Les « enfants de la pandémie » vont déjà à l'école : avertissements sur une génération marquée par le confinement

Plusieurs enfants à leur arrivée à l'école CEIP Hernán Cortés de Madrid (Espagne). (Marta Fernández/Europa Press)

La rentrée scolaire de septembre 2020 et l'année scolaire 2020/2021 ont été marquées par des thermomètres, des masques, des groupes à bulles, des mesures strictes d'entrées et de sorties, des itinéraires balisés au sein des centres éducatifs, l'absence de sorties et d'excursions et des distances de sécurité en tout et pour tout. Une situation qui a nécessité un grand effort de la part de toute la communauté éducative.

Trois ans se sont déjà écoulés (ou seulement), et il semble que le nouveau cap entamé en septembre soit similaire à ceux d’avant la pandémie. Mais il y a quelque chose de différent : la « génération pandémique », les garçons et les filles nés pendant le confinement, commencent leur scolarité.

Comment cela les a-t-il affectés ?

Nous avons pu observer tout au long de ces années comment la pandémie et surtout sa gestion ont conditionné l’apprentissage des étudiants, quels que soient leur âge et leurs études. L’observatoire des droits de l’homme (Human Right Watch) faisait déjà état en 2021 de l’impact mondial que pourrait avoir la pandémie sur l’éducation.

Même si la situation semble désormais normalisée, il ne faut pas oublier qu’une seule année dans la vie des plus jeunes enfants, c’est beaucoup. Et cela se voit de manière particulière dans le cours qui commence cette année. Lorsque sont nés les garçons et les filles qui auront trois ans en 2023, ils l’ont fait dans une situation non seulement de pandémie, mais aussi de confinement extrême qui signifiait un grand isolement des autres.

Il est vrai qu'il a permis, dans la plupart des cas, que les premiers mois de parentalité soient d'un soutien plus intense que celui permis par le congé de maternité ou de paternité. Mais cela signifiait également que les contacts avec d’autres membres de la famille et amis se faisaient via des écrans et une connexion Internet.

Hormis le contact indispensable avec leurs pères et mères, il n'y avait pas de regards, d'interactions, de frictions, de caresses, le goût salé des pleurs, la vibration des sourires et des voix, ni de contact avec d'autres corps, au-delà de ce que les corps offraient des écrans.

Pour ne rien arranger, en garderie et en éducation de la petite enfance, on observe depuis quelques années un retard global dans l'acquisition de la parole et dans tous les aspects liés à la communication, comme le corrobore une étude sur les effets de la pandémie sur le développement. du langage de l'enfant au cours des deux premières années de sa vie. Le manque croissant d’autonomie des garçons et des filles commence à s’inquiéter. Et ils ont commencé à insister sur la nécessité de créer des espaces partagés entre l'adulte et l'enfant . De passer du temps ensemble.

Attachement et autres jalons

La construction de l’attachement, d’environ sept mois, est une étape très importante dans le développement de tout être humain. Ce moment où le bébé pleure lorsqu'il est séparé de ses adultes de référence est nécessaire à son bon développement et est régulé lorsqu'il comprend qu'il n'est pas abandonné, que l'adulte reviendra.

Un attachement désorganisé est l'une des causes du mauvais fonctionnement ultérieur de l'enfant avec la société. Pendant la pandémie, les parents ont pu partager plus de temps dans le même espace physique que leurs enfants : mais cela ne garantit pas qu'il y ait eu l'interaction nécessaire avec les enfants pour le développement de ce lien de manière sûre et positive ; surtout lorsqu'il fallait combiner travail à distance, stress et souci des autres membres de la famille ou de la situation en général.

Être ensemble n'assure pas le lien si cet « être » est délégué à un objet comme un ordinateur, un téléphone portable ou une tablette . Et la génération pandémique est née, justement, à une époque où se dessinait l’invasion de l’écran comme substitut au lien avec les gens.

Il ne faut pas non plus oublier que la personne qui fournit initialement le contenu audiovisuel et facilite son accès est toujours la personne majeure. Il est important d’être conscient de la responsabilité que cela implique.

Récupérer la conversation

Sommes-nous alors en train de dire que l’accès aux écrans est néfaste en soi ? Non, mais il faut tenir compte de l’âge à partir duquel ils sont utilisés et des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé à cet égard. Pour les enfants de moins de deux ans, pas d'exposition aux écrans ; de deux à quatre ans, propose que le temps consacré aux activités sédentaires devant un écran ne dépasse pas une heure, et à partir de cinq ans ne dépasse pas deux heures.

L'enfant, puis l'adolescent, nécessitent une présence accompagnée d'attention. La pandémie a tout dévasté en 2020 et a laissé d’innombrables conséquences sur de nombreuses personnes. Mais l’une d’entre elles est corrigible, « curable » : récupérer le temps consacré à la conversation.

L'écran et son utilisation pendant la pandémie ont permis l'accès à l'information, rapproché les distances et les personnes, et adaptés aux besoins individuels, atténuant la situation de confinement... Mais il nécessite la médiation d'un adulte pour intervenir dans les interactions de l'enfant. ±oo fille avec elle.

La réalité des plus petits est devenue à la fois physique et virtuelle et ils ont urgemment besoin que les adultes leur expliquent, parlent, prêtent attention, interprètent ce qu'ils voient... Regarder des écrans ne doit pas être une activité solitaire.

Alerte et prévention

La génération pandémique et ses prédécesseurs (actuellement âgés de deux et trois ans) ont besoin d’une aide particulière pour pouvoir surmonter certaines difficultés contextuelles qui leur sont arrivées. La scolarisation dès la petite enfance, dès l'âge de deux ans, les aide à grandir de manière autonome dans l'entreprise et en coexistence avec les autres.

Tout nous invite à être en alerte avec cette nouvelle génération. Une alerte qui nous pousse à la prévention, au renforcement des aspects qui favorisent l'autonomie, l'intention communicative, le langage et le développement complet et intégral des futurs adolescents qui deviendront adultes.

Être conscient des difficultés contextuelles avec lesquelles ils sont entrés dans le monde est crucial pour les accompagner dans leur croissance.

Sylvie Pérez Lima est psychopédagogue et professeur et tutrice de psychologie et d'études pédagogiques à l'Université Ouverte de Catalogne.

La conversation

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus