Des enquêtes en Chine garantissent que jusqu'à 60% de la population dans différents endroits a déjà été infectée par le COVID

Un travailleur médical en costume de protection enregistre les informations d'un patient à l'entrée de la clinique de la fièvre de l'hôpital central de Wuhan, au milieu de l'épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19), à Wuhan, province de Hubei, Chine le 31 décembre 2022. REUTERS/Tingshu Wang

Certaines enquêtes menées par les autorités sanitaires indiquent que jusqu'à 60 % de la population de certaines villes chinoises a été infectée par le COVID , rapporte aujourd'hui le Health Times , une filiale du Quotidien du Peuple , le journal officiel du Parti communiste chinois.

Le Centre provincial de contrôle et de prévention des maladies de la province du Sichuan (centre) a publié cette semaine les résultats d'une enquête basée sur une enquête auprès de plus de 158 500 habitants , qui indique que le taux de personnes ayant été infectées par le coronavirus dépasse les 63 % .

La province du Sichuan est l'une des plus peuplées de Chine avec plus de 80 millions d'habitants et sa capitale, Chengdu , a été l'une des premières villes à être touchée par l'épidémie à grande échelle après le début du démantèlement de la politique zéro. Debut Décembre.

L'agence a assuré que le nombre d'infections a atteint son niveau maximum vers le 23 décembre et qu'il est déjà "en baisse".

Les voyageurs font la queue pour monter à bord d'un avion à l'aéroport international de Chengdu Shuangliu au milieu d'une vague d'infections à coronavirus (COVID-19), à Chengdu, province du Sichuan, Chine, le 30 décembre 2022. REUTERS/Tingshu Wang

De leur côté, les autorités de l'île méridionale de Hainan , qui compte 9,2 millions d'habitants, ont affirmé ce vendredi que le taux d'infection estimé de la province a atteint 50 % , bien que sa capitale, Haikou , ait déjà dépassé le pic des infections, selon à ses calculs.

Deux villes de la province côtière du Zhejiang (est), Quzhou et Zhoushan , estiment que 30 à 40 % de leur population ont contracté le virus.

L'épidémiologiste en chef du Centre chinois de contrôle des maladies, Wu Zunyou , a déclaré cette semaine que la vague d'infections au COVID dont souffre le pays a déjà « atteint son apogée » dans des endroits comme Pékin , Tianjin (nord-est) et Chengdu précitée.

Wu a déclaré que la propagation dans certaines régions telles que Pékin et ses environs, les régions centrales du Sichuan et de Chongqing et les provinces du sud a été "très rapide".

"Dans des endroits comme Shanghai (est), Hubei (centre) ou Hunan (centre), la pandémie est encore dans une phase de propagation rapide", a déclaré l'épidémiologiste.

Des personnes portant des masques faciaux marchent dans une rue, alors que les épidémies de coronavirus (COVID-19) se poursuivent à Shanghai, en Chine, le 13 décembre 2022. REUTERS/Aly Song/File

La Commission nationale de la santé a déclaré lundi dernier qu'à partir du 8 janvier , le COVID cessera d'être une maladie de catégorie A en Chine, le niveau de danger maximal et pour le confinement duquel les mesures les plus sévères sont requises, pour devenir une maladie de catégorie B , qui envisage un contrôle plus laxiste, marquant ainsi en pratique la fin de la politique « zéro COVID » qui était en vigueur depuis près de trois ans et que ces dernières semaines les autorités ont désarmée.

La propagation rapide du virus à travers le pays a jeté le doute sur la fiabilité des chiffres officiels , qui n'ont fait état que d'une poignée de décès récents dus à la maladie alors que les localités et les provinces estimaient qu'une proportion importante de leur population avait été infectée.

Selon un expert cité par la presse d'État, les décès causés par des maladies sous-jacentes chez les patients infectés par le coronavirus ne sont pas comptés comme des décès par COVID.

Les hôpitaux des grandes villes comme Pékin ou Chongqing ont subi une forte pression et ont éprouvé des difficultés à prendre en charge tous les patients, selon des témoignages recueillis sur les réseaux sociaux du pays.

Un médecin du centre de secours d'urgence de Chaoyang explique les conditions d'un patient au personnel hospitalier à son arrivée en ambulance, au milieu de l'épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) à Pékin, en Chine, le 29 décembre 2022. cnsphoto via REUTERS

Le régime chinois a assuré plus tôt ce mois-ci que les « conditions » étaient en place pour que le pays ajuste sa politique stricte « zéro COVID » face à une « nouvelle situation » dans laquelle le virus fait moins de morts.

Les changements sont intervenus après que la lassitude des restrictions s'est cristallisée dans des manifestations dans diverses régions du pays après la mort de dix personnes dans un immeuble apparemment confiné à Urumqi (nord-ouest), avec des slogans tels que "Je ne veux pas de PCR, je veux manger" ou "Rendez-moi ma liberté."

L' Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est récemment montrée "très préoccupée" par l'évolution du COVID en Chine et a exigé "plus d'informations" , ce à quoi Pékin a répondu qu'elle partageait ses données "de manière ouverte, opportune et transparente" depuis le début. de la pandémie.

La Commission nationale chinoise de la santé a tenu une réunion avec l'OMS au cours de laquelle les deux parties "ont échangé des points de vue sur la situation épidémique", après que plusieurs pays ont imposé des mesures aux voyageurs en provenance du pays asiatique.

Les passagers attendent dans une file d'attente, après que l'Italie a commandé des tests d'antigène et de séquençage du virus de la maladie à coronavirus (COVID-19) pour tous les voyageurs en provenance de Chine, où les cas augmentent, à l'aéroport de Milan Malpensa, Italie, le 29 décembre 2022. REUTERS/Jennifer Lorenzini

Les autorités sanitaires chinoises et l'OMS se sont entretenues par visioconférence sur "les traitements médicaux, les vaccins et autres questions techniques", selon un communiqué publié hier soir par la Commission sur son site internet.

Les deux parties ont convenu de "poursuivre les échanges techniques pour aider le monde à mettre fin à l'épidémie dès que possible", a rapporté l'agence, sans fournir plus de détails.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré ce vendredi que les politiques de prévention contre le COVID doivent être « fondées sur la science » , être « proportionnées » et « ne pas affecter les déplacements normaux » , faisant référence aux mesures prises par des pays comme l' Espagne, les États-Unis, l'Italie. , l'Inde, Taïwan, la Corée du Sud, la Malaisie ou le Japon , qui exigeront des tests PCR pour les voyageurs en provenance du pays asiatique.

Récemment, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus , a déclaré: "En l'absence d'informations plus larges de la Chine, les pays du monde entier peuvent être compris comme agissant de manière à ce qu'ils pensent pouvoir protéger leurs populations".

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, à Genève, Suisse, le 14 décembre 2022. REUTERS/Denis Balibouse/File

En réponse à l'expert éthiopien, le ministère chinois des Affaires étrangères a affirmé que "des experts médicaux de différents pays ont déclaré que les restrictions d'entrée imposées aux voyageurs en provenance de Chine n'étaient pas nécessaires".

Le chef de l'équipe d'experts de la Commission chinoise de la santé, Liang Wannian , a déclaré ce jeudi que la nation asiatique continuera à « analyser, séquencer et signaler les variantes du coronavirus » et que, dans le cas où les autorités trouveraient « un nouveau variant entraînant des modifications de la pathogénicité, de la virulence ou de la transmissibilité », l'OMS serait notifiée « immédiatement » .

(Avec les informations de l'EFE)

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus