Un député PRO dressera un bilan des violations des droits de l'homme pendant la pandémie au Congrès

La députée a promis qu'elle chercherait à offrir un espace sûr et réceptif à toutes les personnes qui souhaitent partager leurs témoignages pendant la quarantaine. « Le gouvernement d'Alberto Fernández est celui qui a commis le plus de violations des droits de l'homme en démocratie », a déclaré Ajmechet dans une vidéo partagée sur ses réseaux sociaux.

L'initiative vise à amener les personnes qui se considèrent victimes de violations des droits de l'homme pendant la période d'urgence sanitaire à partager leurs expériences. Les informations seront enregistrées, systématisées et un rapport final sera rédigé et présenté à la Cour interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) et à d'autres organisations internationales.

Ajmechet a été nommé mercredi dernier à la tête de l'organe parlementaire spécialisé dans les droits de l'homme, au cours d'une autre journée d'intense activité législative et de nomination des autorités à la Chambre des députés. Après avoir été nommée à la tête de la commission, elle a anticipé sa proposition d'inscription et a prévu que le mercredi 24 avril, elle organiserait une réunion d'information pour convoquer les personnes qui ont des plaintes.

Aux côtés d'Ajmechet, les autorités étaient composées des députés Hugo Yasky (Unión por la Patria), comme premier vice-président, María Celeste Ponce (La Libertad Avanza), comme première secrétaire, et Alejandro Vilca (Frente de Izquierda), comme troisième secrétaire. .

La mention du registre a suscité une réponse de la part du vice-président de la commission, Hugo Yasky , qui a proposé d'élargir l'appel aux « victimes des politiques répressives appliquées » dans l'actuel gouvernement de Javier Milei . Un autre législateur intervenu est Juan Marino (UP), qui a rejeté l'affirmation selon laquelle la direction du Frente de Todos est celle qui a produit le plus grand nombre de violations des droits de l'homme en démocratie et a rappelé les victimes des 19 et 20 décembre 2001. , pendant le mandat du radical Fernando de La Rúa. « Quarante morts », a-t-il commenté.

Le député Fernando Iglesias a répondu à Juan Marino en soulignant que le nombre exact de répressions après l'épidémie sociale de 2001 était de 39 morts et que seulement 7 ont été enregistrés dans la ville de Buenos Aires, le seul district dont la sécurité était entre les mains des forces fédérales. . Et il a souligné que le reste appartenait à des gouvernorats péronistes : 10 étaient « dans le Santa Fe de (Carlos) Reutemann, un gouvernement justicialiste ; le 11 à Buenos Aires de (Carlos) Ruckauf, gouvernement PJ ; 3 à Cordoue de (Juan Manuel) De la Sota, gouvernement justicialiste, et un à Tucumán de (Julio) Miranda, gouvernement justicialiste.

Les députés Sabrina Ajmechet (PRO), Hugo Yasky (UP) et Alejandro Vilca (FIT-U)

Selon un rapport d'Amnesty International, daté d'août 2020, plus de 30 cas de violences institutionnelles et de recours excessif à la force ont été recensés dans tout le pays. Par ailleurs, il a confirmé qu'entre le 20 mars et le 4 mai, les forces de sécurité fédérales ont procédé à 10.887 arrestations à travers le pays, dans le cadre du contrôle de l'isolement social, préventif et obligatoire (ASPO).

Cette enquête a révélé que la police municipale de Buenos Aires avait procédé à 1 192 arrestations entre le 20 mars et le 8 mai ; Santa Fe aurait arrêté 21 478 personnes entre le 20 mars et le 27 avril ; Aux mêmes dates, la police de la province de Cordoue a arrêté 17 214 personnes et la police de la province de Chubut a arrêté 6 419 personnes entre le 20 mars et le 19 avril, entre le 20 mars et le 19 mai.

L'appel officiel au « Registre des violations en cas de pandémie » promu par la députée Sabrina Ajmechet

Le rapport précise que bon nombre des événements révélés sont directement ou indirectement liés aux mesures de contrôle de l'ASPO et que "tous reproduisent des pratiques abusives répandues au sein des forces de sécurité dans tout le pays".

« Amnesty International reconnaît la nécessité, dans un contexte exceptionnel d'urgence sanitaire, d'adopter des mesures de prudence extrême dans les espaces publics afin de garantir que la société respecte l'isolement selon les termes des réglementations susmentionnées, et ainsi atténuer la contagion. Cependant, le maintien de l’ordre et de la sécurité ne doit pas entrer en conflit avec les droits de l’homme ; au contraire, leur respect et leur protection sont les piliers fondamentaux d’un Etat de droit », affirme l’ONG dans ce document.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

15.05.2024, 10:00

Premier procès contre l'État et AstraZeneca pour le vaccin anti-Covid : une femme réclame plus de 90 millions de dollars

Les tribunaux argentins ont déjà reçu le premier procès public contre le vaccin AstraZeneca, qui a reconnu il y a quelques semaines devant un tribunal...

Lire l'article

09.05.2024, 14:00

AstraZeneca retire son vaccin contre le covid dans le monde entier en raison de la faible demande, déclare la société pharmaceutique

Médicaments (produits pharmaceutiques)Vaccination et immunisationCoronavirus (2019-nCoV)VirusAstraZeneca PLC Le vaccin n’est plus fabriqué, n’est...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus