Les cas de COVID en Argentine ont augmenté de 150 % le mois dernier : les 2 raisons de cette augmentation

Les cas de COVID en Argentine ont augmenté de plus de 150 % depuis la seconde moitié de juillet dernier (Getty Images)

Le coronavirus qui cause le COVID rend toujours malade et tue des humains : plus de 1,4 million de personnes ont été infectées en août dernier. Cela implique une augmentation de 38% à l'échelle mondiale , comme l'a rapporté hier l'Organisation mondiale de la santé. En outre, plus de 1 800 personnes touchées sont décédées.

En Argentine , l’augmentation des cas de personnes diagnostiquées avec le COVID se produisait également. Il ne s’agit pas d’une vague de cas comme celles qui ont submergé les bureaux des centres de santé et les hôpitaux en 2021 et 2022, mais c’est une augmentation de plus de 150 %.

Les cas de personnes atteintes de COVID augmentent depuis la seconde quinzaine de juillet. L'augmentation pourrait se répercuter sur davantage de décès dans les semaines à venir.

Il y a deux raisons principales pour expliquer pourquoi le virus continue de circuler dans le pays et cette augmentation s'est produite , selon les experts consultés par Infobae .

Au cours de la semaine du 17 juillet, 77 cas quotidiens ont été enregistrés en moyenne, tandis que dans la semaine du 14 août, ce nombre est passé à 207 , selon l'analyse des données du Dr Jorge Aliaga , de l' Université nationale de Hurlingham. du Ministère de la Santé de la Nation Argentine.

Il n’y a eu presque aucun décès au cours des deux dernières semaines de mai, mais il y a eu une augmentation à 9 cas hebdomadaires au cours de la semaine du 9 juillet. "Il est possible que, dans les semaines à venir, davantage de décès soient enregistrés en raison de l'augmentation des cas", a estimé Aliaga.

L'une des raisons de l'augmentation des cas dans le pays est la circulation de la sous-lignée EG.5 de la variante Ómicron du coronavirus/Fichier

Quelles sous-variantes d'Ómicron ont poussé en Argentine

L’une des raisons est l’entrée dans le pays d’une sous-lignée de la variante Ómicron du coronavirus, plus transmissible. « Au cours de l'année 2023, il y a eu d'abord une augmentation des cas de virus de la grippe et du virus respiratoire syncytial et maintenant une augmentation du coronavirus SARS-CoV-2 . La saisonnalité du coronavirus n’est pas encore définie. Mais sa circulation dans le pays est principalement due à la circulation de la sous-lignée Ómicron XBB et à des cas isolés d' EG.5 », a déclaré à Infobae la directrice nationale de l'épidémiologie et de l'information stratégique du portefeuille de santé, Analía Rearte .

"Les cas de COVID ont augmenté depuis juillet, mais cela ne s'est pas traduit par une augmentation significative des hospitalisations", a commenté Gabriel Battistella , sous-secrétaire aux soins primaires du ministère de la Santé de la ville de Buenos Aires , dans un dialogue avec Infobae .

Le ministère de la Santé a averti que plus de 36 millions de personnes ayant bénéficié du programme primaire n'ont pas reçu de dose de rappel au cours des 6 derniers mois. EFE/Juan Ignacio Roncoroni

La couverture des doses de rappel dans la population est faible

L’autre raison de l’augmentation des cas de COVID est qu’il y a peu de personnes ayant des doses de rappel à jour. Pour le Dr Humberto Debat , chercheur en virologie à l' Institut national de technologie agricole (INTA) et membre du projet PAIS sur la surveillance génomique du coronavirus, qui dépend du ministère de la Science, de la Technologie et de l'Innovation de l'Argentine, a commenté : « L'un des Les causes de la plus grande circulation virale aujourd'hui sont liées à la faible immunité de la population. Parce que plusieurs mois se sont écoulés depuis que la personne a été infectée ou parce que les doses de rappel du vaccin n'ont pas été appliquées récemment.

De 2020 à 2022, la population argentine était allée se faire vacciner contre le COVID. 82,4 % avaient accepté de prendre les deux premières doses. Chez les personnes de plus de 50 ans, l'observance était plus élevée : elle atteignait 92,5 %. Mais la diminution des cas et des décès grâce à la protection de la vaccination a conduit de nombreuses personnes à croire à tort que le COVID était déjà terminé et qu’elles n’avaient pas encore reçu les doses de rappel nécessaires pour être immunisées.

Plus de 36 millions de personnes bénéficiant du schéma primaire complet n'ont pas encore reçu de dose de rappel au cours des 6 derniers mois , selon le dernier bulletin épidémiologique du portefeuille Santé, dirigé par Carla Vizzotti .

En juillet, le COVID est devenu l’infection respiratoire prédominante devant la grippe et la bronchiolite. Le niveau de positivité est connu à partir du nombre de tests et de cas confirmés de COVID/

Le virus - qui se transmet principalement par voie aérienne - circule et les personnes sont exposées à l'infection, notamment lorsqu'elles se trouvent dans des environnements fermés avec plusieurs personnes et sans ventilation croisée permanente.

EG.5 est alors l’une des sous-lignées du variant Ómicron du coronavirus qui circule dans le pays. Il s'appelait communément Eris. C'est un descendant de la sous-variante XBB et est apparu pour la première fois en février 2023 à l'étranger. Bien qu’elle se propage rapidement, les experts ont constaté qu’elle ne provoque pas de cas plus graves que les sous-lignées qui l’ont précédée.

La sous-lignée EG.5 – ou Eris – se trouve en Argentine et se propage rapidement. Il gagne en prédominance dans le monde/ Crédit : koto_feja

« Il est probable que l'EG.5 ait déjà une fréquence assez élevée de cas confirmés de COVID-19 dans le pays, et serait cohérent avec ce qui s'est produit dans une grande partie de la planète. Parce que cette sous-lignée présente un avantage de croissance qui a été signalé par le groupe d’experts de l’OMS sur l’évolution du virus », a expliqué Debat.

À l'heure actuelle, aucun cas n'a été signalé en Argentine avec la sous-lignée BA.2.86, qui a été détectée chez des patients en Israël, au Danemark, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Afrique du Sud, entre autres. Ils l'appellent familièrement « Pirola » comme une combinaison des lettres grecques Pi et Rho car il possède plus de 30 mutations dans sa protéine Virus Spike par rapport à XBB.

« La sous-lignée BA.2.86 ne compte toujours qu'une douzaine de pays. Là, sa fréquence dans les échantillons séquencés de patients est sporadique. Cela signifie que cette sous-lignée n’est pas à l’origine de l’augmentation mondiale des cas », a déclaré Debat.

Les doses de rappel contre le COVID sont essentielles pour se protéger contre les maladies graves et la mort lorsque la circulation du coronavirus est plus importante / Tomas Cuesta / Getty Images)

Combien de doses du vaccin COVID devriez-vous recevoir ?

Face à l'augmentation des cas, l'épidémiologiste Rearte a souligné qu'"il est essentiel d'augmenter la couverture vaccinale, tant contre le COVID que contre la grippe, en particulier dans les populations vulnérables". Les doses sont nécessaires pour que ces populations restent protégées contre le risque de souffrir de maladies graves et pour prévenir les conséquences de l'infection, qui sont incluses dans le long COVID .

Selon les dernières recommandations du ministère national de la Santé et du Conseil fédéral de la santé, toutes les personnes à partir de 6 mois doivent suivre au moins le régime primaire complet et un rappel appliqué au cours des 6 derniers mois.

L'application de doses de rappel dépend du degré de risque de maladie grave pour chaque personne. Les personnes âgées de 50 ans ou plus, les personnes enceintes et celles qui sont immunodéprimées après l’âge de 6 mois sont considérées comme présentant un risque élevé de souffrir d’une forme grave du COVID. Une dose de rappel doit être appliquée six mois après la dernière dose et se poursuivre à la même fréquence.

Les personnes âgées de 50 ans ou plus, les personnes enceintes et celles immunodéprimées à partir de 6 mois courent un risque élevé de souffrir d’une forme grave du COVID. Ils doivent donc être à jour des doses de rappel/Fichier

Les personnes de moins de 50 ans présentant des comorbidités non immunosuppressives (maladies chroniques et obésité), le personnel de santé et le personnel stratégique sont à risque intermédiaire de forme grave de COVID-19 ou d’exposition professionnelle élevée au coronavirus. Ce groupe doit recevoir la dose de rappel 6 mois après la dernière dose puis continuer chaque année.

En revanche, les personnes âgées de 6 mois à 49 ans inclus, sans comorbidités, doivent recevoir une dose de rappel douze mois après la dernière dose appliquée et la poursuivre annuellement.

"Il est important dans ce contexte de résurgence du COVID, et pour ne pas fuir, que les gens se fassent vacciner selon les nouvelles recommandations qui se basent sur le risque de maladie grave et le risque d'exposition", a conseillé le docteur en maladies infectieuses Leda Guzzi , membre de la Société argentine d'infectologie (SADI) et de la Société européenne de microbiologie clinique et de maladies infectieuses.

La ventilation permanente et croisée des environnements fermés où se trouvent plusieurs personnes est une mesure qui permet également de prévenir le COVID/Fichier

Les doses de rappel « servent à réduire le risque de complications et de décès. Même si de nouvelles sous-lignées circulent, les vaccins bivalents appliqués aujourd’hui restent efficaces contre les sous-variantes en circulation. Il est également nécessaire de réaliser davantage de tests et d'études sur les eaux usées pour surveiller le virus », a déclaré le Dr Daniela Hozbor , de l'Institut de biotechnologie et de biologie moléculaire de Conicet et de l'Université nationale de La Plata.

Bien entendu, la protection contre le coronavirus ne se limite pas à la simple vaccination avec des rappels. Il faut également tenir compte du fait qu'une ventilation adéquate doit être maintenue dans les environnements fermés et que les mains doivent être lavées fréquemment et adéquatement avec de l'eau et du savon.

Vous devez également vous couvrir la bouche et le nez lorsque vous toussez ou éternuez, vous laver les mains immédiatement et jeter les mouchoirs immédiatement après utilisation. Si une personne a le COVID, elle doit rester à la maison et éviter de travailler, d’activités éducatives ou de se rendre dans des lieux publics jusqu’à ce qu’au moins 24 heures se soient écoulées après avoir eu de la fièvre.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus