Masques mis à part, ce sont toutes les mesures contre le Covid-19 qui ont pris fin

Une cliente avec son certificat COVID-19 examiné par un employé à son arrivée dans un bar de Barcelone (REUTERS/Nacho Doce)

Cette semaine, le gouvernement a officialisé la fin des masques après 1 207 jours de caractère obligatoire. C'est l'une des rares mesures actuellement encore en vigueur, étant donné que la situation épidémiologique s'étant améliorée, l'exécutif a progressivement levé les restrictions imposées pour contenir le virus. Cependant, aussi étrange que cela puisse paraître, ce n'était pas la seule mesure contre le Covid-19 qui soit encore en vigueur aujourd'hui. Plus précisément, en ce qui concerne le lieu de travail, certaines de ces mesures étaient encore actives, comme l'attention télématique au public.

La première mesure que le gouvernement a levée a été le confinement. Après des semaines sans pouvoir sortir de la maison autrement que pour acheter ou jeter les ordures, en mai 2020, il a été décrété que les citoyens pouvaient sortir se promener ou faire du sport une heure par jour, oui, uniquement dans un périmètre établi. Trois ans et deux mois se sont écoulés depuis lors et de nombreuses levées de restrictions jusqu'à ce que nous atteignions le point où nous en sommes, où pratiquement les citoyens n'ont remarqué que le Covid-19 se poursuivait lorsqu'ils ont dû se rendre dans un centre de santé et le mettre sur .

Pourtant, ce mardi, le Conseil des ministres a décidé de mettre fin à la crise sanitaire et avec elle les masques et autres mesures. Le Journal officiel (BOE) du 5 juillet inclut cette décision et établit la cessation de l'application des mesures contenues dans la loi 2/2021, du 29 mars, sur les mesures urgentes de prévention, de confinement et de coordination pour faire face à la crise sanitaire causée par le COVID-19 et, plus précisément, la cessation des chapitres 2, 3, 4, 5, 6 et 7.

Et c'est que, l'obligation de se tenir à un mètre ou un mètre et demi ou d'utiliser des équipements de protection adéquats dans divers emplois tels que les magasins, les hôtels, les centres culturels ou les installations sportives était toujours en vigueur. Mais que se passe-t-il si je n'ai pas vu ces mesures depuis longtemps ? Cela est dû au fait que la norme est devenue plus laxiste au fur et à mesure que les données se sont améliorées et, donc, laissant la liberté aux organisations et aux responsables des risques professionnels de définir les mesures qui ont été maintenues et celles qui ne l'ont pas été. Cela signifie que la norme a disparu bien qu'elle soit toujours en vigueur.

Une femme avec un masque à la main (Eduardo Sanz - Europa Press)

En outre, selon un rapport du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ), qui a été transmis à la Cour suprême, à la Cour nationale et aux cours supérieures de justice, ils doivent désormais s'abstenir d'adopter les mesures organisationnelles et technologiques prévues par la loi. pour faire face à la crise sanitaire. C'est-à-dire que toutes les mesures ont une fin.

Concrètement, dans le domaine de la Justice, cela signifie, au terme des actes de procédure effectués par voie électronique , la limitation de l'accès aux parloirs ou la mise en place de formes d'attention au public à distance. De plus, cela signifie aussi le retour à l'usage des peignoirs, puisque les professionnels de ce secteur étaient dispensés de les utiliser pour éviter la contagion.

Il y a une mesure qui tient

L'essentiel de la loi a donc été supprimé, à l'exception de l'obligation d'avoir des plans et stratégies de coordination face aux crises sanitaires et du maintien du suivi des cas et de la vaccination, ainsi que de la possibilité de dispenser des médicaments à distance. Ces mesures ont été incluses dans un décret approuvé la semaine dernière afin de les maintenir en vigueur.

De plus, ils ont demandé aux citoyens de maintenir la responsabilité acquise au cours de ces trois années et de continuer à utiliser des masques et autres mesures d'hygiène en présence de symptômes d'infection respiratoire.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 06:00

Andrés Forero a dénoncé le fait que le gouvernement n'a pas distribué près de deux millions de vaccins contre le covid-19

Le député du Centre Démocratique, Andrés Forero, a dénoncé que près de deux millions de doses de vaccins monovalents contre le covid-19 n'ont pas...

Lire l'article

12.04.2024, 16:00

Un député PRO dressera un bilan des violations des droits de l'homme pendant la pandémie au Congrès

La députée a promis qu'elle chercherait à offrir un espace sûr et réceptif à toutes les personnes qui souhaitent partager leurs témoignages pendant...

Lire l'article

12.04.2024, 14:00

La Cour des Comptes ne détecte pas de dépenses irrégulières des administrations dans les contrats d'urgence de la pandémie

De cet univers de contrats audités, Chicano a indiqué que le Tribunal a ouvert des procédures pour éventuelle responsabilité comptable dans 60 , dont...

Lire l'article

12.04.2024, 10:00

Le post émouvant de Jonatan Viale trois ans après la mort de son père : « Tu ne sais pas à quel point tu me manques »

« Trois ans sans toi. Je ne comprends toujours pas ce qui s'est passé. Si seulement je pouvais te faire un câlin au revoir. Une dernière conversation....

Lire l'article

12.04.2024, 08:00

Le policier accusé du meurtre de Giovanni López est tombé pour ne pas porter de masque à Jalisco

Ce policier, qui disposait d'un mandat d'arrêt, a été capturé par des éléments de la police d'enquête du parquet de Jalisco, dans le quartier Loma...

Lire l'article

09.04.2024, 08:00

Combien de temps le COVID pourrait-il être détecté dans le sang, selon une étude

Même si le COVID n'était plus considéré comme une urgence sanitaire mondiale en mai 2023, comme l'a déclaré l' Organisation mondiale de la santé...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus