Les cas de COVID continuent d'augmenter: pourquoi les infections ont doublé au cours des sept derniers jours

Le nombre de cas continue d'augmenter, tout comme la demande de vaccination COVID / Crédit : Getty

Le dernier rapport publié par le ministère national de la Santé a indiqué que cette semaine, il y a eu un nouveau bond dans les cas de COVID , qui ont augmenté de plus de 215,08 % la semaine dernière. Pendant ce temps, les décès ont montré une légère baisse de 22% par rapport au rapport précédent. Autrement dit, entre le 4 et le 11 décembre, 27 119 cas et 7 décès ont été enregistrés. Ainsi, le nombre total de personnes touchées depuis le début de la pandémie s'élève à 9 766 975, tandis que les décès sont de 130 041. Quelle est la situation du SRAS-CoV-2 en Argentine et quelle est l'influence des variantes " chien de l'enfer " et " cauchemar " d' Ómicron .

COVID-19 : ce que dit le rapport hebdomadaire publié par le ministère argentin de la Santé

Selon le bilan publié chaque semaine par le portefeuille dirigé par Carla Vizzotti, une nouvelle hausse des cas a été enregistrée, qui s'établit à 215,08% par rapport au bilan rendu la semaine précédente, puisque 27.119 cas ont été signalés. À cette époque, les infections et les décès enregistrés, entre le 27 novembre et le 4 décembre, étaient de 9 décès et 12 609 infections, un nombre qui s'est traduit par un bond de 379,45 % par rapport au document précédent. Avec les décès récemment signalés, les décès ont affiché une légère baisse (22,22%).

De même, le document officiel indique qu'à ce jour, il y a 248 personnes hospitalisées dans les unités de soins intensifs (1 de plus que la semaine précédente, où il y avait 247 hospitalisés dans ces conditions), avec un pourcentage d'occupation des lits , à la fois dans le public et secteur privé et pour toutes les pathologies, 41,3% dans tout le pays, montrant ainsi une légère augmentation (41,0% dans le pays était le chiffre précédemment rapporté) .

L'augmentation des infections se poursuit, selon le rapport COVID ce dimanche / REUTERS/Agustin Marcarian

Les 7 décès enregistrés dans ce rapport étaient : 4 à Buenos Aires, 2 à CABA et 1 à Neuquén.

Concernant la vaccination , point essentiel pour faire face à ces sous-variantes plus contagieuses, du portefeuille de la santé ils ont indiqué que « le nombre de personnes ayant reçu la dose de rappel a triplé. Il est très important que les renforts continuent d'être appliqués à toutes les personnes de 18 ans ou plus, en donnant la priorité aux personnes de 50 ans ou plus et à celles présentant des conditions à risque.

En tout cas, selon les documents délivrés par le ministère de la Santé, jusqu'à présent, 111 049 904 doses ont été appliquées (en une seule semaine, 363 754 ont été appliquées), dont 41 058 992 correspondent aux premiers (4 598 régimes dont le dernier a commencé en une semaine), 37 913 371 à la seconde (5 561 ont terminé le schéma initial), 3 159 588 sont des doses supplémentaires (avec une augmentation de 852 personnes par rapport à la semaine précédente, il est inclus dans le schéma de primovaccination et est destiné à certains groupes de population).

Parallèlement, en ce qui concerne les doses de rappel, le ministère de la Santé a indiqué que 21 891 617 ont reçu les premières (43 056 nouvelles demandes en une semaine) ; 6 528 768 le second, bien qu'avec un bond de 145 047 par rapport à la semaine précédente ; tandis que le troisième renfort (nouvel indice indiqué par le portefeuille de la santé), 495 252 ont déjà été administrés (avec une variation de 163 670 par rapport à la semaine précédente). Enfin, le nombre total de vaccins distribués dans tout le pays a atteint 118 430 742 (135 500 nouvelles doses envoyées aux juridictions), en plus des 5 083 000 qui ont été donnés.

Une nouvelle vague d'infections au COVID a-t-elle commencé en Argentine ? / Institut national des allergies et des maladies infectieuses

Quelles sont les dernières données en Argentine sur les variantes les plus contagieuses d'Omicron

Selon le dernier Bulletin épidémiologique, depuis fin octobre "il y a eu une interruption de la baisse soutenue du nombre de cas qui a atteint moins de 1 000 cas enregistrés" au cours des deux dernières semaines dudit mois. "Depuis ce moment, il y a eu un changement de tendance avec une augmentation progressive du nombre de cas", alors que début décembre, selon la date d'apparition des symptômes, il y avait des sauts successifs d'une semaine à l'autre : "11 009 cas, en augmentation entre une semaine et la suivante 37 %, (en EW45 par rapport à EW44), 61 %, (en EW46 par rapport à EW45), 88 % (en EW47 par rapport à EW46) et 184 % (en EW48 par rapport à SE47) »

"Bien que le nombre total de cas par semaine soit loin des moments des records les plus élevés des précédentes vagues de COVID enregistrées, l'augmentation ces dernières semaines s'est accélérée", ont-ils admis du portefeuille de la santé dans le document. Et il ajoute : "Bien que les cas soient majoritairement concentrés dans la zone métropolitaine de Buenos Aires (86% la semaine dernière), l'augmentation se vérifie dans toutes les régions du pays et dans 22 des 24 juridictions"

Comme dans le reste de la planète, Ómicron est actuellement la variante dominante en Argentine. « Son schéma de transmission élevé a facilité l'apparition de mutations supplémentaires qui définissent différentes sous-lignées classées au sein d'une même variante. À ce jour, 5 lignées principales différentes d'Omicron ont été signalées dans le monde : BA.1, BA.2, BA.3, BA.4 et BA.5 et leurs lignées descendantes (BA.1.1, BA.2.12.1, entre autres ).autres) », rappelle le document.

Les infections ont montré une forte augmentation et la demande de vaccins, de tests et d'autotests a montré un bond similaire / (Getty Images)

Entre fin octobre et début novembre, « la prévalence de BA.2 et de ses lignées descendantes est passée de 7,9 % à 10,1 %. Les lignées issues de BA.4 sont passées de 3,4 % à 2,8 %. BQ.1 et ses lignées descendantes ont connu une augmentation de 23,1 % à 27,3 %. « Au 28 novembre, BQ.1 compte plus de 30 lignées descendantes XBB et ses lignées descendantes sont passées de 2,7 % à 3,8 %. BA.2.75 est passé de 5,4% à 6,6%, tandis que BA.4.6 est passé de 3,1% à 2,9% », poursuit le document.

Alors que, se référant à l'Argentine, ils ont indiqué que "la situation actuelle des variantes du SARS-CoV-2 est caractérisée par une circulation exclusive de la variante Ómicron. En ce qui concerne les lignées Ómicron, dans SE37 (deuxième semaine de septembre), la proportion de BA.4, BA.5 et Ómicron compatibles avec BA.4/BA.5 est de 35,37 %, 39,02 % et 10,98 %, tandis que BA .2 s'élève à 7,32 % (tous les échantillons enregistrés pour SE37 ont une identification de lignée) ». Et ils ont ajouté qu'au cours de la deuxième semaine d'octobre, un cas d'Ómicron BQ.1.1 et 1 cas d'Ómicron XBB.15 ont été enregistrés.

"Concernant les cas décédés, un très faible nombre de déclarations a été enregistré au cours des 10 dernières semaines, avec une moyenne de 7 cas par semaine, avec un maximum de 13 dans le SE40 (début octobre) et un minimum de 1 dans le SE46. (fin novembre) », souligne le document.

(Bulletin épidémiologique, Ministère de la Santé)

Et il poursuit : « Selon les informations disponibles sur la vaccination et la mortalité, on constate que le taux de mortalité entre les semaines 45 et 48 (début novembre à nos jours) indique que le risque de mourir du COVID-19 chez les personnes non vaccinées ou avec un schéma incomplet était 5 fois plus élevé que celui des personnes ayant reçu un rappel de vaccination. Ce qui constitue une preuve locale de l'efficacité des vaccins pour prévenir la mortalité en Argentine »

Tandis que, "en termes de cas décédés, un très faible nombre de notifications a été enregistré au cours des 10 dernières semaines, avec une moyenne de 7 cas par semaine, avec un maximum de 13 en SE40 et un minimum de 1 en SE46".

Le Bulletin épidémiologique rappelle également la couverture vaccinale et indique que par rapport à la couverture atteinte, « au 5 décembre, premier rappel, 49,6 % de la population âgée de trois ans et plus a reçu le premier rappel. Concernant les tranches d'âge, on constate que 59,2% de la population âgée de 18 ans et plus a reçu le premier rappel alors que dans la tranche des 50 ans et plus la couverture est de 72,1%. En ce qui concerne les enfants et les adolescents, dans le groupe entre 12 et 17 ans, la couverture atteint 37,5 %, dans le groupe de 5 à 11 ans, la couverture est de 12,9 % et dans le groupe de 3 à 4 ans (intégré dans SE 31) le la couverture est de 2,5 % ».

(Bulletin épidémiologique, Ministère de la Santé)

Quelle est la situation des variantes "chien de l'enfer" et "cauchemar" en Argentine

Avec une augmentation soutenue des cas et les preuves qui ont déjà été recueillies dans d'autres pays, le ministère argentin de la santé a reproduit la déclaration du groupe consultatif technique de l'OMS sur l'évolution du virus SARS-CoV-2 (TAG -VE) du Organisation mondiale de la santé la Salud et a indiqué qu'il n'est pas estimé que "le phénotype général de XBB (appelé" cauchemar ") et BQ.1 (également appelé" chien de l'enfer ") diffèrent suffisamment les uns des autres ou des autres lignées Omicron avec des mutations d'échappement immunitaire », pour lesquelles ils ont refusé de leur donner un nom grec, comme cela s'est produit avec les précédentes variantes préoccupantes (VOC).

« Les deux sous-lignées font toujours partie de l'Omicron, qui reste une variante inquiétante. Cette décision sera réévaluée périodiquement", ont-ils précisé dans le document et expliqué que la variante "cauchemar" est un "recombinant des sous-lignées BA.2.10.1 et BA.2.75", étant que "de la semaine épidémiologique 40 (3 à octobre 9), parmi les séquences envoyées au GISAID, XBB a une prévalence globale de 1,3 % et a été détecté dans 35 pays ».

Sur ce ton, ils ont souligné que le "cauchemar", jusqu'à présent, "n'a pas été systématiquement associé à une augmentation des nouvelles infections. Bien que d'autres études soient nécessaires, les données actuelles ne suggèrent pas qu'il existe des différences substantielles dans la gravité de la maladie", tout en précisant qu'"il existe des preuves préliminaires indiquant un risque plus élevé de réinfection, par rapport aux autres sous-lignées Omicron en circulation". . "Les cas de réinfection étaient principalement limités à ceux avec une infection initiale dans la période pré-Omicron", ont-ils ajouté.

les variantes

« Jusqu'à présent, il n'existe aucune donnée permettant d'échapper à la réponse immunitaire induite par d'autres lignées d'Ómicron. La question de savoir si l'évasion immunitaire accrue de XBB est suffisante pour entraîner de nouvelles vagues d'infection semble dépendre du paysage immunitaire régional affecté par la taille et le moment des vagues précédentes d'Ómicron, ainsi que de la couverture vaccinale contre COVID-19 ", a déclaré dans le Bulletin épidémiologique national.

Pour sa part, BQ.1 est une "sous-lignée de BA.5, qui porte des mutations dans certains sites antigéniques clés", et dans le cas de la sous-lignée BQ.1.1, identifiée comme "chien de l'enfer", "porte une mutation addition sur un site antigénique clé. "A partir de la semaine épidémiologique 40 (du 3 au 9 octobre), sur les séquences envoyées au GISAID, BQ.1 a une prévalence de 6% et a été détecté dans 65 pays", soulignent-ils dans le document.

"Bien qu'il n'y ait pas de données sur la gravité ou l'évasion immunitaire des études sur l'homme", les experts ont noté que la variante "hellhound" montre un "avantage de croissance significatif par rapport aux autres sous-lignées Omicron en circulation dans de nombreux contextes", grâce à des mutations supplémentaires qui lui ont donné "un avantage d'évasion immunologique." De cette façon, ils assurent qu'il y a "un plus grand risque de réinfection", bien qu'ils avertissent toujours que davantage de recherches sont nécessaires. "A l'heure actuelle, il n'existe aucune donnée épidémiologique suggérant une augmentation de la gravité de la maladie. L'impact des changements immunologiques observés dans la fuite du vaccin reste à établir », ont-ils souligné.

Et ils concluent : « L'impact potentiel de ces variants est fortement influencé par le paysage immunologique régional. Alors que les réinfections sont devenues une proportion croissante de toutes les infections, cela se voit principalement dans le contexte des infections primaires non Omicron. Avec la réponse immunitaire décroissante des vagues initiales d'infection à Omicron et l'évolution ultérieure des variantes d'Omicron, les réinfections sont susceptibles d'augmenter encore.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus