Jair Bolsonaro témoigne devant la police fédérale pour la fraude présumée de vaccins contre le COVID-19 au Brésil

Jair Bolsonaro (REUTERS/Adriano Machado)

L'ancien président du Brésil Jair Bolsonaro témoignera ce mardi devant la police fédérale pour la fraude présumée à la documentation des vaccins contre le COVID-19 . Pour la deuxième fois en seulement 20 jours, il devra faire une déclaration devant la force, puisque le 26 avril, il a dû comparaître pour témoigner sur les événements liés aux actes de coup d'État du 8 janvier.

Le 3 mai, la police brésilienne a perquisitionné la résidence de Bolsonaro dans le cadre d'une opération liée à la falsification de certificats de vaccination contre le COVID-19 , ont rapporté des sources officielles. Les données de vaccination de l'ancien chef de l'Etat, de plusieurs de ses proches et conseillers auraient été manipulées pour avoir accès aux Etats-Unis.

Les actions visaient à clarifier les actions d'une organisation criminelle présumée qui a inclus de fausses données de vaccination contre le COVID-19 dans les systèmes qui ont collecté ces informations au sein du ministère de la Santé.

"Avec cela, ces personnes ont pu délivrer les certificats de vaccination respectifs et les utiliser pour contourner les restrictions sanitaires actuelles imposées par les autorités publiques (Brésil et États-Unis) visant à prévenir la propagation de maladies contagieuses, en l'occurrence la pandémie de COVID ." , indique le communiqué publié par la Police fédérale.

L'opération, au cours de laquelle les autorités ont signifié six mandats d'arrêt et 16 perquisitions à Brasília et Rio de Janeiro , a été autorisée par le magistrat de la Cour suprême Alexandre de Moraes .

Voitures de la police fédérale brésilienne devant la maison de l'ancien président Jair Bolsonaro lors d'une opération de ratissage, à Brasilia. 3 mai 2023 (REUTERS/Ueslei Marcelino)

Au moins cinq personnes ont été arrêtées par les autorités, dont deux anciens conseillers et un membre de l'équipe de sécurité de l'ancien président . Les téléphones portables du leader d'extrême droite et de son épouse, Michelle Bolsonaro , ont été saisis par les autorités lors de la perquisition.

Selon les investigations, les fausses insertions ont eu lieu en novembre 2021 et décembre 2022.

Bolsonaro s'est rendu aux États-Unis le 30 décembre de l'année dernière, avant de quitter ses fonctions, et est resté dans le pays pendant près de trois mois. Il a toujours été un négationniste de la pandémie de COVID-19 et a nié publiquement avoir été vacciné contre le virus à plusieurs reprises .

L'ancien président a réitéré qu'il n'était pas immunisé contre le virus. « Ils ne m'ont jamais demandé le certificat de vaccination nulle part et il n'y a aucune falsification de ma part. Je n'ai pas pris le vaccin et point final. Je n'ai jamais nié cela », a-t-il déclaré aux journalistes devant sa résidence à Brasilia, après qu'elle ait été perquisitionnée par la police fédérale.

Le leader de l'extrême droite brésilienne a soutenu que sa fille de 12 ans, Laura , n'avait pas non plus pris le vaccin et a souligné que celle qui l'avait fait était sa femme, Michelle Bolsonaro , qui avait été vaccinée en septembre 2021 aux États-Unis, alors que elle a voyagé avec son mari , qui assistait à l' Assemblée générale des Nations Unies .

Bolsonaro s'est dit « surpris » par l'opération policière et on s'attend à ce qu'il déclarera ce mardi.

Des policiers devant la maison de Bolsonaro le 3 mai (REUTERS/Adriano Machado)

La cause

Selon la police fédérale, on soupçonne que les données de vaccination de l'ancien président, de plusieurs de ses proches et de ses conseillers auraient été manipulées pour entrer aux États-Unis , à un moment où les certificats étaient exigés par les autorités de ce pays.

Les données auraient été manipulées directement dans les systèmes du ministère de la Santé , par des accès illégaux effectués à deux reprises : en novembre 2021 et décembre 2022 .

Dans ce dernier cas, ce serait avant que Bolsonaro, toujours en sa qualité de président, ne se rende aux États-Unis le 30 décembre, deux jours avant l'investiture de l'actuel président, le progressiste Luiz Inácio Lula da Silva , dont la victoire à la sondages qu'il a remis en cause et à qui il a refusé de céder le pouvoir.

Alors qu'il était au gouvernement, Bolsonaro a nié la gravité de la pandémie, qui a déjà fait plus de 700 000 morts et près de 38 millions d'infections dans le pays.

L'ancien président avait été convoqué par la police pour témoigner ce même mercredi 3 mai après la perquisition de sa résidence, mais ses avocats ont réussi à reporter le procès au motif qu'ils n'avaient pas encore eu accès aux débats.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus