À l'intérieur du traité mondial contre les pandémies: ce qu'il dit et quel est l'avis des experts

Pendant la pandémie, les inégalités ont prévalu dans le monde. Jusqu'en mars 2023, dans les pays à faible revenu, seuls 32,2 % avaient accès à une dose de vaccin / Dossier

La pandémie de coronavirus a touché le monde entier. Mais la réponse pour faire face à cette urgence de santé publique n'a pas été équitable . Tout le monde n'a pas eu accès aux diagnostics, aux vaccins ou aux traitements à temps.

L'Assemblée mondiale de la santé, composée de 194 pays et l'organe décisionnel de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), cherche à éviter les erreurs commises face à la possibilité de futures pandémies . Il a déjà commencé à négocier le « zéro projet » d'un traité mondial sur la pandémie qui sera juridiquement contraignant s'il est approuvé. En d'autres termes, les pays qui le signeront devront s'y conformer, même si cela n'implique pas qu'ils perdent leur souveraineté pour établir la politique nationale de santé publique.

Dans les mois à venir, il y aura des négociations entre les pays sur ce que l'accord établira spécifiquement. Il pourrait être approuvé en 2024. Au début du projet, il est déjà reconnu qu'il y a eu un "échec catastrophique" de la communauté internationale à agir avec solidarité et équité lors de la pandémie de coronavirus.

Avec l'accord mondial, on cherche à améliorer la préparation et la distribution face à la possibilité d'autres pandémies (Gettyimages)

Dans les pays à revenu élevé, 73 % de la population ont reçu au moins 1 dose de vaccin. En revanche, chez les personnes à faible revenu, seuls 32,2% avaient accès à une dose jusqu'à présent en 2023 et après trois ans de pandémie. Le projet d'accord - qui a été promu par le Conseil de l'Union européenne - contient une série de mesures visant à garantir que la réponse mondiale à la prochaine pandémie soit non seulement plus forte mais aussi plus équitable.

L'une des mesures proposées est de créer un nouveau réseau mondial de logistique et de chaîne d'approvisionnement pour les pandémies qui garantit une distribution meilleure et plus équitable des fournitures, des tests, des vaccins et des traitements.

Il propose également un système "d'accès aux agents pathogènes et de partage des avantages", dans lequel les pays seront encouragés à partager les agents pathogènes nouvellement détectés et leurs séquences génomiques "en quelques heures" pour la recherche.

Un projet d'accord sur les pandémies exhorte les pays à partager les données sur les nouveaux agents pathogènes et leurs séquences génomiques

Un autre point dans le brouillon de 35 pages indique que les diagnostics, les traitements et les vaccins développés à partir des données sur les agents pathogènes doivent être partagés équitablement. Cela comprend une disposition permettant à l'OMS d'obtenir 20 % de toute production : 10 % sous forme de don et le reste à des prix abordables pour une utilisation dans les pays en développement.

Cette mesure vise à éviter que les pays ne soient confrontés ultérieurement à l'obstacle de ne pas pouvoir accéder à des vaccins ou à des traitements développés à partir des données sur les agents pathogènes qu'ils ont fournies.

Le nouveau directeur de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), Jarbas Barbosa, a récemment rencontré des représentants des pays d'Amérique latine et des Caraïbes et a discuté de l'accord. "Les pays de notre région devraient profiter des négociations en cours pour le nouvel instrument, car il s'agit d'une opportunité unique qui ne se reproduira peut-être pas de sitôt", a déclaré le Dr Barbosa dans un communiqué.

Le projet suscite déjà des débats. En dialogue avec Infobae , Rajat Khosla, directeur de l'Institut international de la santé mondiale à l'Université des Nations Unies, en Malaisie, a souligné l'importance de parvenir à un accord. « Les questions les plus importantes et les plus invisibles dans la réponse au COVID-19 étaient les droits de l'homme et l'équité. La pandémie a révélé les injustices sanitaires et sociales subies par des millions de personnes dans le monde », a déclaré Khosla.

Selon Rajat Khosla, directeur de l'Institut international pour la santé mondiale à l'Université des Nations Unies en Malaisie, les droits de l'homme et l'équité doivent être pris en compte en premier lors de la conclusion de l'accord mondial contre les pandémies/REUTERS/Esther Ruth Mbabazi

« Comme cela a été affirmé à plusieurs reprises, la pandémie et nos réponses ont révélé et exacerbé des injustices qui ont toujours existé. Par conséquent, l'équité et les droits de l'homme devraient être deux questions principales que le traité devrait aborder ou atténuer pour garantir une approche axée sur la justice face aux futures pandémies », a déclaré l'expert.

Mais Khosla reconnaît qu'il y aura des défis à surmonter. « La conformité et la responsabilité seront les deux principaux défis dans l'élaboration de l'accord. Et c'est là que le projet d'accord actuel est le plus faible et quelque peu silencieux", a-t-il déclaré.

Pour le spécialiste, "s'il n'y a pas d'approche significative pour se conformer aux obligations de l'accord et un mécanisme indépendant qui garantit la responsabilité, l'accord échouerait lamentablement lorsqu'il s'agit de relever le type de défis que la préparation et la réponse au COVID- 19 révélés ou qu'une future pandémie pourrait nécessiter ».

L'organisation humanitaire Médecins Sans Frontières considère l'accord avec

En attendant, pour Francisco Viegas, conseiller en politique d'innovation médicale pour la campagne d'accès aux médicaments de l'organisation humanitaire Médecins sans frontières, « l'accord mondial est porteur d'espoir. Tout comme un traité juridiquement contraignant pour la lutte antitabac a été conclu en 2003, nous pensons qu'un accord similaire pour les futures pandémies pourrait signifier de nombreux avantages pour l'humanité, en particulier en garantissant l'accès aux vaccins, aux traitements et aux autres technologies de la santé ».

Mais Viegas a souligné dans le dialogue avec Infobae que le projet devait être amélioré. «Il a un langage faible qui ne s'engage pas fortement dans des efforts tels que la production et la distribution plus mondiales de vaccins et de traitements. Nous ne voulons pas que ce qui s'est passé avec le COVID se reproduise : de nombreux États ont financé la recherche et le développement, mais plus tard, la commercialisation et la distribution ont été entre les mains d'entreprises privées et l'accès a été limité à une grande partie de la population mondiale.

Viegas a également considéré qu'il était essentiel que les agents pathogènes soient partagés entre les pays afin de les étudier et de développer des vaccins et des traitements. Mais cela doit impliquer une rétribution aux pays en tant que contrepartie. Une autre préoccupation pour Médecins sans frontières est la notion de "pandémie" qui est définie dans le projet.

Un point est que le projet d'accord ne clarifie pas ce qu'il adviendra des technologies existantes pour les agents pathogènes à potentiel pandémique, comme Ebola (Getty)

Il y est dit qu'une «pandémie» est la propagation mondiale d'un agent pathogène ou d'une variante qui infecte les populations humaines avec une immunité limitée ou nulle grâce à une transmissibilité interhumaine soutenue et élevée. Cela doit impliquer de surcharger les systèmes de santé avec une morbidité et une mortalité sévères et de provoquer des perturbations sociales et économiques.

« Il n'est pas clair si l'accord peut régir la possibilité que des agents pathogènes déjà décrits tels que le virus Ebola ou le virus de Marburg puissent produire des flambées épidémiques. Des technologies existent déjà pour lutter contre Ebola. Par conséquent, il convient de clarifier si les mesures proposées dans l'accord s'appliqueraient également aux agents pathogènes déjà décrits », a commenté Viegas.

Dans les négociations pour parvenir à l'accord, il y a une possibilité limitée de participation de la société civile/Noam Galai/Getty Images)

Il a estimé que les négociations de l'accord donnent une "participation limitée" à la société civile. "Cela ne permet pas une plus grande transparence et à la société d'apporter également ses avis pour apporter des améliorations au projet."

Du secteur pharmaceutique, il y a aussi des signes. "L'accord doit s'appuyer sur les atouts du secteur privé pour une recherche et un développement innovants, une expansion rapide de la fabrication et de la distribution, qui s'appuient sur un système solide de propriété intellectuelle", a déclaré Thomas Cueni, PDG de la Fédération internationale des associations de fabricants de produits pharmaceutiques. , consulté par l'agence Reuters .

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus