Les Chinois craignent pour les personnes âgées alors que l'OMS met en garde contre une épidémie de COVID pendant les vacances du Nouvel An lunaire

Demande de vaccin à une femme âgée à la périphérie de Shanghai (Reuters)

L'inquiétude grandit parmi les Chinois quant à la possibilité de transmettre le COVID-19 à leurs proches âgés tout en prévoyant de retourner dans leur ville natale pour des vacances qui, selon l'Organisation mondiale de la santé, pourraient déclencher une épidémie virulente .

Les vacances du Nouvel An lunaire, qui commencent officiellement le 21 janvier, surviennent après que la Chine a abandonné le mois dernier un régime antivirus strict de verrouillages de masse qui a suscité une frustration généralisée et conduit à des manifestations historiques.

Ce brusque virage à 180 degrés a déclenché le COVID sur une population de 1,4 milliard de personnes dépourvues d'immunité naturelle , ayant été protégées contre le virus depuis son apparition fin 2019, et qui comprend de nombreuses personnes âgées qui ne sont pas complètement vaccinées .

L'épidémie, qui s'est propagée des mégapoles chinoises aux zones rurales aux ressources médicales plus faibles, submerge certains hôpitaux et crématoriums.

Avec peu de données officielles en provenance de Chine, l'OMS a déclaré mercredi qu'il serait difficile de contrôler le virus pendant une période de vacances considérée comme la plus grande migration annuelle de personnes au monde.

D'autres avertissements d'experts chinois de la santé demandant aux personnes d'éviter les parents âgés pendant les vacances figuraient parmi les messages les plus partagés sur Weibo, le Twitter chinois.

Des patients reçoivent un traitement dans un village du comté de Tonglu, province du Zhejiang (Reuters)

"C'est une suggestion très pertinente, retournez dans votre ville natale... ou faites passer la santé des personnes âgées en premier ", a écrit un internaute. Un autre utilisateur a déclaré qu'il n'osait pas rendre visite à sa grand-mère et qu'il laisserait des cadeaux à la porte. "Nous sommes presque au Nouvel An et j'ai peur qu'elle se sente seule", a écrit l'utilisateur.

Plus de 2 milliards de passagers devraient effectuer des voyages pendant la période prolongée du Nouvel An lunaire, qui a commencé le 7 janvier et durera 40 jours, selon le ministère chinois des Transports. Cela représente le double des déplacements de l'an dernier et 70 % de ceux enregistrés en 2019, avant l'émergence de la pandémie dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine.

CRITIQUES DU MANQUE DE DONNÉES

L'OMS et les gouvernements étrangers ont critiqué la Chine pour ne pas être transparente sur l'ampleur et la gravité de son épidémie, ce qui a incité plusieurs pays à imposer des restrictions aux voyageurs en provenance du pays.

La Chine a signalé au plus cinq décès par jour au cours du mois dernier, des chiffres qui ne correspondent pas aux longues files d'attente observées dans les salons funéraires . Le pays n'a pas communiqué de données sur les décès par COVID mardi ou mercredi.

Un patient reçoit de l'oxygène dans le village de Tonglu, province du Zhejiang (Reuters)

Liang Wannian, chef d'un groupe d'experts COVID sous l'autorité nationale de la santé, a déclaré aux journalistes que les décès ne pouvaient être comptés avec précision qu'après la fin de la pandémie.

Bien que les experts internationaux de la santé aient prédit au moins 1 million de décès liés au COVID cette année, la Chine en a signalé un peu plus de 5 000 depuis le début de la pandémie, une fraction de ce que d'autres pays ont signalé lorsqu'ils ont levé leurs restrictions.

Au-delà du nombre de morts, les investisseurs parient que la réouverture de la Chine revigorera une économie de 17 000 milliards de dollars qui connaît sa croissance la plus lente depuis près d'un demi-siècle.

Cela a porté les actions asiatiques à des sommets en sept mois, renforcé le yuan chinois par rapport au dollar américain et fait grimper les prix mondiaux du pétrole dans l'espoir d'une nouvelle demande du premier importateur mondial.

DIFFICULTÉS POUR VOYAGER

Après trois ans d'isolement du monde extérieur, la Chine a levé dimanche la quarantaine imposée aux visiteurs, ce qui devrait également encourager les voyages à l'étranger.

Cependant, l'inquiétude suscitée par l'épidémie chinoise a conduit plus d'une douzaine de pays à exiger des tests COVID négatifs pour les personnes venant de Chine.

Un soldat escorte un groupe de touristes chinois au centre de test (Reuters)

Parmi eux, la Corée du Sud et le Japon ont également limité les vols et exigent des tests à l'arrivée, les passagers dont le test est positif étant envoyés en quarantaine.

Dans une impasse croissante entre rivaux régionaux, la Chine a à son tour cessé de délivrer des visas de court séjour et suspendu les dispenses de visa de transit pour les citoyens sud-coréens et japonais.

Malgré la levée des restrictions de voyage par Pékin, les réservations de vols au départ de la Chine n'ont atteint que 15% des niveaux d'avant la pandémie dans la semaine après que le pays a annoncé qu'il rouvrirait ses frontières, a indiqué jeudi le rapport de la société de données sur les voyages ForwardKeys.

La faible capacité des compagnies aériennes, les tarifs aériens élevés, les nouvelles exigences de test COVID-19 avant le vol par de nombreux pays et un arriéré de demandes de passeport et de visa posent des défis pour la reprise de l'industrie, a déclaré Olivier Ponti, vice-président de l'équipe Insights de ForwardKeys. dans un rapport.

Hong Kong Airlines a déclaré jeudi qu'elle ne prévoyait pas de regagner de la capacité avant la mi-2024.

(Avec des informations de Reuters/Par Bernard Orr et Liz Lee)

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

22.04.2024, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

22.04.2024, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus