Les 10 clés des vaccins à ARN messager qui ont stoppé le COVID

Le matériel génétique fourni par les vaccins à ARNm ne pénètre jamais dans le noyau de vos cellules, où se trouve votre ADN, de sorte que l’injection ne modifie pas l’ADN.

Comme l’a souligné l’Institut Karolinska de Stockholm, les scientifiques « ont joué un rôle fondamental » dans le développement de vaccins dotés de la nouvelle technologie de l’ARN messager.

Le Comité a également rappelé que Karikó et Weissman ont publié leurs résultats « dans un article fondateur de 2005 qui a reçu peu d’attention à l’époque », mais qui a jeté les bases qui ont servi l’humanité pendant la pandémie de COVID-19.

Voici un aperçu des principales caractéristiques des vaccins à ARN messager qui, avec les formulations traditionnelles, ont stoppé l’avancée de la pandémie de SRAS-CoV-2.

Après son succès prouvé pendant la pandémie, l’ARN messager pourrait être utilisé dans des vaccins contre 30 autres infections humaines (Getty)

1- Différences avec les vaccins traditionnels

Les vaccins traditionnels peuvent être fabriqués à partir de virus inactivés (comme la grippe ou la polio), de virus affaiblis (comme la rougeole ou la fièvre jaune) ou simplement de protéines appelées antigènes (comme dans le cas de l’hépatite B). Toutefois, les vaccins à ARN messager (acide ribonucléique messager) développés par Pfizer-BioNTech, et par le laboratoire Moderna, utilisent une approche différente.

Les vaccins à ARN messager introduisent dans l’organisme des chaînes d’instructions génétiques appelées ARN messager, la molécule chargée d’indiquer à nos cellules ce qu’elles doivent produire . Rappelons que chaque cellule fonctionne comme un petit atelier protéique, guidé par les instructions génétiques contenues dans son ADN.

2- Une plateforme génétique

L'ARN messager utilisé dans le vaccin est synthétisé en laboratoire. Une fois introduit dans l'organisme par le biais du vaccin, cet ARN guide la production cellulaire de protéines spécifiques du coronavirus (dans le cas du COVID-19) , notamment ses « spicules », les protubérances distinctives que l'on retrouve à l'extérieur et qui facilitent la liaison et entrée dans les cellules humaines. Une fois que les instructions (ARNm) sont à l'intérieur des cellules du corps, celles-ci utilisent ces instructions pour fabriquer une protéine spécifique au virus.

3 - Réponse immunitaire et mémoire

Voici comment fonctionne le nouveau vaccin à ARN messager (Infographie : Marcelo Regalado)

Cette protéine que l'organisme produit après la vaccination est inoffensive en soi, mais il suffit que le système immunitaire reconnaisse qu'elle ne devrait pas être présente dans l'organisme et construise une réponse défensive . Cela inclut la production d' anticorps , qui sont des molécules du système immunitaire capables de reconnaître et de neutraliser le virus si l'individu est exposé à l'avenir.

Une fois la protéine virale produite et présente à la surface de la cellule, l’ARNm est décomposé et éliminé de l’organisme. L'ARNm ne reste pas dans le corps et ne modifie pas l'ADN de la personne. Si à l’avenir la personne entre en contact avec le vrai virus, son système immunitaire sera déjà prêt à le reconnaître et à se défendre contre lui.

5 – Les vaccins à ARN sont efficaces et sûrs

Les vaccins à ARN contre le COVID ont été évalués dans divers essais cliniques pour leur efficacité et leur sécurité. L'autorité de régulation des États-Unis, connue sous le nom de FDA , a estimé qu'il y avait des bénéfices pour la population en développant une immunité contre cette maladie.

Compte tenu de la désinformation qui a circulé, le CDC a précisé que les vaccins ne sont pas administrés pour suivre les mouvements des personnes et ne contiennent pas de produits manufacturés tels que des produits microélectroniques, des électrodes, des nanotubes de carbone ou des nanofils semi-conducteurs. Ils ne contiennent pas non plus de métaux tels que le fer, le nickel, le cobalt, le lithium ou des alliages de terres rares. Ils ne contiennent pas d'ingrédients susceptibles de produire un champ électromagnétique dans la zone d'injection.

Ils ont expliqué : « Pratiquement tous les ingrédients contenus dans les vaccins COVID-19 se trouvent dans de nombreux aliments, comme les graisses, les sucres et les sels. Aucun des vaccins contre la COVID-19 ne contient d’ingrédients tels que des conservateurs, des tissus (tels que des cellules fœtales provenant d’avortements), des antibiotiques, des protéines alimentaires, des médicaments, du latex ou des métaux. Les ingrédients exacts de chaque vaccin varient selon le fabricant.

Le prix Nobel de médecine a été décerné aujourd'hui à la Hongroise Katalin Kariko et à l'Américain Drew Weissman pour leurs découvertes sur les modifications des bases nucléosidiques qui ont permis le développement de vaccins à ARNm efficaces contre le COVID-19 (Europa Press)

6 – Les vaccins ne modifient pas l’ADN des personnes

Les vaccins à ARN contre le COVID-19 ne modifient pas l’ADN des personnes qui les reçoivent et n’interagissent pas avec lui de quelque manière que ce soit. Comme l'expliquent les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le vaccin à ARN messager et le vaccin à sous-unités protéiques contre le COVID-19 agissent en donnant l'ordre - c'est-à-dire en transportant du matériel génétique - aux cellules de commencer à créer une protection contre le virus qui provoque la maladie.

Une fois que le corps humain produit une réponse immunitaire, il se débarrasse de tous les ingrédients du vaccin, comme il le ferait pour toute autre information dont les cellules n’ont plus besoin. Ce processus fait partie du fonctionnement normal du corps. Le matériel génétique fourni par les vaccins à ARNm ne pénètre jamais dans le noyau de vos cellules, où se trouve votre ADN. Le vaccin ne modifie donc pas votre ADN

7 - Quels sont les effets secondaires de ces vaccins ?

Les effets secondaires des vaccins à ARN messager sont généralement légers et ne durent pas longtemps. Les plus courants sont l’inconfort au point d’injection, la fatigue, les maux de tête, les frissons, une légère fièvre, les nausées et les douleurs musculaires ou articulaires pouvant durer quelques jours.

La formule de l'ARN messager contient des instructions ADN permettant aux cellules du corps humain de générer certaines protéines protectrices (getty)

8 - Pourquoi doivent-ils être stockés à des températures aussi basses ?

L’ARN se décompose facilement et rapidement s’il n’est pas conservé à basse température. Dans l’organisme humain, cela ne pose pas de problème, car l’ARN n’a pas besoin d’exister longtemps pour remplir sa fonction. Mais les vaccins à ARN devront peut-être être stables pendant des jours, voire des semaines, avant d’être administrés. C'est pourquoi ils nécessitent des températures basses, expliquent les experts du Memorial Sloan Kettering Cancer Center aux États-Unis.

Lors des essais cliniques, le vaccin à ARN Pfizer/BioTech a été conservé à moins 70 degrés Celsius . Cela signifie le stocker dans de la neige carbonique. Au lieu de cela, le vaccin de Moderna a été conservé à moins 20 degrés Celsius , ce qui ressemble davantage à un congélateur normal. Les deux vaccins nécessitent une conservation au froid : l’approbation des vaccins est basée sur les données générées lors des essais, les mêmes conditions doivent donc être remplies.

9 - Ils préviennent les formes graves de la maladie et les hospitalisations

Sans aucun doute et avec une vitesse de production sans précédent, pendant la pandémie, la plateforme d'ARN messager s'est démarquée des autres par son innovation, son volume de production, sa sécurité et son efficacité (Illustrative Image Infobae)

Les vaccins à ARN préviennent les maladies graves et les décès, mais ils n’empêchent pas la contagion . Des essais cliniques ont démontré que les vaccins contre la COVID-19 sont efficaces pour protéger les personnes contre les maladies graves, les hospitalisations et même la mort. Cela signifie qu’ils constituent la stratégie la plus sûre pour éviter d’être hospitalisé, d’avoir des problèmes de santé à long terme et de mourir.

Bien que des personnes puissent être exposées et attraper le coronavirus, une vaccination préalable – y compris des doses de rappel – fait la différence. Parce que les doses préviennent les symptômes graves. Par rapport aux personnes à jour dans leurs vaccins contre la COVID-19, les personnes non vaccinées ont un risque plus élevé de contracter le virus, un risque plus élevé d'être hospitalisées et un risque beaucoup plus élevé de mourir, selon le CDC.

10 - Combien de temps dure l'immunité conférée par les vaccins ?

Les données disponibles suggèrent que la plupart des personnes qui reçoivent une primovaccination du vaccin contre la COVID-19 (c.-à-d. trois doses) développent une réponse immunitaire qui offre une protection de 6 à 12 mois contre la réinfection.

Étant donné que la réponse immunitaire à l’infection par le coronavirus dépend de l’âge, des conditions de santé antérieures et du niveau d’exposition, il est recommandé d’appliquer des rappels en fonction du groupe à risque auquel appartient chaque personne. Bien que chaque pays établisse son propre calendrier de vaccination, il est généralement indiqué que les personnes de plus de 50 ans et les personnes immunodéprimées reçoivent un rappel du vaccin contre la COVID-19 tous les six mois. Les moins de 50 ans sans comorbidités doivent recevoir un rappel annuel pour être protégés.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus