Face à la situation en Chine, l’Espagne suit l’exemple de l’Italie

Confrontée à l’attentisme de l’Union européenne et encore très marquée par la première vague de Covid en 2020, l’Espagne a suivi l’exemple de l’Italie en devenant vendredi le deuxième pays de l’UE à imposer des contrôles pour les voyageurs en provenance de Chine. En annonçant la mesure lors d’une conférence de presse à Madrid, la ministre de la Santé, Carolina Darias, a précisé que l’Espagne exigerait de ces voyageurs soit «un test négatif», soit «un schéma complet de vaccination» avec les vaccins autorisés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Interrogé mercredi, le jour de l’annonce de la décision italienne, le ministère de la Santé avait alors indiqué à l’AFP que l’Espagne «(suivrait) les décisions communes prises au sein de la Commission européenne et avec le reste des pays de l’Union européenne». La mesure prise vendredi par Madrid a donc clairement été motivée par le fait que la réunion informelle convoquée la veille à Bruxelles par la Commission européenne afin de mettre au point «une approche coordonnée» des 27 n’avait débouché sur aucun résultat. «Nous savons l’importance d’agir de manière coordonnée, mais aussi l’importance d’agir avec célérité», a commenté Carolina Darias, qui a souligné que Madrid plaiderait au niveau européen pour que l’ensemble des 27 exigent des voyageurs venant de Chine la présentation d’un certificat Covid numérique. Traumatisme La date à laquelle les contrôles décidés par Madrid prendront effet n’a pas été annoncée. En outre, le ministère, en réponse à une question de l’AFP, n’a pas précisé s’ils porteraient uniquement sur les vols directs en provenance de Chine, comme c’est le cas pour l’Italie, ou si les voyageurs avec escale seraient aussi concernés. À Lisbonne, le ministère de la Santé a annoncé, dans une déclaration à la presse, que le Portugal préparait la mise en place, «dans les aéroports, de mesures de contrôle des passagers en provenance de Chine, à mettre en place si et quand cela s’avère nécessaire». Le ministère n’a fourni aucun détail sur la nature exacte de ces «mesures de contrôle» ni sur ce qui pourrait déclencher leur application. Il existe un seul vol direct par semaine entre la Chine et le Portugal. Comme ce fut le cas en 2020, les pays européens semblent donc réagir de manière individuelle à la levée brutale des restrictions sanitaires draconiennes en Chine, qui a provoqué une explosion du nombre de cas de Covid dans ce pays. À cet égard, la réaction de l’Espagne, à l’instar de celle de l’Italie, s’explique par le véritable traumatisme qu’avaient constitué la pandémie de Covid 19 et le confinement très strict, pour ne pas dire impitoyable, mis en place par le gouvernement espagnol entre mars et juin 2020. Carolina Darias a mis en avant le fait que l’Espagne se trouvait aujourd’hui dans une situation «très forte» en matière de vaccination. De fait, 85,9% de la population totale bénéficie d’un schéma de vaccination complet (deux doses), près de 56% ayant reçu au moins une dose de rappel. Des chiffres rares en Europe. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le port du masque reste obligatoire dans tous les transports publics en Espagne, et surtout si cette obligation est, à de rares exceptions, respectée à la lettre. Mais la ministre a souligné que l’Espagne était préoccupée par «la possibilité que de nouveaux variants non contrôlés puissent apparaître en Chine». «Insuffisante» Au 28 décembre, le ministère de la Santé faisait état de seulement 14.221 nouveaux cas notifiés au cours des sept jours antérieurs et de 88 nouveaux décès pour cette période, pour un total légèrement supérieur à 117'000 morts. En décidant d’instaurer ces contrôles, le gouvernement de gauche espagnol a également réagi aux pressions de la région de Madrid, dirigée par le Parti populaire (opposition de droite). Dès jeudi, la présidente de la communauté régionale de Madrid, Isabel Díaz Ayuso, avait exhorté dans un tweet le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez à prendre des mesures sans tarder à l’aéroport de Madrid-Barajas afin de contrôler les arrivées de Chine. Prenant la parole peu après Carolina Darias, le conseiller pour la santé de la région de Madrid, Enrique Ruiz Escudero, a estimé que la mesure annoncée par la ministre était «insuffisante». Un test anti-Covid devrait être exigé de tous les voyageurs venant de Chine «indépendamment de leur certificat de vaccination», a-t-il dit, soulignant que l’efficacité des vaccins chinois contre le Covid était «extrêmement relative».

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus