La sécurité des jeux, un défi éternel

L'anneau olympique représentant les Jeux olympiques de Tokyo 2020 à Tokyo

En mode olympique, un an et demi, c'est le néant en soi. C'est ce qui nous sépare d'une nouvelle fête des anneaux. Le cycle inédit de trois ans que la pandémie a imposé se clôturera officiellement le 26 juillet de l'année prochaine lorsque l'une des nombreuses mégastars du sport français allumera le chaudron avec le feu sacré. Et en ce moment, alors que des dizaines de milliers d'athlètes venus de toute la planète rêvent de gagner un lit dans le village olympique parisien, la capitale française travaille d'arrache-pied sur la route du plus grand défi de nos jours : garantir la sécurité dans un tel lieu touristique sur le chemin des premiers Jeux Olympiques ouverts au public depuis Rio 2016 et après les destructions causées par le COVID 19.

Toute ville de la beauté, de l'ampleur et de l'attrait de Paris connaît un niveau de stress sécuritaire chaque jour de son existence. Mais puisque les jeux sont des jeux et, surtout, depuis la tuerie de Munich en 1972, la saturation des questions de contrôle représente la question la plus sensible, celle des pouvoirs à la marge.

Vous n'avez pas besoin de voyager trop loin pour avoir une idée complète de ce que le service de sécurité implique pour une réunion à laquelle participent des athlètes, des dirigeants, des officiels, des fans et même des dirigeants de plus de pays que ceux inclus dans l'ONU.

Peu de villes se disputent autant la bataille du charme et de la préférence touristique que Paris et Londres.

Cérémonie d'ouverture de Londres 2012, la célébration olympique qui a précédé Rio 2016

A quelques jours du début des jeux de 2012, une vague d'inquiétude envahit le comité organisateur de ces merveilleux jeux.

Personnellement, en séjournant à l'Icona Point, un bâtiment d'où l'on voyait de très près le stade olympique et l'Orbit lui-même, j'ai croisé plusieurs matins des groupes d'employés embauchés par le G4S, un service de sécurité privé qui devait garantir que tout fonctionnait sous contrôle dans chaque lieu de compétition. À l'une de ces occasions, une discussion entre quelqu'un qui semblait être responsable d'un groupe et deux hommes en uniforme a attiré mon attention. Aucun ne parlait anglais. Peu de temps après, on apprenait que, quelques heures avant que Paul McCartney n'émeuve le monde avec son Hey Jude lors de la cérémonie d'ouverture, le comité d'organisation avait décidé de placer des soldats de l'armée britannique, dont plusieurs récemment rapatriés, à chaque poste sensible de bases dans différentes zones sensibles. points du territoire asiatique, et limiter la présence de ce qui, à l'époque, était la plus importante société de sécurité privée au monde. Les médias locaux ont souligné que les lacunes détectées allaient de l'impossibilité d'identifier certains éléments interdits dans les zones de compétition à du personnel ayant un casier judiciaire ou des étrangers sans autorisation de travailler dans le pays.

Ce qui, au début, semblait extrêmement risqué s'est avéré être un autre succès pour cette organisation : personne n'a signalé de problèmes en matière de sécurité et, personnellement, j'atteste que les contrôles sur les différents espaces de presse, y compris l'IBC, ils ont été efficaces, doux et surtout agile.

Rio de Janeiro (comité d'organisation des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro 2016)

Quatre ans plus tard, dans les mois qui ont précédé les Jeux de Rio, l'un des membres les plus influents du comité organisateur m'a avoué sa conviction qu'il n'existe pas d'équipe ou d'organisation parfaite. « Cela n'arrive jamais. Le mérite des meilleures équipes, c'est qu'elles résolvent rapidement le problème, admettent l'erreur, tournent la page et passent à autre chose"

C'est ce qu'était Londres. C'est ce qu'était Rio. C'était le grand héritage de Tokyo. Et ce sera le grand défi de ce que nous imaginons et espérons être Paris 2024.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 06:00

Andrés Forero a dénoncé le fait que le gouvernement n'a pas distribué près de deux millions de vaccins contre le covid-19

Le député du Centre Démocratique, Andrés Forero, a dénoncé que près de deux millions de doses de vaccins monovalents contre le covid-19 n'ont pas...

Lire l'article

12.04.2024, 16:00

Un député PRO dressera un bilan des violations des droits de l'homme pendant la pandémie au Congrès

La députée a promis qu'elle chercherait à offrir un espace sûr et réceptif à toutes les personnes qui souhaitent partager leurs témoignages pendant...

Lire l'article

12.04.2024, 14:00

La Cour des Comptes ne détecte pas de dépenses irrégulières des administrations dans les contrats d'urgence de la pandémie

De cet univers de contrats audités, Chicano a indiqué que le Tribunal a ouvert des procédures pour éventuelle responsabilité comptable dans 60 , dont...

Lire l'article

12.04.2024, 10:00

Le post émouvant de Jonatan Viale trois ans après la mort de son père : « Tu ne sais pas à quel point tu me manques »

« Trois ans sans toi. Je ne comprends toujours pas ce qui s'est passé. Si seulement je pouvais te faire un câlin au revoir. Une dernière conversation....

Lire l'article

12.04.2024, 08:00

Le policier accusé du meurtre de Giovanni López est tombé pour ne pas porter de masque à Jalisco

Ce policier, qui disposait d'un mandat d'arrêt, a été capturé par des éléments de la police d'enquête du parquet de Jalisco, dans le quartier Loma...

Lire l'article

09.04.2024, 08:00

Combien de temps le COVID pourrait-il être détecté dans le sang, selon une étude

Même si le COVID n'était plus considéré comme une urgence sanitaire mondiale en mai 2023, comme l'a déclaré l' Organisation mondiale de la santé...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus