Un monde sans urgence sanitaire due au COVID, repense ses directives de vaccination

Depuis décembre 2019, on estime que le COVID-19 a causé la mort d'au moins 20 millions de personnes selon l'OMS, (Getty Images)

Pendant plus de trois ans, l' émergence d'un virus inconnu comme le coronavirus , qui cause la maladie COVID-19 , a poussé l'humanité dans une catastrophe qui a coûté la vie à au moins 20 millions de personnes , laissé des séquelles chez plus de 10% de celles-ci. touchés, ont produit des perturbations dans la vie quotidienne, des débordements dans le système de santé et ont contribué à l'augmentation des niveaux de pauvreté, entre autres impacts politiques, sociaux et environnementaux.

Hier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis fin à la déclaration du COVID comme "urgence de santé publique de portée internationale" . Le début de cette déclaration avait eu lieu le 30 janvier 2020, et plus tard, le 11 mars, il a qualifié l' épidémie de pandémie. L'origine du coronavirus, qui se trouvait en Chine, fait toujours l'objet d'une enquête.

Le Comité d'urgence de l'OMS sur le COVID-19 a estimé que le COVID ne répondait plus à la définition d'une urgence de santé publique, selon la réglementation sanitaire. Le directeur a accepté la recommandation. Mais la décision ne signifie pas que la pandémie est terminée.

Alors que les vaccins ont évité plus de 25 millions de décès, la semaine dernière, COVID a fait une mort toutes les trois minutes. L'une des difficultés est que bien que les vaccins soient connus pour être sûrs et efficaces, l'inégalité persiste dans le monde en ce qui concerne l'accès : 2,3 milliards de personnes n'ont pas reçu de doses et la majorité se trouve dans les pays en développement.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis fin à la déclaration du COVID comme

"La bataille n'est pas terminée", a prévenu hier Mike Ryan, le directeur du programme d'urgence sanitaire de l'OMS. « Nous avons encore des points faibles. Et ces faiblesses que nous avons encore dans notre système seront exposées par ce virus ou un autre. Et vous devez les réparer", a-t-il admis lors d'une conférence de presse.

Dans un dialogue exclusif avec Infobae , le Dr Madhukar Pai , professeur de la Chaire de recherche du Canada en épidémiologie et santé mondiale et directeur associé du Centre international de la tuberculose McGill, à Montréal, Canada, et rédacteur en chef de la revue PLOS Global Public Santé , a analysé le sens de la mesure de l'agence sanitaire.

« Le virus SARS-CoV-2 continue de se propager dans le monde et d'évoluer. Par conséquent, nous verrons de nouveaux cas et de nouvelles sous-variantes. Nous devons tout faire pour protéger les plus vulnérables. Cela comprend l'utilisation de vaccins, des doses de rappel et des interventions telles qu'une meilleure ventilation et l'utilisation de masques dans des endroits surpeuplés ou fermés (en particulier lors de grandes vagues de cas) ».

L'application des vaccins développés et évalués au cours de l'année 2020 a permis d'éviter plus de 25 millions de décès dans le monde. Mais l'accès n'a pas été équitable / Crédit : Getty

Pour le Dr Pai, la pandémie laisse une grande leçon qui doit être apprise. « Aujourd'hui, la santé dans le monde tourne autour de ce que les Nordistes veulent faire en tant que 'charité' et non autour de la justice ou d'une véritable solidarité. Pour cette raison, les experts des pays du Sud parlent de la nécessité d'être autosuffisants et de fabriquer leurs propres vaccins, médicaments et autres produits. Attendre le ruissellement de la charité et des dons des pays riches n'est pas une bonne stratégie pour faire face aux pandémies.

Pendant ce temps, Pablo Bonvehí , ancien président de la Société argentine des maladies infectieuses et responsable des maladies infectieuses au CEMIC, en dialogue avec Infobae , a estimé : « La cessation de l'urgence de santé publique par l'OMS signifie qu'il y aura une transition dans la gestion d'une maladie de longue durée. La décision a été prise en tenant compte de la couverture vaccinale et des infections antérieures qui confèrent également une immunité.

Bonvehí a rappelé qu'il y a quelques semaines "l'OMS a recommandé que les vaccins COVID soient désormais intégrés dans les programmes nationaux des pays et que des renforcements soient appliqués dans les groupes les plus à risque".

Pour Roberto Debbag , président de la Société latino-américaine des maladies infectieuses pédiatriques, la fin de l'urgence sanitaire "est une décision qui devait être prise. Aujourd'hui le coronavirus est comme le virus de la grippe ou le virus respiratoire syncytial qui provoque la bronchiolite. Cependant, il ne faut pas le négliger car il peut y avoir de nouvelles poussées, notamment chez les personnes qui n'ont pas les doses vaccinales à jour ou qui n'ont pas eu l'infection, comme c'est le cas chez de nombreux bébés.

Comme le virus devrait continuer à circuler, il a été recommandé que les vaccins COVID soient intégrés dans les programmes nationaux des pays et que des rappels soient appliqués dans les groupes les plus à risque (Getty Images)

Para los próximos meses, Debbag recomendó que los grupos de mayor riesgo deben aplicarse los refuerzos, que se tenga en cuenta la ventilación en los ambientes cerrados, y que las personas con síntomas no deben ir a la escuela o al trabajo para no transmitir la infección à d'autres.

En Argentine, de mars 2020 à la dernière semaine signalée, 10 052 021 personnes ayant reçu un diagnostic de COVID ont été enregistrées. 130 501 personnes sont décédées au 22 avril.

Le plan stratégique de vaccination a débuté fin décembre 2020. Il a consisté en l'application des doses du schéma primaire. Près d'un an plus tard, la vaccination par rappel a commencé à étendre la protection offerte par les différents vaccins contre le COVID, qui ont été développés et évalués courant 2020 et ont démontré leur efficacité et leur innocuité.

En Argentine, les vaccins contre le COVID ont commencé à être appliqués lentement en décembre 2020 / Dossier

Il y a quelques jours, les autorités sanitaires des 24 juridictions du pays, qui composent le Conseil fédéral de la santé, avec le ministère national de la Santé, dirigé par Carla Vizzotti, avaient convenu que les groupes les plus à risque de développer des complications et de mourir s'ils contractent l'infection.

Les autorités ont donné des recommandations pour se faire vacciner contre le COVID il y a quelques jours en suivant la proposition de la Commission nationale de vaccination (CoNaiN). Voici 11 questions fréquemment posées sur qui et quand peut se faire vacciner dans le contexte actuel en Argentine :

Aujourd'hui, les personnes de plus de 50 ans font partie des groupes à risque qui devraient recevoir un vaccin si plus de 6 mois se sont écoulés depuis l'application de la dernière dose / Dossier

1- Qui devrait recevoir des doses parce qu'il fait partie des groupes à haut risque ?

«Nous recommandons fortement de se faire vacciner contre le COVID à ceux qui font partie des groupes à haut risque de développer des maladies graves, comme les personnes de plus de 50 ans, les personnes enceintes ou enceintes et les personnes immunodéprimées si 6 mois se sont écoulés depuis la dernière dose appliqué », la directrice nationale du contrôle des maladies transmissibles du ministère de la Santé de la Nation, Teresa Strella , a répondu à Infobae .

Les personnes de moins de 50 ans atteintes de maladies telles que l'obésité, la maladie pulmonaire obstructive chronique et d'autres comorbidités devraient également opter pour une dose. Le personnel de santé et le personnel stratégique, tels que les enseignants et ceux des forces armées et de sécurité, qui ont moins de 50 ans, doivent également aller se faire vacciner si 6 mois se sont déjà écoulés depuis la dernière application d'une dose.

Dans les groupes à risque figurent également les femmes enceintes ou enceintes. Ils courent un plus grand risque de souffrir de maladies graves s'ils attrapent le virus et n'ont pas de vaccins à jour/EFE/Juan Ignacio Roncoroni/File

2- Si une personne a plus de 50 ans ou est immunodéprimée, devra-t-elle prendre 2 doses cette année ?

Dans le cas des personnes immunodéprimées et pour les plus de 50 ans, qui ont reçu la dernière dose il y a plus de 6 mois, les doses sont autorisées tous les 6 mois. Cela signifie que si une personne de ces groupes reçoit le vaccin en mai, un autre rappel peut être administré après un intervalle d'au moins 4 mois. C'est-à-dire que vous pouvez aller recevoir une autre dose après la fin de l'intervalle.

Selon le registre fédéral d'immunisation, 9 314 083 personnes âgées de 50 ans et plus n'ont pas reçu de dose de rappel au cours des 6 derniers mois.

3-Combien de doses les personnes de moins de 50 ans avec comorbidités devront-elles appliquer ?

Une dose est recommandée pour les personnes de moins de 50 ans présentant des comorbidités si 6 mois se sont écoulés depuis l'administration du dernier vaccin. Ensuite, une autre dose peut être appliquée l'année prochaine.

En Argentine, il y a 33 116 542 personnes avec une dose de rappel contre le COVID/File

4- Doit-on tenir compte du nombre de rappels déjà reçus ?

'' Peu importe combien de renforts ont été reçus après le contour primaire. Aujourd'hui, la principale recommandation s'adresse aux personnes appartenant à des groupes à risque : elles doivent se demander si plus de 6 mois se sont écoulés depuis qu'elles ont reçu la dernière dose et elles doivent aller en appliquer une nouvelle", a répondu Iris Aguilar, responsable du département. Infobae Provincial des immunisations de la province de Mendoza et représentant de la Société argentine de vaccinologie et d'épidémiologie (SAVE) devant le CoNaiN.

"Il est principalement nécessaire que les groupes les plus à risque de maladies graves soient vaccinés car les titres d'anticorps des vaccins chutent au fil des mois", a souligné Aguilar.

Des doses de rappel sont nécessaires car la protection contre les symptômes graves et la mortalité diminue au fil des mois/ REUTERS/Agustin Marcarian/Archive

5- Que doivent faire les personnes de moins de 50 ans sans maladie ?

Les personnes de moins de 50 ans qui n'ont pas de comorbidités peuvent opter pour une dose de vaccin COVID si un an s'est écoulé depuis le dernier vaccin. Si 12 mois ne se sont pas écoulés depuis qu'ils ont accepté une dose, ils ne doivent pas recevoir de doses

6- Que faut-il considérer concernant les bébés, les filles et les garçons par rapport au COVID ?

Les bébés, les enfants et les adolescents peuvent également avoir le COVID. En raison de l'infection, les garçons peuvent développer une complication telle qu'un syndrome inflammatoire multisystémique et peuvent même souffrir des séquelles, qui sont incluses dans la COVID prolongée.

Depuis le début de la pandémie jusqu'en février dernier, 384 enfants et adolescents sont morts du COVID en Argentine. Parmi ce total, 38 % avaient moins de 2 ans. En d'autres termes, 147 bébés sont morts de l'infection, selon une analyse réalisée par le site Coronavirus Argentina (@CoronavirusArgg sur Twitter) et le Collectif Enfants à Risque, sur la base des données du portefeuille national de la Santé.

Le groupe d'enfants a été celui qui a appliqué le moins les doses de renforcement après le régime primaire. En janvier dernier, moins de 40 % des adolescents avaient des rappels. Dans le groupe des enfants de moins de 11 ans, moins de 12 % avaient appliqué un rappel.

En Argentine, 384 enfants et adolescents sont morts du COVID à cause du COVID. Parmi ce total, 38 % avaient moins de 2 ans/Fichier

7- Faut-il vacciner les bébés, les filles, les garçons et les adolescents ?

Selon le Dr Debbag, les femmes enceintes devraient être vaccinées avec le rappel contre le COVID car ainsi elles protégeront les enfants pendant les 6 premiers mois de vie. Après 6 mois, il est recommandé que les garçons reçoivent le régime primaire et un rappel.

« Aujourd'hui, très peu d'enfants ont reçu des renforts. Il est important que les familles tiennent compte du fait que les bébés de plus de 6 mois peuvent être sensibles au COVID car ils n'ont pas été infectés ou vaccinés. En fait, au Panama, il y a une épidémie avec des bébés atteints de COVID », a souligné l'expert.

"Aux parents qui ont des doutes - a commenté Debbag - je leur rappelle que selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis (CDC), il a été démontré que les enfants infectés par le coronavirus ont une probabilité de 116% d'avoir diabète comme séquelle de l'infection. Il vaut mieux vacciner les garçons le plus tôt possible ».

S'ils n'ont pas de comorbidités, en Argentine, les enfants et les adolescents peuvent recevoir un vaccin si 12 mois se sont écoulés depuis la dernière dose appliquée. En revanche, s'ils présentent des comorbidités, ils peuvent recevoir une dose si 6 mois se sont écoulés depuis la dernière application.

Les enfants atteints du coronavirus ont 116% de chances d'avoir le diabète à la suite de l'infection. Par conséquent, il est préférable de les vacciner avec des rappels. (Getty Images)

8 - Que doit faire une personne de plus de 50 ans qui n'a pas reçu de dose depuis 2020 ?

Une personne de plus de 50 ans fait partie d'un groupe à haut risque. Vous pouvez vous rendre dans les centres de vaccination publics et recevoir une dose. Après un intervalle de 4 mois, vous pourrez recevoir une autre dose, selon Aguilar.

9 - Pouvez-vous appliquer la dose du vaccin COVID le jour même de votre vaccination contre la grippe ou contre une autre maladie ?

«Tous les vaccins COVID peuvent être appliqués avec n'importe quelle dose pour prévenir d'autres maladies. Il peut s'agir du vaccin contre la grippe ou d'autres », a déclaré à Infobae Angela Gentile, chef de l'épidémiologie à l'hôpital pour enfants Ricardo Gutiérrez et membre de la Commission nationale pour la sécurité des vaccins et de la Société argentine de pédiatrie.

10- La dose du vaccin commence-t-elle à faire effet le jour même de son application ?

La protection conférée par la vaccination n'est pas immédiate. Il faut au moins 14 jours pour que le vaccin fournisse une protection adéquate.

10 052 021 personnes avaient été enregistrées avec le diagnostic de COVID en Argentine. 130 501 personnes sont décédées au 22 avril dernier / Archive

11- Comment prévenir les arnaques Whatsapp qui mentionnent la vaccination contre le COVID ?

Depuis l'année dernière, des escroqueries ont été enregistrées via l'utilisation de WhatsApp par lequel les gens reçoivent des messages liés à la vaccination pour Covid.

Le ministère de la Santé de la Nation, conjointement avec l'entreprise privée, et le secrétaire à l'Innovation publique du chef du Cabinet des ministres, ont récemment signalé que le portefeuille de la santé, l'application Mi Argentina et l'assistante virtuelle Tina ne passent pas d'appels téléphoniques , ils n'envoient pas non plus de messages WhatsApp dans lesquels ils demandent des informations personnelles.

"Nous voulons préciser que le portefeuille de la santé ne demande pas de données personnelles, ni n'attribue de rendez-vous pour la vaccination COVID ou la vaccination contre la grippe", a déclaré la directrice nationale du suivi des politiques publiques du ministère de la Santé, Irene Roccia.

Il a été averti que des escroqueries virtuelles sont faites par Whatsapp et il y a une dispute sur la vaccination. Le portefeuille de la santé de la Nation, l'application Mi Argentina et l'assistante virtuelle Tina ont déclaré qu'ils ne passaient pas d'appels téléphoniques ni n'envoyaient de messages WhatsApp demandant des informations personnelles.(Photo : Sitios Argentina)

Pour éviter les escroqueries virtuelles via WhatsApp, la vérification en deux étapes doit être activée : il s'agit d'un numéro d'identification personnel (PIN) à 6 chiffres qui sert à protéger votre compte. La photo de profil ne doit pas non plus être montrée à des personnes qui ne se connaissent pas : cela empêche quelqu'un de prendre une capture d'écran et de se faire passer pour l'utilisateur du téléphone portable.

Il est suggéré de modifier le mot de passe par défaut de la messagerie vocale pour s'assurer que seul l'utilisateur y a accès. Vous devriez rechercher la coche verte dans les comptes officiels de WhatsApp, comme celui du chatbot Tina, qui sert à identifier les comptes vérifiés. Voici d' autres suggestions .

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 12:00

La Thaïlande lève son veto sur un film inspiré de Shakespeare près de 12 ans plus tard

Bangkok, 21 février (EFE).- Un tribunal thaïlandais a levé le veto d'un film inspiré de William Shakespeare dont l'exposition dans le pays était interdite...

Lire l'article

20.02.2024, 06:00

Congrès : Ils proposent une nomination exceptionnelle au personnel de santé régulier du CAS qui avait été embauché avant la pandémie

Le député Juan Carlos Mori , hors groupe, a présenté un projet de loi qui propose la nomination exceptionnelle du personnel de santé au niveau national,...

Lire l'article

17.02.2024, 10:00

Quelle est la probabilité que des milliers de bureaux vides déclenchent une crise financière ?

Dans le centre de Manhattan , les difficultés liées à l'immobilier commercial sont omniprésentes. Du côté ouest, près de Carnegie Hall, se trouve...

Lire l'article

16.02.2024, 18:00

« Petro a raison » : un scientifique explique l'hypothèse de la relation entre le changement climatique, les chauves-souris et le covid-19

Bien que le président Gustavo Petro ait déclaré que « une certaine presse trouve cela scandaleux », le message de l'hypothèse sur l'influence du...

Lire l'article

16.02.2024, 08:00

Les victimes des maisons de retraite s'expriment après les aveux d'Ayuso : « Ils ont tué mon père de manière indigne »

« De nombreuses personnes âgées sont également décédées lorsqu’elles ont été hospitalisées. "Ils n'allaient pas être sauvés." Avec ces mots,...

Lire l'article

15.02.2024, 20:00

C'est l'étude que Gustavo Petro a citée pour affirmer que le changement climatique et les chauves-souris sont responsables du covid-19.

Le président de la République, Gustavo Petro, a prononcé un discours le mardi 13 février 2024, lors de l'inauguration d'une centrale de panneaux solaires...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus