A Shanghai, des hôpitaux impuissants face à l’afflux de malades du Covid

Toux, gémissements et difficultés à respirer: dans les hôpitaux débordés de Shanghai, des patients âgés malades du Covid submergent les services d’urgence. Trois ans après l’apparition des tout premiers cas mondiaux de coronavirus sur son territoire, la Chine fait face à une déferlante de malades, depuis la levée le mois dernier des mesures draconiennes de sa politique dite du «zéro Covid». Ces restrictions, qui ont permis à la majorité des Chinois d’être largement épargnés par le virus depuis 2020, suscitaient une frustration grandissante de la population et ont porté un rude coup à l’économie. «Là pour une seringue» A Shanghai, l’une des villes les plus riches de Chine, la situation sanitaire est particulièrement critique. Depuis le mois dernier, environ 70% des habitants, soit quelque 18 millions de personnes, auraient contracté le virus, selon les médias officiels. Dans deux hôpitaux de la mégapole, l’AFP a vu mardi des centaines de patients, pour la plupart âgés, allongés sur des brancards au milieu de services d’urgence saturés. Nombre sont reliés à des perfusions ou des bouteilles d’oxygène et sont sous surveillance cardiaque. La plupart sont emmitouflés sous des couvertures, des manteaux épais ou des bonnets de laine. Certains patients semblent inanimés. D’autres sont soignés à l’extérieur du bâtiment, sur le trottoir, faute de place. Dans un établissement de la ville, une dispute éclate entre une femme et un homme âgé. «J’étais là en premier!», lance-t-elle à son interlocuteur, au milieu d’autres patients. «Moi aussi je suis là pour avoir une seringue» A l’hôpital Huashan, proche du lieu où des manifestations contre le ras-le-bol de la politique «zéro Covid» avaient éclaté en novembre, une femme se penche sur un malade d’environ 80 ans sous perfusion. Chiffres qui questionnent A proximité, un jeune homme se tient au chevet d’un autre patient âgé et le protège tant bien que mal des allées et venues de la foule qui arpente les lieux. Dans une salle d’attente de l’hôpital Tongren, dans l’ouest de Shanghai, une infirmière approche délicatement un tube des lèvres desséchées d’un patient. Ce dernier est relié à une bouteille d’oxygène. Un médecin protégé par une visière et en blouse blanche s’occupe d’une femme âgée, qui grelotte sous une épaisse couverture. Face à l’afflux de malades, des médecins contaminés au Covid continuent à travailler sans relâche auprès de leurs patients, selon des témoignages recueillis par l’AFP dans des hôpitaux aux quatre coins du pays. Shanghai ne fait pas exception. Par intermittence, le personnel soignant laisse échapper une toux sèche. De l’aveu même des autorités, l’ampleur de l’épidémie est aujourd’hui «impossible» à déterminer, les tests de dépistage n’étant désormais plus obligatoires et les données parcellaires. En un rien de temps, le système de santé s’est retrouvé submergé, les pharmacies prises d’assaut pour les médicaments anti-fièvre, tandis les crématoriums sont dépassés par l’afflux de corps. La Commission nationale de santé (NHC), qui a valeur de ministère, a arrêté de publier les chiffres quotidiens de cas et décès. Désormais, c’est le Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) qui s’en charge, mais à partir de la semaine prochaine, il ne le fera qu’une fois par mois. Les autorités ont par ailleurs revu les critères permettant d’attribuer un décès au Covid. Ainsi depuis début décembre, seules 15 morts liées au virus ont été rapportées dans le pays de 1,4 milliard d’habitants. Des chiffres qui apparaissent en décalage total avec la réalité observée sur le terrain.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus