Les modèles mathématiques pour COVID ont averti que seulement 1 infection sur 5 dans le monde était enregistrée

La rareté des informations et l'incohérence dans la notification des cas ont été un problème majeur pour obtenir une image fidèle de l'impact de la pandémie (REUTERS / Manuel Claure)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé 513 955 910 cas du 1er janvier 2020 au 6 mai 2022 et 6 190 349 décès , des chiffres qui ont déjà fait du COVID-19 l'une des principales causes de décès dans certains pays, dont les États-Unis , juste derrière les maladies cardiaques et le cancer, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Mais les modèles mathématiques généraux indiquent une sous-déclaration des cas allant de 1 sur 1,2 à 1 sur 4,7, selon un dernier article scientifique publié par des chercheurs dans la revue Current Science . Cette sous-déclaration se traduit par des estimations de la pandémie mondiale entre 600 millions et 2,4 milliards d'infections.

"Nous reconnaissons tous un impact énorme en tant qu'individus, nation et monde, mais il est très probable que le nombre réel de cas soit beaucoup plus élevé que nous ne le pensons", a déclaré le Dr Arni SR Srinivasa Rao , directeur du Laboratoire de théorie et de modélisation. Mathématicien à la Division des Maladies Infectieuses de la Faculté de Médecine de Géorgie à l'Université d'Augusta, USA. "Nous essayons de comprendre l'étendue des cas non signalés."

Les modèles mathématiques généraux indiquent une sous-déclaration des cas de COVID allant de 1 sur 1,2 à 1 sur 4,7 (REUTERS/Dado Ruvic/Illustration)

Au cours des travaux effectués par les experts, le large éventail de cas estimés générés par leurs modèles indique des problèmes d'exactitude des chiffres signalés, notamment "la manipulation des données, l'incapacité à suivre avec précision les cas et le manque d'uniformité dans la manière dont les cas sont signalés, » Rao et ses collègues, le Dr Steven, ont écrit. G. Krantz , professeur de mathématiques à l'Université de Washington à St. Louis Missouri et le Dr David A. Swanson , Edward A. Dickson professeur émérite au Département de sociologie de l'Université de Californie à Riverside.

" Le manque d'informations et l'incohérence dans la notification des cas ont été un problème majeur pour obtenir une image fidèle de l'impact de la pandémie ", a ajouté Rao. Les modèles mathématiques utilisent toutes les informations disponibles, ainsi que des facteurs pertinents tels que les taux de transmission mondiaux et le nombre de personnes dans le monde, y compris la population moyenne sur la période de 29 mois. "Cette moyenne, connue sous le nom de population effective, représente mieux ceux qui sont nés et sont morts pour une raison quelconque, et fournit donc un nombre plus réaliste de personnes qui pourraient potentiellement être infectées", explique Rao.

« Il faut connaître le vrai fardeau qui pèse sur les patients et leurs familles, sur les hôpitaux et les soignants, sur l'économie et le gouvernement . Des chiffres plus précis aident également à évaluer les implications indirectes, telles que le sous-diagnostic de troubles neurologiques et mentaux potentiellement à long terme qui sont maintenant connus pour être directement associés à l'infection », a déclaré Rao.

L'OMS a signalé 513 955 910 cas du 1er janvier 2020 au 6 mai 2022 et 6 190 349 décès, des chiffres qui ont déjà fait du COVID-19 l'une des principales causes de décès dans certains pays (REUTERS / Dado Ruvic/Illustration/File Photo)

Des experts en mathématiques avaient publié des estimations similaires basées sur des modèles pour huit pays avant la pandémie en 2020 , afin de donner plus de recul sur ce qu'ils considéraient comme une sous-déclaration claire. Leur modèle prévoyait que des pays comme l'Italie, malgré leur diligence dans la déclaration, saisiraient probablement 1 cas réel sur 4, tandis qu'en Chine, où la population est énorme, ils ont calculé un large éventail de sous-déclarations possibles, de 1 sur 149 à 1 sur 1104. cas.

D'autres contributeurs à la sous-déclaration incluent la réalité que tous ceux qui ont contracté le COVID-19 n'ont pas été testés. En outre, un pourcentage important de personnes, même des personnes boostées et vaccinées, sont infectées plus d'une fois et ne peuvent consulter un médecin pour la PCR au repos que la première fois et éventuellement utiliser des tests à domicile ou même aucun test de dépistage de maladies plus tard . Par exemple, un récent rapport du JAMA sur les taux de réinfection en Islande au cours des 74 premiers jours de la vague de variantes d'Omicron là-bas indique, sur la base des tests PCR, que les taux de réinfection étaient de 10,9 %, soit un maximum de 15,1 % chez les 18 à 29 ans de âge : pour ceux qui ont reçu deux doses ou plus d'un vaccin.

Le nombre de personnes entièrement vaccinées dans le monde a atteint 5,1 milliards à la fin de leur période d'étude de 29 mois. Au cours des dernières semaines, il y a eu une tendance à la baisse des nouvelles infections au COVID. Par exemple, le CDC a signalé des tendances à la baisse des nouveaux cas, des hospitalisations et des décès aux États-Unis d'août à septembre.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

29.11.2023, 06:00

Alerte COVID : un nouveau variant se propage à grande vitesse aux Etats-Unis, prévient le CDC

(Healthday News) - La prévalence d'une variante hautement mutée du COVID a triplé au cours des deux dernières semaines, selon de nouvelles données...

Lire l'article

28.11.2023, 16:00

De nouvelles études montrent des changements cérébraux chez les personnes atteintes d’un long COVID

(HealthDay News) -- Les personnes atteintes d' un long COVID présentent des modifications cérébrales distinctes de celles des patients complètement...

Lire l'article

28.11.2023, 06:00

Se faire vacciner avant l’infection réduit le risque de COVID long, selon une étude

(HealthDay News) -- La vaccination contre le COVID-19 avant l'infection est associée à une réduction du risque de maladie post-COVID-19 (PCC) , selon...

Lire l'article

26.11.2023, 08:00

Que sait-on de l’augmentation des maladies respiratoires en Chine

Quelle est la situation? Le 13 novembre, les autorités chinoises ont signalé une augmentation des maladies respiratoires, principalement chez les enfants...

Lire l'article

24.11.2023, 16:00

Les Palestiniens rentrent d'Egypte à Gaza : "le moment est venu de retourner dans notre patrie"

Rafah (Egypte), 24 novembre (EFE).- Juste avant la guerre entre le groupe palestinien Hamas et Israël, Gazan Nagy Ahmed, 30 ans, était bloqué dans la...

Lire l'article

24.11.2023, 14:00

Du long covid à la mononucléose : comment les infections virales provoquent des problèmes de santé à long terme

Chaque jour, Davida Wynn se fixe une tâche : prendre un bain. Ou faire la vaisselle. Ou préparez un repas élaboré. Lorsqu'elle termine ce travail,...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus