Forte hausse des cas de COVID : dans quelles situations il est commode d'utiliser une jugulaire, selon les experts

La semaine dernière, 12 609 cas confirmés et 9 décès ont été signalés dans le pays

Les nouveaux cas de COVID-19 continuent d'augmenter dans le pays, comme en témoigne le rapport hebdomadaire du ministère de la Santé de la Nation, publié hier dimanche. Selon le rapport publié par le portefeuille de la santé, il y a eu cette semaine un bond des cas confirmés de COVID-19, qui ont augmenté de plus de 379 % au cours des sept derniers jours : entre le 27 novembre et le 4 décembre, il y a eu 12 609 nouvelles infections.

Entre-temps, les chiffres officiels montraient que les cas étaient passés de 2 206 dans la semaine du 13 au 20 novembre à 3 323 entre le 20 et le 27 novembre, ce qui représentait une augmentation de 50,63 %. Les défunts, pour leur part, sont passés de six de 13 à 20, à huit dans le précédent volet et neuf dans celui diffusé hier.

Et bien que tant les experts consultés par ce biais que les autorités sanitaires s'accordent à dire que la situation "n'est pas alarmante" ni en raison du nombre ni de la gravité des tableaux cliniques, le doute sur le retour aux restrictions est présent de manière inévitable. Quand recommandez-vous d'utiliser à nouveau une jugulaire ?

« Les cas de COVID-19 augmentent depuis quatre semaines

Après avoir confirmé les derniers chiffres de la pandémie dans le pays, la responsable du portefeuille de la santé, Carla Vizzotti, a publié hier une série de messages sur les réseaux sociaux où elle a exhorté à l'application de doses de rappel, à l'achèvement des programmes de vaccination et a exclu l'imposition de mesures restrictif . "Chaque fois qu'ils demandent s'il va y avoir des restrictions, nous répondons" non "et nous continuons à travailler avec toutes les provinces pour répondre", a-t-il déclaré.

Bien qu'il ait insisté sur l'importance de ne pas oublier les mesures de précaution instaurées pendant la pandémie et souligné : « Nous avons appris certaines précautions que nous recommandons toujours et que, dans le contexte d'une augmentation des cas, il est bon de reprendre : la ventilation croisée des environnements, utilisation d'un masque dans les espaces clos et lavage fréquent des mains.

Du ministère de la Santé de la ville de Buenos Aires , avant la consultation Infobae, ils ont indiqué que " l'utilisation de jugulaires est recommandée dans les espaces fermés, particulièrement mal ventilés, où la personne peut rester longtemps, comme dans ces tranches d'âge qui courent un risque accru de contracter le SRAS-CoV-2 ou d'autres virus respiratoires.

Au cours des dernières semaines, en outre, la circulation du virus de la grippe et du virus respiratoire syncytial a augmenté (Getty)

"Son utilisation est également recommandée chez les personnes qui présentent des symptômes et doivent quitter leur domicile pour effectuer une activité", ont confié des sources de l'autorité sanitaire de Buenos Aires. Cette mesure de précaution est recommandée en période de circulation accrue du virus. Cependant, dans la ville de Buenos Aires, l'utilisation d'une jugulaire n'est pas obligatoire », ont-ils souligné.

Et en ce sens, ils ont renforcé : "Actuellement, il n'y a pas eu d'augmentation des hospitalisations ou des décès dus au COVID-19 en raison des niveaux élevés de couverture vaccinale dans la ville de Buenos Aires".

De l'avis du médecin spécialiste des maladies infectieuses et membre de la Commission des vaccins de la Société argentine des maladies infectieuses (Sadi) Francisco Nacinovich (75 823), "il serait prudent d'insister sur l'utilisation de la jugulaire dans le contexte actuel".

Et après avoir précisé qu'il s'agit « d'un avis personnel qui représente ce que pensent de nombreux infectiologues de la Ville », il a fait remarquer : « Nous devrions insister sur l'utilisation du masque dans certaines zones ; la province de Buenos Aires l'a rétabli comme obligatoire dans les centres de santé pour le personnel de santé, les patients et les membres de la famille. Je suis plus proche de ce regard, et plus tard, dans les transports en commun et les lieux fermés, il me semble que ce serait prudent, pas seulement à cause du COVID mais parce que la grippe B circule, donc je pense qu'il faut reprendre certains soins ».

Le plus important pour les spécialistes est de se protéger avec des vaccins pour éviter la baisse de l'immunité (andine)

Pour lui, "ce serait intéressant si ce n'était pas une recommandation car cela laisse une volonté personnelle ouverte et ce n'est pas facile de persuader les gens, qui sont déjà très fatigués, de l'utiliser". "Mais avant d'en arriver à d'éventuelles restrictions, qui ne me paraissent pas nécessaires, il me semble qu'il serait important d'intégrer ces mesures de soins qui nous ont tant aidés", a-t-il insisté.

Et il a élargi: "Les personnes qui présentent le moindre symptôme, quel qu'il soit, devraient porter un masque lorsqu'elles sont avec d'autres personnes et évidemment si le prélèvement est imposé, elles devraient être testées pour le COVID et la grippe."

À son tour, le médecin infectiologue Lautaro De Vedia (MN 70640) a estimé : "Je ne sais pas si cela devrait être à nouveau obligatoire, mais la recommandation en vaut la peine lorsque des groupes de personnes se réunissent dans de petits espaces où une bonne ventilation ou un social distance supérieure à deux mètres ».

Et après avoir considéré que "le plus important est de se protéger avec des vaccins", il a soutenu que "dans le contexte actuel, il faut continuer avec le schéma de renforcement, comme il convient à chacun".

Nacinovich était d'accord avec lui, pour qui "l'actuel est une opportunité clé pour les gens de compléter les programmes de vaccination et de renforcement ". "Il est important que nous soyons tous protégés car l'immunité dure un certain temps puis diminue et les vaccins étaient très importants dans le passé pour éviter les hospitalisations et les cas graves", a-t-il conclu.

Continuer à lire

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 14:00

Le meneur du « cas Koldo » est libéré après avoir déclaré avoir agi en faveur des « Espagnols »

Cueto n'avait pas été arrêté lors de l'opération Delorme de l'Unité Centrale Opérationnelle (UCO) de la Garde Civile, étant donné qu'il se trouvait...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

Le parquet dénonce un détournement présumé de 10 millions aux îles Canaries avec du matériel covid

Le parquet a déposé une plainte dans laquelle il accuse de détournement de fonds, de blanchiment d'argent et de fraude contre le Trésor quatre hommes...

Lire l'article

27.02.2024, 14:00

Vivre à proximité des bars et des restaurants augmente le risque d'insuffisance cardiaque

Science Editorial, 27 février (EFE).- Vivre à proximité de pubs, de bars et de fast-foods augmente le risque de souffrir d'insuffisance cardiaque, selon...

Lire l'article

27.02.2024, 08:00

Une faveur à « l'ancien patron », un voyage au Mexique et des recommandations suspectes : l'empreinte d'Ábalos dans le « cas Koldo » rapproche sa mort politique

Pour le moment, l'actuel député du Congrès - il a seulement démissionné de son poste de président de la Commission de l'Intérieur - ne figure ni...

Lire l'article

27.02.2024, 08:00

Le « Covid persistant » du gouvernement : mesures annulées, coût politique et grande affaire de corruption

Peu de temps après, Luis Medina et Alberto Luceño font la une des journaux. Tous deux étaient les commissionnaires qui auraient fraudé la mairie de...

Lire l'article

27.02.2024, 06:00

Ricardo Casares a subi une crise cardiaque deux semaines après sa deuxième infection au COVID-19 ; C'était son état délicat

Dans une nouvelle situation alarmante pour l'industrie du divertissement, dans la matinée de ce lundi 26 février, l'animateur Ricardo Casares a subi...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus