Le fait que le congé médical pour COVID-19 soit facultatif nuit-il aux travailleurs ? C'est ce que disent les spécialistes

Voici ce que disent les spécialistes de la suppression du repos médical | andin

Dans une conversation avec Infobae Perú, l'avocat du travail César Puntriano a déclaré que cette mesure aidera les travailleurs qui ont d'autres comorbidités et ont besoin de plus de jours pour se remettre du virus, mais qu'elle ne constitue pas un « préjudice » pour les collaborateurs.

« Les jours de repos médical sont déterminés techniquement ; Autrement dit, ce n'est pas ce que le médecin peut établir arbitrairement, mais sur la base de son expérience, à partir de l'état clinique. Cette pause médicale correspondra non seulement aux cas confirmés, mais aussi aux cas probables et suspectés. Cette situation n’est pas préjudiciable au travailleur», a-t-il mentionné.

En effet, la disposition précédente prévoyait qu'entre 7 et 10 jours d'isolement obligatoire soient prévus, comptés à partir du premier jour de présentation des symptômes. Le spécialiste a souligné qu'il y avait des cas dans lesquels certaines personnes avaient une « courte » pause médicale parce qu'on leur avait déjà diagnostiqué d'autres maladies. "Il semble approprié de laisser cela à la discrétion du médecin", a-t-il ajouté.

Le Minsa a annoncé de nouveaux changements à la règle qui envisage les ruptures dues au COVID-19. - Crédit : Andina/RPP

Dans le même ordre d'idées, l'avocat du travail et associé de Robles Ibazeta Consultores, Daniel Robles, est d'accord avec Puntriano, car il souligne que ce que le ministre de la Santé a dit n'est pas précisément ce à quoi se réfère la norme.

« Cette norme apporte une plus grande précision et rétablit le logique. La pandémie est terminée, il y a beaucoup plus d’informations sur la maladie. Le médecin devra donc identifier au cas par cas et voir lequel justifie une pause. Je le vois comme un point favorable", a déclaré Robles à Infobae Perú.

Mesures patronales

Pour sa part, l'avocate du travail Alicia Jiménez , collaboratrice principale chez Philippi Prietocarrizosa Ferrero DU & Uría, a souligné que cette nouvelle modification donne une base aux entreprises, mais qu'elles pourront l'améliorer conformément à leurs politiques. C'est ainsi qu'il a recommandé qu'en cas de cas positifs, ils devraient évaluer d'autres mesures, comme le travail à domicile pour éviter les infections.

« C'est conseillé dans une perspective de politique responsable de santé et de sécurité au travail [sur la réalisation d'un bureau à domicile], car au-delà de ce que disent une résolution ou les critères de l'État, l'employeur est responsable de ce qui se passe dans ses centres de travail. [...] Chaque employeur peut donc prendre des mesures supplémentaires. Disons que ce que le gouvernement fait avec cette résolution, c'est fixer un plancher et, en plus de cela, les entreprises peuvent améliorer beaucoup plus la norme", a-t-il déclaré au média.
La suppression du repos médical due au COVID-19 nuit-elle aux travailleurs ? C'est ce que disent les spécialistes | andin

Les docteurs Robles et Puntriano ont également soutenu que les entreprises puissent accorder le pouvoir de télétravailler , mais que cela se fasse d'un commun accord.

Promouvoir la vaccination

Le Dr Puntriano a déclaré que la protection des collaborateurs dépend également de leur vaccination, mais il a précisé qu'elle n'est pas obligatoire. Cependant, il a exprimé son inquiétude concernant les personnes qui ne disposent pas de doses complètes et qui seront exposées au virus. Pour cette raison, il a souligné qu'il était préférable qu'il n'y ait pas de jours fixes pour accorder une pause médicale.

Les trois experts ont souligné que les entreprises ne doivent pas baisser la garde, c'est pourquoi ils ont demandé qu'elles veillent au nettoyage et à la désinfection de la zone où elles travaillent afin d'éviter une augmentation du taux de COVID-19.

Les modifications apportées à cette nouvelle résolution sont que le repos médical « n’est plus obligatoire ». De même, un test de rejet ne sera pas requis pour la délivrance du document, car il sera soumis à l'évaluation du médecin. Et troisièmement, le travailleur pourra revenir sans avoir besoin de passer un examen.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus