La nouvelle campagne de vaccination contre le covid-19 après l'été : « copie » la grippe et se limite à certains groupes de population

Image d'archive d'une personne recevant une dose du vaccin covid-19 (REUTERS/Emily Elconin/File Photo)

Mario Fontán, expert en Santé Publique et membre du Centre National d'Épidémiologie (CNE) dans un plan de surveillance de la pandémie, assure que « la tendance est de suivre la même stratégie que contre la grippe », depuis le La situation a changé : « À l'époque, il était logique, compte tenu du contexte de la maladie et de la saturation des hôpitaux, de proposer à l'ensemble de la population un vaccin, voire une dose de rappel, mais il est désormais temps de passer à un vaccin spécifique ». recommandation pour les groupes à haut risque», a affirmé l'épidémiologiste.

Cette année, la campagne de vaccination ressemblera donc beaucoup plus à celle d’autres virus stationnaires comme la grippe . Le vaccin ne sera pas recommandé à tout le monde et est limité à certains groupes de population, même si toute personne souhaitant recevoir une dose peut se rendre chez son médecin de famille et en faire la demande.

Ce sont les personnes qui seront vaccinées contre le covid-19

Le Ministère de la Santé, dans un document de recommandations vaccinales contre la grippe et le covid-19 pour la saison 2023-2024 approuvé par la Commission de Santé Publique, estime que les groupes de population suivants devraient être vaccinés :

1. Personnes âgées de 60 ans ou plus.

2. Les personnes âgées de 5 ans ou plus détenues dans des résidences pour personnes âgées et des centres pour handicapés, ainsi que les autres personnes institutionnalisées de longue durée et les résidents d'institutions fermées.

3. Les personnes de moins de 60 ans présentant les conditions à risque suivantes : diabète sucré et syndrome de Cushing ; obésité morbide (indice de masse corporelle ≤ 40 chez les adultes, ≤ 35 chez les adolescents ou ≤ 3 SD chez les enfants) ; les maladies cardiovasculaires, neurologiques ou respiratoires chroniques, notamment la dysplasie broncho-pulmonaire, la mucoviscidose et l'asthme ; maladie rénale chronique et syndrome néphrotique ; les hémoglobinopathies et anémies ou hémophilie, autres troubles de la coagulation et troubles chroniques de la coagulation, ainsi que les receveurs de produits sanguins et de transfusions multiples ; asplénie ou dysfonctionnement splénique sévère ; maladie hépatique chronique, y compris l'alcoolisme chronique ; maladies neuromusculaires graves Recommandations vaccinales saisonnières 2023-2024 ; immunosuppression (y compris les déficits immunitaires primaires et ceux causés par l'infection par le VIH ou les médicaments, ainsi que chez les receveurs de greffe et le déficit en complément) ; cancers et tumeurs malignes du sang ; fuite de liquide céphalo-rachidien et implant cochléaire ou en attente ; maladie cœliaque ; maladie inflammatoire chronique; troubles et maladies entraînant un dysfonctionnement cognitif tels que le syndrome de Down, la démence et autres.

4. Femmes enceintes à n'importe quel trimestre de la grossesse et femmes pendant la puerpéralité (jusqu'à 6 mois après l'accouchement et qui n'ont pas été vaccinées pendant la grossesse).

5. Personnes vivant avec des personnes présentant un degré élevé d'immunosuppression : désigne généralement les receveurs de greffe de cellules souches hématopoïétiques, les receveurs de greffe d'organe solide, l'insuffisance rénale chronique, l'infection par le VIH avec un faible taux de CD4 (<200 cellules/ml), certaines immunodéficiences primaires. ) et ceux qui suivent certains traitements immunosuppresseurs. Les cohabitants de personnes atteintes d’autres maladies plus à risque et plus âgées peuvent également être inclus.

Le système de surveillance du ministère de la Santé a détecté une augmentation des cas de covid, puisque le taux dans les soins primaires est de 99,4 cas pour 100 000 habitants, avec une augmentation par rapport à la semaine précédente, où il était de 30 cas pour 100 000 habitants. La pression hospitalière, clé pour agir, ne pose pas de problème et le taux d'hospitalisation s'élève à 1,7 cas pour 100 000 habitants .

Doit-on s’inquiéter des nouveaux variants du covid ?

Un agent de santé détient un échantillon à analyser pour le covid-19 (REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo)

Au cours des cinq dernières semaines, la prédominance des variantes du coronavirus au cours des cinq dernières semaines a une nouvelle dérivation omicron , XBB.1.5-like+F456L comme principale, présente dans 30% des cas diagnostiqués, bien que cette année ou ait été dominé par les variantes BQ.1 (32%), XBB.1.5 (31%) et BA.5 (9%).

Cependant, Fontán met en garde contre « une obsession exagérée lorsqu'il s'agit de distinguer les variantes , car plus tard, la pertinence clinique est moindre par rapport aux variantes de la grippe ». Cette idée entre en concurrence avec la croyance générale selon laquelle il est urgent de réadapter les vaccins aux nouveaux variants, un objectif sans doute, mais qui n’enlève rien à la réalité : que les vaccins actuels s’avèrent efficaces puisque les mutations virales ne présentent pas de changements majeurs. « Il est intéressant de véhiculer l'idée qu'un vaccin est adapté ne signifie pas qu'il vaut mieux éviter l'hospitalisation . Faire passer le message selon lequel seuls les vaccins adaptés sont valables n'est pas tout à fait correct, car les vaccins précédents sont également efficaces», déclare l'expert.

Néanmoins, la Santé "espère disposer des nouveaux vaccins adaptés avant le début de la saison" afin qu'ils soient adaptés contre la sous-variante XBB 1.5. Cette mise à jour continue se produit également avec la grippe, car les virus en circulation mutent à plusieurs reprises pour survivre.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus