COVID : les vaccins à ARNm sont sans danger pendant la grossesse, selon une étude publiée dans The Lancet

L'étude du Réseau national canadien pour la sécurité des vaccins (CANVAS) a analysé les données de plus de 191 000 femmes enceintes (Getty)

La pandémie de COVID-19 a considérablement affecté les femmes enceintes comme étant plus à risque de maladie grave que les femmes non enceintes du même âge. Ce fait entraîne une forte probabilité d' hospitalisation pour l'infection causée par le SRAS-CoV-2 , un transfert en unité de soins intensifs, une ventilation mécanique et un décès.

De plus, l'infection à coronavirus augmente le risque d' issues défavorables de la grossesse , telles que hypertension, prééclampsie, retard de croissance fœtale et travail prématuré.

Maintenant, une grande étude canadienne publiée dans la revue The Lancet Infectious Diseases a confirmé que Les vaccins à ARNm COVID-19 peuvent être utilisés en toute sécurité pendant la grossesse et les femmes enceintes ont connu des taux inférieurs d'événements de santé après la vaccination que les vaccinatrices non enceintes appariées selon l'âge.

Les vaccins COVID-19 ont été recommandés pour une utilisation pendant la grossesse dans de nombreux pays au début du déploiement des campagnes de vaccination, sur la base de l'innocuité précédemment établie des vaccins inactivés pendant la grossesse.

Des études antérieures ont suggéré que les vaccins COVID pendant la grossesse offrent une protection aux nouveau-nés pendant au moins trois mois (Getty)

Cette étude est l'une des premières à se pencher sur les effets secondaires du vaccin dans un groupe de femmes enceintes vaccinées en même temps qu'un groupe de femmes enceintes non vaccinées et un groupe de femmes non enceintes immunisées pour permettre des comparaisons entre les trois . Le document de Le Réseau national canadien sur la sécurité des vaccins (CANVAS) a analysé les données des participants dans sept provinces et territoires canadiens entre décembre 2020 et novembre 2021.

Tous les participants vaccinés ont été invités à signaler tout événement de santé au cours des sept jours suivant chaque dose du vaccin COVID-19. Le groupe témoin de femmes enceintes non vaccinées a été invité à enregistrer tout problème de santé au cours des sept jours précédant l'enquête. Au total, 191 360 femmes âgées de 15 à 49 ans dont la grossesse était connue ont répondu à la première enquête sur la dose et 94 937 ont répondu à la deuxième enquête sur la dose.

Des études récentes ont révélé que les femmes enceintes atteintes de COVID positif sont deux fois plus susceptibles d'accoucher prématurément que celles qui n'ont pas contracté le virus (REUTERS)

Un événement de santé important a été défini comme un événement nouveau ou pire qui était suffisant pour que le participant manque l'école/le travail, nécessite une consultation médicale et/ou entrave les activités quotidiennes au cours des sept jours précédents. Au lieu de cela, un événement de santé grave a été défini comme Tout événement ayant entraîné une visite au service des urgences et/ou une hospitalisation au cours des sept jours précédents.

Les chercheurs ont constaté que 4,0 % (226/5597) des femmes enceintes vaccinées par l'ARNm ont signalé un problème de santé important dans les sept jours suivant la première dose et le 7,3 % (227/3108) après la deuxième dose .

Les événements de santé significatifs les plus courants après la deuxième dose chez les femmes enceintes étaient une sensation générale de malaise, des maux de tête/migraine et une infection des voies respiratoires .

L'infection à coronavirus augmente le risque d'issues défavorables de la grossesse, telles que l'hypertension, la prééclampsie et l'accouchement prématuré (Getty)

En comparaison, 3,2 % (11/339) des participantes enceintes non vaccinées ont signalé des événements similaires au cours des sept jours précédant la fin de l'enquête. Dans le groupe témoin vacciné non enceinte, 6,3 % (10 950/174 765) ont signalé un événement de santé important dans la semaine suivant la dose un et 11,3 % (10 254/91 131) après la dose un.

Les événements de santé graves étaient rares dans tous les groupes (moins de 1 %) et se produisaient à des taux similaires chez les femmes enceintes vaccinées, les personnes non enceintes vaccinées et les témoins non vaccinés après les doses un et deux.

Les fausses couches/mortinaissances étaient les issues de grossesse indésirables les plus fréquemment signalées, sans différence significative entre les taux chez les femmes vaccinées et non vaccinées.

La pandémie de COVID-19 a considérablement affecté les femmes enceintes car elles courent un risque plus élevé de maladie grave que les femmes non enceintes du même âge (EFE/Zayra Mo/File)

2,1 % (7/339) des femmes enceintes non vaccinées et 1,5 % (83/5597) des femmes enceintes vaccinées ont fait une fausse couche ou un mort-né dans les sept jours suivant la première dose de tout vaccin à ARNm.

" Le taux plus faible d'événements de santé significatifs chez les femmes enceintes vaccinées, par rapport aux personnes non enceintes vaccinées, est inattendu et nécessite une enquête plus approfondie », a déclaré Julie Bettinger, auteure principale de cet article et praticienne au British Columbia Children's Hospital Research Institute.

"Des études antérieures sur d'autres vaccins chez les femmes enceintes n'ont pour la plupart signalé aucune différence significative dans les événements de santé entre les femmes enceintes et non enceintes. D'autres études sur les vaccins à ARNm autres que le COVID-19 sont nécessaires pour déterminer si la réduction des effets secondaires observée chez les femmes enceintes dans cette étude est une caractéristique de la plateforme de vaccins à ARNm ou de ces vaccins spécifiques », a-t-il conclu.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 01:45

Inquiétude sur la vaccination COVID en Argentine : seuls 12% ont appliqué le deuxième rappel

Malgré la disponibilité des vaccins, ce que de nombreux pays ne disposent toujours pas, les autorités sanitaires et les infectiologues enregistrent...

Lire l'article

28.09.2022, 15:45

Quels sont les risques du nouveau virus Khosta-2 découvert chez des chauves-souris en Russie

"Un virus récemment découvert chez une chauve-souris russe qui est similaire au SARS-CoV-2 est probablement capable d'infecter les humains et, s'il...

Lire l'article

27.09.2022, 16:07

À Shenzhen, manifestation inhabituelle contre un nouveau confinement

Des dizaines de personnes ont manifesté dans un quartier de Shenzhen en Chine contre un nouveau confinement annoncé après la découverte de quelques...

Lire l'article

27.09.2022, 16:08

Le National pour la prolongation d’une partie de la loi Covid-19

Plusieurs dispositions qui ont fait leurs preuves dans la lutte contre le Covid-19 doivent être prolongées jusqu’en juin 2024. Le Conseil national...

Lire l'article

27.09.2022, 16:05

Nette hausse des cas de coronavirus en sept jours

Les cas de coronavirus repartent à la hausse en Suisse. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi 16'826 nouvelles infections...

Lire l'article

27.09.2022, 15:45

Le sérum équin hyperimmun développé en Argentine a réduit la mortalité par COVID de 42%

Lorsque la pandémie a montré son visage le plus cruel en Argentine , un groupe de scientifiques nationaux s'est concentré sur la recherche d'un...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus