Les vaccins COVID bivalents seront mis à jour compte tenu des progrès mondiaux de la sous-variante XBB.1

L'OMS surveille la circulation de deux sous-lignées d'Ömicron qui présentent un intérêt. Ce sont les sous-lignes XBB.1.5 et XBB.1.16 (Getty)

Bien que la déclaration d'urgence sanitaire mondiale ne s'applique plus, le coronavirus continue de circuler et de provoquer la mort de populations vulnérables. En fait, au cours du dernier mois, 3 700 personnes ont perdu la vie dans le monde à cause du SARS-CoV-2 , le virus qui cause l'infection de COVID-19.

Les formulations vaccinales actuelles offrent une protection contre les maladies graves et l'hospitalisation, mais le virus continue d'évoluer et différentes sous-lignées émergent. L' Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué qu'elle surveillait désormais principalement deux sous-lignées Òmicron d'intérêt . Il s'agit des sous-lignes XBB.1.5 et XBB.1.16.

Dans de nombreux pays, les vaccins bivalents continuent d'être appliqués comme rappels, qui offrent une protection élevée contre la souche originale du virus (connue comme l'ancestrale de Wuhan, Chine) ainsi que les lignées Ömicron BA.4 et BA.5. Cependant, sur la base des changements dus à l'évolution du virus , des experts en virologie et infectologie, en collaboration avec les grands leaders de l'industrie pharmaceutique, ont commencé à évaluer si les vaccins devaient être mis à jour pour la prochaine saison de vaccination.

Aux États-Unis, le changement a déjà été décidé. Un groupe de conseillers indépendants de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a récemment voté pour recommander que les vaccins soient mis à jour pour la saison de vaccination 2023-2024 qui commence à l'automne boréal (printemps dans l'hémisphère sud). Et les sociétés pharmaceutiques ont présenté les preuves scientifiques fin juin et demandé l'approbation de l'agence de régulation américaine.

Le 15 juin, la FDA a recommandé aux fabricants de vaccins contre le covid-19 de cibler le sous-variant Omicron XBB.1.5 circulant actuellement dans le monde dans leurs formulations (AFP)

Dans ce cadre, il est prévu qu'en septembre , une fois l'autorisation de la FDA et la recommandation des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) entrées en vigueur, les fabricants de vaccins Pfizer, Moderna et Novavax (les trois sociétés qui fournissent les doses pour COVID aux États-Unis) présentent les nouvelles doses de vaccins contre le sous-variant XBB.1.5 pour la population américaine.

Vaccins mis à jour dans le monde

"Les recommandations les plus récentes du Groupe consultatif technique de l'OMS sur les vaccins contre le COVID-19 sont l'utilisation de vaccins avec des lignées descendantes de XBB.1 telles que XBB.1.5 et que les futures formulations de vaccins contre le COVID-19 19 devraient cesser d'inclure le virus ancestral (souche Wuhan) », a déclaré à Infobae Pablo Bonvehí, ancien président de la Société argentine des maladies infectieuses et responsable des maladies infectieuses au CEMIC .

Au niveau mondial , "ces changements peuvent prendre un certain temps à se produire, mais je pense que ce sera la tendance des nouveaux vaccins contre le COVID-19", a déclaré l'expert.

Aux États-Unis, le Dr Peter Marks , directeur du Center for Biological Research and Evaluation de la FDA , a déclaré: "Nous craignons que nous puissions avoir une autre vague de COVID-19 , que le virus continue d'évoluer, que l'immunité de la population a diminué encore plus et que nous entrons dans la saison hivernale ».

Tous les virus, y compris le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, changent avec le temps. Certaines de ces modifications peuvent affecter les propriétés du virus, sa facilité de propagation, la gravité de la maladie associée ou encore les performances des vaccins (Getty)

Bien qu'il y ait eu une adhésion limitée des personnes dans ce pays à se faire vacciner. Seuls 17% de la population américaine - quelque 56 millions de personnes - ont reçu les vaccins bivalents depuis leur approbation en septembre dernier, selon les Centers for Disease Control and Prevention.

En Europe , le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l'Agence européenne des médicaments (EMA) ont publié début juin une déclaration sur les doses mises à jour contre le COVID-19.

"Sur la base des résultats des récentes réunions des régulateurs internationaux et de l'OMS, le groupe de travail d'urgence de l'EMA recommande de mettre à jour les vaccins pour cibler les souches XBB (une sous-lignée du micron), qui sont devenues dominantes en Europe et dans d'autres parties du monde". , ont recommandé les experts européens.

Enfin, la déclaration note que "l'EMA et l'ECDC notent également que les vaccins ciblés à souche unique, tels que XBB.1.5, sont une option raisonnable pour fournir une protection contre les souches dominantes et émergentes actuelles".

L'avancement de la sous-variante XBB.1 en Argentine

Plus de 768 millions de cas confirmés de COVID et plus de 6,9 millions de décès ont été signalés dans le monde depuis le début de la pandémie. Actuellement, les cas signalés ne représentent pas avec précision les taux d'infection en raison de la réduction des tests et des rapports à l'échelle mondiale (Getty)

Consulté par Infobae , l'infectiologue et professeur à l'Université nationale de Córdoba (UNC), Hugo Pizzi , a souligné que « cette nouvelle sous-variante XBB.1 a plusieurs mois, mais maintenant les experts s'inquiètent de sa propagation en Amérique. Il circule depuis plus de 6 ou peut-être 8 mois en Inde, en Australie, à Singapour et dans trois autres pays asiatiques. Il a toujours été une menace, le concept général est que le virus veut persister et "micron nous a montré qu'il se modifiait pour continuer à exister, produisant diverses lignées et sous-lignées".

« Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'arrêter d'utiliser les vaccins bivalents actuels. Au contraire, je pense que le taux de vaccination a tellement diminué que l'idéal serait qu'on continue vraiment à vacciner et à utiliser ces vaccins. Mais en raison de la modification du virus dans son sens d'existence ou de persistance, le vaccin contre le COVID va être modifié », a ajouté Pizzi.

En Argentine , comme l'a rapporté l' Institut ANLIS/Malbrán par le biais du Bulletin épidémiologique du Ministère national de la santé , entre les semaines du 9 avril et du 26 juin, il a été observé que XBB a été détecté dans 163 des 168 échantillons analysés, BQ .1 sur 3 échantillons et BA.4 sur 1 échantillon. Les résultats d'analyse de juillet dernier n'ont pas encore été publiés.

Face à ce retard dans la divulgation du séquençage , bien que l'on considère que la sous-variante est présente dans le pays depuis avril et gagne du terrain parmi les nouvelles infections, il n'existe pas de données officielles actualisées sur l'évolution du XBB.1.5.

Dans un dialogue avec Infobae , Mariana Viegas, coordinatrice du projet national de surveillance génomique du ministère de la Science, de la Technologie et de l'Innovation productive, « le dernier lot de séquençage que nous avons fait il y a deux mois était plusieurs XBB.1.5. Nous procédons à nouveau au séquençage et les résultats seront connus ce week-end ».

Aux États-Unis, les nouvelles doses de vaccins contre la sous-variante Omicron XBB.1.5 seront introduites dans la population de ce pays en septembre (Getty)

« Depuis le début de la pandémie, nous savons que le SRAS-CoV-2 est un virus qui subit de nombreuses modifications, avec des variantes et des sous-variantes qui apparaissent rapidement. Il est à noter que l'évolution de l'industrie pharmaceutique a permis -avec les nouvelles plateformes vaccinales telles que l'ARN messager- très rapidement et de manière accessible de modifier la structure du vaccin et de l'orienter vers les nouvelles variantes », Ricardo Teijeiro , un médecin spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital Pirovano, a déclaré à Infobae .

"Ces variantes sont celles qui circulent principalement dans le monde et bien qu'elles puissent avoir une grande diffusion, heureusement , elles ne présentent pas une menace si importante qu'elle pourrait altérer la santé publique, mais il est toujours bienvenu que l'industrie modifie ¡ les caractéristiques des vaccins pour offrir une plus grande protection », a ajouté Teijeiro.

Du point de vue du virologue Humberto Debat, de Conicet, INTA et Proyecto País, « les développements de vaccins avec des versions ancestrales ou dérivées du virus continuent de maintenir des niveaux d'efficacité très élevés contre les cas graves, les hospitalisations et les décès ».

Bien qu'il soit intéressant d'essayer de mettre à jour en fonction de la dynamique des virus circulants -considérait le scientifique- "compte tenu de l'imprévisibilité de la trajectoire évolutive du virus, les développements mis en œuvre à partir de variantes plus répandues peuvent être anachroniques lorsqu'ils atteignent leur commercialisation et leur distribution". organiser. C'est un pari difficile, et dans cette tension, l'équipe de conseillers en évolution de l'OMS prend des décisions clés qui peuvent ou non encourager la mise à jour des développements », a-t-il déclaré.

Qui devrait être vacciné contre le COVID-19

Le 28 mars, l'OMS a mis à jour le guide de vaccination COVID-19 et les doses de rappel recommandées pour les groupes à risque (Getty)

Selon la dernière mise à jour faite par le ministère national de la santé en mars de cette année, il est recommandé aux personnes appartenant à des groupes à haut risque de développer des formes graves de la maladie, telles que les personnes âgées de 50 ans ou plus immunodéprimées et enceintes les gens reçoivent une dose de rappel du vaccin COVID-19.

Pour recevoir la vaccination, il doit s'être écoulé au moins 6 mois depuis leur dernière dose, quel que soit le nombre de rappels qu'ils ont reçus précédemment, et ils doivent respecter un intervalle minimum d'au moins 4 mois depuis leur dernière dose.

De même, les personnes de moins de 50 ans présentant des comorbidités (maladies chroniques et/ou obésité) et les personnes présentant un risque d'exposition (personnel de santé) et une fonction stratégique plus élevés sont incluses dans le groupe à risque moyen . Ce groupe doit recevoir une dose de rappel 6 mois après la dernière dose appliquée, suivie d'une dose de rappel annuelle.

D'autre part, les personnes considérées comme à faible risque de complications, comme les moins de 50 ans sans comorbidités, devraient également recevoir le rappel contre le COVID-19, et il est recommandé qu'elles reçoivent une dose annuelle.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus