Saison des maladies respiratoires : les cas de COVID peuvent-ils augmenter au milieu de la vague de grippe et de VRS ?

En hiver, les virus respiratoires augmentent, selon les statistiques officielles (Télam)

L'Argentine a laissé derrière elle, l'été dernier, la sixième vague de coronavirus , alors qu'en janvier elle atteignait 60 000 cas hebdomadaires. Aujourd'hui, la situation est bien différente, avec d'autres maladies respiratoires en recrudescence , tandis que les experts effectuent la surveillance épidémiologique nécessaire pour observer quels pathogènes sont en recrudescence et inquiètent la population.

Selon les données fournies par le dernier Bulletin épidémiologique national (BEN), émis par le ministère national de la santé , les cas cumulés de Covid-19 jusqu'à la semaine 25 de l'année 2023 sont bien en deçà de ce qui a été enregistré pour la même période des années 2021 et 2022. Il en est de même pour les défunts. De même, les cas confirmés par semaine épidémiologique montrent un comportement bas stable durant les 25 semaines de l'année en cours.

"Grâce à la surveillance ambulatoire du SRAS-CoV-2 et de l'OVR (autres virus respiratoires), l'objectif de cette stratégie est de maintenir la surveillance et le suivi ambulatoires du COVID-19 dans tous les groupes d'âge dans les 24 juridictions du pays pour atteindre une représentativité géographique . De plus, parmi les cas répondant à la définition du syndrome grippal (SG), un échantillonnage aléatoire ou systématique est effectué pour l'étude du SRAS-CoV-2, de la grippe et du virus respiratoire syncytial (VRS) par rt-PCR », expliquent-ils à partir du portefeuille national de la santé.

Panorama COVID 2023 en Argentine

Ainsi, depuis le début de la stratégie de surveillance des Unités de Surveillance Ambulatoire (UMA), 28 668 échantillons pour le coronavirus, 13 969 pour la grippe et 10 653 échantillons pour le VRS ont été analysés par rt-PCR. Pour EW25/2023, parmi les échantillons analysés en ambulatoire, la positivité la plus élevée était pour le virus Influenza avec 27,08 %, suivi du SARS CoV-2 avec 10,68 % et du RSV avec 8,16 %.

Du ministère de la Santé, ils soulignent qu'en ce qui concerne COVID, le pourcentage de positivité pour le SRAS-CoV-2 continue de présenter des valeurs faibles, étant actuellement de 10,68 % . Et en remontant un peu plus loin, en termes cumulés, entre la Semaine épidémiologique (SE) 23 de 2022 à la SE25/2023, 195 998 échantillons étudiés pour le SARS-CoV-2 dans des cas hospitalisés ont été rapportés, dont 23 705 étaient positifs (pourcentage de positivité 12,09 %).

La situation est également similaire dans la ville de Buenos Aires, où selon les données officielles , il n'y a eu que 84 cas positifs au cours des 30 derniers jours et un seul décès, chez les personnes qui vivent à CABA. Et 53 positifs et 2 décès de personnes qui ne vivent pas à CABA, au cours des 30 derniers jours.

"Il est vrai que la semaine dernière, il y a eu une tendance à la hausse du coronavirus dans la ville de Buenos Aires, mais ce sont des niveaux minimaux. La moyenne mobile des cas quotidiens, à la mi-juin, était de 8 cas et aujourd'hui nous sommes à 10,6. Les dernières données dont nous disposons (qui datent du 1/7), montrent que cette dernière semaine a été la semaine avec le plus de cas depuis la deuxième semaine d'avril où la moyenne avait été de 11,4 cas par jour", ont-ils expliqué à Infobae . le portefeuille de la santé de Buenos Aires.

COVID dans le contexte d'autres virus respiratoires

infobae

"En ce qui concerne les virus respiratoires comme le coronarius, le virus de la grippe, la grippe et même le virus respiratoire syncytial que nous voyons chez les enfants et aussi maintenant chez les adultes, ils affectent toujours plus pendant l'hiver avec le froid, car ils se reproduisent mieux quand il fait froid". à cette période de l'année et parce que nous passons plus de temps dans des lieux fermés, ce qui facilite la transmission d'une personne à l'autre », a expliqué le Dr Cristina Freuler à Infobae , médecin spécialiste des maladies infectieuses, chef du département de médecine interne à l'Allemagne. Hôpital.

« Aussi parce que nos muqueuses, qui sont un peu comme des cellules épithéliales, qui nous défendent des virus, fonctionnent un peu moins bien à des températures plus basses. Toutes ces conditions rendent les maladies virales respiratoires plus fréquentes en hiver », a ajouté l'expert.

Et à propos de la situation actuelle, Freuler a précisé qu'il y a beaucoup de grippes : "Il y a beaucoup d'internats et c'est inquiétant de voir que peu de gens sont vaccinés, peut-être qu'ils ont un peu perdu la peur de la grippe parce que le COVID est pire et le La vaccination COVID l'année dernière a fait que beaucoup de gens ont mis la grippe de côté, et cette année, nous voyons également peu de vaccination contre la grippe ».

Des experts et des entités de la santé demandent instamment de se faire vacciner contre la grippe (Photo : Andina)

Pour le Dr Ricardo Teijeiro, médecin infectiologue à l'hôpital Pirovano, il y a une croissance des cas de grippe, de grippe, et aussi de virus respiratoire syncytial, qui se sont propagés dans le temps et ont commencé plus tard.

"Malheureusement, la couverture des vaccins contre la grippe et le vaccin contre le pneumocoque, qui sont les affections respiratoires avec le COVID que nous pouvons prévenir avec des vaccins, est faible. Et nous devons encourager les gens à ce que, même si nous sommes en juillet, ils puissent encore se faire vacciner car le virus circule. On se fait vacciner, on produit des anticorps en 10 ou 15 jours environ, et on fait de la prévention. Car les virus vont sûrement circuler jusqu'en septembre ou peut-être un peu plus longtemps », a ajouté le spécialiste.

Et en ce qui concerne les cas de coronavirus, il a déclaré: «Nous ne voyons pas de cas de COVID et nous ne nous attendons pas non plus à une augmentation des cas de coronavirus. On peut logiquement générer qu'il y a circulation, mais pas une augmentation des cas et moins de cas graves, car la population est déjà fortement vaccinée contre le SRAS-CoV-2 et beaucoup ont également eu la maladie. Maintenant, il faut aussi se rappeler que ceux qui ont plus de 50 ans ou qui ont une immunosuppression et que six mois se sont écoulés depuis la dernière dose du vaccin COVID doivent recevoir un rappel ».

Courbe COVID dans la ville de Buenos Aires de janvier 2022 à nos jours (GCBA)

"Il faut préciser que la grippe et le COVID ne sont pas en concurrence , c'est-à-dire qu'on peut tomber malade des deux. La possibilité de mettre des particules de virus COVID et de la grippe dans le même vaccin pour faciliter l'immunisation et la vaccination des personnes est actuellement à l'étude aux États-Unis et en Europe. Mais ce n'est toujours pas le cas aujourd'hui, il faut donc être vacciné contre les deux », a souligné l'infectiologue Freuler.

"Bien sûr on ne peut pas savoir ce qu'est l'avenir, il y a eu peu de grippe pendant la pandémie car les gens étaient très isolés et les gens utilisaient des masques, toutes mesures qui sont encore en vigueur aujourd'hui si l'on veut prendre un peu soin de soi. Et cela signifiait également que les anticorps que l'on peut former en attrapant la grippe ne sont pas très bons aujourd'hui, car il y avait très peu de grippe à cette époque », a précisé Freuler.

Pour sa part, Lautaro de Vedia, médecin infectiologue et spécialiste en médecine critique et soins intensifs, a indiqué que, comme chaque hiver, des images de différents virus se produisent, dont la grippe, et maintenant il faut ajouter le COVID.

"Actuellement, peu de personnes qui ont une immunité qui les protège sont vaccinées, alors qu'une limitation est observée dans la propagation du virus , qui à son tour ne semble pas si agressif principalement. Oui, il y a beaucoup de grippe. Et il est important de rappeler qu'il faut se faire vacciner contre la grippe, celles qui ont une indication, fondamentalement ; mais nous pouvons tous nous faire vacciner. Ce qui nous inquiète, c'est toujours la même chose, la possibilité que les personnes ayant un plus grand degré de difficulté, une immunosuppression, avec plus de facteurs de risque, ne soient pas protégées et puissent être infectées. Ce sont eux qui doivent essentiellement prendre soin d'eux-mêmes », a fait remarquer l'ancien président de la Société argentine des maladies infectieuses (SADI).

Les tests COVID continuent d'être effectués, mais la positivité reste faible

À cet égard, les données du ministère de la Santé indiquent que le pourcentage de positivité pour la grippe a présenté une augmentation par rapport à EW17, dépassant 10 % par rapport à EW21, avec un maximum de 29,45 % en EW24 ; tandis qu'au cours des 20 premières semaines de l'année - sauf en SE02 où il a atteint 10,96 % - il est resté inférieur à 10 %.

« De plus, 30 756 échantillons ont été analysés par le laboratoire pour le virus de la grippe avec 5 073 détections positives, avec un pourcentage de positivité qui a atteint 16,49 %. Parmi ceux-ci, 2 904 étaient de la grippe A et 2 169 de la grippe B. Au cours de la même période, 28 284 échantillons ont été étudiés pour le VRS, enregistrant 9 906 avec des résultats positifs, avec un pourcentage de positivité de 35,02 %. La positivité du VRS parmi les échantillons analysés dans les cas hospitalisés a augmenté à partir de EW13, atteignant 75,14 % en EW21, soit 65,87 % en EW25 », ont-ils précisé.

Concernant 2023, on constate que le nombre de cas hospitalisés déclarés présente une tendance à la hausse depuis les 10 dernières semaines, en correspondance avec l'augmentation des détections du VRS et du virus Influenza A.

Les États-Unis et l'Europe développent un vaccin combiné contre la grippe et le coronavirus (AP Photo/Mark J. Terrill, File)

Consulté par Infobae , le docteur Pablo Bonvehí , ancien président de la Société argentine des maladies infectieuses, a commenté : « Nous sommes toujours en train de diagnostiquer des cas de grippe. Bien que le Bulletin épidémiologique mentionne une diminution des cas, il est possible que cela soit dû au retard dans la mise en ligne des données. Mais il est possible que l'épidémie commence à s'atténuer dans les prochaines semaines.

Par ailleurs, l'expert a souligné que le virus de la grippe prédomine sur le COVID et le syncytial respiratoire (qui provoque des bronchiolites) dans les cabinets médicaux. En revanche, dans les admissions hospitalières, le virus syncytial prédomine sur le virus de la grippe. La grippe ou la grippe est causée uniquement par des virus grippaux . Alors que le rhume ou le rhume peut être causé par un certain nombre de virus différents, notamment les rhinovirus, les virus parainfluenza et les coronavirus saisonniers .

La confusion entre les symptômes de la grippe et ceux du rhume conduit certaines personnes à "recourir à des traitements inadéquats qui ne font que compliquer leur état de santé", selon le ministère argentin de la Santé.

En raison de l'utilisation de jugulaires et d'une vaccination élevée par COVID, le virus de la grippe n'a pas circulé au cours des deux dernières années (EFE/Juan Ignacio Roncoroni)

Pour prévenir la grippe, vous pouvez vous faire vacciner. En Argentine, il est principalement indiqué pour les groupes à risque tels que les adultes de plus de 65 ans, les personnes atteintes de maladies chroniques (diabétiques, maladies cardiaques et pulmonaires) et souffrant de troubles immunitaires, les enfants ou les adolescents qui maintiennent un traitement prolongé avec de l'acide acétylsalicylique (aspirine) et les médecins, les infirmières et les personnes en contact avec des patients à haut risque.

Selon le Dr BonvehÃ, la couverture vaccinale contre la grippe n'a pas dépassé 80% de la population la plus à risque, d'après les données du ministère national de la Santé. Chez les personnels de santé, jusqu'au 21 juin, la couverture était proche de 70%. Chez les femmes enceintes, il ne dépassait pas 40 %. 37% des enfants ont été vaccinés avec la première dose du vaccin. Alors que chez les personnes âgées de plus de 65 ans, la vaccination a dépassé les demandes de l'année dernière.

"Il est important que les personnes appartenant à des groupes à risque se fassent vacciner contre la grippe le plus tôt possible, car le virus circule toujours et est prédominant", a conclu l'expert.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

21.06.2024, 12:00

Alerte à Bogotá en raison du taux d'occupation des unités de soins intensifs en raison du pic respiratoire : se faire vacciner peut aider

Si vous faites partie de ceux qui préfèrent marcher sans masque dans des espaces fermés, comme dans les bus des transports publics, il ne serait pas...

Lire l'article

20.06.2024, 15:00

La Cour Suprême porte plainte contre Ayuso pour les 7.291 décès dans les résidences pendant la pandémie

« Nous ne disposons pas, et la plainte ne fournit pas non plus, de données précises permettant de conclure dans quelle mesure les critères d'orientation...

Lire l'article

04.06.2024, 09:00

Martín Vizcarra : Faute d'« indications », le parquet ouvre une enquête sur l'achat de tests Covid-19

Le procureur intérimaire de la Nation, Juan Carlos Villena , a confirmé lundi que l'enquête contre l'ancien président Martín Vizcarra pour des irrégularités...

Lire l'article

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus