COVID et syndrome de Guillain-Barré : quelle est la relation entre l'infection et le développement de cette pathologie

Le syndrome de Guillain-Barré affecte le tissu nerveux du corps, provoquant, entre autres signes, une faiblesse et une paralysie

(HealthDay News) -- L'infection au COVID peut augmenter le risque d'une attaque rare du système immunitaire sur les nerfs du corps, mais la vaccination peut protéger contre elle, suggère une nouvelle étude de grande envergure .

L’étude, menée auprès de plus de 3 millions d’adultes et d’adolescents israéliens, a révélé que l’infection au COVID était associée à un risque considérablement accru de développer le syndrome de Guillain-Barré (SGB) dans les six semaines suivantes.

Le SGB est une maladie rare dans laquelle le système immunitaire lance une attaque malavisée contre le tissu nerveux de l'organisme . Elle provoque des symptômes tels qu'une faiblesse et des picotements dans les extrémités, des difficultés à marcher et même une paralysie.

Les experts ont déclaré qu'il n'était pas surprenant que le COVID augmente le risque de SGB : lorsque la maladie survient, c'est souvent dans les semaines qui suivent une infection respiratoire ou intestinale. Les chercheurs pensent que cela est dû au fait que cette infection ordinaire déclenche, dans de rares cas, une réponse immunitaire incontrôlée.

La vaccination contre le COVID protège non seulement contre le virus, mais pourrait également réduire le risque de maladies neurologiques, ont-ils suggéré (Getty)

"Je ne serais pas surpris si l'infection au COVID n'augmentait pas le risque de SGB", a déclaré le Dr Dennis Bourdette, professeur émérite de neurologie à l'Oregon Health and Science University. Plus remarquable, a-t-il ajouté, est l'autre conclusion principale de l'étude : le syndrome était moins fréquent chez les personnes récemment vaccinées contre le COVID que chez celles qui n'avaient pas été vaccinées.

En Israël, le vaccin à ARNm de Pfizer est de loin le plus utilisé contre le COVID. Selon l’étude, lorsque les personnes le recevaient, leur risque de développer un SGB au cours des six semaines suivantes était 50 % inférieur à celui des personnes n’ayant pas été vaccinées récemment. C'est important car certains vaccins ont été associés à de légères augmentations du risque de syndrome, notamment les vaccins Astra-Zeneca et Johnson & Johnson COVID, qui ne sont pas à base d'ARNm.

La nouvelle étude, a déclaré Bourdette, "suggère que les vaccins à ARNm contre la COVID non seulement ne provoquent pas le SGB, mais qu'ils peuvent protéger contre le développement du SGB". Bourdette a écrit un éditorial publié avec les résultats dans le numéro du 18 octobre de Neurology. Un autre expert américain a qualifié l’étude de « très importante ».

"Cela montre clairement que le COVID lui-même présente un risque important de SGB et que le vaccin préviendra en fait les cas de SGB", a déclaré le Dr Aaron Glatt, chef du service des maladies infectieuses au Mount Sinai South Nassau à Oceanside. "encore une autre raison", a déclaré Glatt, pour que les gens s'en tiennent aux vaccins COVID recommandés.

Non seulement les vaccins à base d’ARNm ne provoquent pas le SGB, mais ils peuvent également protéger contre son développement, selon l’étude (Getty)

Pour cette étude, des chercheurs dirigés par le Dr Anat Arbel du centre médical Lady Davis Carmel à Haïfa, en Israël, ont suivi les dossiers médicaux de près de 3,2 millions de patients israéliens âgés de 16 ans et plus. Au début, en janvier 2021, aucun d’entre eux n’avait d’antécédents du syndrome. Au cours de la période d’étude, qui a duré jusqu’en juin 2022, 76 personnes ont reçu un diagnostic de SGB. Les chercheurs ont comparé chacun de ces patients avec 10 autres personnes du même âge et du même sexe, indemnes de la maladie.

Il s’est avéré qu’il existait une relation claire entre le COVID et la maladie nerveuse. Dans le groupe GBS, 12 % avaient été infectés par le COVID au cours des six dernières semaines, contre seulement 2 % du groupe témoin.

D’un autre point de vue, les personnes ayant été infectées par le COVID au cours des six dernières semaines étaient plus de six fois plus susceptibles de développer un SGB que les personnes qui n’en avaient pas eu au cours de la même période.

Cependant, la situation a changé en ce qui concerne la vaccination contre la COVID. Les personnes ayant développé le SGB étaient moins susceptibles d’avoir été vaccinées au cours des six dernières semaines par rapport aux personnes n’ayant pas développé le SGB, soit moins de 11 % contre 18 %.

Des experts ont analysé les dossiers médicaux de millions de patients à la recherche de liens entre le COVID et les troubles neurologiques (Getty)

On ne sait pas pourquoi le vaccin pourrait réduire le risque de SGB, a déclaré Bourdette. Une possibilité évidente, a-t-il dit, est que cela prévienne certains cas de SGB en prévenant le COVID. Mais Bourdette a également émis l’hypothèse que les vaccins à ARNm pourraient réduire les risques par d’autres moyens.

"Il convient d'envisager la possibilité que la vaccination à ARNm contre le COVID puisse induire des changements immunologiques non spécifiques qui réduisent le risque de développer d'autres infections virales associées au SGB", a-t-il déclaré. D'autres études seraient nécessaires, a ajouté Bourdette, pour répondre à cette question.

Pour la personne moyenne, les deux médecins ont déclaré que les résultats offrent plus de réconfort quant à la sécurité des vaccins à ARNm contre la COVID. "Quiconque a peur de contracter le SGB à cause d'un vaccin à ARNm contre la COVID devrait être rassuré sur le fait qu'au moins ce type de vaccin contre la COVID ne provoque pas le SGB", a déclaré Bourdette. "Et cela peut réellement réduire le risque."

Plus d'information

Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis disposent de plus d’informations sur les vaccins et le syndrome de Guillain-Barré.

SOURCES : Dennis Bourdette, MD, professeur émérite de neurologie, Oregon Health & Science University, Portland ; Aaron Glatt, MD, chef du service des maladies infectieuses et épidémiologiste hospitalier, Mount Sinai South Nassau, Oceanside, NY, et professeur de médecine, Icahn School of Medicine de Mount Sinai, New York ; Neurologie, 18 octobre 2023, en ligne.

* Amy Norton HealthDay Reporters © The New York Times 2023

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus