Ils ont libéré le navire de croisière de luxe bloqué au Groenland et ont signalé trois cas de COVID-19 à bord.

Une vue de l'Ocean Explorer, un navire de croisière norvégien battant pavillon des Bahamas avec 206 passagers et membres d'équipage, qui s'est échoué dans le nord-ouest du Groenland, le mardi 12 septembre 2023. (SIRIUS/Joint Arctic Command via AP)

Au moins trois passagers d'un navire de croisière de luxe bloqué au Groenland ont contracté le COVID-19, a déclaré jeudi l'exploitant du navire, qui compte 206 personnes à bord. Cette annonce fait suite à une troisième tentative infructueuse de libération du navire de croisière , après qu'un navire de recherche halieutique a tenté de le remorquer mercredi en profitant de la marée haute. Mais finalement, une tentative ultérieure a réussi et le navire navigue à nouveau tout seul.

« Ces passagers sont désormais isolés . Ils sont pris en charge par notre médecin de bord, l'équipe médicale et l'équipage, et se portent bien", a déclaré la société australienne Aurora Expeditions dans un communiqué. Les autres personnes à bord du MV Ocean Explorer sont « en sécurité et en bonne santé », a-t-il ajouté.

Le journal australien Sydney Morning Herald a cité un retraité australien, Steven Fraser, qui était à bord, disant que « tout le monde est de bonne humeur. "C'est un peu frustrant, mais nous sommes dans une belle partie du monde."

Fraser a déclaré au journal qu'il avait lui-même contracté le COVID-19 sur le navire.

Le navire s'est échoué lundi dans l'Alpefjord, au-dessus du cercle polaire arctique et dans le parc national du nord-est du Groenland. Le parc est presque aussi grand que la France et l’Espagne réunies, et une couche de glace recouvre en permanence 80 % de sa surface. Alpefjord se trouve à environ 240 kilomètres (149 miles) de la ville la plus proche, Ittoqqortoormiit, qui elle-même se trouve à environ 1 400 km (870 miles) de Nuuk, la capitale du pays.

La croisière accueille des passagers originaires d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Corée du Sud, de Grande-Bretagne et des États-Unis. Force aérienne danoise/Commandement de l'Arctique/document via REUTERS

Gina Hill, une passagère australienne à bord du navire, a déclaré jeudi à Reuters que le navire avait été libéré avec succès et que les passagers étaient « absolument ravis ».

L'Ocean Explorer s'est renversé pendant l'opération et les passagers n'ont pas été autorisés à sortir, a déclaré Hill.

Le Commandement conjoint de l'Arctique de l'armée danoise a confirmé que le navire avait été libéré par le Tarajoq, un chalutier et navire de recherche qui avait tenté en vain de le faire mercredi.

L'Ocean Explorer sera emmené dans un port pour évaluer tout dommage, tandis que les passagers seront rapatriés par avion, a déclaré SunStone Maritime Group, propriétaire du navire de croisière.

Le bateau de croisière avait déjà tenté à deux reprises de se libérer tout seul à marée haute cette semaine.

Le navire de croisière transporte des passagers originaires d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Corée du Sud, de Grande-Bretagne et des États-Unis . Il a une proue inversée, comme celle d’un sous-marin. Il abrite 77 cabines, 151 lits passagers et 99 lits équipage, ainsi que plusieurs restaurants.

Le navire s'est échoué lundi dans l'Alpefjord, au-dessus du cercle polaire arctique et dans le parc national du nord-est du Groenland. (AP Photo/Felipe Dana, dossier)

Les prévisions météorologiques pour les prochains jours prévoyaient un ciel clair et des températures autour de 5 degrés Celsius (41 degrés Fahrenheit), selon l'Institut météorologique danois.

L'autorité maritime danoise a demandé à la police groenlandaise d'enquêter sur les raisons pour lesquelles le navire s'est échoué et si des lois ont été enfreintes, selon un communiqué de la police. Jusqu'à présent, personne n'a été inculpé ni arrêté, ajoute le communiqué. Un agent est à bord du navire de croisière pour prendre « des mesures d'enquête initiales qui impliquent, entre autres, d'interroger l'équipage et d'autres personnes concernées à bord », selon les autorités.

Pour sa part, le propriétaire du navire, SunStone Ships, basé à Copenhague, a déclaré dans un autre communiqué que la croisière avait commencé son itinéraire le 2 septembre à Kirkenes, une ville norvégienne de l'Arctique, et qu'elle devait revenir à Bergen, en Norvège, le 22 septembre. L’incident n’a provoqué « aucune brèche de coque ni pollution », a ajouté la compagnie.

La mission principale du Commandement conjoint de l'Arctique est d'assurer la souveraineté danoise en surveillant la zone autour des îles Féroé et du Groenland, qui comprend l'océan Arctique au nord. Le Groenland est un territoire semi-indépendant faisant partie de la couronne danoise, comme les îles Féroé.

(avec informations d'AP)

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus