Vaccins bivalents et monovalents contre la COVID : lesquels sont appliqués en Argentine et ce que recommandent les experts

Alors que le monde est toujours dans l’ombre du coronavirus, les spécialistes insistent sur la nécessité de rester protégés avec des doses de rappel, notamment pour les personnes âgées et celles souffrant de maladies préexistantes (Getty)

Il y a quatre ans , le virus SARS-CoV-2, jusqu'alors inconnu, à l'origine du COVID-19 , a paralysé la population mondiale et déclenché la pandémie qui s'est propagée sur toute la planète. Cela semble être un passé très lointain, mais le coronavirus ne nous a pas abandonnés et circule toujours dans le monde. De plus, il a évolué à travers le variant Omicron et ses différentes sous-lignées, capables de se propager facilement pour survivre tout ce temps.

Les vaccins constituent l’outil scientifique le plus puissant pour ralentir la propagation du virus et prévenir les hospitalisations. Les vaccins bivalents contre la COVID – qui ont commencé à être distribués en Argentine début 2023 et sont toujours appliqués dans les centres de vaccination – ont été conçus en 2022 pour immuniser contre la souche ancestrale du coronavirus (celle identifiée à Wuhan en 2020) et la variante Omicron.

Connues sous le nom de monovalents XBB , les formulations d'ARNm mises à jour sont appliquées en Europe et aux États-Unis et sont celles actuellement recommandées par l'Organisation mondiale de la santé ( OMS ) . Dans le même sens, les Centers for Disease Prevention and Control ( CDC ) conseillent de recevoir des doses mises à jour de Pfizer/BioNTech, Moderna ou Novavax (les trois laboratoires qui les distribuent aux États-Unis) pour éviter une infection grave au COVID.

En Argentine, les formulations monovalentes - approuvées depuis plusieurs mois par la FDA aux États-Unis et par l'agence de régulation européenne - sont en cours d'autorisation. dans l'Administration Nationale du Médicament, de l'Alimentation et de la Technologie Médicale ( ANMAT ). Consulté par Infobae , le Ministère de la Santé de la Nation n'a pas prévu quand ils pourraient être disponibles pour être appliqués dans les centres de vaccination.

La vaccination est l'outil le plus efficace pour lutter contre les formes graves de COVID-19 et éviter les hospitalisations (Illustrative Image Infobae)

Dans notre pays, au cours des quatre dernières semaines , il y a eu une augmentation notable des nouvelles infections à coronavirus, selon les données du ministère national de la Santé. Cela se traduit par le nombre de cas hebdomadaires , qui dépasse les 2.700 , mais aussi par le pourcentage de positivité, qui s'élève à 25%, dépassant les 10% pour la première fois depuis septembre 2023.

Malgré cette forte augmentation des cas , étroitement liée à la faible couverture vaccinale , il existe un Un grand pourcentage de la population n’a pas encore reçu de doses de rappel pour maintenir sa protection contre les formes graves de la maladie.

C'est pourquoi les experts en maladies infectieuses consultés par Infobae soulignent l'importance d'être à jour avec les renforts COVID, principalement pour faire face à l'automne et à l'hiver austral qui approchent, une période où tous les virus respiratoires circulent avec une plus grande intensité.

Différences entre les vaccins monovalents et bivalents

Les vaccins les plus récents contre le coronavirus sont les doses monovalentes basées sur la plateforme d'ARN messager , les laboratoires Pfizer et Moderna les ont conçus l'année dernière pour apprendre à l'organisme à combattre la sous-variante XBB.1.5 Ómicron et dans la même formule ils ont également prévenir contre les lignées précédentes du virus.

La date exacte à laquelle les vaccins monovalents seront disponibles en Argentine n'est pas encore connue, mais les infectologues recommandent de se faire vacciner avec les doses disponibles (Illustrative Image Infobae)

La Food and Drug Administration ( FDA ) des États-Unis prévoyait que la composition des vaccins contre la COVID pourrait devoir être mise à jour chaque année à l'avenir, comme c'est le cas pour le vaccin contre la grippe, qui est renouvelé chaque saison.

Consulté par Infobae , le Dr Daniel Stecher , chef de la Division des maladies infectieuses de l'hôpital de cliniques « José de San Martín » , a expliqué que les vaccins monovalents actuellement utilisés ont la structure du virus XBB 1.5 : « La recommandation pour leur utilisation est basée sur une plus grande réponse immunitaire mesurée par les anticorps.

"Cependant, l'OMS reconnaît également que les mécanismes de l'immunité sont divers et ne se limitent pas seulement à cette réponse en anticorps neutralisants et que les vaccins bivalents continuent d'être utiles et peuvent être utilisés car ils réduisent l'impact de la maladie avec moins de gravité, les hospitalisations. et la mortalité », a déclaré le médecin spécialiste des maladies infectieuses, estimant qu'il est très probable que « dans les mois à venir, des produits monovalents seront disponibles en Argentine. Quoi qu’il en soit, les vaccins bivariés actuellement disponibles restent efficaces.

Du point de vue de l'infectologue Silvia González Ayala , présidente de la Société argentine d'infectologie pédiatrique (SADIP), « la décision est d'utiliser le vaccin bivalent jusqu'à épuisement des doses. En tout cas, c'est quelque chose qui viendra par décantation. Le vaccin monovalent XBB est utilisé dans l’hémisphère nord dans les principaux pays depuis la mi-septembre 2023 et est le vaccin recommandé par l’Organisation mondiale de la santé.

La faible couverture vaccinale contre le COVID en Argentine et dans le monde est à l'origine de la croissance mondiale des infections (Illustrative Image Infobae)

« Jusqu'à présent, les pays du Cône Sud qui ont acheté le vaccin sont le Chili, l'Uruguay et le Pérou, qui le disposeront à partir de mars. En Argentine, il n'y a pas encore de nouvelles officielles (sur le moment où les monovalents seront appliqués), mais cela arrivera sûrement dans les mois à venir, lorsque les doses de bivalents seront terminées et achetées à nouveau, et les laboratoires ne seront que produisant les monovalents mis à jour », a ajouté González Ayala à Infobae .

« Bien que les nouveaux vaccins monovalents de la plateforme à ARN messager ne soient pas disponibles dans le pays, les gens devraient être vaccinés avec les vaccins bivalents disponibles. Il est important qu'ils le fassent annuellement avec un rappel et s'ils ont plus de 50 ans ou ont des comorbidités, il faut qu'ils le fassent tous les 6 mois . Il est essentiel de le faire face à l'augmentation significative des cas enregistrés dans le pays ces dernières semaines », a déclaré le Dr Ricardo Teijeiro (MN 58065), médecin infectiologue à l'hôpital de Pirovano et membre de la Société argentine d'infectologie ( SADI), a expliqué à Infobae .

« Nous sommes actuellement confrontés à une épidémie importante de cas de COVID, qui génèrent heureusement des cas bénins de la maladie. Mais une augmentation est attendue pour l'automne et l'hiver. De plus, cette année, le coronavirus circulera avec d’autres virus comme la grippe, le respiratoire syncytial et le pneumocoque. C’est pourquoi le vaccin est important », a souligné le spécialiste.

Par ailleurs, Stecher a souligné que l’augmentation actuelle du nombre de cas de COVID est due, entre autres facteurs, à la faible couverture vaccinale de la population. « De plus, des cas graves avec hospitalisation et mortalité surviennent chez des personnes vaccinées de manière incomplète ou non vaccinées. Il est essentiel de promouvoir l’importance de la vaccination en tant que stratégie préventive .

Le CDC américain recommande des vaccins COVID-19 mis à jour pour 2023-2024 afin d'éviter de tomber gravement malade à cause du COVID-19 (REUTERS/Francis Mascarenhas)

En ce sens, le Dr Gerardo Laube (MN 51819), médecin spécialiste des maladies infectieuses et professeur à la Faculté de médecine de la Fondation Barceló, a convenu avec Infobae combien il est important que les gens se fassent vacciner, indépendamment du fait que les souches qui circulent dans le monde soient ou non. ne sont pas ceux que nous avons actuellement dans les vaccins disponibles dans le pays, car les formulations les plus récentes « mettent généralement du temps à arriver ».

Le spécialiste a souligné que cela ressemble à ce qui se passe avec le virus de la grippe , qui mute et à mesure que les différents sérotypes sont identifiés, les vaccins correspondants sont conçus pour les nouveaux sérotypes qui circulent. "Il est toujours conseillé que les personnes présentant des facteurs de risque, et fondamentalement celles de plus de 50 ans, reçoivent les doses de rappel correspondantes", a déclaré l'expert.

« L’important est de vacciner car cela génère même des réponses de protection croisée . En biologie, nous ne pouvons pas faire de prédictions, mais d'une manière ou d'une autre, nous pouvons savoir que c'est pendant la saison hivernale que davantage de virus respiratoires commencent à circuler . C’est pourquoi on peut, d’une certaine manière, penser qu’il y aura une augmentation des cas », a déclaré Laube.

Le médecin et responsable des maladies infectieuses, Luis Cámera , qui faisait partie du comité d'experts qui a conseillé la présidence pendant les premiers mois de la pandémie, a fait remarquer à Infobae que « apparaissent de plus en plus de mutations du SRAS-CoV-2, plus contagieuses et qui ont également une plus grande capacité à échapper à la protection des vaccins. De même, les bivalents servent à inhiber la nouvelle variante, JN.1 , communément appelée Pirola.

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis prévoit que la composition des vaccins contre la COVID devra peut-être être mise à jour chaque année à l'avenir (Getty)

Le Dr Cámera a estimé que l'évolution du coronavirus lui-même et ses mutations rendront nécessaire « un plan de vaccination de rappel avec une certaine périodicité. Les immunologistes parlent de six mois, mais cela semble peut-être beaucoup, c'est pourquoi le plan de vaccination devra probablement être au moins annuel", a-t-il indiqué.

« Les réinfections ne sont pas graves, dans la plupart des cas la maladie se manifeste par une grippe ou un peu plus, mais quel est le problème des réinfections ? Que certaines maladies liées au COVID apparaissent plus fréquemment. C’est-à-dire le phénomène appelé COVID long, avec une série de symptômes qui s’aggravent à mesure que le nombre de réinfections augmente », a ajouté Cámera.

« Et pourquoi je parle de réinfections ? L’Occident tout entier, à plus de 95 %, a déjà été infecté une fois depuis la crise d’Omicron il y a exactement deux ans. Autrement dit, les nouveaux épisodes de COVID génèrent dans de nombreux cas des dommages à d'autres organes tels que des microthromboses, des lésions cardiaques et, surtout, on étudie s'ils peuvent générer une sorte de vieillissement neurologique précoce », a déclaré Cámera.

Qui devrait être vacciné

Les personnes âgées doivent prendre des précautions extrêmes contre le COVID (REUTERS/Jon Nazca)
  • Groupes à haut risque

La médecin spécialisée en médecine interne et maladies infectieuses María Fernanda Rombini (MN 97087) a souligné à Infobae que le vaccin COVID est fortement recommandé à ceux qui font partie de groupes à haut risque de développer des formes graves de la maladie, comme les personnes de plus de 50 ans. ou plus, les personnes enceintes (à n'importe quel trimestre de la gestation) et les personnes de 6 mois ou plus immunodéprimées.

Ce groupe devrait recevoir une dose de rappel contre la COVID-19 si 6 mois se sont écoulés depuis la dernière dose administrée, quel que soit le nombre de rappels reçus précédemment.

  • Groupe à risque intermédiaire

Pour sa part, il a ajouté que les personnes de moins de 50 ans présentant des comorbidités n'affectant pas le système immunitaire (maladies chroniques et obésité) et les personnes présentant un risque d'exposition plus élevé (personnel de santé et fonction stratégique) sont incluses dans le groupe à risque intermédiaire. ... de développer des formes graves d'infection au COVID-19. Dans ces cas, il est recommandé que, s'ils ont déjà reçu un rappel au cours des 6 derniers mois, ils se souviennent de l'importance de recevoir un rappel annuel .

  • Groupe à faible risque

Enfin, pour les personnes considérées à faible risque de complications, c'est-à -dire celles de moins de 50 ans sans comorbidités, il est recommandé que la vaccination de rappel contre la COVID-19 soit annuelle. Il est important de rappeler que toutes les juridictions disposent de doses suffisantes pour compléter les calendriers de vaccination et appliquer les rappels correspondants. À leur tour, les gens peuvent se rendre spontanément aux cliniques de vaccination pour recevoir leur dose.

Changement de stratégie de vaccination

"Une seule dose suffit pour la primovaccination", a déclaré le directeur de l'agence internationale de la santé, soulignant que cette "simplification" de la stratégie vaccinale contribuera à améliorer son "acceptation". La décision a été prise par le Groupe consultatif stratégique d'experts en vaccination (SAGE ).

Les experts du SAGE ont indiqué que les vaccins à ARN monovalent basés sur la variante Ómicron XXB présentaient un taux de protection plus élevé que les vaccins bivalents.

La variante Ómicron XXB est l’une des plus répandues aujourd’hui. Cependant, l'OMS a souligné que, lorsque ces vaccins ne sont pas disponibles, les autres vaccins "continuent d'être efficaces pour prévenir les formes graves du virus dans les groupes à risque".

Les spécialistes des maladies infectieuses affirment qu'il est essentiel de se faire vacciner pour l'automne et l'hiver à venir, une période où la circulation des virus respiratoires augmente (Image d'illustration Infobae)

Recommandations vaccinales en Argentine

Le Ministère de la Santé de la Nation souligne qu'il est important que toutes les personnes à partir de 6 mois aient un régime primaire et au moins un rappel appliqué au cours des 6 derniers mois.

  • Moins de 50 ans et sans aucune comorbidité : une dose de rappel par an (schéma initial complet) est nécessaire.
  • Enfants de moins de 50 ans présentant des comorbidités ou personnels de santé ou exerçant des fonctions stratégiques : une dose de rappel doit être appliquée au bout de 6 mois puis une fois par an (schéma initial complet).
  • Personnes de plus de 50 ans, personnes immunodéprimées et enceintes : une dose de rappel correspond tous les 6 mois (schéma initial complet).

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

04.06.2024, 09:00

Martín Vizcarra : Faute d'« indications », le parquet ouvre une enquête sur l'achat de tests Covid-19

Le procureur intérimaire de la Nation, Juan Carlos Villena , a confirmé lundi que l'enquête contre l'ancien président Martín Vizcarra pour des irrégularités...

Lire l'article

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus