Radiographie COVID de la Croix-Rouge: l'impact de la pandémie et le travail effectué dans le pays

La Croix-Rouge internationale a produit un rapport détaillé sur l'impact du coronavirus

La pandémie de coronavirus , trois ans après son apparition à Wuhan, en Chine, continue de sévir dans le monde avec 675 millions de personnes infectées et 6,7 millions de morts aujourd'hui, selon l'enquête mondiale menée par les différents gouvernements.

Et dans ce contexte, une autre organisation mondiale de la santé, la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge international, a préparé un rapport détaillé sur différentes caractéristiques de l' impact du coronavirus dans le monde.

« La pandémie de COVID-19 a bouleversé la vie des individus et des communautés à un niveau et à une échelle sans précédent. Depuis le début de la pandémie, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du monde entier ont intensifié leurs efforts pour fournir une assistance, communiquer des informations sur les risques et dialoguer avec les communautés, avec le soutien de l'appel d'urgence mondial de la Fédération internationale motivé par le COVID-19. », déclare Jagan Chapagain secrétaire général de la Croix-Rouge internationale au début du rapport spécial préparé sous le titre « Personne n'est en sécurité tant que tout le monde n'est pas en sécurité ».

Données sur les actions de l'entité sanitaire en pleine pandémie

Le rapport de 136 pages consacré au COVID-19 partage les conclusions et les leçons des activités collectives d'au moins cent quatre-vingts (180) Sociétés nationales ou pays.

Il met en lumière les atouts fondamentaux du réseau FICR, sa capacité à agir de manière innovante et à s'adapter rapidement aux contextes opérationnels, tout en préservant la confiance des communautés. L'accent mis par l'organisation sur le renforcement de l'équité et de la résilience à l'échelle mondiale a aidé les communautés partenaires à relever ce défi mondial. Le rapport susmentionné est une compilation importante des enseignements tirés des Sociétés nationales et met l'accent sur la solidarité entre elles et leur collaboration avec les autorités locales.

L'un des points centraux du rapport demande quelle a été la gravité de la pandémie dans différentes régions, en tenant compte des facteurs démographiques ? « Les habitants des pays à faible revenu sont, en moyenne, beaucoup plus jeunes que ceux des pays à revenu élevé, et les jeunes sont beaucoup moins susceptibles de mourir du COVID-19. A quoi ressembleraient les chiffres de la mortalité si tous les pays avaient des populations avec le même profil d'âge ? Pour répondre à cette question, la Croix-Rouge a produit un graphique montrant la surmortalité estimée pour chaque pays, mais en ajustant le nombre de décès en excès en utilisant le rapport de leur taux de mortalité par infection attendu ajusté en fonction de la démographie à la médiane.

Surmortalité si les pays avaient des populations du même âge (Croix Rouge Internationale)

« Cela signifie que les pays dont la population est plus jeune s'adaptent et que les pays dont la population est plus âgée s'adaptent à la baisse. D'une part, il faut se rappeler que cette projection n'est pas réelle ; avoir une population plus jeune est un véritable facteur de protection face à la mortalité due au COVID-19. Cependant, l'impact de la pandémie va au-delà de la mortalité : le graphique donne probablement aussi une meilleure idée du nombre relatif de cas dans différents pays, et peut être pertinent pour des comparaisons d'autres effets de la pandémie, comme le nombre de personnes avec "long COVID", élargi.

Il a poursuivi: «La surmortalité au cours de cette période (qu'elle soit officielle ou estimée) comprendra certainement des décès qui ne sont pas directement dus aux infections au COVID-19, mais qui sont des effets indirects de la pandémie (par exemple, l'indisponibilité du personnel médical) et des tentatives d'atténuation (par exemple, les fermetures de cliniques), ou liées aux effets dévastateurs de la pandémie sur les économies en raison de la réduction des exportations, de la réduction du tourisme, etc. Ces effets sont susceptibles de se faire davantage sentir dans les pays à faible revenu. Par exemple, selon une enquête du Fonds mondial portant sur 32 pays d'Afrique et d'Asie, les visites de soins prénatals ont chuté des deux tiers entre avril et septembre 2020, et les visites aux enfants de moins de cinq ans ont chuté des trois quarts ».

« La Fédération internationale de la Croix-Rouge a le devoir d'analyser les données d'une manière qui fasse sens, dans la mesure du possible, pour tous les pays et toutes les Sociétés nationales. Le simple fait de prendre en compte les nombres de décès officiellement déclarés signifie utiliser des données qui sont susceptibles de considérer les pays de différentes régions et groupes de revenus de manière très différente. Pour cette raison, dans ce rapport, nous avons choisi de nous concentrer sur la surmortalité estimée comme mesure de l'ampleur et de l'évolution de la pandémie. Dans les pays où les statistiques sanitaires sont moins fiables, la pandémie a été bien pire que ne le laissent croire les statistiques officielles : elles sont à la fois une indication de l'exactitude des différents systèmes de statistiques sanitaires et un reflet de la manière dont la pandémie a affecté différents pays. . Plus le pays est pauvre, plus il est susceptible d'avoir un système de statistiques sanitaires moins efficace qui rapporte officiellement moins de décès.

L'Observatoire humanitaire de la Croix-Rouge argentine s'est distingué dans le rapport international préparé

Le cas de la Croix-Rouge argentine

Dans un autre point important de l'étude approfondie, il s'est demandé, comment étaient les Sociétés nationales qui ont essayé de continuer avec un autre type de soutien sanitaire pendant la pandémie ? Et la réponse a été donnée par notre pays à travers le cas exposé de la Croix-Rouge argentine

« Le travail de prévention, de sensibilisation et de réduction de la stigmatisation dans le domaine du VIH/SIDA est l'une des activités établies dans le Plan stratégique de la Croix-Rouge argentine (CRA). Les bénévoles et les promoteurs de la santé des affiliés de tout le pays jouent un rôle actif dans ce domaine de travail par le biais de campagnes, de visites, d'ateliers, de conférences, de matériel de communication et de distribution de préservatifs et de tests rapides. Ce travail s'est poursuivi pendant la pandémie », lit-on dans le rapport.

« Au plus fort de la pandémie en Argentine, de nombreuses personnes ont été contraintes de s'isoler conformément aux mesures gouvernementales. Le CRA a supervisé le fonctionnement du parc sanitaire de Tecnópolis, un centre d'isolement d'une capacité de plus de 2 000 personnes. Le centre était un espace d'isolement temporaire pour les personnes âgées de 18 à 50 ans qui avaient reçu un diagnostic de COVID-19 mais qui ne présentaient pas de symptômes graves nécessitant l'isolement. L'objectif était de garantir un lieu de convalescence aux patients dans les meilleures conditions et d'éviter que d'autres personnes ne soient infectées. Cela était particulièrement nécessaire pour les personnes qui ne pouvaient pas respecter les mesures d'isolement parce qu'elles vivaient dans des conditions de surpeuplement ou n'avaient pas de maison ou d'endroit pour s'isoler pour éviter de contaminer d'autres personnes », a-t-il poursuivi.

Une femme reçoit un vaccin fourni par la Croix-Rouge italienne (REUTERS/Guglielmo Mangiapane/File Photo)

L'étude explique que le centre effectuait des rotations quotidiennes de 100 volontaires de l'ARC qui avaient été formés à tous les protocoles de biosécurité requis pour leur protection et celle des patients. De plus, tous les vendredis, des volontaires de l'ARC ont dispensé des cours complets d'éducation sexuelle et de VIH aux personnes présentant des symptômes légers de COVID-19 séjournant au parc de santé de Tecnópolis.

« Le CRA apporte son soutien aux personnes trans et aux personnes vivant avec le VIH à travers deux axes d'action43 : la livraison de kits alimentaires et d'hygiène, en coordination avec l'Association des travestis transsexuels et transgenres d'Argentine et la Fédération argentine des lesbiennes, gays, bisexuels et trans , et le renforcement des moyens de subsistance des personnes trans grâce à des ateliers sur la sécurité alimentaire et l'artisanat, en coordination avec le lycée populaire Mocha Celis Travesti-Trans. De plus, l'ARC a maintenu ses centres de dépistage rapide du VIH ouverts pendant la pandémie, en respectant les protocoles de biosécurité, pour s'assurer que les gens puissent toujours accéder à ce service. Des tests rapides sont effectués chaque semaine, comme ils le sont depuis huit ans, et s'adressent à l'ensemble de la communauté. Ils sont volontaires, gratuits et confidentiels », conclut l'étude.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus