'Hound of Hell' en Argentine: la variante Ómicron BQ.1 a été détectée dans 7 infections sur 10

Bien que le nombre d'échantillons analysés à la recherche de sous-variants soit faible, les experts mettent en garde sur l'importance de savoir quelle mutation du SRAS-CoV-2 circule en Argentine / (Getty Images)

Dans le dernier bilan des cas de COVID délivré par le ministère de la Santé , le nombre d'infections enregistrées la semaine dernière est de 8 614. Un chiffre qui se traduit par une "diminution de 56% par rapport à la semaine précédente", comme l'explique le portefeuille dirigé par Carla Vizotti . Au-delà de ces chiffres, selon le dernier Bulletin épidémiologique national, 7 infections sur 10 sont à la charge de la sous- variante BQ.1 , communément appelée « chien de chasse de l'enfer ».

Bien que ces données indiquent une augmentation de la présence de cette sous- lignée , la vérité est que le nombre d'échantillons analysés pour fournir ces chiffres est vraiment faible. Selon le document, "dans EW50 (entre le 11 et le 17 décembre 2022), on observe que Ómicron BQ.1 est détecté dans 48/68 échantillons analysés ", un nombre qui se traduit par 70,59%.

À cette époque, le nombre total de cas confirmés s'élevait à 62 261, dont près de 20 % ont été identifiés par autotest. De cette façon, il est évident qu'un grand nombre de personnes qui ont été infectées ne savent pas quelle sous-variante d'Omicron était responsable, puisqu'il s'agit de la variante prédominante dans le monde, comme l'indique l' Organisation mondiale de la santé (OMS). .

Il y a un grand nombre de personnes en Argentine qui ne savent pas par quelle sous-variante elles ont été infectées / Crédit : Getty

La vérité est que les quelques échantillons analysés peuvent également donner un aperçu de la situation épidémiologique en Argentine , disent les experts. Pas avec des chiffres aussi exacts, comme à d'autres moments de la pandémie, mais comme une sorte d'instantané dont sont les sous-variantes qui se trouvent dans le pays et comment elles gagnent du terrain.

"Il y a peu d'échantillons, c'est vrai, mais je pense qu'il faut souligner que ce virus a déjà été détecté en Argentine et, s'il est ici, il circulera ", a déclaré le biochimiste, immunologiste et chercheur principal du CONICET, souligné dans un dialogue avec Infobae , William Dozen . « Puisque les gens sont vaccinés, ils vont avoir une maladie bénigne et ne sauront probablement même pas qu'ils ont le COVID. Encore moins qu'ils aient cette variante ; c'est pourquoi ils vont le diffuser. En d'autres termes, celui qui est vacciné, même s'il a toutes les doses de rappel, sera toujours infecté, mais la différence avec les non vaccinés, c'est qu'il aura une maladie bénigne, comme la grippe, ou qu'il sera directement asymptomatique, mais il peut transmettre des virus à des tiers », a-t-il ajouté.

De même, l'expert a souligné que "même s'il y a peu de tests et un faible séquençage, l'important est qu'il ait déjà été détecté et une fois détecté, ce à quoi on s'attend, c'est qu'une variante avec une transmissibilité aussi élevée commence à déplacer les autres . "et qu'il est de plus en plus répandu, ou que sa présence dans le pourcentage d'échantillons analysés est de plus en plus élevé, mais c'est la seule chose qui peut inquiéter".

Le nom "chien de l'Enfer" ou "chien de l'Enfer" ( Hellhound en anglais) est lié au " Cancerbero " ou " Cerbero ", le chien à trois têtes dont le "propriétaire" était Hadès , le dieu des morts et des enfers .dans la mythologie grecque. Décrit comme un féroce gardien, ce chien devait garder les portes de l'Enfer pour que les morts ne s'échappent pas et, parallèlement, que les vivants n'y entrent.

Maintenant, la raison pour laquelle ce sous-variant a été nommé de cette manière est qu'il est au moins 10% plus transmissible que les autres variants, avec lesquels une analogie a été recherchée pour la difficulté à y échapper et sa capacité à échapper aux anticorps.

"Cette variante dérive de BA.5 , également dans BQ.1 est BQ.1.1 , qui est une sous-variante", a expliqué Docena. En ce sens, il a souligné que l'apparition de ces variants se fait « par accumulation de mutations, qui les rendent plus transmissibles. Des variants apparaissent constamment car le virus, au fur et à mesure qu'il se transmet et se réplique, mute ; mais certaines variantes générées ne remplacent pas les précédentes ».

la sous-variante

Dans le cas de BQ.1, sa présence a provoqué un nouveau changement dans la pandémie. « Cela a en fait été détecté entre juillet et août en Afrique. Il a été immédiatement identifié en Europe, puis aux Etats-Unis et maintenant il a été détecté ici. C'était quelque chose de logique à cause du mouvement des estivants", a déclaré l'expert à ce point de vente.

"Jusqu'à présent, la seule chose dont il faut s'inquiéter, c'est qu'elle va déplacer les précédentes , ce qui signifie que ces mutations lui confèrent un plus grand pouvoir de transmission, mais jusqu'à présent, il n'a pas été démontré qu'elle produisait une maladie plus grave. Le moyen de le contrer est avec les renforts des vaccins actuels », a ajouté Docena.

Et il a poursuivi : « Ces variants ont deux propriétés : une plus grande transmission ou transmissibilité d'une personne à une autre, et une plus grande évasion ou, en d'autres termes, les anticorps générés par le vaccin ne le bloquent pas, donc les doses de rappel produisent une meilleure réponse immunitaire et la qualité des anticorps est améliorée.

Une douzaine a souligné l'importance de renforcer les vaccins COVID pour éviter des conditions graves et la mort de cette sous-variante / EFE/Juan Ignacio Roncoroni

"Si la population est vaccinée et avec des doses de rappel, il n'y a pas lieu de s'inquiéter car un autre problème avec ces variantes est que ceux qui sont malades et doivent être traités avec un anticorps monoclonal, échappent à ces thérapies ou le traitement ne fonctionne pas. . Mais en Argentine ces traitements ne sont pas disponibles », a indiqué l'expert.

Enfin, Dozen a assuré: " Les personnes à risque qui ne peuvent pas être vaccinées parce qu'elles ne répondent pas au vaccin, en raison d'un déficit immunitaire ou ont eu des problèmes avec les doses précédentes, il est important qu'elles maintiennent des mesures de protection individuelle et évitent d'être en contact avec le reste des gens. Ils doivent prendre soin d'eux-mêmes. Et pour les autres, qui répondent aux vaccins, il est important qu'ils aient la cinquième ou la troisième dose de rappel , qui s'est avérée améliorer la réponse contre ces variants.

Quelles sont les dernières données COVID en Argentine

Le 23 janvier, le ministère de la Santé a publié un nouveau rapport sur les cas de COVID en Argentine. Comme ils l'ont souligné, la semaine dernière, 8 614 infections ont été signalées, ce qui représente une baisse de 56 % par rapport à la semaine précédente. Sur ce nombre total de personnes touchées, 14,9% (1 283) ont été diagnostiquées par autotest.

"Dans toutes les juridictions, il y a eu une diminution du nombre de cas, sauf à Misiones, qui a connu une augmentation attribuée à un retard de notification", ont-ils expliqué du portefeuille de la santé dans un communiqué et souligné que "en ce qui concerne les hospitalisations en soins intensifs unités, 363 personnes admises ont été signalées, 41 personnes de moins que la semaine précédente.

La semaine dernière, le gouvernement national a annoncé l'arrivée de vaccins bivariés ou bivalents, dont la distribution a déjà commencé, selon le portefeuille de la santé / REUTERS/Agustin Marcarian

En revanche, s'agissant des décès, le ministère de la Santé a confirmé "56 décès, dont 31 survenus au cours de la semaine dernière". Sur ce total, « 4 avaient moins de 50 ans et 41 personnes avaient des comorbidités. Pendant ce temps, 36 ont eu l'application de la dose de rappel, bien que seulement 6 l'aient reçue au cours des 4 derniers mois.

Il est bon de rappeler que la plus forte augmentation des cas enregistrés dans cette dernière vague a eu lieu fin novembre et début décembre 2022. Selon le Bulletin épidémiologique, à cette époque, il y avait des preuves d'une "augmentation de 330% (par rapport à à la semaine précédente) et le plus grand nombre de cas en SE 51 (n=70 490) », c'est-à-dire entre le 18 et le 24 décembre.

« Les variantes en circulation en Argentine et dans le monde sont hautement transmissibles . Cependant, l'efficacité des vaccins pour prévenir les maladies graves et la mortalité continue d'être élevée », ont-ils souligné à partir du portefeuille national de la santé. Par ailleurs, ils notent que « 1 569 045 doses de rappel ont été appliquées au cours des 4 dernières semaines (du 25 décembre 2022 au 21 janvier 2023) » et soulignent l'importance que « les rappels continuent d'être appliqués à toutes les personnes à partir de 6 mois, en privilégiant les personnes âgées de 50 ans ou plus et celles présentant des conditions à risque »

C'est que, lors de l'évaluation des personnes décédées en fonction du statut vaccinal, au cours des deux premières semaines de 2023, "8,16 décès ont été enregistrés pour 100 000 habitants chez les personnes de 60 ans et plus sans vaccination ou avec un régime incomplet". Mais, en plus, "il y a eu 3,06 décès pour 100.000 habitants chez les personnes âgées de 60 ans et plus avec le schéma complet, alors que chez les personnes de cette même tranche d'âge vaccinées avec des doses de rappel la mortalité était de 2 décès pour 100.000 habitants".

Continuer à lire

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

04.12.2023, 14:00

L’OPS qualifie la déclaration sur le climat et la santé de la COP28 d’« historique »

Dubaï, 4 décembre (EFE).- L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), par la voix de sa directrice adjointe, le Dr Rhonda Sealey-Thomas, a qualifié...

Lire l'article

02.12.2023, 16:00

Le Bureau du Procureur général a demandé au gouvernement « d'éviter de générer la panique dans le système de santé »

Suite aux déclarations faites par le ministre de la Santé, Guillermo Jaramillo , lors du débat convoqué par la Première Commission du Sénat de la...

Lire l'article

02.12.2023, 06:00

L’OMS a déclaré la souche BA.2.86 du COVID variante d’intérêt et suivra de près son évolution

L' Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la souche BA.2.86 du SRAS-CoV-2 comme une variante intéressante apparue en août dernier aux États-Unis...

Lire l'article

02.12.2023, 06:00

Viña Machado a révélé les conséquences du COVID-19 sur sa santé : « N'ayez pas peur »

Viña Machado a révélé les conséquences du COVID-19 sur sa santé, à travers une publication sur Instagram . La célèbre actrice, qui a participé...

Lire l'article

01.12.2023, 06:00

Galilea Montijo a de nouveau été testée positive au COVID-19 et ses conséquences sont inquiétantes, combien de fois a-t-elle été infectée ?

Galilea Montijo a subi une nouvelle infection par le Covid-19 , ce qui a provoqué son retrait temporaire des programmes Hoy et Netas Divinas , où elle...

Lire l'article

01.12.2023, 06:00

Bogota mettra en œuvre un vaccin mis à jour contre le covid-19

La Mairie de Bogota poursuit ses actions pour empêcher la propagation du covid-19, c'est pourquoi, par l'intermédiaire du Ministère de la Santé,...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus