Depuis 2020, le système financier mondial est sous contrôle

Face à la menace d'un virus dont la mortalité était incertaine et qui s'est révélée très contagieuse, les principales économies de la planète ont ralenti (EFE)

Le premier avertissement d’instabilité du marché financier mondial a été donné par la pandémie de Covid-19. Face à la menace d’un virus dont la mortalité était incertaine et qui s’est révélée très contagieuse, les principales économies de la planète ont ralenti, ne laissant fonctionner que les industries considérées comme « essentielles ». La peur ambiante a conduit les dirigeants à imposer des restrictions sur les déplacements nationaux et internationaux, qui comprenaient des exigences en matière de vaccins et de tests de non-infection.

Les fermetures et la baisse d’activité ont entraîné des frictions logistiques difficiles à surmonter. Ainsi, en 2021, sont apparus les premiers symptômes d’une inflation qui reste encore en vigueur aujourd’hui. De toute évidence, ce n’est pas le seul élément déclencheur de l’évolution des prix à l’échelle internationale.

Les émissions monétaires excessives, ainsi que l' assouplissement quantitatif des principales banques centrales du monde dans le but de maintenir les taux de financement proches de 0% par an, en ont été la véritable cause. Il est vrai que ces mesures visaient à réduire les effets néfastes que la crise sanitaire et le confinement ont générés dans les poches de la population et de ses entreprises. Après tout, les emplois ont chuté de façon drastique (au début) et pour maintenir les gens chez eux, il a fallu distribuer de l’argent public pour couvrir leurs besoins.

Dans tous les cas, le plus important était l’erreur de diagnostic .

La Réserve fédérale et la Banque centrale européenne ont péché en communiquant que l’accélération des prix diminuerait une fois les chaînes logistiques normalisées. En considérant l’inflation comme une situation temporaire, le temps d’action a été plus long qu’il n’aurait dû. À la fin de l’année, ils se rendraient compte de leur erreur, mais il serait trop tard. Non seulement les prix ont été révolutionnés par les standards américains ou européens, mais à cela s’est ajoutée une guerre.

Le premier avertissement d’instabilité du marché financier mondial a été donné par la pandémie de Covid-19.

La Russie a envahi l’Ukraine et les prix des matières premières ont grimpé en flèche. Le pétrole brut, le gaz, les céréales, ils ont tous volé. Les plus grandes économies du monde ont une fois de plus été confrontées au problème de la dépendance à l'égard des autres nations . Pour référence, en 2021, les pays de l’Union européenne ont reçu plus de 45 % de leurs importations de gaz naturel en provenance de Russie. En 2022, avec les sanctions contre la nation dirigées par Vladimir Poutine , ils avaient besoin d’une alternative.

Tout cela a porté un nouveau coup aux prix, conduisant les États-Unis et l’Europe à enregistrer leurs niveaux d’inflation les plus élevés depuis plusieurs décennies. Bref, les banques centrales n’avaient d’autre choix que de mener des politiques monétaires extrêmement restrictives, ce qui mettrait le système financier sous tension.

La Réserve fédérale et la Banque centrale européenne ont péché en communiquant que l’accélération des prix diminuerait une fois les chaînes logistiques normalisées (Reuters)

Le présent

Quel est l’intérêt de ce bref retour sur ces dernières années ? Ni plus ni moins que d'analyser l'actualité. Aujourd’hui, le scénario est complexe. Non seulement les problèmes du passé ne sont pas complètement résolus , puisque la guerre entre la Russie et l'Ukraine persiste et que la lutte contre l'inflation est à son point de plus grande résistance (la dernière étape est toujours la plus difficile avant de revenir à l'objectif d'inflation), mais de nouveaux bords s'ouvrent également.

D'une part, la forte compression monétaire de la Réserve fédérale et les signaux fournis par son dernier dot plot ont porté les taux d'intérêt longs à leurs plus hauts niveaux depuis 2006 (avant la Grande crise financière). Cela ajoute une nouvelle couche de difficultés à un marché du crédit qui, sans cette caractéristique, a déjà fait plusieurs victimes dans les banques régionales et a porté le coup final à un géant comme le Crédit Suisse.

Les conséquences des taux longs élevés sont nettement plus dangereuses que celles des taux courts

Les conséquences des taux longs élevés sont sensiblement plus dangereuses que celles des taux courts, ce qui est rapidement observable lorsqu’on compare l’effet d’un même mouvement de taux sur le prix d’une obligation à deux ans et sur celui d’une obligation à dix ou trente ans. Si l’on ajoute à cela qu’aux États-Unis reprendront les remboursements des prêts universitaires, gelés depuis que les démocrates voulaient annuler cette dette, nous nous trouvons face à la possibilité de se refinancer à des taux que l’Américain moyen ne peut pas se permettre.

En revanche, les deux derniers rapports sur l'emploi ont donné des signaux mitigés . En août, le taux de chômage a augmenté de 0,3 point de pourcentage à 3,8%, au-dessus de l'augmentation de 0,2 point de pourcentage du taux d'activité à 62,8%, témoignant d'un léger affaiblissement du marché du travail.

Cependant, en septembre, les deux données sont restées stables et le record d'évolution de la masse salariale a été étonnamment bon, indiquant que 336 000 employés ont été embauchés, soit près du double de ce qui était prévu par le consensus.

En août, le taux de chômage aux États-Unis a augmenté de 0,3 point de pourcentage à 3,8%, au-dessus de la hausse de 0,2 point de pourcentage du taux d'activité à 62,8%, ce qui montre un léger affaiblissement du marché du travail (EFE).

Ainsi, les signes initialement positifs du mois d'août, où les salaires n'augmentaient que de 0,2% par mois, suggérant qu'ils étaient en passe d'atteindre l'objectif de la Fed, ont disparu avec 0,4% en septembre. On pourrait dire que la tendance à l’affaiblissement du marché du travail n’est pas tout à fait claire, et l’intention est donc qu’une augmentation du chômage réduise les augmentations de salaires (une plus grande disponibilité de main d’œuvre devrait absorber la demande de travailleurs sans qu’il soit nécessaire d’augmenter les salaires). se matérialisant.

Il est évident que la création d'emplois reste trop forte et donc les pressions sur les prix ne cessent pas. Il faudra peut-être une récession pour enfin voir le marché du travail et l'inflation céder, mais l'activité semble rester solide dans la plus grande économie du monde. Cela conforterait l’idée selon laquelle il y aurait une augmentation de la productivité, en partie due au développement de l’intelligence artificielle , ce qui entraînerait un atterrissage en douceur , sans qu’il soit nécessaire de affaiblir le marché du travail.

L'activité reste forte dans la plus grande économie mondiale

Ajoutant à l'incertitude, malgré les signaux confus du marché du travail et la hausse des taux d'intérêt, la tendance des prix a rebondi au cours des derniers records . Cela s'explique en partie par la hausse des matières premières énergétiques, mais les prix des services restent également fermes.

En fait, les derniers rapports sur les prix ont envoyé de mauvais signaux à la Fed . L'indice mensuel des prix à la production (PPI) a dépassé les attentes des analystes tant sur le plan général (0,5% contre 0,3% attendu) que sur le fond (0,3% contre 0,2% attendu). Ces mouvements pourraient glisser le long de la chaîne, comme cela semble s'être produit avec le PPI du mois dernier sur l'indice des prix à la consommation (IPC) actuel.

Le chiffre mensuel de l'IPC pour septembre aux Etats-Unis a montré une hausse globale de 0,4%, dépassant la hausse attendue par les analystes (0,3%) compte tenu des prix de l'énergie qui restent élevés. Même si le noyau a été conforme aux attentes (0,3% contre 0,3%), cela montre que la résistance se maintient après les records de 0,2% présentés en juin et juillet. Il est clair que la dynamique des prix des services reste forte, reprenant au moins brièvement sa trajectoire ascendante.

Nouveau conflit de guerre

Si l’on ajoute à tout ce désordre l’escalade de la guerre entre Israël et le Hamas, on se retrouve avec un cocktail dangereux. On sait que les États-Unis soutiennent Israël depuis des années. Une intervention en faveur du Hamas par un pays comme l'Iran, la Russie ou la Corée du Nord serait extrêmement risquée en termes de paix mondiale. En fait, il existe déjà un groupe bipartisan aux États-Unis qui appelle Joe Biden à bloquer les exportations de pétrole brut iranien en raison de son implication potentielle dans l’incident.

Même le sénateur Lindsey Graham a fait monter la barre en affirmant dans les médias que les États-Unis et Israël devraient menacer de détruire les territoires pétroliers de ce pays si le conflit s'intensifie (quel coup cela porterait sur les prix du pétrole brut et, par conséquent, sur l'inflation). En d’autres termes, les attaques se sont intensifiées tandis que les agences de renseignement enquêtent pour savoir si l’Iran avait connaissance de l’attaque à l’avance.

L'or rebondit, après des mois de stagnation et des taux longs du Trésor nord-américain en baisse partielle mais rapide malgré une inflation qui ne cesse de s'atténuer (Reuters)

Il est clair que les risques commencent à devenir tangibles. C’est ainsi que le monde le perçoit cette semaine, avec l’or rebondissant après des mois de stagnation et les taux longs du Trésor nord-américain baissant partiellement mais rapidement malgré une inflation qui ne s’arrête pas. La fuite vers la qualité devient évidente.

Bref, le monde traverse l’un des moments les plus critiques de ces dernières années. Il semble temps de rester très prudent, de profiter des bienfaits actuels du marché et de réduire le risque des portefeuilles en se tournant vers les actifs obligataires. Trois années de décisions douteuses de la part des décideurs politiques , ajoutées à deux conflits internationaux susceptibles de prendre une ampleur mondiale, pourraient dégénérer en une crise majeure. Nous pourrions même être confrontés à une débâcle où l’inflation reste en vigueur, comme cela a été le cas en d’autres temps de guerre.

Les avoirs en actions seront considérablement affectés, surtout s’il s’agit d’actifs à risque locaux

En conclusion, les sources de douleur sont diverses et toutes peuvent conduire à des moments encore plus difficiles. Si tel était le cas, les avoirs en actions seraient considérablement affectés, surtout s’il s’agissait d’actifs à risque locaux.

Recommandation conservatrice : protégez-vous dans des obligations de crédit solides, dont l'expansion potentielle du spread de crédit est inférieure à la compression potentielle du spread de taux. Avec des rendements du Trésor à des niveaux aussi élevés, un changement de politique monétaire bénéficierait considérablement à leurs prix.

L'auteur est analyste chez PPI (Personal Investment Portfolio)

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 06:00

Andrés Forero a dénoncé le fait que le gouvernement n'a pas distribué près de deux millions de vaccins contre le covid-19

Le député du Centre Démocratique, Andrés Forero, a dénoncé que près de deux millions de doses de vaccins monovalents contre le covid-19 n'ont pas...

Lire l'article

12.04.2024, 16:00

Un député PRO dressera un bilan des violations des droits de l'homme pendant la pandémie au Congrès

La députée a promis qu'elle chercherait à offrir un espace sûr et réceptif à toutes les personnes qui souhaitent partager leurs témoignages pendant...

Lire l'article

12.04.2024, 14:00

La Cour des Comptes ne détecte pas de dépenses irrégulières des administrations dans les contrats d'urgence de la pandémie

De cet univers de contrats audités, Chicano a indiqué que le Tribunal a ouvert des procédures pour éventuelle responsabilité comptable dans 60 , dont...

Lire l'article

12.04.2024, 10:00

Le post émouvant de Jonatan Viale trois ans après la mort de son père : « Tu ne sais pas à quel point tu me manques »

« Trois ans sans toi. Je ne comprends toujours pas ce qui s'est passé. Si seulement je pouvais te faire un câlin au revoir. Une dernière conversation....

Lire l'article

12.04.2024, 08:00

Le policier accusé du meurtre de Giovanni López est tombé pour ne pas porter de masque à Jalisco

Ce policier, qui disposait d'un mandat d'arrêt, a été capturé par des éléments de la police d'enquête du parquet de Jalisco, dans le quartier Loma...

Lire l'article

09.04.2024, 08:00

Combien de temps le COVID pourrait-il être détecté dans le sang, selon une étude

Même si le COVID n'était plus considéré comme une urgence sanitaire mondiale en mai 2023, comme l'a déclaré l' Organisation mondiale de la santé...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus