Matilde Cañelles, immunologiste : « La grippe actuelle n'est pas typique des autres années, celle-ci est plus difficile à éliminer »

Matilde Cañelles López, immunologiste du CSIC et experte du covid-19.

L'auteur du livre Vaccins , qui a consacré ces dernières années ses recherches à la réponse immunitaire du covid-19, met en garde contre les particularités de la grippe de ce cours, en avance sur le calendrier habituel, une raison qui pourrait s'expliquer, en partie , en raison des conséquences laissées par le coronavirus.

Actuellement, l'Espagne a un taux de malades de la grippe de 438,3 personnes pour 100 000 habitants, un chiffre qui n'a cessé de croître ces dernières semaines, nettement plus élevé que l'année dernière et qui s'est aggravé à Noël.

Question : Que s'est-il passé cette année avec la grippe ? L’Espagne connaît depuis plus d’un mois et demi une augmentation verticale des infections.

Réponse : Il y a une confluence de circonstances, la première est que la grippe est arrivée plus tôt cette année, mais il faut aussi tenir compte du fait que la grippe de cette année n'est pas typique, c'est la grippe A. C'est la grippe B. Les épidémies les plus courantes sont la grippe B. , qui est la grippe la plus prévisible quant au moment où elle commence et quand elle se termine et qui est également plus courte, passe plus rapidement et laisse les gens moins touchés. La grippe A est un peu plus compliquée, elle dure généralement plus longtemps, parfois les gens ont des rechutes... À ma connaissance, c'est la première fois que nous avons la grippe A depuis avant la pandémie.

Q : Quelle est la principale différence entre la grippe A et la grippe B ?

R : Il s’agit de deux souches différentes, mais en général, la grippe A est généralement plus difficile à éliminer et il est plus facile de subir des rechutes. Lorsqu'il y a des épidémies de grippe A, il existe de nombreux cas de patients qui ne se rétablissent pas avant plusieurs mois, qui ne se rétablissent pas complètement. Avec la grippe traditionnelle B, vous passez une semaine au lit et vous ne rechutez plus.

Q : Ces dernières années, la grippe a perdu de son importance et la majorité des maladies respiratoires étaient dues au covid-19. Est-ce que cela affecte quelque chose ce qui se passe maintenant ?

R : Les dernières épidémies de grippe, celles des deux dernières années, ont été plus bénignes. Cela s’inscrit également dans les fluctuations normales de la grippe. Ils alternent, parfois c'est B puis A, il est donc normal que la gravité varie. Il est vrai qu’au cours des deux premières années de la pandémie de Covid-19, il n’y a pas eu de grippe, de nombreuses mesures ont été prises et il n’y en a eu que la troisième année. Les masques ont empêché une grande propagation et cette année, c’est la première fois qu’aucune mesure n’est réellement prise. Je pense que c'est normal et que nous n'avons pas eu de chance qu'il s'agisse de la grippe A cette année, juste la première pour laquelle nous ne prenons pas de mesures.

Mais il y a aussi ceux qui attirent l’attention sur un autre problème, même s’il est trop tôt pour s’en rendre compte. Certains pensent que le covid-19 attaque le système immunitaire de la même manière que le sida, en tuant les cellules du système immunitaire. Je ne pense pas de cette façon et il n’y a toujours aucune preuve pour le prouver, mais je pense qu’avoir le Covid-19 vous rend vulnérable à d’autres maladies. Cela rend les personnes les plus vulnérables très vulnérables et laisse celles qui ont un système immunitaire plus robuste un peu vulnérables. Il est possible que nous assistions maintenant au chevauchement des deux choses : que nous soyons confrontés à la grippe A, beaucoup plus compliquée que la grippe B, et que vivre encore et encore le covid laisse notre système immunitaire un peu plus affaibli. Cela pourrait expliquer pourquoi la grippe est arrivée plus tôt que prévu.

Q : S’agit-il de théories qui ont déjà obtenu des preuves scientifiques ? Il est devenu très courant, notamment avec la variante omicron, qu’après avoir transmis le coronavirus, de nombreuses personnes souffrent ensuite d’une autre maladie.

R : Ces théories sont assez difficiles à prouver, savoir si un virus tue les cellules du système immunitaire est difficile à prouver. Il est très difficile de quantifier si votre rhume après le covid-19 a été plus ou moins grave qu'avant, mais il existe de nombreuses preuves, et les pédiatres l'observent, qu'après le covid, une partie de son système immunitaire les cellules du système disparaissent.

Pour l'instant, il n'est pas prouvé que le covid puisse attaquer directement les cellules du système immunitaire, et je n'y crois pas, mais ce qui peut arriver c'est que puisque le Sars-cov-2 est un virus qui s'introduit dans tout le corps, le système immunitaire ne cesse d’essayer d’éliminer le virus. Ce n'est pas comme les autres virus respiratoires, qui pénètrent dans votre système respiratoire et dès que vous l'éliminez, vous vous débarrassez du virus. Le Sars-cov-2 va rester dans tous les coins pendant un certain temps, donc les cellules du système immunitaire disparaissent de la circulation sanguine car elles se rendent dans ces endroits pour lutter contre le virus qui est resté en vous. Et bien que vous ayez des cellules dans ces endroits qui combattent le Sars-cov-2, elles ne sont pas dans votre circulation sanguine pour vous défendre contre d’autres maladies possibles.

Q : Se pourrait-il qu'après plusieurs années avec la grippe en arrière-plan, les corps réagissent presque comme lors d'un premier contact avec le virus parce que des facteurs immunologiques ont été perdus contre elle ?

R : C’est la fameuse théorie de la dette immunitaire et je suis totalement contre. Le fait qu’il y ait autant d’infections cette année gâche complètement la situation. Si la théorie de la dette immunitaire avait été vraie, l’année dernière, il y aurait eu plus d’infections que nécessaire et cette année moins, car nous aurions déjà acquis la mémoire immunitaire l’année dernière. La grippe A circulait avant la pandémie, donc tous ceux qui s'en souvenaient l'avaient, mais le fait que la grippe A attaque si fortement cette saison ne conforte pas du tout la théorie de la dette immunitaire.

R : En Espagne, les recommandations ne fonctionnent pas. Il suffit de faire un tour dans le métro ou le bus, avec des gens qui toussent sans masque ni rien. Ce ne serait pas une mauvaise idée de suggérer que dans les centres médicaux, en période de grippe et de rhume, tout le monde porte un masque. Prenons, par exemple, de fin novembre à début février. Il me semble que c'est quelque chose qui pourrait être mis en place sans provoquer de panique et simplement conçu pour éviter de s'infecter les uns les autres, en pensant notamment aux personnes les plus vulnérables. Si seulement il restait cela de la pandémie, ce serait une très bonne nouvelle, cela réduirait considérablement les infections.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus