Leandro Ocón : « La pandémie a reproduit les schémas de pouvoir et accentué les différences entre les blocs géopolitiques »

Leandro Ocón est diplômé en sciences politiques et titulaire d'une maîtrise en stratégie et géopolitique de l'École supérieure de guerre. En 2020, il a coordonné le livre « Cyberdéfense : clés pour réfléchir à une stratégie de souveraineté nationale », édité par Taeda (Fernando Calzada)

"Nous sommes dans un monde où toute mesure que nous prenons pour contrôler la libre circulation des personnes, des informations ou des biens génère un problème économique ", déclare le politologue Leandro Ocón , expert en défense, sécurité et économie politique. C’est précisément ce qui s’est produit lors de la pandémie de COVID-19 , lorsque les différences entre les différents blocs géopolitiques se sont accentuées. DEF s'est entretenu avec ce spécialiste pour comprendre les enseignements tirés et identifier les menaces qui pèsent sur l'humanité .

-Si des organisations comme l’ONU alertent sur la possibilité d’autres pandémies dans le monde, faut-il commencer à s’y préparer ?

-Tout d’abord, lorsque nous parlons de pandémies, nous faisons référence à un processus mondial qui affecte et traverse les frontières. Les pandémies ne voient pas les limites que l’homme fixe. Leur caractéristique fondamentale : ils doivent être infectieux, contagieux et générer un impact négatif sur la santé humaine à court terme. Ce phénomène se double de la mondialisation, caractérisée par une plus grande capacité de circulation de l'information et des personnes, également dans des délais très courts.

- S'il n'y a pas de limites, peut-il y avoir des conflits ?

-Bien sûr, nous sommes dans un monde où toute mesure que nous prenons pour contrôler la libre circulation des personnes, des informations ou des biens génère un problème économique. En même temps, sur la planète, il existe une plus grande concentration de personnes dans certains endroits : les mégapoles. C’est ce que constatent les spécialistes : n’importe quelle maladie, dans des espaces où il y a beaucoup de concentration, peut exploser. Alors que nous disent-ils ? Les pays doivent s’y préparer car c’est l’une des plus grandes menaces pour l’humanité.

Ocón décrit trois aspects fondamentaux des pandémies : « elles doivent être infectieuses, contagieuses et générer un impact négatif sur la santé humaine à court terme » (AFP)

Les vaccins dans le (dés)ordre mondial

-Savons-nous ce que nous devons faire pour faire face à la prochaine pandémie ?

-De la dernière pandémie, nous avons appris qu’il n’y avait pas de réponse unique à cette question. En outre, la répartition de la géopolitique du pouvoir technologique était évidente : les pays les plus développés (industriellement et technologiquement) étaient capables de produire des vaccins et de permettre à leurs propres populations d’y accéder rapidement. Les autres États ont dû les demander. Une répartition classique du pouvoir, ancrée dans le système industriel de chaque pays. Et je pense qu’il y a un thème qui anticipait la guerre en Ukraine.

-Quel serait ce sujet ?

-Les vaccins ont également fini par être un mécanisme pour interdire la circulation des personnes. Ceux qui avaient reçu le vaccin russe ne pouvaient pas entrer aux États-Unis, ce qui anticipait un futur conflit. Nous voyions comment, d’un point de vue géopolitique, un pays se découplait de l’autre. La pandémie a pris fin et la guerre a commencé. Même Donald Trump lui-même, avant la pandémie, a déclenché la guerre commerciale avec la Chine. Puis, on l’a vu insister sur cette « grippe chinoise ». Trump a identifié le géant asiatique comme son principal adversaire et a commencé à rivaliser géopolitiquement. Il m’est difficile de dissocier les phénomènes politico-historiques au moment où nous nous trouvons. La pandémie a fini par reproduire des schémas de pouvoir et a accentué quelque chose qui était en train de se produire : la différence entre les blocs géopolitiques.

-Et que s'est-il passé aux États-Unis ?

-Nous sommes sortis de la pandémie, et les États qui en ont le plus profité étaient ceux qui étaient capables de fabriquer des vaccins, car ils avaient déjà des capacités industrielles et venaient déjà d'un contexte qui ne se poursuivait pas avec la mondialisation. "L'Amérique d'abord", a déclaré Trump. Aujourd'hui, on regarde le nouveau Consensus de Washington, et on revient au début du XXe siècle : aujourd'hui, le monde ressemble plus à 1920 qu'à 1999. Les pays se concentrent sur leurs propres territoires et leur développement. Chaque pays prend soin de lui-même car, après tout, les électeurs punissent le leader du moment. Sur le plan électoral, très peu de partis ou de candidats ont été réélus pendant la période de pandémie.

Le positionnement argentin

-Existe-t-il une géopolitique de la santé ?

-Oui, il existe une géopolitique de la santé et elle concerne la direction que vise chaque pays : le système de santé et la façon dont il est imbriqué avec les systèmes industriels, technologiques et scientifiques. C'est un écosystème national qui vous dit : « telles sont les conditions dans lesquelles vous êtes dans le monde. Si une pandémie explose demain, c'est votre point de départ. En ce sens, l’Argentine possède l’un des meilleurs systèmes de santé de la région. C’est pour cette raison que je pense que les comparaisons – lorsqu’on parle de quarantaines – sont trompeuses. Car évidemment, un pays avec un certain profil peut faire face à une pandémie d’une manière et ; un autre avec moins de ressources, d'un autre. En outre, il faut tenir compte de ses propres caractéristiques : gouverner un pays unitaire, comme le Chili ou la Chine, n’est pas la même chose que gouverner un pays fédéral, comme l’Argentine ou les États-Unis.

-Que suggérez-vous?

-Nous devons être plus conscients, non seulement de qui sont nos alliés stratégiques, mais aussi du fait que lorsque les pommes de terre brûlent, le système international devient « chacun pour soi ». Lorsqu’un phénomène transnational survient, qu’il s’agisse d’une pandémie ou d’une météorite, la première réponse est de protéger la population elle-même. Et si vous n’y parvenez pas, il fera ce qu’il peut pour lui-même. Le chaos.

-Comment un pays peut-il éviter le chaos ?

-Disposer des mécanismes pour les résoudre. Un élément géopolitique clé est de savoir ce que nous pouvons faire et ce que nous ne pouvons pas faire pour, sur cette base, élaborer une politique publique. Il est logique que les gens aient oublié ce qui s’est passé pendant la COVID-19 ; Ceux qui ne doivent pas l’oublier sont les professionnels de l’Etat. La pandémie est avant tout une politique de défense nationale : elle est une menace, elle met en danger la santé et le patrimoine de tous les habitants argentins. Cela signifie que nous devons avoir une politique qui envisage ce type de menaces, qui implique différentes organisations de manière interministérielle et qui articule une série de mesures transversales. Les hommes d’État voient au-delà de la réalité historique et conjoncturelle.

Pour Ocón, une politique nationale qui envisage des menaces telles que la pandémie et qui implique de manière interministérielle différentes organisations et mesures transversales est essentielle (Fernando Calzada)

Au-delà des bonnes intentions

-L'ONU a-t-elle su gérer les problèmes de la pandémie ?

« L'ONU n'a rien dit de différent de ce à quoi je m'attendais. C'est une organisation qui a été conçue pour trouver un espace d'harmonie entre les nations. De nombreux pays périphériques l’ont écouté et les plus puissants ont fait ce qu’ils voulaient. Ma critique n’est pas que l’ONU ait tort, mais plutôt de croire que si vous faites ce qu’elle dit, tout ira bien. Le pouvoir se faufile derrière les réseaux de ces journaux écrits avec de bonnes intentions. Maintenant, nous assistons un peu à une perte de pouvoir de l’ONU parce que nous sommes dans un moment de redistribution du pouvoir, avec des déconnexions géopolitiques qui génèrent des frontières chaudes. Je pense au Yémen, à Taiwan, à l’Ukraine et à l’Afghanistan. Le lieu de rencontre des blocs de pouvoir commence à être un espace de dispute.

-Comment imaginez-vous que le pouvoir sera distribué lors de la prochaine pandémie ?

– En fonction des caractéristiques de la pandémie. Je pense que la proximité géographique et l’infrastructure technologique auront une corrélation très notable. À l’heure actuelle, il y a une très grande concurrence en matière d’infrastructures. Par exemple, Sinopharm s'inscrit, d'une certaine manière, dans le courant de la Route de la Soie chinoise. J'imagine que les États-Unis tentent également de réagir. Une autre pandémie se produit à nouveau et nous allons être confrontés aux mêmes dilemmes. De plus, comme le dit Shoshana Zuboff, nous nous dirigeons vers un capitalisme de surveillance. Cette surveillance a sa propre corrélation nationale, car il convient de se demander d'où viennent les technologies : celui qui traite l'information détient un pouvoir que celui qui ne le fait pas n'a pas. Nous revenons au vieux schéma des entreprises de 1920 alignées sur les intérêts des nations dont elles sont issues.

-Considérant la place de l'Argentine dans la région et dans le monde, quelles autres variables doivent être prises en compte ?

-Mon opinion la plus politiquement incorrecte : de quoi l’État doit-il être responsable ou non ? Quelles sont nos priorités ? D’eux viennent le budget public et la capacité de collecte. Je suis totalement old school : il faut assurer la production et la génération de richesse, protéger sa population et consolider une société juste.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus