Un parent sur quatre n'a pas divulgué les données COVID de ses enfants, selon une étude

L'étude montre la réticence d'1 parent sur 4 à révéler que leurs enfants avaient la maladie ou le non-respect des protocoles sanitaires de prévention du COVID-19 (Getty)

Les gens ne sont pas toujours honnêtes quant aux informations sur leur santé ou ne suivent pas les recommandations médicales qu'ils reçoivent, y compris les mesures ordonnées par les gouvernements pour l'urgence sanitaire du COVID-19 , comme signaler les symptômes de l'infection, se conformer à la quarantaine ou isolement obligatoire.

De nombreux parents ont reconnu avoir induit les autres en erreur lorsque leurs enfants ont été testés positifs pour COVID-19, selon un rapport de chercheurs de l'Université de la santé de l'Utah et du Middlesex Community College, Connecticut, tous deux aux États-Unis en collaboration avec des scientifiques britanniques.

Selon les chiffres recueillis par les chercheurs, plus de 25% des parents interrogés ont admis avoir caché qu'ils savaient ou soupçonnaient que leurs enfants avaient le COVID des personnes avec lesquelles ils étaient en contact. L'étude, qui a été publiée cette semaine dans JAMA Network Open, offre des indices sur la propagation du SRAS-CoV-2 aux États-Unis.

Parmi les raisons les plus fréquemment citées par les participants à l'étude figuraient l'incapacité de rester à la maison pour s'occuper d'enfants malades et le désir de prendre des décisions en matière de soins de santé pour leur famille sans l'intervention des autorités.

Parmi ceux qui n'étaient pas francs sur la façon dont le coronavirus affectait leurs enfants, environ 60% ont déclaré avoir induit d'autres personnes en erreur sur le statut vaccinal des mineurs (Getty)

En outre, selon le rapport, certains parents d'enfants plus jeunes ont menti sur l'âge de leurs enfants afin de se faire vacciner.

La découverte soulève des inquiétudes quant à la réticence des parents à divulguer que leurs enfants étaient atteints de la maladie ou au manque de respect des protocoles de santé pour la prévention du COVID-19, ce qui aurait pu contribuer à la transmission du coronavirus et exacerber ses taux élevés d'infection. hospitalisation et décès, selon Angela Fagerlin , auteure principale de l'étude et présidente du Département des sciences de la santé des populations de l'Université de l'Utah Health.

"La pandémie a créé un stress énorme pour nous tous, en particulier pour les parents", a ajouté Andrea Gurmankin Levy , co-auteur de l'étude et professeur de sciences sociales au Middlesex Community College. Outre Levy, Fagerlin et leurs collègues, des scientifiques du Colorado, de l'Iowa et de Grande-Bretagne ont également participé à la recherche.

« Comme tout le monde, les parents craignaient de tomber malades à cause du COVID-19 ou de perdre leur emploi, mais les parents devaient également jongler avec les responsabilités professionnelles pendant que leurs enfants étaient à la maison en quarantaine. Il est tout à fait possible que certains parents aient déformé le statut COVID-19 de leurs enfants ou n'aient pas respecté les règles de test ou d'isolement dans le but d'alléger une partie de ce fardeau", a interprété le chercheur.

Une étude offre des indices sur la propagation du SRAS-CoV-2 aux États-Unis (Getty)

Les chercheurs ont analysé les réponses de 580 parents qui avaient des enfants à charge de moins de 18 ans qui vivaient avec eux au cours de la pandémie. L'enquête a été réalisée en décembre 2021.

D'après les données recueillies, environ 26 % des tuteurs ont déformé d'une manière ou d'une autre le statut COVID-19 d'un enfant dont ils ont la charge. Parmi ceux qui n'étaient pas francs sur la façon dont le coronavirus affectait leurs enfants , les chercheurs ont averti que :

- Environ 60% ont déclaré avoir trompé les autres sur le statut vaccinal de leurs enfants lorsqu'ils voulaient que les mineurs participent à une activité nécessitant une vaccination.

- Plus de la moitié des parents ont indiqué qu'ils dissimulaient des informations sur la santé parce qu'ils voulaient avoir la liberté de faire ce qu'ils pensaient être le mieux pour leur famille.

- Près de 43% des parents ont déclaré qu'ils n'avaient pas dit aux autres que leurs enfants avaient le COVID-19 parce qu'ils ne voulaient pas qu'ils manquent l'école.

- Environ 35% des parents n'ont pas révélé que leur enfant avait la COVID-19 car ils ne comptaient pas sur la possibilité de s'absenter du travail pour s'occuper de lui.

Certains parents n'étaient pas honnêtes sur le statut vaccinal de leurs enfants pour leur permettre de participer à des activités avec des protocoles sanitaires (iStock)

"Il semble que beaucoup de parents s'inquiétaient du fait que leurs enfants manquent l'école, et en tant que parent de trois enfants d'âge scolaire, je peux comprendre cela. Cependant, en même temps, ils exposaient potentiellement d'autres enfants à des maladies graves. C'est donc compliqué parce que ce que vous pensez être le mieux pour votre enfant peut ne pas l'être pour les autres enfants de la classe", a déclaré l'un des chercheurs.

Selon les chercheurs, certains parents ont trompé les autres, mais l'ont fait d'une manière peu susceptible de nuire aux autres. Par exemple, certains ont dit aux agents de santé que leur enfant était trop âgé pour qu'ils puissent le faire vacciner.

"Les parents auraient pu penser que mentir sur l'âge de leur enfant était une bonne chose car cela les aiderait à rester en bonne santé et à l'abri du virus et potentiellement à protéger ceux qui les entourent. Mais il y avait une limite d'âge pour une raison. Le vaccin n'avait pas été testé sur des enfants plus jeunes et il n'était pas clair s'il serait sûr ou efficace pour eux", ont expliqué les chercheurs.

Les chercheurs ont analysé les réponses de 580 parents qui avaient des enfants à charge de moins de 18 ans qui vivaient avec eux au cours de la pandémie (Getty)

L'équipe de recherche a précisé qu'environ 70% des participants à l'étude étaient des femmes, ce qui indique que l'étude ne représente pas entièrement la composition démographique des États-Unis, une considération importante lors de l'interprétation des résultats, selon Alistair Thorpe, co-auteur de l'étude. . , ancien étudiant postdoctoral à l'Université de la santé de l'Utah et actuellement chercheur postdoctoral à l'University College London.

Les chercheurs soupçonnent également que certains participants ont peut-être manipulé certaines de leurs réponses à l'enquête. « Mentir sur le mensonge est certainement une possibilité. Au contraire, 26% est probablement le nombre minimum de parents qui ont déformé le statut COVID-19 de leurs enfants pendant la pandémie », a déclaré Fagerlin.

En conclusion, un professeur de sciences sociales à Middlesex a déclaré : « Nous devons faire un meilleur travail en fournissant des mécanismes de soutien comme des congés de maladie payés en cas de maladie familiale afin que les parents n'aient pas l'impression que leur seule option est de faire de fausses déclarations ou de ne pas -le respect des directives de santé publique lors d'une future épidémie de maladies infectieuses de l'ampleur du COVID-19."

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 12:00

La Thaïlande lève son veto sur un film inspiré de Shakespeare près de 12 ans plus tard

Bangkok, 21 février (EFE).- Un tribunal thaïlandais a levé le veto d'un film inspiré de William Shakespeare dont l'exposition dans le pays était interdite...

Lire l'article

20.02.2024, 06:00

Congrès : Ils proposent une nomination exceptionnelle au personnel de santé régulier du CAS qui avait été embauché avant la pandémie

Le député Juan Carlos Mori , hors groupe, a présenté un projet de loi qui propose la nomination exceptionnelle du personnel de santé au niveau national,...

Lire l'article

17.02.2024, 10:00

Quelle est la probabilité que des milliers de bureaux vides déclenchent une crise financière ?

Dans le centre de Manhattan , les difficultés liées à l'immobilier commercial sont omniprésentes. Du côté ouest, près de Carnegie Hall, se trouve...

Lire l'article

16.02.2024, 18:00

« Petro a raison » : un scientifique explique l'hypothèse de la relation entre le changement climatique, les chauves-souris et le covid-19

Bien que le président Gustavo Petro ait déclaré que « une certaine presse trouve cela scandaleux », le message de l'hypothèse sur l'influence du...

Lire l'article

16.02.2024, 08:00

Les victimes des maisons de retraite s'expriment après les aveux d'Ayuso : « Ils ont tué mon père de manière indigne »

« De nombreuses personnes âgées sont également décédées lorsqu’elles ont été hospitalisées. "Ils n'allaient pas être sauvés." Avec ces mots,...

Lire l'article

15.02.2024, 20:00

C'est l'étude que Gustavo Petro a citée pour affirmer que le changement climatique et les chauves-souris sont responsables du covid-19.

Le président de la République, Gustavo Petro, a prononcé un discours le mardi 13 février 2024, lors de l'inauguration d'une centrale de panneaux solaires...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus