COVID-19 : Un million d'écoliers ne sont toujours pas vaccinés contre le coronavirus

COVID-19 : Un million d'écoliers ne sont toujours pas vaccinés contre le coronavirus

Les longues files d'attente qui ont été observées devant les points de vaccination COVID-19 en 2020 et 2021 ne sont plus qu'un souvenir. Ces derniers mois, l'afflux de personnes a considérablement diminué, augmentant le déficit de protection contre cette maladie.

A un peu moins d'un mois de la rentrée 2023 , il reste encore un pourcentage important de mineurs qui n'ont pas terminé leur calendrier de vaccination ou encore une frange de cette population n'a pas reçu la première dose.

Actuellement, la vaccination s'adresse aux bébés à partir de 6 mois. Selon le plan de vaccination établi par le ministère de la Santé (Minsa), les mineurs âgés de 6 mois à 5 ans ont le droit de recevoir deux doses (avec un intervalle de 28 jours), tandis que les enfants âgés de 5 à 17 ans reçoivent trois dose (la deuxième à 21 jours et la troisième cinq mois plus tard)

Progrès de la vaccination chez les écoliers

Enfants de 5 à 11 ans

Selon le Répertoire national unique d'informations sur la santé (Reunis) de Minsa, l'objectif de vaccination pour les mineurs âgés de 5 à 11 ans est de 4 201 842.

Seuls 74,52% se sont rendus dans un centre de vaccination et ont reçu la première dose. Cela signifie qu'il y a encore 1 70 766 élèves du primaire dans tout le pays qui n'ont pas encore commencé leur plan de protection contre le COVID-19.

Pendant ce temps, 61,66% ont deux doses du vaccin. Il reste à vacciner 1 million 610 mille 811 écoliers avec la seconde dose .

L'application de la troisième dose enregistre un large écart. 16,84%, soit seulement 707 574 enfants ont terminé leur dispositif de protection.

Vaccination des enfants entre 5 et 11 ans.

Mineurs de 12 à 17 ans

La population cible des adolescents âgés de 12 à 17 ans est de 3 millions 614 mille 488.

89,56% se sont rendus dans un centre de vaccination et ont reçu la première dose. Cela signifie qu'il y a encore 377 267 élèves du secondaire dans tout le pays qui n'ont pas encore commencé leur plan de protection contre le COVID-19.

Pendant ce temps, 82,61% ont deux doses du vaccin. Il reste à vacciner 628 mille 514 écoliers avec la seconde dose .

Pendant ce temps, l'application de la troisième dose enregistre une lente progression. Seuls 44,18%, soit un million 596 mille 488 enfants ont achevé leur dispositif de protection.

Vaccination des mineurs de 12 à 17 ans.

Régions signalant un ralentissement du processus de vaccination

Enfants de 5 à 11 ans

Ce n'est que dans les provinces de Piura, Áncash, Tumbes, Ica, Lima, Lima métropolitaine et Callao que plus de 80% des mineurs sont vaccinés avec la première dose. Amazonas occupe la dernière place de la liste avec 48,42 %.

Dans le cas de l'application de la deuxième dose , aucune région n'atteint 80 %. Seuls Ica, les provinces de Lima, Áncash, Callao, Tumbes et Piura dépassent les 70 %. Madre de Dios se situe à la fin avec 34,24%.

La troisième dose ne rapporte pas de progrès car aucune région n'atteint 40 %. Le chiffre le plus bas est enregistré à Puno avec seulement 3,27% vaccinés.

Mineurs de 12 à 17 ans

Presque toutes les régions rapportent des progrès de plus de 80 % dans l'application de la première dose. Seul Madre de Dios rapporte 77,24% et Amazonas 65,38%.

Les provinces de Tumbes, Ica, Callao, Lima et Ancash ont montré de bons progrès, dépassant 90% des mineurs vaccinés avec la deuxième dose . Amazonas ne rapporte finalement que 58,82% des personnes vaccinées.

Les provinces d'Ica, de Lima et d'Áncash rapportent une avance de plus de 60% dans la vaccination de la population cible en troisième dose. Pendant ce temps, à Puno et Madre de Dios, il n'a pas encore atteint 30 %.

La vaccination en Amazonas enregistre des progrès lents.

La vaccination est toujours importante

Le Pérou a traversé cinq vagues d'infections au COVID-19 au cours desquelles des milliers de personnes ont été infectées et ont heureusement réussi à vaincre la maladie sans complications majeures. Cependant, des hospitalisations, des admissions en soins intensifs et des décès sont toujours signalés, il est donc important de terminer le programme de vaccination pour se protéger contre d'éventuelles épidémies qui se produisent dans les mois à venir.

Dans cette lignée, le Minsa et le Ministère de l'Education (Minedu) ont annoncé que les directeurs des Unités Locales de Gestion Educative (Ugel) et des écoles publiques sont en cours de formation sur la vaccination des enfants et adolescents en âge scolaire, à travers afin de promouvoir cette pratique dans leur communauté éducative.

infobae

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

04.06.2024, 09:00

Martín Vizcarra : Faute d'« indications », le parquet ouvre une enquête sur l'achat de tests Covid-19

Le procureur intérimaire de la Nation, Juan Carlos Villena , a confirmé lundi que l'enquête contre l'ancien président Martín Vizcarra pour des irrégularités...

Lire l'article

27.05.2024, 12:00

Le COVID sera toujours là cet été. Est-ce que quelqu'un s'en souciera ?

Pour les Américains, c'est déjà aussi familier que la crème solaire sur les étagères : ils se dirigent vers un nouvel été avec de nouvelles variantes...

Lire l'article

26.05.2024, 08:00

Qu’est-ce qui est le plus dangereux, la dengue ou le COVID ?

Les deux infections peuvent entraîner des cas graves, voire la mort. Cependant, tant le chemin de circulation des agents pathogènes que leur létalité...

Lire l'article

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus