Pourquoi le virus COVID évolue trois fois plus vite chez le cerf que chez l'homme

Plus de 10 % des échantillons d'écouvillons nasaux prélevés sur des cerfs dans 83 des 88 comtés de l'Ohio ont été testés positifs au COVID-19, selon des chercheurs de l'Ohio State University.

Le virus semble également se transmettre entre les humains et les cerfs, et une analyse génomique a montré qu'au moins 30 infections chez les cerfs ont été introduites par les humains. La manière dont se produit cette transmission reste un mystère pour les experts.

"Nous parlons généralement de la transmission entre espèces comme d'un événement rare, mais cet échantillonnage n'était pas énorme et nous avons pu documenter 30 sauts. Il semble se déplacer assez facilement entre les humains et les animaux", a déclaré le co-auteur Andrew Bowman. professeur agrégé de médecine vétérinaire préventive à l'Ohio State University à Columbus.

Les scientifiques l'ont étudié en collectant plus de 1 500 écouvillons nasaux sur des cerfs sauvages dans 83 des 88 comtés de l'Ohio entre novembre 2021 et mars 2022.

Une étude récente montre que les variantes du COVID-19 évoluent trois fois plus rapidement chez le cerf de Virginie que chez l'homme, soulevant de nouvelles inquiétudes quant à la transmission entre espèces. REUTERS/Carlo Allegri

Plus de 10 pour cent des échantillons se sont révélés positifs pour le virus COVID-19 . Les scientifiques ont trouvé au moins un cas positif dans 59 pour cent des comtés testés.

« Et il est de plus en plus évident que les humains peuvent être infectés par les cerfs, ce qui n'est pas une surprise radicale. « Ce n'est probablement pas une voie à sens unique », a déclaré Bowman dans un communiqué de presse de l'université. La circulation du virus chez les cerfs pourrait entraîner sa propagation à d’autres animaux sauvages et au bétail.

Bowman et ses collègues ont étudié cette question et avaient déjà signalé avoir découvert des infections chez des cerfs de Virginie dans neuf endroits de l'Ohio fin 2021.

"Nous nous sommes étendus à l'Ohio pour voir s'il s'agissait d'un problème localisé, et nous l'avons trouvé dans de nombreux endroits, ce n'est donc pas seulement un événement localisé", a déclaré Bowman. "À l'époque, on pensait qu'il s'agissait peut-être uniquement des cerfs urbains, car ils ont des contacts plus étroits avec les gens. Mais dans les zones rurales de l'État, nous trouvons un certain nombre de cerfs positifs."

Les scientifiques estiment qu'environ 23,5 % des cerfs de l'Ohio ont été infectés par le COVID-19 à un moment donné, ce qui suggère l'existence d'un réservoir viral dans la faune sauvage (Getty Images)

L’étude a également détecté des anticorps COVID dans des échantillons de sang provenant d’infections antérieures. Les chercheurs ont estimé qu'environ 23,5 pour cent des cerfs de l'Ohio ont été infectés à un moment ou à un autre.

Les scientifiques ont collecté 80 séquences entières du génome dans les échantillons représentant des groupes de variantes virales. Ils ont également trouvé les variantes delta et alpha, bien connues.

La composition génétique des variantes delta chez le cerf correspondait aux lignées dominantes trouvées chez l'homme à l'époque. Les auteurs ont déclaré que cela indiquait des événements de transmission et que la transmission entre cerfs se poursuivait en groupes, dont certains s'étendaient sur plusieurs comtés.

"Il y a probablement un élément temporel dans ce que nous avons trouvé : nous étions proches de la fin d'un pic de delta chez les humains, puis nous avons vu beaucoup de delta chez les cerfs", a déclaré Bowman. "Mais la détection de l'alpha chez l'homme était dépassée depuis longtemps. L'idée selon laquelle les cerfs s'accrochent à des lignées déjà éteintes chez l'homme nous inquiétait."

L'étude a également trouvé des anticorps contre le COVID-19 dans des échantillons de sang de cerf, indiquant des infections antérieures et une possible immunité partielle dans la population de cerfs (Getty Images)

Les résultats suggèrent que la vaccination est susceptible d’aider les gens à prévenir des maladies graves en cas de transmission du COVID-19 par les cerfs. Les auteurs de l’étude ont noté que les hamsters sibériens vaccinés ne tombaient pas aussi malades à cause d’une infection par des variantes de cerfs que ceux qui n’étaient pas vaccinés.

Les variantes en circulation chez les cerfs devraient continuer à évoluer. "Non seulement les cerfs sont infectés par le SRAS-CoV-2 et le maintiennent, mais le taux de changement est accéléré chez les cerfs, s'éloignant potentiellement de ce qui a infecté les humains", a déclaré Bowman.

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune épidémie importante de souches provenant de cerfs parmi les humains, même s’il existe 30 millions de cerfs sauvages aux États-Unis.

Selon l'étude, la circulation du virus chez les cerfs pourrait entraîner sa propagation chez d'autres animaux sauvages et le bétail, ce qui pourrait avoir des implications pour la santé publique. Crédit : koto_feja N° créatif : 1435658319 Type de licence : Libre de droits

Mais le virus circule probablement encore chez les animaux, étant donné que 70 pour cent des cerfs de l'Ohio n'ont pas encore été infectés, selon le rapport.

"Le fait que des hôtes animaux soient impliqués crée des choses auxquelles nous devons faire attention", a déclaré Bowman. "Si cette trajectoire se poursuit et que nous avons un virus qui s'adapte aux cerfs, cela devient-il une voie d'accès vers d'autres animaux hôtes, sauvages ou domestiques ? Nous ne le savons tout simplement pas."

L'étude a été publiée dans le numéro du 28 août de la revue Nature Communications. Le travail a été soutenu par l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses et l’Institut des maladies infectieuses de l’État de l’Ohio.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis offrent plus d’informations sur la transmission des variantes du COVID-19 entre les animaux et les humains.

Article de HealthDay, traduit par HolaDoctor.com

SOURCE : Ohio State University, communiqué de presse, 28 août 2023

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

04.06.2024, 09:00

Martín Vizcarra : Faute d'« indications », le parquet ouvre une enquête sur l'achat de tests Covid-19

Le procureur intérimaire de la Nation, Juan Carlos Villena , a confirmé lundi que l'enquête contre l'ancien président Martín Vizcarra pour des irrégularités...

Lire l'article

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus