La maladie qui s'est multipliée par quatre en Espagne après la pandémie, comme l'ont prévenu les dentistes

Bruxisme (dossier).

La pandémie déclenchée par le Covid-19 a marqué de plein fouet la vie de millions d'Espagnols. Jusqu'au 21 avril 2023 (dernières données fournies par le ministère de la Santé), 120 715 personnes sont mortes dans notre pays à cause du coronavirus . De même, plus de 13,8 millions de cas ont été signalés, dont 3,1 chez des citoyens âgés de 60 ans ou plus. Ces données fournissent une vision claire de l'impact de ce virus sur la société espagnole, mais au fil du temps, d'autres conséquences se font connaître . Par exemple, l'augmentation d'autres maladies dérivées de la pandémie. L'un d'eux est le bruxisme , une affection dentaire dans laquelle une personne grince, serre ou grince des dents .

Le président du Conseil général des dentistes d'Espagne , Óscar Castro, a averti que la pandémie et le stress qu'elle a généré ont déclenché des cas de bruxisme en Espagne ; Concrètement, ce problème a quadruplé depuis 2019, passant de 6% à 23% aujourd'hui. Ceci est inclus dans le «Livre blanc 2023: Enquête auprès de la population sur la santé bucco-dentaire dans l'Espagne post-pandémique 2023», une étude qui a été réalisée sur une population de 1 001 personnes et qui a été présentée ce jeudi matin.

Bruxisme : qu'est-ce que c'est et quelle est son origine

Un dentiste analyse une prothèse (EFE).

Castro a rappelé que le bruxisme est une anomalie qui se caractérise par un serrement des dents et qui a pour origine le stress. "Empiriquement, les dentistes l'ont associé à l'augmentation des maladies mentales survenues pendant la pandémie", a-t-il précisé.

C'est une augmentation qui s'est produite surtout chez les jeunes adultes et les enfants. Chez les jeunes adultes, elle a été attribuée au fait que les « attentes professionnelles » de cette population se sont brutalement modifiées ; ainsi que leurs habitudes « normales », liées aux loisirs et à la vie sociale. Cette augmentation a été moins observée dans la population âgée.

En général, selon l'étude, 12 % des personnes interrogées déclarent être plus préoccupées par l'état de leur santé bucco-dentaire qu'avant la pandémie, et 67 % reconnaissent avoir un problème bucco-dentaire contre 57 % de l'enquête publiée en 2020, qui a été fait avec les données de 2019. Pendant la période pandémique (2020-2021), il y a eu une aggravation de la perception globale des problèmes bucco-dentaires chez 2 répondants sur 10 (17%), tels que les caries non traitées, la sensibilité dentaire, les saignements des gencives et le bruxisme susmentionné.

Fait curieux, Castro a mis en évidence l'augmentation de l'utilisation des bains de bouche pendant cette période, en raison de l'apparition d'études confirmant que ces produits pourraient inactiver le SARS-CoV-2 . Justement, 65 % de l'échantillon déclare utiliser des bains de bouche, alors que ce chiffre était de 56 % avant la crise sanitaire.

La majorité (55%) affirment avoir maintenu leur consommation suite à la pandémie, mais 7% ont augmenté leur consommation. " Les bains de bouche sont toujours un complément, mais jamais un substitut au brossage", a rappelé le président des dentistes.

Moins de visites chez le dentiste

Ainsi, 31% des personnes interrogées ont réduit la fréquence des visites chez le dentiste pendant la pandémie et 77% des causes avancées sont directement liées au coronavirus ; par exemple, en raison de la peur de la contagion. Dans le cas des mineurs, 55 % ont consulté le dentiste en 2019, un chiffre qui est tombé à 39 % pendant la pandémie. Globalement, 8% des personnes interrogées n'ont pas retrouvé leur fréquence habituelle de visites chez le dentiste dans la période post-pandémique (à partir de 2022).

Les dentistes soulignent que la crise économique actuelle et la hausse de l'inflation sont des causes possibles de la rétraction détectée. Lorsque l'on compare les données du Livre blanc 2023 avec celles du Livre blanc 2020, il est évident que les facteurs économiques étaient alors cités par 24 % des personnes interrogées qui n'allaient pas chez le dentiste, alors que maintenant ce chiffre s'élève à 36 %. Par conséquent, la peur de la contagion et la perte de pouvoir d'achat se sont superposées, entraînant une moindre utilisation des services dentaires.

Bien que le nombre de répondants qui sont allés chez le dentiste l'an dernier soit de 52 %, la réalité pointe vers une diminution du volume de travail et, dans certains cas, les traitements demandés correspondent à des soins plus basiques que ceux de la phase pré-pandémique quand ils étaient plus complexes.

Dans l'ensemble, Castro a estimé que les données commençaient à être "optimistes", puisque les chiffres de 2019 commençaient à se redresser, bien que l'inconnue demeure quant à l'évolution de la demande dentaire dans les mois à venir, en raison de la situation économique. « Parmi ceux qui ont réduit leurs visites chez le dentiste, 73 % ont repris leur activité normale ; bien qu'une personne sur quatre continue d'y aller moins fréquemment », a-t-il souligné, soulignant que ceux qui ont arrêté d'y aller sont des personnes d'un niveau socio-économique inférieur.

Le nombre de dentistes publics est "insuffisant"

Castro a exigé un plus grand investissement dans la santé bucco-dentaire par l'État. « Nous assistons avec étonnement à la monnaie d'échange qui se fait avec la santé bucco-dentaire à chaque fois que les élections approchent. Ils le portent tous dans leurs programmes, mais aucun ne le réalise », a-t-il opiné.

Il a également regretté que les 43 millions d'euros consacrés au Plan de santé bucco-dentaire par le gouvernement soient "insuffisants" ; bien qu'il reconnaisse qu'ils représentent "une première étape" pour répondre aux besoins de la population la plus vulnérable.

Le médecin a précisé qu'il existe actuellement 960 dentistes publics en Espagne. « 960 pour une population de 47 millions d'habitants est un chiffre vraiment insuffisant, et 1 900 nouveaux dentistes sont formés chaque année à leur entrée sur le marché du travail. Il ne leur reste plus que le chômage, le sous-emploi ou l'émigration, et tout diminue la qualité des soins pour nos patients », a-t-il conclu.

Pour combler cette lacune, Castro a proposé d'appliquer la loi de cohésion, qui prévoit un minimum de services de santé bucco-dentaire dans les 17 CCAA, laissant à chaque territoire le soin d'élargir ce portefeuille de services.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

04.06.2024, 09:00

Martín Vizcarra : Faute d'« indications », le parquet ouvre une enquête sur l'achat de tests Covid-19

Le procureur intérimaire de la Nation, Juan Carlos Villena , a confirmé lundi que l'enquête contre l'ancien président Martín Vizcarra pour des irrégularités...

Lire l'article

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus