Vaccins COVID bivalents : détails du début de la mise en œuvre à l'échelle nationale

Dès le mardi 24, les vaccins bivalents contre le COVID-19 commenceront à être distribués de la Nation aux 24 juridictions d'Argentine (REUTERS/Eric Gaillard)

Ce mardi 24 janvier, des doses de vaccins bivalents ou bivariés contre le COVID-19 vont commencer à être distribuées en Argentine . Le ministère national de la santé les enverra aux 24 juridictions et ils seront appliqués dans le cadre du plan stratégique de vaccination, qui comprenait déjà des vaccins développés sur la base de différentes plateformes.

Les autorités sanitaires ont reçu une première livraison de 901 440 doses de vaccins bivariés Pfizer/BioNTech. Une deuxième livraison comprend 1 100 160 doses de vaccin bivarié des mêmes fabricants. A partir de demain , la distribution de 900 000 doses de vaccins bivalents débutera dans tout le pays.

Concernant le démarrage de l'application, des sources du portefeuille national de la Santé ont indiqué qu'il se fera à partir des prochaines semaines selon les plans stratégiques de chacune des juridictions, rapporte le portefeuille national de la Santé.

Lorsque les autorités sanitaires de la province de Buenos Aires et de la ville de Buenos Aires ont été consultées, il a été signalé qu'elles ne disposaient toujours pas de la date d'application, puisqu'elles attendraient d'abord l'arrivée des doses.

Dans d'autres districts, comme Salta , par exemple, le ministère provincial de la Santé a indiqué qu'il recevrait cette semaine un lot de plus de 28 000 doses de vaccins bivalents contre le COVID-19, fabriqués par le laboratoire Pfizer. Ces premières doses seront distribuées dans toutes les zones opérationnelles, en tant que stratégie de réponse à la pandémie qui a débuté en mars 2020.

Une déclaration similaire a été faite par les autorités de Mendoza, indiquant qu'elles attendent que la Nation respecte les délais fixés pour faire l'annonce officielle du début de la candidature.

Pour sa part, à Santa Fe , la ministre provinciale de la Santé, Sonia Martorano, a déclaré que ce mardi la distribution commencera dans tout le pays et que plus de 79 000 doses arriveront dans la province, mais a averti qu'il n'a pas encore été défini ce que le la distribution sera comme l'application. Il a expliqué qu'en raison du besoin de froid des bivalents, la distribution ne sera pas "si rapide". Les vaccins bivalents sont déjà arrivés en Argentine et la distribution des doses devrait commencer ce mardi. La ministre de la Santé de Santa Fe, Sonia Martorano , a confirmé que plus de 79 000 doses arriveront dans la province, mais a averti qu'il n'est pas encore défini à quoi ressemblera l'application. De plus, il a prévenu qu'en raison de l'exigence de froid des bivalents, la distribution ne sera pas "si rapide". Cependant, il a assuré que cela commencera cette semaine.

Dans le cas du Chaco , "les 23 000 premières doses que la Nation envoie à la province arriveront au cours de la semaine à venir", a déclaré le Dr María Laura Lescano, chef du département des vaccinations du ministère de la Santé de la province du Chaco. dit vendredi. . Les vaccins seront distribués dans toute la province.

En revanche, dès le 6 février prochain, des vaccins bivalents seront reçus de la société de biotechnologie Moderna , selon le docteur Vizzotti.

Les doses de vaccin «bivalent» ou «bivarié» ont des composants contre le virus parent qui cause le COVID-19 et contre les lignées variantes Omicron BA.4 et BA.5 . La date exacte à laquelle chaque juridiction commencera à les appliquer n'est pas encore définie .

Comme l'a rapporté la ministre de la Santé de la Nation, Carla Vizzotti , les deux vaccins bivalents développés par la société Pfizer / BioNTech et Moderna seront appliqués.

Les bivalents ont été développés sur des plateformes d'ARN messager par les sociétés Pfizer/BioNTech et Moderna

Les bivalents sont autorisés pour différents âges. Dans le cas des doses bivariées du laboratoire Pfizer/BioNtech , elles sont autorisées en population générale à partir de 12 ans . Dans le cas des vaccins bivariés du laboratoire Moderna , ils sont autorisés en population générale à partir de 6 ans .

Pour obtenir l'autorisation de leur utilisation, des essais cliniques ont été menés qui ont évalué les vaccins bivalents. Ces essais ont démontré qu'ils sont sûrs et efficaces pour fournir une protection contre les hospitalisations, les complications et les décès contre toutes les variantes en circulation, comme l'explique le portefeuille Santé.

Depuis décembre 2020, l'Argentine applique des doses monovalentes : elles contenaient une protection contre la souche ancestrale du coronavirus qui a été détectée en Chine en 2020. Ces doses offrent également une protection pour réduire le risque de complications et de décès si une personne contracte l'infection par le coronavirus. Dans le cas des bivalents, une protection spécifique contre Omicron BA.4 et BA.5 est ajoutée.

En Argentine depuis décembre 2020, des vaccins monovalents sont appliqués. Ils offrent une protection pour réduire les complications et les décès dus au coronavirus (EFE/Juan Ignacio Roncoroni)

Au cours des prochaines semaines, l'application de doses monovalentes, qui restent en stock en province, et de doses bivalentes vont coexister . "Ceux qui ont été vaccinés hier avec le vaccin monovalent, savent qu'ils sont protégés et qu'il est très important de ne pas avoir perdu de temps à recevoir cette dose. Le vaccin qui fonctionne le mieux est celui qui est appliqué le plus tôt possible et sans perdre d'opportunités », a précisé Vizzotti lors d'une conférence de presse la semaine dernière.

La recommandation est que les personnes qui ont reçu leur dernière dose de vaccin COVID il y a plus de quatre mois devraient opter pour un rappel. Peu importe qu'il s'agisse de la première, de la deuxième, de la troisième ou même de la deuxième dose pour compléter le régime primaire. Il est très important d'avoir une couverture vaccinale car il y a encore une transmission communautaire du coronavirus dans le pays.

Du portefeuille de la santé, ils ont souligné que «tous les vaccins, qu'ils soient monovariés ou bivariés, sont efficaces pour éviter les hospitalisations et les décès. Par conséquent, ils seront co-administrés et celui qui est disponible à ce moment-là sera donné à chaque vaccination ».

Aujourd'hui, la recommandation est que les personnes qui ont reçu leur dernière dose de vaccin COVID il y a plus de quatre mois devraient opter pour un rappel. Ou compléter le plan principal s'ils ne l'ont pas déjà fait

Les doses bivalentes Pfizer/BioNTech et Moderna sont des vaccins à ARN messager. Et les doses monovalentes de ces laboratoires ont déjà été appliquées en Argentine avec des vaccins fabriqués sur la base d'autres types de plateformes.

Pour les personnes ayant eu des réactions allergiques à des doses de vaccins à ARN messager, le portefeuille Santé prévoit d'appliquer des vaccins Spoutnik Composant I. La confirmation de l'arrivée de 500 000 doses de Spoutnik Composant 1 est attendue, selon Vizzotti.

Au Chili, les bivalents sont appliqués depuis le 16 janvier pour la prévention du COVID (REUTERS/Rodrigo Garrido)

Dans la région, plusieurs pays ont déjà commencé à proposer à leur population des vaccins bivalents. Au Chili, depuis le 16 janvier, il est accessible à toutes les personnes de plus de 50 ans et à des groupes tels que les enseignants et les personnes immunodéprimées.

Au Brésil , elles sont appliquées à partir de décembre aux personnes de plus de 14 ans. Les bivalents sont également appliqués au Pérou et au Panama.

En Israël, une étude a révélé que des doses bivalentes réduisaient drastiquement les hospitalisations chez les patients âgés (REUTERS/Ammar Awad)

Il y a quelques jours, les résultats d'une étude scientifique en Israël ont été publiés. Là, le rappel a été appliqué avec des doses bivalentes ou bivariées de Pfizer/BioNTech. Ce travail a révélé que les doses réduisaient considérablement les hospitalisations chez les patients âgés. C'est l'un des premiers tests de l'efficacité des bivalents dans le monde réel.

L'étude a été menée par des chercheurs de Clalit, de l'Université Ben Gourion du Néguev et du Collège Sapir, et n'a pas encore été évaluée par des pairs. L'étude a été menée de fin septembre à mi-décembre et a porté sur 622 701 personnes de plus de 65 ans éligibles au rappel bivalent. Parmi ceux-ci, 85 314, soit 14 %, l'avaient reçu.

Une réduction de 81% des hospitalisations a été constatée chez les personnes de 65 ans et plus qui avaient reçu le rappel par rapport à celles qui avaient déjà reçu au moins deux vaccins COVID, mais pas le vaccin bivalent, a rapporté Reuters.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 06:00

Qu'arrive-t-il au cœur avant l'impact de la variante Omicron du coronavirus

L'humanité traverse la quatrième année de la pandémie de coronavirus . Depuis plus d'un an maintenant, la variante du virus Omicron et ses...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

Le comité d'experts de la FDA a recommandé que tous les vaccins et rappels contre le COVID-19 soient bivalents

C'est peut-être une décision qui reflète un tournant dans la pandémie. Ce qu'on appelle un avant et un après. Et c'est une décision unanime...

Lire l'article

27.01.2023, 19:00

Premier anniversaire de la mort de Diego Verdaguer: ils ont sorti une version cumbia de "Viens, viens, la vie s'en va"

C'était le 27 janvier 2022 lorsque l'auteur-compositeur-interprète argentin qui a conquis le cœur des Mexicains avec ses succès musicaux et...

Lire l'article

27.01.2023, 14:50

Un Comité de l’OMS doit statuer sur la gravité de la pandémie de Covid-19

La pandémie de Covid-19 est-elle encore assez grave pour mériter le niveau d’alerte maximal de l’OMS ? Le comité d’urgence sur le Covid-19 de...

Lire l'article

27.01.2023, 12:22

Le Japon va lever sa recommandation de porter le masque

Le gouvernement japonais va lever sa recommandation de porter le masque à l’intérieur et abaisser sa classification médicale du Covid-19, a annoncé...

Lire l'article

27.01.2023, 10:00

L'OMS se réunit pour déterminer si le COVID-19 continue de constituer une urgence de santé publique

L' Organisation mondiale de la santé (OMS) a convoqué ce vendredi la 14e réunion du Comité d'urgence pour la pandémie de COVID-19 , où, comme...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus