, ce sont de petits groupes de population par rapport à la population générale. Même la dynamique du SRAS-CoV-2 lui-même, qui a généré des variantes et des sous-variantes, a causé un obstacle supplémentaire.

Or, une étude récente publiée dans The Lancet et menée dans 18 pays (41 centres de santé) a non seulement mis en garde contre un risque accru de complications d'Omicron chez les femmes enceintes, mais a également évalué la protection des vaccins , analysant leur efficacité en fonction de la plate-forme, et l'importance d'une vaccination complète (y compris les rappels).

Pour déterminer l'impact d'Omicron, les scientifiques ont analysé les femmes enceintes infectées et celles qui n'ont pas contracté le virus/REUTERS/Callaghan O'Hare

"Cette étude est la deuxième de cette série", a expliqué à Infobae le Dr José Villar , auteur principal des travaux et professeur de médecine périnatale au département des femmes de l'Université d'Oxford. Cet Argentin, qui travaille au Royaume-Uni, était aussi à la tête d'un autre poste important. En fait, il a été le premier à mesurer à grande échelle l'impact du SRAS-CoV-2 sur les femmes enceintes.

« En mars 2020, nous avons décidé que l'effet du COVID sur la grossesse devait être étudié, car les femmes enceintes ne voulaient pas être vaccinées. Mais les femmes enceintes sont vaccinées contre des virus et des plateformes similaires. Comme nous n'avons pas trouvé cette information, nous avons décidé que nous devions faire une seule étude mondiale pour répondre à cette question », a-t-il déclaré.

Cette première étude a été publiée dans JAMA en 2021. Selon le document, les experts ont pu détecter que «les femmes diagnostiquées avec COVID-19 avaient un risque plus élevé d'un indice composite de morbidité et de mortalité maternelles . Les nouveau-nés de femmes diagnostiquées avec COVID-19 avaient un taux significativement plus élevé de morbidité néonatale sévère et de morbidité et mortalité périnatales par rapport aux nouveau-nés de femmes sans diagnostic de COVID-19″.

Dans leurs premiers travaux, l'équipe dirigée par Villar a réussi à déterminer qu'il y avait un plus grand risque pour les nouveau-nés de mères positives pour COVID / REUTERS/Luis Cortes

Désormais, les résultats indiquent également un risque accru de maladies graves et de complications pendant la grossesse et l'accouchement face à l'infection à Omicron , mais mettent en garde contre la protection fournie par les vaccins de rappel dans ce scénario.

« En février 2022, avec Omicron comme variante prédominante, nous avons décidé de répéter cette étude multicentrique et de répondre à quel point Omicron était maintenant mauvais, provoquant plus d'infections mais moins de décès. De plus, nous voulions connaître l'effet des vaccins, notamment pour fournir des informations scientifiques et contrer les avis contradictoires qui circulent souvent », a expliqué Villar.

Comme il l'a expliqué, pour obtenir ces informations, INTERCOVID 2022 (le nom qu'ils ont donné à la recherche) devait être réalisée comme "une grande étude décisive pour l'étudier dans les mêmes pays et régions que nous avions utilisés pour les travaux précédents". Au total, il y avait 41 hôpitaux, de 18 pays : Argentine, Brésil, Égypte, France, Indonésie, Israël, Italie, Japon, Mexique, Nigéria, Macédoine du Nord, Pakistan, Espagne, Suisse, Turquie, Royaume-Uni, Uruguay et États-Unis. États.

Les experts ont analysé les femmes enceintes et les ont suivies, ainsi que leurs enfants, jusqu'à la sortie médicale / (Getty)

Le plan de travail a établi que pour chaque femme enceinte atteinte de COVID, deux autres présentant des caractéristiques similaires mais sans infection devaient être analysées. "Il s'agissait d'une étude de cohorte prospective, observationnelle", explique le document.

"En février, nous avons lancé cette étude à partir de notre réseau de l'Université d'Oxford et nous avons eu beaucoup de soutien. En Argentine, nous avons eu beaucoup de chance que les grandes maternités de Buenos Aires et de l'intérieur nous rejoignent. Nous coordonnons toutes les activités et nous avons le soutien des autorités nationales et provinciales pour le mener à bien. Cela a été fait à la maternité de Sardá, à l'hôpital de Posadas, à l'hôpital suisse-argentin, au sanatorium d'Otamendi, à l'hôpital italien, à un hôpital à Córdoba et un autre à Tucumán. Cela a duré de février à juin 2022", a déclaré Villar.

Les données étaient convaincantes, " la variante COVID-19 Omicron pendant la grossesse était associée à des risques accrus de morbidité maternelle , de complications graves de la grossesse et d'hospitalisation, en particulier chez les femmes symptomatiques et non vaccinées".

Selon les experts, la vaccination est essentielle pour prévenir les maladies graves et les décès chez les femmes enceintes / Behrouz Mehri/Pool via REUTERS/File

Ils ont également averti que le "risque de prééclampsie chez les femmes présentant des symptômes graves . Les femmes obèses/en surpoids présentant des symptômes graves présentaient le risque le plus élevé de morbidité maternelle et de complications graves.

En revanche, les scientifiques ont noté que "les femmes vaccinées étaient bien protégées contre les symptômes graves et les complications du COVID-19 et avaient un très faible risque d'admission dans une unité de soins intensifs". « La prévention des symptômes graves et des complications du COVID-19 nécessite que les femmes soient complètement vaccinées , de préférence également avec une dose de rappel », indique la lettre.

"Nous avons pu quantifier de manière claire et robuste, d'un point de vue statistique, l'effet positif des vaccins, qui était une situation qui n'était pas claire, et l'absence d'effets négatifs de la vaccination chez les femmes enceintes", a déclaré Villar. expliqué. « Cette étude a la force du nombre de cas pour pouvoir répondre à la question », a-t-il fait remarquer.

Le scientifique argentin José Villar a dirigé ce travail impressionnant / Crédit : Avec l'aimable autorisation de l'Université d'Oxford

Au total, 4 618 femmes enceintes se sont inscrites à l'étude. Parmi ceux-ci, 1 545 ont été diagnostiqués avec la variante et 3 073 n'étaient pas infectés. "Il y a eu 4 mois de collecte de données et un très gros effort conjoint", a déclaré l'expert à Infobae .

« Il est important que les femmes enceintes ou celles qui envisagent de devenir enceintes complètent leur calendrier de vaccination et appliquent les rappels. Il est vrai que cette variante est moins agressive et moins symptomatique, mais entre 4 et 7 % de la population non vaccinée présente des symptômes et des complications sévères, avec des personnes admises en réanimation ou référées à d'autres niveaux de soins. Ce n'est pas une maladie banale », a-t-il souligné.

Sur ce ton, Villar a réitéré : « Le renforcement est important et nécessaire, et cette variation l'exige . De plus, cela doit être fait dans les 10 mois suivant la dernière dose du cycle commun, et il n'y a vraiment pas de grande différence entre les plateformes vaccinales.

Les experts ont pu déterminer l'efficacité de tous les vaccins appliqués et ont souligné qu'ils offrent tous une protection aux femmes enceintes contre les maladies graves et la mort / Getty

Les travaux ont également mis l'accent sur ce point : l'efficacité des différentes plateformes vaccinales contre l'infection et le développement de la maladie. « Les vaccins à ARNm ont été plus efficaces pour prévenir les symptômes et les complications graves du COVID-19, bien que les vaccins à vecteurs viraux avec un boost aient également fourni une protection adéquate », assurent-ils dans l'enquête.

Pour ce travail, trois types de plateforme vaccinale contre le SARS-CoV-2 ont été pris en compte. Ceux des ARN messagers sont ceux qui montrent les développements de Pfizer et Moderna. Les vecteurs viraux les plus connus sont AstraZeneca, Spoutnik V et Janssen. Enfin, les virus inactivés les plus nommés sont Sinopharm et Coronavac.

Selon l'article, « l'efficacité du vaccin a augmenté contre les maladies graves de 48 % après un régime complet (deux doses) et de 76 % après un rappel ». "Dans les analyses stratifiées par type de vaccin, les vaccins de rappel d'ARNm ont été très efficaces pour prévenir les maladies graves (efficacité du vaccin de 81%)", indique le document.

En l'absence d'informations sur le comportement d'Ómicron chez les femmes enceintes, les scientifiques, dirigés par l'Argentin Villar, ont mené une étude approfondie / Getty

De plus, il ajoute que "l'efficacité du vaccin pour les maladies graves était de 60% chez les femmes complètement immunisées avec des vaccins à vecteurs viraux et de 49% chez les femmes qui avaient reçu des rappels de vecteurs viraux". Parmi ceux qui ont été complètement immunisés avec des vaccins à virus inactivé, l'efficacité du vaccin pour les maladies graves était de 8 %. »

"Pour les femmes diagnostiquées avec COVID-19, l'efficacité de tous les vaccins combinés pour les femmes suivant un régime complet était de 74% (IC à 95% 48-87) et de 91% (65-98) après une dose de renforcement", souligne la lettre. .

Selon les mots de Villar, « il n'y a vraiment pas une grande différence entre eux, bien que les vaccins les plus modernes soient toujours les plus efficaces , pas une grande différence avec les plus traditionnels. C'est très motivant car dans les endroits où il n'y a plus de vaccins modernes disponibles, cela indique que l'application du rappel avec n'importe qui est importante ».

Villar, en dialogue avec Infobae, a assuré que les femmes enceintes devraient être vaccinées avec les vaccinations actuellement appliquées, toutes montrent une protection contre le développement du COVID / REUTERS / Hannah Beier / File

"En ce moment, vraiment, il n'y a pas de problème de disponibilité des vaccins, comme c'était le cas au début de la pandémie. La grande majorité des pays disposent de vaccins et ceux actuellement utilisés sont utiles et efficaces. L'objectif fondamental est désormais la vaccination de rappel chez toutes les femmes enceintes, nos données indiquent qu'elles sont efficaces et ne présentent pas de complication. Nous l'avons démontré dans le monde entier. Il existe des vaccins, et tous ceux qui sont disponibles sont efficaces », a souligné Villar.

De son côté, Aris Papageorghiou , professeur de médecine fœtale à l'université d'Oxford et co-directeur des travaux, a ajouté : "Bien que la variante Omicron puisse être moins nocive que les précédentes dans la population générale, la grande proportion de femmes enceintes non vaccinées femmes dans le monde entier est toujours exposée à un risque important. Puisqu'il est impossible de prédire qui développera des symptômes graves ou des complications, une vaccination complète universelle est requise. Malheureusement, la couverture vaccinale complète chez les femmes enceintes reste insuffisante , même dans les pays développés.

Comme l'a dit l'expert argentin à Infobae, dans les prochains mois, une étude sera publiée, avec des caractéristiques similaires, mais chez les nouveau-nés / REUTERS/Hannah McKay/Pool

D'autre part, dans quelques mois, comme l'a dit Villar à Infobae , un travail aux caractéristiques similaires sera présenté chez les nouveau-nés. « Nous les avons étudiés mais nous n'avons pas encore analysé les données. C'est vrai qu'il y a une augmentation des mères positives avec des enfants positifs, mais les causes sont multiples et que ce virus a une forte infectiosité".

« Il est crucial que les normes soient maintenues et que l'allaitement maternel soit également maintenu. Les normes de soins qui avaient été établies dans la pandémie, comme l'hygiène et le port d'un masque au moment de l'allaitement, doivent être maintenues. Mais, en aucun cas, il n'est indiqué de couper l'allaitement », a déclaré l'expert argentin.

Et il a conclu : « En résumé, le vaccin ne prévient pas la contagion, mais il prévient les complications graves et la mort. C'est pourquoi il est important d'insister un peu pour que non seulement les femmes enceintes, mais aussi celles qui envisagent de devenir enceintes aient le calendrier de vaccination complet. De plus, elles doivent être évaluées lors du premier examen prénatal et être conseillées sur la manière de compléter la vaccination."

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 06:00

Qu'arrive-t-il au cœur avant l'impact de la variante Omicron du coronavirus

L'humanité traverse la quatrième année de la pandémie de coronavirus . Depuis plus d'un an maintenant, la variante du virus Omicron et ses...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

Le comité d'experts de la FDA a recommandé que tous les vaccins et rappels contre le COVID-19 soient bivalents

C'est peut-être une décision qui reflète un tournant dans la pandémie. Ce qu'on appelle un avant et un après. Et c'est une décision unanime...

Lire l'article

27.01.2023, 19:00

Premier anniversaire de la mort de Diego Verdaguer: ils ont sorti une version cumbia de "Viens, viens, la vie s'en va"

C'était le 27 janvier 2022 lorsque l'auteur-compositeur-interprète argentin qui a conquis le cœur des Mexicains avec ses succès musicaux et...

Lire l'article

27.01.2023, 14:50

Un Comité de l’OMS doit statuer sur la gravité de la pandémie de Covid-19

La pandémie de Covid-19 est-elle encore assez grave pour mériter le niveau d’alerte maximal de l’OMS ? Le comité d’urgence sur le Covid-19 de...

Lire l'article

27.01.2023, 12:22

Le Japon va lever sa recommandation de porter le masque

Le gouvernement japonais va lever sa recommandation de porter le masque à l’intérieur et abaisser sa classification médicale du Covid-19, a annoncé...

Lire l'article

27.01.2023, 10:00

L'OMS se réunit pour déterminer si le COVID-19 continue de constituer une urgence de santé publique

L' Organisation mondiale de la santé (OMS) a convoqué ce vendredi la 14e réunion du Comité d'urgence pour la pandémie de COVID-19 , où, comme...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus