Seulement 15% des filles et garçons entre 5 et 11 ans ont un rappel contre le COVID

En Argentine, les garçons ont repris le chemin de l'école, mais seuls 15% ont le premier rappel contre le COVID / Archive

Les cours de 2023 ont déjà commencé dans les 24 juridictions d' Argentine , mais seuls 15% des filles et des garçons âgés de 5 à 11 ans ont été accompagnés pour recevoir la dose de rappel contre le COVID .

Chez les adolescents , 60 % n'ont pas encore reçu le premier rappel . Chez les filles et les garçons plus jeunes (ceux entre 3 et 4 ans), la couverture avec le rappel n'a pas encore dépassé les 4%, selon le dernier bulletin épidémiologique du ministère national de la santé .

Il y a trois ans, l'infection à coronavirus a commencé à être diagnostiquée dans le pays. Fin 2020, le plan de vaccination a été publié, qui appliquait d'abord le schéma primaire de deux doses, puis les rappels. Mais l'adhésion aux doses de rappel dans l'enfance est encore faible.

Toujours 40% des adolescents n'ont pas appliqué le premier rappel vaccinal contre le COVID-19 / Dossier

Bien que la vie quotidienne continue aujourd'hui avec la mobilité qui existait avant mars 2020 et que l'on ne voit presque plus de personnes masquées dans les rues, la pandémie de coronavirus perdure. Il s'agit toujours d'une urgence de santé publique de portée internationale, comme l'a confirmé le comité d'experts réuni par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le 30 janvier.

Les experts qui composent ce comité ont convenu que le COVID "continue d'être une maladie infectieuse dangereuse avec la capacité de causer des dommages importants à la santé et aux systèmes de santé", bien qu'ils aient reconnu que la pandémie "pourrait approcher d'un point de basculement".

Quelques jours avant la rentrée des classes, le portefeuille Santé, en charge de Carla Vizzotti, a diffusé sur ses réseaux sociaux des conseils de santé aux familles : "Vérifiez qu'ils ont bien tous les vaccins du calendrier national et contre le COVID-19 selon leur âge." Cependant, de nombreuses familles n'ont pas encore décidé d'opter pour les doses disponibles dans les centres de vaccination publics à travers le pays.

Depuis le début de la pandémie, 253 filles et garçons sont morts dans le pays, selon l'analyse des données de Jorge Aliaga, docteur en physique de l'Université nationale de Hurlingham à partir des données ouvertes du ministère.

Jusqu'à présent, seulement 48,8 % de la population argentine ont reçu le premier rappel du vaccin COVID-19 depuis leur activation. En 2023, les applications hebdomadaires ont diminué. Les enfants sont le groupe le moins couvert/Graphique de Marcelo Regalado

La première dose de rappel pour la population entre 5 et 11 ans avait été autorisée le 24 mai de l'année dernière sur la base d'un consensus entre le Conseil fédéral de la santé (COFESA) et le ministère de la Santé avec le soutien scientifique de la Société argentine de pédiatrie (SAP).

À cette époque, la vaccination avec des vaccins basés sur des plateformes d'ARN messager était activée, qui devait être administrée 120 jours après la fin du calendrier primaire. Ces vaccins ont été évalués en 2020 et se sont révélés efficaces et sûrs pour prévenir les complications et la mort dues à l'infection.

Cela signifie que la première dose de rappel est déjà disponible depuis plus de 9 mois pour la population âgée de 5 à 11 ans, mais que 85 % ne l'ont pas encore reçue. En revanche, chez les adultes, il y avait une plus grande adhésion. La couverture de la population âgée de 18 ans et plus atteint 61 %. Dans le groupe des 50 ans et plus, la couverture est de 73,7 %.

Il y a plus de 9 mois, la dose de renforcement est désormais disponible pour la population de 5 à 11 ans en Argentine/Archive

Différentes raisons expliquent la faible couverture avec le rappel chez les garçons. "Ces faibles chiffres sont dus, d'une part, au fait que les effets de la maladie COVID-19 chez les filles et les garçons n'ont pas eu les mêmes conséquences que chez les adultes", explique Karina Inés Ramacciotti, docteur en sciences sociales. chercheur, a déclaré à Infobae du Conicet et de l'Université nationale de Quilmes.

"Bien qu'ils soient tombés malades et infectés, les effets de l'infection n'étaient pas graves chez de nombreux enfants et, par conséquent, cela n'est pas devenu un problème avec autant de répercussions que la contagion chez les adultes", a-t-il commenté. "La campagne de vaccination a été traversée par les mêmes incertitudes que celle des adultes, ajoutées à son caractère non obligatoire et à la résistance habituelle due à l'inconfort de la vaccination et à ses conséquences ultérieures", a-t-il souligné.

Une autre raison est l'évolution de la situation épidémiologique ces derniers mois. « Dans la mesure où les taux de transmission diminuent et que ses conséquences sont plus douces, une plus grande relaxation est générée parmi les membres responsables de la famille. Cela conduit à une minimisation de l'importance de la vaccination en tant que mécanisme de prévention », a expliqué Ramacciotti.

Bien qu'il y ait eu des cas d'enfants graves et des décès dus au COVID, l'impact de l'infection a été moindre dans cette population. C'est l'une des raisons qui s'additionnent pour comprendre pourquoi il y a encore tant d'enfants sans dose de rappel. REUTERS/Agustin Marcarian

« Les campagnes de communication sur la vaccination ont diminué, ce qui nuit à la diffusion d'informations fiables. De plus, dans certaines parties du vaste territoire national, les centres autorisés à la vaccination ont été réduits, ce qui augmente les difficultés pour les membres de la famille d'accompagner les filles et les garçons », a-t-il expliqué.

En 2021, la scientifique du Centre d'études et d'enquêtes sur le travail du Conicet, la docteure en sciences sociales Gabriela Irrazábal et ses collègues ont mené une enquête en ligne auprès de 4 532 personnes de tout le pays. Dans ce total, 953 personnes vivaient avec des filles, des garçons et des adolescents qui ont répondu à propos des vaccins : "Nous n'avons pas constaté qu'il y avait un rejet du vaccin en général chez les personnes interrogées", a déclaré le chercheur à Infobae .

"Mais à travers cette enquête, nous avons observé qu'un groupe de parents avait des doutes concernant l'origine des vaccins COVID-19 en particulier et leurs avantages. Il y avait aussi des pédiatres qui ne le recommandaient pas. Les autres parents non plus. Cette confluence d'opinions pourrait avoir influencé le fait que l'adhésion à la vaccination dans l'enfance était plus faible que chez les adultes », a soutenu Irrazábal.

Le retard pour aller appliquer les doses a aussi à voir avec un phénomène global d'hésitation devant les vaccins. En 2019, l'OMS l'avait déjà mis en garde comme l'une des 10 menaces pour la santé publique.

Avant la pandémie, en 2019, l'OMS avait averti que le problème de la réticence à la vaccination constituait une menace pour la santé publique. Près de 14 millions d'enfants n'ont pas reçu de vaccins vitaux, comme la rougeole et le DTC3 / Archive

Selon le sociologue Hugo Mercer, secrétaire général de l'Association argentine de santé publique (AASAP), « les gouvernements doivent distinguer les comportements dérivés d'une tendance chez les parents des secteurs sociaux aisés, comme cela se produit dans plusieurs pays riches, qui décident de rejeter la l'application de certains vaccins, des comportements issus de rumeurs ou d'informations fausses ou trompeuses diffusées volontairement ou involontairement par les médias ou réseaux les plus formels. Et pour chaque groupe, des réponses appropriées doivent être développées.

Aujourd'hui, la recherche comportementale -dit Mercer- en est venue à occuper une place importante à côté de ce qui est étudié dans les laboratoires ou dans les zones de production de vaccins. "Il faut maintenir et parfois retrouver la confiance de la société dans les vaccins qui ont sauvé et sauvent la vie de millions et de millions de personnes dans le monde", a-t-il déclaré en dialogue avec Infobae .

En Argentine, une étude a été menée qui a démontré l'efficacité clinique des vaccins contre le COVID qui ont été utilisés pour le schéma primaire/Archive

En Argentine, le calendrier de primovaccination contre le COVID pour les enfants avait été activé pour les personnes ayant des antécédents de maladie en août 2021. Deux mois plus tard, il a été étendu au reste de la population de 5 à 11 ans.

En novembre dernier, des experts du portefeuille Santé, dirigés par Juan Manuel Castelli, ont publié une étude cas-témoins dans le magazine The BMJ qui a impliqué plus de 844 000 enfants et adolescents en Argentine. Ils ont évalué l'efficacité clinique de la vaccination avec deux doses.

Ils ont constaté que l'efficacité du vaccin était d'environ 61% à 65% contre toutes les infections pendant la période de prévalence de la variante Delta du coronavirus et de 15% à 26% pendant la période de prévalence d'Omicron. L'efficacité du vaccin contre la mort pendant la prédominance d'Ómicron était de 66,9 % chez les enfants et de 97,6 % chez les adolescents.

Le plan de vaccination contre le COVID-19 a débuté en Argentine en décembre 2020. Début 2022 avec l'apparition d'Ómicron, il y a eu un pic d'immunisation de la population générale/ Graphique de Marcelo Regalado

Avec le temps, la protection des doses diminue et c'est pourquoi il est nécessaire de recevoir les renforts. Si aujourd'hui, en mars 2023, il y a tant d'enfants sans renforts à jour, quels risques peuvent-ils avoir pour leur santé s'ils vont en classe dans des espaces clos, là où la transmission du virus est plus favorable ?

De la Société argentine de pédiatrie, le Dr Gabriela Ensinck a répondu à Infobae : « Les doses de renfort sont toujours importantes. Lorsque le schéma primaire a été reçu, le rappel permet d'augmenter les anticorps et de prolonger leur durée dans le temps. Au-delà du fait que plus de 4 mois se sont écoulés depuis la réception de la deuxième dose, les garçons devraient aller recevoir le rappel. On ne recommence pas à zéro."

La couverture du premier renfort dans le groupe des 50 ans et plus est de 73,7% en Argentine/EFE/Juan Ignacio Roncoroni/Archive

Une autre question se pose également : si les enfants sans les renforts à jour allaient à l'école et attrapaient le coronavirus dans les prochaines semaines, pourraient-ils avoir un impact sur la santé des personnes âgées ? « Il est vrai que les enfants pourraient transmettre le virus aux personnes âgées. Mais aujourd'hui, de nombreuses personnes âgées ont des renforts à jour. Nous ne sommes pas dans la situation de 2020 où il n'y avait pas de vaccins. Aujourd'hui, le scénario est différent », a précisé Ensinck.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

04.06.2024, 09:00

Martín Vizcarra : Faute d'« indications », le parquet ouvre une enquête sur l'achat de tests Covid-19

Le procureur intérimaire de la Nation, Juan Carlos Villena , a confirmé lundi que l'enquête contre l'ancien président Martín Vizcarra pour des irrégularités...

Lire l'article

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus