L'OMS a décidé de maintenir le COVID-19 comme "une urgence de santé publique"

L'OMS a appelé

Ce lundi 30 janvier, l' Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que le COVID-19 continue de constituer une « urgence de santé publique d' importance internationale », la plus haute forme d'alerte envisagée par cette entité. Comme indiqué dans un communiqué, la pandémie est à un « point de transition », qui continue de nécessiter une gestion prudente pour « atténuer les éventuelles conséquences négatives ».

Cette déclaration de l'organisation a eu lieu après une réunion dirigée par le directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus . "Alors que nous entrons dans la quatrième année de cette pandémie, il ne fait aucun doute que nous sommes dans une bien meilleure situation maintenant qu'il y a 365 jours, lorsque la vague de la variante Ómicron était à son apogée", a-t-il détaillé. Cependant, les experts de l'OMS ont précisé que, depuis début décembre, « les décès signalés chaque semaine ont augmenté et au cours des huit dernières semaines, plus de 170 000 personnes dans le monde ont perdu la vie à cause du SRAS-CoV-2 ».

Selon le communiqué, "l'arrivée des vaccins et des traitements a considérablement modifié la situation de la pandémie depuis 2020, et le directeur général de l'OMS a précisé qu'il espère voir la fin de l'urgence en 2023, surtout si elle peut être amélioré." l'accès aux contre-mesures à l'échelle mondiale.

Il y a quelques jours, les conseillers du comité d'experts de l'OMS ont révélé à l'agence Reuters que ce n'était pas le moment de mettre fin à l'urgence sanitaire, "compte tenu de l'incertitude concernant la vague d'infections en Chine après la levée de ses strictes restrictions fin 2022". De cette manière, l'OMS a averti que "des mesures de santé publique à long terme sont nécessaires, car le virus devrait rester un agent pathogène établi dans un avenir prévisible".

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. a dirigé la dernière réunion de l’instance pour déclarer que le COVID continue d’être une urgence sanitaire (AFP)

Selon les chiffres publiés par l'agence, COVID "a officiellement causé 6 804 491 décès au 27 janvier, bien que l'organisation et les experts s'accordent à dire que le nombre de décès est en fait beaucoup plus élevé".

Sous ces préceptes, l'OMS a laissé les recommandations suivantes à ses pays membres.

-Focus sur la vaccination et les renforts.

-Améliorer la communication des données à l'OMS.

-Accroître l'utilisation et la disponibilité à long terme des vaccins, des diagnostics et des thérapeutiques contre le COVID-19.

-Préparez-vous aux futures épidémies.

-Travailler avec les communautés.

-Adapter les mesures de déplacement aux secteurs à risque.

-Soutenir la recherche pour améliorer les vaccins et la condition post-virus.

La situation en Argentine

Selon le dernier rapport publié par le ministère national de la santé , depuis le début de la pandémie au début de 2020, 10 037 135 cas et 130 421 décès dus au COVID ont été enregistrés dans le pays. À son tour, selon le bulletin épidémiologique préparé par le portefeuille dirigé par Carla Vizzotti , "en Argentine, la situation actuelle des variantes du SRAS-CoV-2 se caractérise par une circulation exclusive de la variante Ómicron". En ce qui concerne les sous-lignées, "un plus grand nombre d'échantillons positifs pour ÓmicronBQ.1", connu sous le nom de "chien de l'enfer", est enregistré.

En Argentine, la variante Ómicron est celle qui prédomine dans les cas enregistrés par le ministère de la Santé (Getty)

Cette sous-lignée est un "enfant" de la sous-variante BA.5, donc les vaccins bivalents (ou bivariés) sont conçus pour la "combattre". Dans tous les cas, les spécialistes soulignent l'importance d'appliquer des doses de rappel (soit ces nouvelles formulations, soit celles déjà approuvées pour le virus ancestral) pour augmenter la réponse immunitaire et obtenir une meilleure protection contre l'infection.

Le nom "chien de l'Enfer" ou "chien de l'Enfer" ( Hellhound, en anglais) est lié au "Cancerbero" ou "Cerbero", le chien à trois têtes dont le "propriétaire" était Hadès, le dieu des morts et des monde souterrain dans la mythologie grecque Décrit comme un féroce gardien, ce chien devait garder les portes de l'Enfer pour que les morts ne s'échappent pas et, parallèlement, que les vivants n'y entrent.

Dans ce cadre, la raison pour laquelle ce sous-variant a été nommé ainsi est qu'il est au moins 10% plus transmissible que les autres variants, avec lesquels une analogie a été recherchée pour la difficulté à y échapper et sa capacité à échapper aux anticorps. "Cette variante dérive de BA.5, également dans BQ.1 est BQ.1.1, qui est une sous-variante", avait précédemment expliqué à Infobae le biochimiste, immunologiste et chercheur principal du CONICET, Guillermo Docena.

En Argentine, des vaccins bivalents seront distribués dans 24 juridictions (REUTERS/Eric Gaillard)

Selon l'expert, l'apparition de ces variants se fait « par accumulation de mutations, qui les rendent plus transmissibles. Des variants apparaissent constamment car le virus, au fur et à mesure qu'il se transmet et se réplique, mute ; mais certaines variantes générées ne remplacent pas les précédentes ».

Sur ce ton, Docena avait souligné : « Il faut souligner que ce virus a déjà été détecté en Argentine et, s'il est ici, il circulera. Puisque les gens sont vaccinés, ils vont avoir une maladie bénigne et ne sauront probablement même pas qu'ils ont le COVID. Encore moins qu'ils aient cette variante ; c'est pourquoi ils vont le diffuser. En d'autres termes, celui qui est vacciné, même s'il a toutes les doses de rappel, sera toujours infecté, mais la différence avec les non vaccinés, c'est qu'il aura une maladie bénigne, comme la grippe, ou qu'il sera directement asymptomatique, mais il peut transmettre des virus à des tiers ».

Mardi 24 janvier dernier, la distribution des vaccins bivalents ou bivariés contre le COVID-19 a commencé dans tout le pays. Il appartient à chacune des 24 juridictions qui composent l'Argentine de décider quand et comment appliquer ces doses dans le cadre du plan stratégique de vaccination, qui comprenait déjà des vaccins développés sur la base de différentes plateformes.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

22.04.2024, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

22.04.2024, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus