L'inquiétude grandit dans la communauté scientifique à propos de la sous-variante XBB1.16 "Arcturus" de COVID

Xbb1.6 est la nouvelle sous-variante hybride du SARS-CoV-2 qui apparaît aujourd'hui comme la plus contagieuse. La sous-variante hybride

La pathologiste médicale Marta Cohen choisit toujours des paysages épiques pour son fond d'écran d'interview. Cette fois, c'est Castleton, à 20 minutes de chez elle dans le district de Peak, dans le nord-ouest profond du Royaume-Uni, et dont elle contemple les collines et les ruelles sans fin et s'amuse depuis la fenêtre du Sheffield Children's Hospital où elle travaille.

Cohen travaille sur des articles scientifiques avec la rigueur et la tempérance d'un enquêteur privé : il les détecte, les analyse, puis trouve la valeur ajoutée et le ton juste pour le noble acte de divulgation dans les médias de masse. Pendant la pandémie -et dans les moments les plus sombres- chargé de fausses nouvelles et de désinformation- amplifiant fidèlement le message scientifique qu'il ressentait dans le cadre de sa responsabilité médicale : "Presque sans le vouloir, je suis devenu un phénomène médiatique mondial", a-t-il confirmé à Infobae.

Infobae s'est longuement entretenu avec Cohen d'Angleterre pour analyser l'impact de la nouvelle sous-variante hybride XBB.1.16, appelée "Arcturus", la dimension scientifique qui a été inaugurée avec la technologie ARNm et sa rencontre en octobre prochain avec le pape François au Vatican.

Marta Cohen vit en Angleterre depuis 2003 et travaille comme pathologiste pédiatrique et a fréquenté Infobae via zoom depuis le Royaume-Uni. Cohen est directeur clinique de la pharmacie, des diagnostics et de la génétique à l'hôpital pour enfants de Sheffield, en Grande-Bretagne.

A l'heure des sociétés vaccinées contre le COVID -avec au moins 2 doses et un rappel- le Dr Cohen -et la communauté scientifique internationale- est très préoccupé par une nouvelle sous-variante hybride XBB.1.16, appelée "Arcturus" par les trackers variants. Il a un profil similaire à celui de son prédécesseur -un autre hybride, le XBB.1.5- tous, d'ailleurs, filles bien-aimées du puissant Ómicron. Cohen a fait remarquer à Infobae : "Arcturus est la sous-variante que vous devez regarder aujourd'hui."

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) est non seulement d'accord avec cette idée, mais a également indiqué que cette sous-variante hybride XBB.1.16 "Arcturus" provenait de l'Inde, et qu'elle devrait être considérée comme intéressante, en plus d'avertir qu'il s'agit de la variante les plus transmissibles à ce jour.

Cette variante hautement contagieuse a été trouvée dans au moins 23 autres pays. Selon Raj Rajnarayanan, vice-doyen à la recherche et professeur associé à l'Université d'État de l'Arkansas, Arcturus a été détecté dans 18 États américains. Et dans 14 États, ils ont détecté son descendant, la variante XBB.1.16.1

En dehors des États-Unis, la diffusion de XBB.1.16 couvre la quasi-totalité de la surface du monde, y compris les pays du Canada, de l'Australie, du Japon, de la Corée du Sud, de l'Afrique du Sud, d'Israël, du Royaume-Uni et de la plupart des grands pays d'Europe, où la surmortalité est restée obstinément élevée. Comprendre l'idée de surmortalité comme l'augmentation temporaire du taux de mortalité (nombre de décès) dans une population donnée.

Cohen ouvre l'entretien avec Infobae avec des données précises sur Arcturus : « Cette nouvelle sous-variante ou sous-lignée hybride (car elle combine deux sous-lignées) d'OMICRON est apparue et s'est consolidée en Inde et se répand maintenant à travers les États-Unis. XBB1.16 Arcturus implique également une nouvelle forme de maladie et de mourir du COVID à une époque où les populations sont immunisées. Proposer un nouveau grand défi ».

XBB est en fait le prédécesseur. Ils portent le "X" car ce sont tous des sous-variantes hybrides d'au moins deux d'Ómicron, qui compte déjà environ 600 sous-variantes ou sous-lignées. Et celui-ci prend le meilleur des deux, l'un est le BA2 et l'autre est le BA 2.75. Alors, prenez le meilleur de chacun pour vous rendre plus contagieux. Heureusement, jusqu'à présent pas plus meurtrier même si, il faut le dire, la mortalité en cette période de COVID se manifeste d'une manière différente. Même les symptômes se manifestent d'une autre manière. On tombe malade et on meurt du COVID d'une manière différente aujourd'hui, ça a changé.

— Marta, pouvez-vous approfondir le concept selon lequel, face à cette apparition incessante de nouvelles sous-lignées d'Omicron, nous assistons à une nouvelle façon de tomber malade et de mourir du COVID...

—C'est très intéressant ce que cette perspective laisse derrière elle. Les différentes successions de variantes ont montré une manière différente de tomber malade . À l'heure actuelle, par exemple, l'insuffisance respiratoire avec besoin de ventilation mécanique, l'anosmie, le manque d'odorat ou le manque de goût, ceux-ci ne sont plus aussi courants que les symptômes déterminants de la maladie COVID. Or la maladie se manifeste d'emblée par un rhume, avec des douleurs abdominales, avec de nombreuses douleurs musculaires. Ce XBB1.16 sévit surtout en Inde, chez de nombreux enfants de moins de 12 ans et provoque, par exemple, des conjonctivites non purulentes entre autres.

Cela a également changé la façon dont les patients meurent ! Qui avant tout, les personnes à risque. Les personnes de plus de 50 et 60 ans, et les personnes de tout âge présentant des facteurs de risque, avec des comorbidités. Et comment? Elle n'est plus courante avec la pneumonie comme elle l'était auparavant, avec la ventilation mécanique. Peut-être qu'ils provoquent une thrombose .

Les complications du COVID aujourd'hui se voient davantage dans la thrombose :

Je connais beaucoup de personnes de mon hôpital qui travaillent en laboratoire, de moins de 50 ans, avec des thromboembolies pulmonaires dues au COVID. Et aussi des crises cardiaques. Dans le monde, il y a une augmentation du nombre de décès par infarctus du myocarde, par thromboembolie, précisément lors d'épisodes de COVID .

Dans le cas d'une personne obèse, hypertendue ou diabétique - c'est-à-dire qui souffre d'une ou plusieurs comorbidités - ses artères auront un certain degré d'artériosclérose. Et puisque ce que fait le virus SARS-CoV-2, c'est pénétrer dans les cellules endothéliales - ce sont les cellules qui tapissent l'intérieur des vaisseaux sanguins - et produire l'inflammation appelée endothélite, cette inflammation est une surface rugueuse, elle attire les plaquettes et un thrombus se forme. Et donc la thromboembolie ou si elle survient dans une artère coronaire ce sera une crise cardiaque. Ainsi, les personnes âgées et celles présentant des comorbidités doivent tenir compte de tout cela pour l'apparition de nouveaux symptômes.

Les sous-variantes qui portent le

— Quels sont les risques du COVID dit prolongé ? Ne pensez-vous pas que c'est un peu sous-diagnostiqué et par conséquent sous-traité ? Quelles conséquences apportera-t-il à la société ?

Le COVID prolongé est quelque chose dont, à mon avis, ni les gouvernements ni les différentes personnalités impliquées dans la santé mondiale n'ont encore pris en compte la gravité de l'impact sur la santé et l'économie. Car les conséquences retomberont carrément sur la main-d'œuvre. Nous verrons une société future, où 30% des adultes qui ont eu un COVID-19 hautement symptomatique et sévère pourront avoir un COVID-19 prolongé ; et il en sera de même chez 10 % des garçons de moins de 17 ans .

Parmi les symptômes, ils souffriront de très forts maux de tête avec détérioration cognitive. Autrement dit, ils ne pourront pas se concentrer. D'où l'impact sur la main-d'œuvre, car il faudra penser à planifier le réemploi de nombreux travailleurs, dans de nouvelles tâches car peut-être qu'ils ne peuvent plus faire comme avant la pandémie.

Actuellement, de nombreux travailleurs ne peuvent pas travailler en raison de maux de tête et de fatigue, de somnolence ou de douleurs musculaires. Bien sûr, tout cela apporte comme effet secondaire l'anxiété, la dépression, entre autres maux dans l'orbite de la santé mentale. Dans la dure période post-pandémique, la survenue d' hypothyroïdie, de myocardite, d'arythmies et de diabète a augmenté. Il y a eu une énorme augmentation du diabète après COVID.

Et cela prolonge le COVID car le COVID peut déclencher ces maladies auto-immunes chez les personnes qui ont une prédisposition génétique, qui ont une vulnérabilité génétique. Et les symptômes seront en fonction de l'endroit où il attaque. Une chose qui se voit également beaucoup est l'augmentation des maladies neurologiques et des troubles cognitifs chez les personnes qui ont souffert de COVID sévère.

— Le COVID agit comme une sorte d'accélérateur, il accélère les processus qui dorment dans le corps...

— Oui, je le vois dans le placenta, par exemple, qui est le mien, et dans les morts intra-utérines. Parfois, ce phénomène auto-immun se produit dans le placenta, la grossesse est perdue, mais vous ne savez pas s'il y aura un taux de récidive lors de la prochaine grossesse. Même si la maman n'a plus le Covid. Parce que ce phénomène immunitaire a déjà été déclenché.

Et chez les enfants, le COVID, en produisant cette détérioration cognitive, abaisse la capacité éducative des enfants. Et les bébés qui sont nés, que leur mère était enceinte et qu'ils avaient le Covid ou qui sont nés pendant la pandémie, ces bébés avaient un développement moteur qui était en retard sur celui des bébés nés avant la pandémie.

—Pourquoi pensez-vous qu'il n'a pas été possible de renforcer la relation entre la société actuelle et les vaccins, après avoir vu leur efficacité et leur innocuité contre le COVID-19 ? Ils représentaient la différence entre la vie et la mort

— Il y a quelque chose qui a facilité le fait qu'il y ait eu environ 7 millions de morts dans le monde et non 40 millions comme on dit avec la grippe espagnole, et c'était le rôle de la technologie. La technologie a permis non seulement d'avoir des vaccins à temps, mais aussi de l'oxygène, parmi des milliers d'autres choses. Tout ce qui manquait à l'épidémie de grippe espagnole. L'Organisation mondiale de la santé a échoué parce que cette pandémie aurait pu être contenue plus tôt, et juste une épidémie. Il aura fallu un peu plus de deux mois pour que la pandémie se déclare enfin.

L'OMS n'avait pas de plan de lutte contre la pandémie. Et un plan de lutte contre la pandémie aurait dû inclure un système de communication, des protocoles de communication normalisés où tous les pays et tous les gouvernements transmettent un message normalisé. Malheureusement, à mon avis, il y avait une grande influence géopolitique et le meilleur exemple est les États-Unis, où les anti-vaxx étaient généralement des républicains et les pro-vaxx étaient généralement des démocrates.

Les États démocratiques ont eu plus de vaccinations et moins de décès. Les États républicains ont eu moins de vaccinations et plus de décès. Il y avait aussi le « nationalisme vaccinal », comme l'appelait le pape François.

C'est arrivé dans des pays comme le Canada, un pays qui est un exemple de bien-être pour sa population : le Canada a signé des accords pour 7 doses de vaccins par habitant. Les États-Unis ont signé pour six. Le Royaume-Uni a signé pour six. Et d'autres ont signé pour rien. C'était donc un autre phénomène d'inégalité.

Les personnes de plus de 60 ans d'ici 2024 devraient recevoir un vaccin bivalent annuel contre le COVID-19. Et combiner idéalement avec le vaccin grippe, pneumonie et VSR

— Comment doit-on se faire vacciner pour 2024, comment pensez-vous que sera l'organisation des calendriers et des doses avec les bivalents ?

— Aujourd'hui, les doses de vaccins pour la circulation des variantes d'Omicron sont de trois doses du bivalent . Autrement dit, ce qui précède a déjà été, il y a maintenant trois doses du bivalent. Au Royaume-Uni, l'année dernière, ils ont déjà donné une dose par an et cela a fonctionné. En mars 2023, l'OMS rédigeait des recommandations divisant la population en trois groupes prioritaires : hautement prioritaires, ce sont les personnes qui doivent recevoir un vaccin bivalent annuel ou éventuellement il s'y ajoutera sûrement la grippe et le COVID, et éventuellement celui de la Le virus respiratoire syncytial (VRS) sera également ajouté.

Les laboratoires travaillent activement pour obtenir les trois vaccins en une seule fois. Et ce sera pour toutes les personnes de plus de 50 ans, pour tout le personnel de santé et pour les personnes présentant tout type de facteur de risque âgées de plus de 6 mois. Bien sûr, si vous êtes une personne immunodéprimée, cela peut devoir être tous les 6 mois.

Un autre groupe où il n'est pas nécessaire de se faire vacciner, mais cela peut être fait, sont les adultes de 17 à 50 ans sans facteurs de risque . Et l'autre groupe où l'Organisation mondiale de la santé ne le recommande plus, ils disent que ce n'est pas nécessaire , c'est de 6 mois à 17 ans. Je crois que l'OMS l'a dit pour une question d'équité, que de cette façon, il peut y avoir des vaccins pour tous les pays et en particulier les groupes à haut risque.

Malgré l'efficacité démontrée par les vaccins pour freiner les décès par COVID et COVID, un cas de poliomyélite a été signalé à New York et un autre à Londres. Causé par le fait de ne pas être vacciné

Nous plongeons dans la plateforme ARNMensajero, la vitesse à laquelle la carrière scientifique a pris et qui signifiait des vaccins en moins d'un an est-elle là pour rester ? Que nous inaugure la plateforme ARNM et quelles autres pathologies vient-elle soigner ?

—La technologie de l'ARN messager n'aurait pas été là où elle est aujourd'hui sans la pandémie. La gravité de la pandémie signifiait que de nombreuses ressources technologiques et financières ont été investies dans le développement de vaccins à ARN messager synthétique avec une méthodologie qui était déjà en cours de développement par deux chercheurs turcs de BioNTech - le couple marié d'Ozlem Tureci et Ugur Sahinen - qui essayaient de guérir le cancer. Et quand le COVID est arrivé, ils ont utilisé cette technologie, ce raisonnement qui était déjà là, pour créer le vaccin contre le COVID.

La plateforme connaîtra un grand développement non seulement en poursuivant le vaccin COVID, mais elle fabrique déjà des vaccins contre la grippe, des vaccins contre le virus respiratoire syncytial, des vaccins contre le virus VIH/SIDA. Et les temps iront de mieux en mieux. Et puis viendront s'y ajouter les précisions et les personnalisations que va apporter le séquençage génétique des différents types de cancer, et ça va tout changer.

Le COVID à long terme affecte jusqu'à 30% de ceux qui ont eu le COVID. Il peut y avoir des séquelles telles que myocardite, hypothyroïdie, thrombose, arythmies et diabète. Il y a eu une énorme augmentation du diabète après COVID. (Société radiologique d'Amérique du Nord)

De tout ce qui m'inquiète, c'est la question de l'inégalité. Parce que cela pourra arriver dans certains pays et pas dans d'autres. Et il sera disponible pour ceux qui peuvent se le permettre et pas pour les autres.

Je vais vous donner un scoop, tout comme Moderna travaille sur l'application de la plateforme d'ARNm pour un vaccin contre le cancer, actuellement BioNTech a conclu avec le NHS, le National Health Service (NHS) du Royaume-Uni un accord par lequel des traitements les essais pour 10 000 patients atteints de cancer avec des vaccins à ARN messager commencent cette année.

En d'autres termes, Moderna est peut-être un peu plus avancé en raison de l'investissement, mais BioNTech est également de ce côté, en Europe, vous pouvez voir qu'ils progressent également.

Un rendez-vous avec le pape

En tant que pathologiste pédiatrique érudite, la passion scientifique de Cohen qui la tient éveillée est la mort subite du nourrisson. Elle est membre de diverses sociétés scientifiques internationales et nationales, telles que le comité exécutif de la société scientifique ISPID (International Society for the Study and Prevention of Perinatal and Infant Deaths). Le Congrès International ISPID aura lieu cette année 2023 dans la magnifique ville de Florence, et c'est ce qui la conduira ensuite au Pape.

— Avez-vous rendez-vous avec le pape François ?

"C'est vrai, je suis très excité. J'ai déjà reçu l'invitation pour le 4 octobre à 9 heures du matin.

Ils parleront sûrement des dernières recherches sur les causes et la prévention au sujet de la mort subite, sur le COVID et les vaccins. Cohen donnera également une conférence à l' hôpital pédiatrique Bambino Gesù, qui opère à l'intérieur du Vatican.

« Je travaille avec le cancer pédiatrique et aujourd'hui les défis que nous avons sur la table sont nombreux et beaucoup sont très encourageants : Comment les diagnostics et les traitements génétiques sont-ils abordés en oncologie pédiatrique ? Par exemple, dans la leucémie, des altérations génétiques ont été apportées qui ont obtenu la rémission du patient. Que sait-on aujourd'hui de l'édition génétique ? Quelles sont les limites ? À propos de certaines de ces questions, nous parlerons sûrement aussi avec le pape François », a expliqué Cohen à Infobae .

Le pape François recevra Marta Cohen : le rendez-vous est prévu le 4 octobre 2023 à 9 heures. (Reuters)

« Après le COVID, le nombre de cas de maladies allergiques, du côlon, de l'œsophage et des maladies inflammatoires chroniques a augmenté chez les enfants. Certaines choses s'expliquent -Cohen dit à Infobae- par le fait qu'elles ont été naturellement stockées pendant de nombreux mois ; ce qui nous fait réagir de manière très allergique à l'herbe, à l'air, aux germes ».

Marta donne les tripes dans la vie. Elle a été distinguée comme une illustre scientifique dans sa ville natale de Trenque Lauquen. Cohen est directrice clinique de pharmacie, de diagnostic et de génétique à l'hôpital de Sheffield, une ville anglaise où elle vit depuis 2003. Elle est également professeur honoraire au département d'oncologie et de métabolisme de l'université de la ville britannique.

Et cela a fait l'actualité mondiale, en octobre 2020, lorsqu'elle a été distinguée avec le titre d'Officier de l'Ordre de l'Empire britannique (OBE), l'une des récompenses les plus prestigieuses au Royaume-Uni, décernée en reconnaissance de son travail sur le nourrisson subit la mort. . Elle a été décorée en février 2022, au palais de Windsor, par la reine Elizabeth II elle-même -avant sa mort-. Et comme si cela ne suffisait pas, il a assisté au 100e anniversaire de son père en 2021.

Continuer à lire

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus