Un jugement est en accord avec un institut qui, en raison d'une infection au Covid, a contraint des personnes non vaccinées à se mettre en quarantaine à domicile

Façade de la Cour Suprême, le 7 juillet 2023, à Madrid (Espagne). (Eduardo Parra - Europa Press)

Bien que le Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne (TSJ) ait donné raison à la mère , la Cour suprême a cette fois donné raison à la Generalitat de Catalogne, car elle ne constate aucune violation des droits fondamentaux de l'étudiant confiné.

Les événements remontent à novembre 2021 , lorsque la direction de l'Institut Moisés Broggi de Barcelone a informé les élèves de deuxième année du baccalauréat et leurs familles qu'un cas positif de Covid-19 avait été confirmé. En application des protocoles sanitaires, ils ont convenu d’une quarantaine à domicile de 10 jours pour les étudiants non vaccinés.

La quarantaine n'a pas violé les droits fondamentaux de l'étudiant

Plusieurs étudiants dans une salle de classe de l'IES Simone Veil à Paracuellos del Jarama, Madrid. EFE/Maréchal/Fichier

La mère de l'un des étudiants concernés a fait appel de cette mesure car elle considérait qu'elle violait plusieurs droits fondamentaux de son fils. Il a notamment cité le droit à la libre circulation des personnes proclamé à l'article 19 de la Constitution.

Le Tribunal supérieur de justice de Catalogne avait alors estimé que l'institut ne disposait pas de pouvoirs suffisants pour mettre en œuvre une mesure de ce type. Son adoption, selon le tribunal, reviendrait exclusivement aux autorités sanitaires et non aux autorités éducatives. Bien qu'il soit considéré que les droits de l'étudiant n'ont pas été violés, l'article 19 de la Constitution souligne que la liberté de circulation est affectée en cas de manque de compétence de l'organisme qui impose la mesure.

La Chambre Contentieuse de la Cour Suprême partage cette dernière appréciation du TSJ : les droits fondamentaux de l'étudiant n'ont pas été violés. Cependant, il a reconnu la compétence des autorités éducatives pour adopter la mesure "qui permet aux mineurs de suivre leurs cours à domicile et sans fréquenter l'école".

Le tribunal explique que le pouvoir d'organiser l'enseignement correspondant à la direction d'une école ne peut être exclu dans des situations évidentes de risque pour la santé des élèves de son centre éducatif. Pour les magistrats, il s’agissait « d’une réorganisation de l’enseignement en réponse à la découverte d’un cas de COVID-19 dans une de leurs salles de classe » et dans le but de prévenir la santé des élèves. Dès lors, elle nie le défaut de compétence apprécié par la Chambre TSJ.

En outre, ils ne voient pas de violation du droit à la liberté personnelle ou de leur liberté de mouvement. « Ceci pour la simple raison que sa capacité à se déplacer, à se promener ou à sortir n’a jamais été limitée ; la possibilité de recevoir des cours n’a pas non plus été limitée en permettant un mécanisme alternatif efficace et jamais remis en question », lit-on dans le jugement.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

23.06.2024, 12:00

Le risque d’une pandémie de grippe aviaire augmente-t-il ? : ce que dit la science

Il y a quelques jours, l’ Organisation panaméricaine de la santé a appelé les gouvernements des Amériques à se préparer. Il a exhorté à « mettre...

Lire l'article

21.06.2024, 12:00

Alerte à Bogotá en raison du taux d'occupation des unités de soins intensifs en raison du pic respiratoire : se faire vacciner peut aider

Si vous faites partie de ceux qui préfèrent marcher sans masque dans des espaces fermés, comme dans les bus des transports publics, il ne serait pas...

Lire l'article

20.06.2024, 15:00

La Cour Suprême porte plainte contre Ayuso pour les 7.291 décès dans les résidences pendant la pandémie

« Nous ne disposons pas, et la plainte ne fournit pas non plus, de données précises permettant de conclure dans quelle mesure les critères d'orientation...

Lire l'article

04.06.2024, 09:00

Martín Vizcarra : Faute d'« indications », le parquet ouvre une enquête sur l'achat de tests Covid-19

Le procureur intérimaire de la Nation, Juan Carlos Villena , a confirmé lundi que l'enquête contre l'ancien président Martín Vizcarra pour des irrégularités...

Lire l'article

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus