"En tant que juriste, je ne comprends pas, Ayuso devrait être le plus intéressé à savoir ce qui s'est passé dans les résidences pendant le covid"

Carlos Vila, dans son bureau

Carlos Vila est un avocat chevronné avec 45 ans d'expérience juridique derrière lui. « Il se définit comme « un travailleur juridique ». Il a défendu les victimes de Colza et a été l'avocat de Rigoberta Menchú , prix Nobel de la paix, qui a tenté de faire juger en Espagne les violations des droits de l'homme commises au Guatemala. Aujourd'hui, avec deux compagnons, il s'est lancé dans la tâche compliquée de "demander justice" pour les proches des personnes âgées décédées dans les résidences publiques de la communauté de Madrid pendant la partie la plus dure de la pandémie motivée par le coronavirus. Des victimes qui n'ont pas reçu de soins médicaux dans les hôpitaux en raison des soi-disant « protocoles de la honte ». "Une porte d'espoir a été ouverte", souligne-t-il.

- Question : Que signifie cette décision judiciaire pour les membres de la famille ?

- Réponse : Le tribunal de Collado Villalba a déposé un dossier et nous avons fait appel de ce dossier. Dans l'appel, l'article 17 de la Cour provinciale est d'accord avec nous, disant que l'accusé doit faire l'objet d'une enquête et ensuite, selon qu'il y a ou non des éléments révélateurs d'un crime, le porter devant la Cour suprême puisque les personnes faisant l'objet de l'enquête sont accusées. Et le 7 novembre, il y a de nouvelles déclarations. Une petite porte d’espoir s’ouvre pour les membres de la famille.

- Q : Le Président Ayuso a déclaré que cette décision judiciaire a été prise uniquement « pour le classement définitif » du dossier.

- Il est vrai que dans de nombreux tribunaux qui ont statué sur d'autres cas de personnes décédées, il existe déjà un dossier complet. Confirmé par la Cour provinciale. Mais ces cas, plus de 40, font désormais l'objet d'un appel devant la Cour constitutionnelle. Je veux dire, ce n'est pas vrai. Il est vrai qu'il y a eu des dossiers définitifs, mais dans ce cas précis, ils demandent au tribunal d'enquêter. En effet, les tests que nous jugeons nécessaires n’ont pas été réalisés. Maintenant, nous allons demander, par exemple, que témoigne également le président de l'association des employeurs des cliniques privées, qui a déclaré qu'ils avaient laissé des unités de soins intensifs et des respirateurs inutilisés, malgré le fait que le gouvernement central avait autorisé l'utilisation de ces centres privés. . Ce n’est donc pas vrai que ce soit le début des archives, c’est le début de l’enquête.

La présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso (Isabel Infantes - Europa Press)

- Q : Les autres tribunaux qui ont déposé d'autres dossiers, quels arguments ont-ils avancés ?

- Q : L'argument fondamental est que vos dossiers se sont basés sur des rapports médico-légaux, dans lesquels les médecins considéraient que la lex artis [qui fait référence à la manière dont un professionnel de la santé réagit à une situation] avait été bien appliquée à une situation spécifique.] , c'est-à-dire que les médecins et les gériatres des maisons de retraite avaient bien exercé leurs fonctions et qu'après les avoir bien exercées, il n'y avait pas eu d'homicide imprudent. Mais non seulement les familles ont été accusées d’homicide imprudent, mais aussi de refus d’aide. Et pour tergiverser, pour dicter des résolutions injustes, comme nous comprenons que les protocoles qui ont été dictés peuvent l’être. Autrement dit, les dossiers sont basés uniquement sur des rapports médico-légaux. Mais dans 99 % des cas, les médecins et gériatres ne sont allés voir aucun résident d’Ehpad présentant des symptômes du COVID. Il s'agissait de conversations téléphoniques pour savoir s'ils avaient de la fièvre, comment ils respiraient, quels médicaments leur donner. C'était la vraie situation. Et puis le coroner, sur cette base, dit qu’il n’y a pas eu de faute professionnelle. Nous faisons appel à la Cour constitutionnelle pour qu'elle impose une enquête plus approfondie. Nous ne demandons pas à la Cour constitutionnelle de dire s’il y a un crime ou non, mais simplement de poursuivre l’enquête.

- Q : Le principal problème est que, par exemple, il n'a pas été étudié si les soi-disant « protocoles de la honte », qui ont empêché l'hospitalisation de nombreux patients, empêchaient ces patients covidés d'avoir aucune chance de guérison.

- R : Exactement. Le protocole lui-même est peut-être une prévarication, car il fait de la discrimination. Discriminer les personnes qui pouvaient ou non aller à l'hôpital. Discriminer. Un protocole discriminatoire viole le droit à la santé de tous. Ce que veulent les membres de la famille, c'est que cela soit étudié et puni, s'il est nécessaire de punir, si ces protocoles ont empêché les malades de recevoir de l'assistance, ils ont été privés de la possibilité de disposer des mêmes éléments médicaux qu'une autre personne. En outre, ils ont discriminé ceux qui avaient une assurance privée et qui ont été transférés dans un hôpital. J'ai traité le cas d'une personne décédée dans une maison de retraite atteinte de la maladie d'Alzheimer à l'âge de 68 ans et qui était en très bonne santé. Et ils ne l'ont pas transféré à l'hôpital parce qu'il souffrait de la maladie d'Alzheimer. Et il était physiquement très bien. Nous ne saurons jamais si cette personne aurait vaincu le Covid et aurait été sauvée, car on ne lui en a pas donné l’opportunité. Mais on leur a refusé un droit constitutionnel, le droit à la santé. Et on leur a refusé toute discrimination.

- Q : Et selon vous, qui est en fin de compte responsable du refus de ce droit ?

- R : Le gouvernement de la Communauté de Madrid. Et évidemment, les trois que nous avons dénoncés. Le président Ayuso, en tant que président de la Communauté, et, évidemment, le conseiller en santé sans aucun doute, et le conseiller en justice car il a été le coordinateur pendant la pandémie. Le fait est que le ministre de la Politique sociale de l’époque, Alberto Reyero, avait prévenu : ce que nous faisons pourrait être un crime. Et il n'était pas d'accord.

- Q: Carlos Mur, l'ancien haut fonctionnaire du Ministère de la Santé qui a signé les protocoles, a déclaré devant le juge qu'il ne s'agissait que de recommandations.

- R : Mur est allé jusqu'à dire dans sa déclaration qu'il n'était pas d'accord avec tout, que je suis ici un commissionnaire, que je n'avais aucun pouvoir politique, que j'étais un technicien. Mais le conseiller, son patron, qui est le conseiller en santé, lui a dit de signer les protocoles et de les envoyer aux résidences. C'est ce que Mur a dit dans la seule déclaration à laquelle j'ai jamais assisté. Mais il ne s’agissait pas de protocoles volontaires, quelque chose qui est signé et ordonné n’est pas volontaire. Parce que nulle part non plus il n’est dit que c’est volontaire. D'ailleurs, dans le protocole du 20, que j'ai rappelé à Mur, on parle d'obligatoire. C'était impératif pour les résidences publiques. Des directeurs de résidence et des médecins m'ont dit que comment pourraient-ils ne pas prêter attention à ces protocoles, s'il s'agissait d'une instruction qui venait de la Communauté de Madrid, qu'ils ne pourraient pas refuser cela même s'ils n'étaient pas d'accord.

- Q : Mais tant de dossiers judiciaires... La justice détourne-t-elle le regard ?

- R : Les juges déposent plainte parce qu'ils ne veulent pas se retrouver dans un pétrin criminel qui pourrait avoir des implications politiques. Ils ne veulent pas y entrer. Ce qu'ils vous disent dans de nombreuses résolutions, c'est d'intenter une procédure civile et de demander une indemnisation. Ils m'ont même dit que nous avions probablement raison de dire que ces protocoles n'étaient pas corrects, mais qu'ils ne constituaient pas une infraction pénale. Et que nous demandons une compensation au civil. C'est très facile à dire. Surtout quand ce n’est pas vous qui allez décider de l’indemnisation, ce sera un autre juge. Ce que les juges vous disent, c'est de ne pas me causer d'ennuis, parce que j'ai un rapport médico-légal qui me donne la possibilité de le déposer parce qu'ils ne s'intéressent qu'aux homicides imprudents, seuls. Mais il peut y avoir des tergiversations et des omissions quant au devoir d’assistance.

Manifestation de la Marea de Residencias et de Vérité et Justice lors d'une veillée pour les victimes du covid en mars dernier à Madrid. (Gustavo Valiente / Europa Press)

- Q : Sur la question du devoir de secours, la Communauté n'a pratiquement pas eu recours à l'hôpital de campagne installé à l'Ifema ni au réseau d'hôpitaux privés.

- UN: . C'est une chose étonnante, ils créent Ifema et ne l'utilisent pas. Ils n’ont pas envoyé de malades à l’Ifema, ils n’ont pas envoyé plus de 40 personnes. Les résidences n'étaient pas non plus médicalisées. Et puis, évidemment, ils n’ont pas utilisé les cliniques privées qui pouvaient être utilisées légalement, sans autre problème.

- Q : Y a-t-il des familles qui ont déjà opté pour cette voie civile ?

- R : Pas pour l'instant, pas à Madrid. Voyons d'abord ce qui se passe avec les 40 recours constitutionnels, qui touchent une centaine de familles. Nous avons déposé 400 plaintes devant différents tribunaux. Je sais qu'il en reste environ 100 en vie. D'autres sont archivés et n'ont pas fait l'objet d'un recours, d'autres sont en attente de recours auprès du Tribunal Provincial, de la Cour Constitutionnelle...

- Q : Que pensez-vous lorsque vous entendez certains hommes politiques dire qu'il faut laisser tomber ce problème, l'oublier, que le supprimer signifie faire du mal aux victimes.

- R : En tant que juriste, je ne comprends pas. Ayuso devrait être le plus intéressé à clarifier que rien d'anormal ne s'est produit dans les résidences pendant le covid, que rien d'autre ne pouvait être fait ici. Deuxièmement, les membres de la famille que je connais sont indignés. Indigné par cette action de la Communauté de Madrid, qui n'a même pas autorisé la création de commissions d'enquête à l'Assemblée de Madrid. Les gens sont indignés. Ils veulent que les choses soient clarifiées, même s’ils apprennent plus tard que leur proche serait mort de toute façon, mais ils veulent savoir ce qui s’est passé. Et surtout pour que cela ne se reproduise plus. Maintenant, nous commençons à avoir un certain espoir, certains espèrent que la question pourra faire l'objet d'une enquête approfondie. Certains juges commencent à se montrer sensibles. J'attends que la Cour constitutionnelle se prononce, qu'elle enquête sur ce qui s'est passé et que cela ne se reproduise plus à l'avenir. Il pourrait même y avoir des procès à ce sujet, afin que toutes les parties puissent être entendues. Cela mérite un processus pour éviter que cela ne se reproduise. Nous devons avoir une réponse institutionnelle à la douleur des victimes.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus