Ils lancent une campagne pour améliorer la couverture des vaccins contre la grippe, la pneumonie et le COVID-19

La population cible pour la vaccination contre la grippe est d'environ 9 millions de personnes (Getty)

Dans trois semaines l'hiver va commencer, avec l'arrivée du froid et moins de ventilation à l'intérieur, c'est la saison de l'année où il y a la plus grande circulation de virus respiratoires . Dans ce cadre, la Société argentine de vaccinologie et d'épidémiologie ( SAVE) a averti que le pourcentage de personnes immunisées avec le vaccin contre la grippe est d'environ 40 % en moyenne, variant selon les groupes de population.

Cela signifie que 6 Argentins sur 10 qui avaient une indication pour se faire vacciner contre la grippe ne l'ont pas encore fait, selon des données mises à jour au 22 mai. Jusqu'à cette date, le ministère national de la santé a signalé que 1,6 million de personnes de plus de 65 ans avaient reçu les doses de grippe, et parmi le groupe présentant des facteurs de risque entre 2 et 64 ans, elles avaient immunisé 1,1 million de personnes.

La grippe est une maladie virale respiratoire hautement transmissible causée par le virus de la grippe, elle peut être bénigne, grave voire mortelle. Parmi les principaux symptômes de la grippe figurent une fièvre supérieure à 38 degrés, une toux, une congestion nasale, des maux de gorge, des maux de tête et des douleurs musculaires et des difficultés respiratoires.

Les groupes prioritaires pour la vaccination contre la grippe sont le personnel de santé, les personnes enceintes (à tout moment de la grossesse ), les personnes en post-partum, les filles et les garçons de 6 à 24 mois (ils doivent recevoir au moins deux doses séparées de 4 semaines), tous ceux les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes âgées de 2 à 64 ans souffrant de maladies à risque telles que les maladies cardiaques, respiratoires et rénales, l'immunosuppression, l'obésité et le diabète, entre autres.

De nombreux parents ignorent le caractère obligatoire ou gratuit du vaccin contre la grippe et ne l'appliquent pas à leurs enfants (Source : SAP)

Les experts de SAVE ont souligné que 29% des enfants avaient reçu la première des deux doses d'antigrippal indiquées dans cette tranche d'âge et seulement 19,6% la deuxième dose, alors qu'une seule de chaque était vaccinée sur quatre femmes enceintes (25,2%) . En revanche, quatre membres de l'équipe de santé sur 10, un groupe très sensible à la contagion, n'avaient pas été vaccinés.

En résumé, on estime que pratiquement 6 Argentins sur 10 ayant une indication pour le vaccin contre la grippe ne l'ont pas encore reçu.

Concernant la vaccination contre le COVID-19 , quelque 33 millions d'Argentins qui ont reçu leur schéma primaire peuvent recevoir un rappel, puisque plus de 6 mois se sont écoulés depuis leur dernière dose.

Le COVID-19 est une maladie infectieuse causée par le coronavirus SARS-Cov-2. Les principaux symptômes sont la fièvre, la toux, le mal de gorge, la détresse respiratoire, les douleurs musculaires, les maux de tête et la diarrhée et/ou les vomissements. La plupart des gens peuvent éprouver une affection légère à modérée et se rétablir sans nécessiter de traitement spécial, mais les personnes âgées ou les personnes ayant déjà souffert de maladies peuvent développer des symptômes graves.

Dans le cas de la pneumonie, bien que la vaccination annuelle ou périodique ne soit pas effectuée pour cette pathologie comme pour la grippe et le COVID-19, les groupes auxquels la vaccination est destinée sont presque les mêmes, raison pour laquelle on estime qu'ils ne le sont pas non plus. être atteint de manière adéquate.

En Argentine, les groupes les plus à risque de COVID-19 devraient recevoir une dose de rappel 6 mois après la dernière dose appliquée ; les personnes à risque moyen doivent appliquer un rappel 6 mois après la dernière dose appliquée, puis un rappel tous les ans ; le groupe à faible risque doit mettre à jour son rappel annuellement

"Après avoir contrôlé la pandémie, de nombreuses personnes pensent que le risque est passé et minimisent le besoin de protection contre le COVID-19 et aussi contre d'autres maladies respiratoires potentiellement mortelles et pour lesquelles nous disposons de vaccins sûrs et efficaces, comme la grippe et la pneumonie". . Pour cette raison, et surtout dans le contexte actuel où les maladies respiratoires ne se relâchent pas et surchargent le système de santé, de SAVE nous vous exhortons à ne pas abandonner, car nous avons encore le temps de nous faire vacciner contre ces infections », a déclaré le Dr Florencia Cahn. , médecin infectiologue, président de SAVE.

Selon les chiffres du dernier rapport des statistiques de l'état civil du ministère national de la santé, 63 018 Argentins sont décédés en 2021 de maladies liées au système respiratoire, dont 33 812 correspondaient à la grippe et à la pneumonie. Cela représente 8,2 % du nombre total de décès de causes connues au cours de cette année.

La Société argentine de vaccinologie et d'épidémiologie mène la campagne « La Posta es Vaccinarse », pour sensibiliser à la vaccination contre la grippe, la pneumonie et le COVID-19.

À partir du 17 juin, des stands mobiles seront disponibles dans différentes parties du pays où du matériel informatif sur ces trois maladies sera remis, invitant la communauté à consulter son médecin sur l'opportunité de se protéger. Sous le nom de « Postes de sensibilisation », ces stands contribueront à la promotion de la vaccination. La campagne fournit des informations et des détails sur les jours, heures et lieux où les postes mobiles seront en visitant le site www.lapostaesvacunarse.com

La grippe ou influenza est une maladie virale respiratoire hautement transmissible (Getty)

« Nous promouvons l'administration de vaccins qui sauvent des vies et tous les trois sont absolument gratuits. Les vaccins contre la grippe et la pneumonie sont inscrits au Calendrier National de Vaccination, ils sont indiqués pour les garçons et les filles de 6 à 23 mois en cas de grippe, et à 2, 4 et 12 mois en cas de pneumonie ; les deux vaccins sont également indiqués pour toutes les personnes de plus de 65 ans et pour celles âgées de 2 à 64 ans présentant des facteurs de risque », a noté le Dr Analía Urueña , infectologue et membre responsable de SAVE .

Le vaccin contre le COVID-19, bien qu'il ne soit pas officiellement inscrit au calendrier, est gratuit et récemment le ministère de la Santé a conseillé l'administration d'un rappel dans les groupes les plus à risque si 6 mois se sont écoulés depuis la dernière dose appliquée.

Pour les personnes à risque moyen, un rappel 6 mois après la dernière dose appliquée puis une vaccination tous les ans, et pour les personnes à risque faible la recommandation est de mettre à jour leur rappel annuellement.

"Ce sont des maladies potentiellement mortelles, surtout aux extrêmes de la vie, chez les plus petits et chez les personnes âgées, et chez ceux qui présentent des facteurs de risque associés comme les maladies cardiaques, pulmonaires, rénales, métaboliques, cardiaques, de développement neurologique, hépatique ou hématologique". ou immunosuppression (due au VIH/SIDA, à la chimiothérapie, aux corticostéroïdes ou aux néoplasmes malins) », a déclaré le Dr Andrea Uboldi , infectiologue pédiatre, vice-président de SAVE.

Pour sa part, le Dr Cahn a fait remarquer que "la vaccination est un outil clé pour prévenir les formes graves de grippe, de pneumonie et de COVID-19 et que tous les vaccins peuvent être co-administrés et que chaque opportunité de vaccination doit être maximisée".

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus