Un juge a statué que les prisonniers de Mendoza ne pourront plus utiliser de téléphone portable

Un juge de Mendoza a interdit l'utilisation de téléphones portables aux prisonniers

Le juge de Mendoza, Sebastián Sarmiento, a statué que les détenus hébergés dans les prisons provinciales ne pourront pas accéder aux téléphones portables à l'intérieur des prisons, en raison de la fin de l'urgence sanitaire qui l'a permis en 2020 après la quarantaine ordonnée par la pandémie de coronavirus. Il devrait s'agir d'un programme progressif ne prenant pas plus de six mois. Il a également statué que Les femmes privées de liberté seront les seules à bénéficier de cette allocation, afin de faciliter leur communication avec leurs enfants.

La décision a déjà été communiquée au ministère public , au service pénitentiaire et à l' ONG Défenseur général qui ont soutenu la continuité de l'utilisation du téléphone. On suppose que les défenseurs feront appel de la décision devant les juridictions supérieures.

Le jugement consulté par Infobae ordonne également que les visites hebdomadaires aux détenus soient garanties et que le système pénitentiaire doive disposer de "équipements pour les appels vidéo, les vidéoconférences et/ou les plateformes de communication, destinés au contact en cas d'urgence". avec leurs défenseurs et conseillers juridiques, dans une proportion minimale d'une équipe pour deux cents personnes détenues.

Le juge a soutenu que " l'état d'urgence sanitaire mondiale est désormais surmonté, comme l'a résolu l'Organisation mondiale de la santé (OMS)." C’est précisément cette urgence sanitaire qui a permis aux prisonniers d’utiliser leur téléphone portable.

La proposition était née fin 2023 étant donné que le 31 décembre le décret de l'ancien président Alberto Fernández sur la possession autorisée avait pris fin. de téléphones portables à l’intérieur des prisons en raison de la pandémie et de l’isolement social obligatoire, raison pour laquelle les détenus ne pouvaient pas recevoir de visiteurs.

La prison d'Almafuerte dans la province de Mendoza

Face à cela, le juge Sarmiento a accordé une prolongation de 10 jours le premier jour de 2024 et a convoqué une audience avec différents acteurs sur la question, qui ont présenté leur position. Le ministère public provincial et le service pénitentiaire de Mendoza se sont opposés à la continuité de l'avantage et a indiqué que la loi actuelle devait être à nouveau appliquée. Là, ils ont soutenu que l'utilisation des téléphones portables est un droit humain fondamental que tout le monde devrait avoir .

Mais le juge a rejeté les arguments. Il a cité la jurisprudence de la Cour suprême et même les paroles du ministre Carlos Rosenkrantz qui, dans un arrêt récent, a souligné : « L'urgence n'est pas une franchise pour ignorer la loi en vigueur. L'état d'urgence est soumis à la loi dans ce pays, car il s'agit également d'une situation légalement réglementée et cela n'implique en aucun cas que toute mesure qui pourrait être considérée comme efficace pour faire face à la situation soit, pour cette seule raison, constitutionnellement admissible. € .

« Si l'on continue d'analyser les paramètres établis par la Cour supérieure de notre pays, il ne fait aucun doute que l'urgence doit être grave, puisque ce n'est pas n'importe quelle crise qui autorise l'instauration de l'état d'urgence. C'est cette singularité qui justifie l'adoption de mesures exceptionnelles, faute de quoi les pouvoirs ordinaires attribués par la réglementation aux autorités suffisent. Surmonter la crise. Je comprends également qu'un droit exceptionnel ne doit en aucun cas être interprété d'une manière contraire aux normes constitutionnelles , puisque les mesures d'urgence tendent à défendre le système constitutionnel et les autorités qu'il crée et doivent viser à rétablir la normalité sociale. La Constitution fixe des limites expresses qui doivent être respectées en termes d'organismes compétents, de causes qui l'autorisent et de procédures pour son émission", a-t-il déclaré.

"Il ne faut pas perdre de vue que l'urgence, même si elle peut fournir l'occasion d'exercer un pouvoir existant, ne crée pas de nouveaux pouvoirs" , indique le jugement. « Cela nous amène à réfléchir que les dispositions qui établissent des règles d'urgence doivent être soumises à un niveau plus élevé de contrôle judiciaire. Outre une plus grande justification par les pouvoirs publics des mesures adoptées, le contrôle judiciaire doit analyser si la situation d'urgence sanitaire invoquée reste en vigueur ou, au contraire, disparaît, il conviendrait donc d'invalider la règle par absence de la cause constitutionnelle qui permet sa validité ».

L'utilisation des téléphones portables a commencé pendant la pandémie (EFE)

Ainsi, le jugement auquel Infobae a souscrit a résolu : « Rejeter la demande formulée par les Défenseurs Officiels de la province de Mendoza, le Procureur des Personnes Privées de Liberté et la Direction des Droits Humains de la Cour Suprême de Justice de la Province de Mendoza, et prévoit la résiliation de l'autorisation d'utilisation de la téléphonie mobile par les personnes privées de liberté en milieu carcéral dans la province de Mendoza.

Il a partiellement accédé à la demande de l'Office des Personnes Privées de Liberté et a ordonné le maintien de l'autorisation exceptionnelle pour l'utilisation de la téléphonie mobile, dans les centres de détention qui hébergent des femmes, jusqu'à ce que les normes réglementaires soient adaptées aux paramètres établis dans la Convention. sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (Cedaw) et la Convention interaméricaine pour prévenir, punir et éradiquer la violence à l'égard des femmes (Convention de Belém do Pará) et remplissent les conditions énoncées au point suivant.

Il a également été ordonné d'établir « une périodicité du régime des visites de la famille et des amis dans les établissements pénitentiaires, avec une fréquence au moins hebdomadaire », et a établi que « le retrait des équipements de téléphonie mobile doit être effectué progressivement dans une période de au moins six mois, en établissant un mécanisme adéquat de traçabilité et de contrôle, pour permettre aux proches des personnes privées de liberté de retirer ledit matériel du milieu pénitentiaire.

Ils doivent également « aviser les personnes détenues dans les secteurs d'hébergement au moins TRENTE jours à l'avance de la date à laquelle le matériel sera retiré » et « ils pourront UNIQUEMENT faire procéder au retrait du matériel ». où est installé un système téléphonique public et dans des conditions opérationnelles au sens de l'art. 2° de la résolution 1122/98 (Règlement sur la téléphonie publique ), et doit garantir au moins un appareil pour chaque pavillon, aile ou secteur de chaque établissement pénitentiaire. L'arrêt ordonne également que le système pénitentiaire doive disposer « d'équipements pour les appels vidéo, les vidéoconférences et/ou les plateformes de communication, destinés au contact dans les situations d'urgence familiale et au contact des détenus avec leurs défenseurs et conseillers juridiques, dans une proportion minimale d'une équipe ». pour deux cents personnes détenues.

« Il ne fait aucun doute que l'impact du retrait de la téléphonie mobile des secteurs pénitentiaires sera très significatif dans la vie quotidienne des personnes privées de liberté, ainsi que sur le Service Pénitentiaire lui-même. À partir de là, il est nécessaire d'analyser quels paramètres l'agence pénitentiaire doit prendre en compte, pour se conformer d'une part aux réglementations en vigueur et en même temps respecter les normes des droits de l'homme, liées au droit de communication de la personne privée de liberté », € il a été ajouté.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

22.04.2024, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

22.04.2024, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus