Le régime chaviste a répandu qu'un "faux positif pour COVID-19" a écourté le voyage de Maduro au sommet ibéro-américain

Le dictateur Nicolás Maduro (Reuters)

Le dictateur Nicolás Maduro a été informé vendredi soir par ses médecins d'un résultat positif à un test PCR , comme l'a confirmé ce samedi sa vice-présidente, Delcy Rodríguez. "Cela a conduit à la suspension de leur participation au Sommet ibéro-américain", a ajouté le responsable. Cependant, il a ajouté que ce samedi deux nouveaux tests ont été effectués "avec des résultats négatifs". "Tout indique qu'il s'agissait d'un faux positif", a-t-il déclaré.

Comme d'habitude dans le régime chaviste, l'information n'est pas transparente, donc le statut du dictateur est inconnu.

Hier, une annonce de l'organisation dominicaine du Sommet ibéro-américain a surpris la région. Selon la communication officielle, l'arrivée de Nicolás Maduro était attendue au rendez-vous. Il était étrange que le dictateur ait été encouragé à s'exposer dans un forum avec des détracteurs de poids et sans crainte d'expliciter leurs différences.

Cependant, plus tôt ce samedi, Infobae a confirmé que le dictateur ne serait pas présent et selon des sources de la délégation argentine, la suspension était due au COVID-19.

Maduro menace de réapparaître sur la scène internationale depuis des mois, cependant à la dernière minute il suspend toujours ses déplacements. C'est que ses indéniables violations des droits de l'homme, qui font même l'objet d'une enquête de la Cour pénale internationale, génèrent la répudiation dans le monde entier et chaque fois qu'une visite de sa part est annoncée, la cascade de voix contre lui commence.

Il y a quelques mois , c'est arrivé au sommet de la CELAC, à Buenos Aires . Le dictateur chaviste avait tout prévu pour y assister mais quelques heures auparavant, les forts signes de rejet et les manifestations prévues contre lui l'ont fait renoncer.

En janvier, il était également attendu au Brésil pour l'investiture de Lula da Silva . Même une équipe de renseignement chaviste s'est rendue sur le territoire brésilien pour préparer le terrain en mode équipe d'avant-garde, mais finalement le dictateur n'a pas osé.

Aujourd'hui, lors de la session du Sommet ibéro-américain, les présidents démocrates n'ont pas interrogé directement la délégation vénézuélienne. Peut-être parce que, justement, Maduro n'était pas là. Pourtant, le piment Gabriel Boric était lapidaire chez l'un des plus grands alliés du régime MAduro, le nicaraguayen Ortega.

Il n'est pas acceptable pour nous de garder le silence devant la dictature familiale d'Ortega et Murillo au Nicaragua qui vient de priver 94 opposants de leur nationalité », a dénoncé le président.

«Ortega semble ne pas savoir que la patrie est portée dans son âme et son sang et n'est pas supprimée par décret. Aujourd'hui, nous voyons des menaces qui menacent les démocraties à travers le monde », a-t-il ajouté.

Le président chilien a critiqué la déportation de plus de 200 prisonniers politiques par le régime sandiniste au Nicaragua et a insisté sur le fait que "les problèmes de la démocratie se résolvent avec plus de démocratie et jamais avec moins".

Dans le même ordre d'idées , le président du Paraguay, Mario Abdo Benítez , a également condamné la décision du régime de Daniel Ortega de retirer la nationalité de 94 opposants nicaraguayens, dont l'écrivain Sergio Ramírez, "qui a également perdu ses biens".

"Je suis sûr que beaucoup d'entre eux sont plus nicaraguayens que ceux qui ont pris la décision de retirer leur nationalité", a déclaré le président paraguayen lors du forum régional qui s'est tenu dans la ville de Saint-Domingue. Abdo Benítez a également évoqué "l'événement tragique que l'Europe vit avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie » et la diaspora migratoire qui vit dans la région ibéro-américaine.

« L'État de droit, les droits de l'homme, la liberté, sont des atouts de la démocratie, ils n'ont rien à voir avec la droite ou la gauche. Espérons qu'un espace comme celui-ci servira à donner un itinéraire de sortie à ces crises », a-t-il affirmé.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

04.06.2024, 09:00

Martín Vizcarra : Faute d'« indications », le parquet ouvre une enquête sur l'achat de tests Covid-19

Le procureur intérimaire de la Nation, Juan Carlos Villena , a confirmé lundi que l'enquête contre l'ancien président Martín Vizcarra pour des irrégularités...

Lire l'article

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus