Le COVID est-il revenu ? Quatre spécialistes des maladies infectieuses expliquent pourquoi les cas augmentent

En Argentine, la courbe des cas de personnes diagnostiquées positives au SRAS-CoV-2 est de nouveau en hausse depuis la deuxième quinzaine de décembre (REUTERS/Eric Gaillard)

S’il y a quelque chose que le virus SARS-CoV-2 a démontré au monde entier, c’est sa capacité tenace de résilience. D’abord comme un (nouveau) virus respiratoire qui a provoqué une pandémie mondiale qui a paralysé le monde. Et puis par variantes successives il a démontré qu’il sera pérenne dans le temps. Le virus SARS-CoV-2 évolue pour survivre, continue de circuler et maintient sa capacité à muter en lignées et sous-lignées puissantes pouvant provoquer des infections graves.

Il faut ajouter que les changements saisonniers et les rassemblements sociaux ont toujours eu un impact sur la hausse des cas ; entre autres, en raison des caractéristiques de contagion et de propagation du virus : en aérosol. Les déplacements de personnes provoqués par les fêtes et les vacances, reliant des groupes situés sous différentes latitudes, qui ne se réunissent généralement pas, augmentent les cas.

Et ce qui est clairement évident dans cette « renaissance » du COVID-19, c’est qu’il existe encore de nombreuses poches de ceux qui n’ont pas été vaccinés ou qui n’ont pas terminé les programmes de protection . Le déclin de la vaccination est la mère de la croissance des cas de COVID, ici et dans le monde, puisqu’il permet d’échapper à l’immunité générée par les sérums ; et cela renforce indirectement la variante de circulation . À cela s’ajoute l’abandon des mesures de protection et d’assistance sociale.

Variante dominante

À ce scénario s'ajoute l'absence de campagnes de communication publique de la part des portefeuilles de la Santé - au niveau national ainsi que dans chaque juridiction - en Argentine et dans le monde. Et cela se traduit par l’ absence de campagnes fortes et puissantes promouvant la vaccination contre le COVID en fonction de l’âge et des groupes à risque.

Infobae a consulté quatre experts en maladies infectieuses pour explorer les raisons de l'augmentation des cas et les dangers impliqués par le fait qu'un pourcentage énorme de la population n'a pas reçu les doses de COVID recommandées pour maintenir sa protection. "Il existe une faible perception du risque de maladie, ce qui incite les gens à se faire vacciner moins ", conviennent les experts.

Le SRAS-CoV-2 continue de circuler à l’échelle mondiale avec de nouveaux variants qui défient l’immunité. La possibilité d’une détection plus accessible doit être optimisée dans les systèmes de santé. (Getty Images)

Avance COVID

Dans un dialogue avec Infobae , le médecin infectiologue Pablo Bonvehí , chef de la section d'infectologie et contrôle des infections du CEMIC, a évoqué l' augmentation des infections au COVID et a souligné que le virus SRAS-CoV-2 continue de circuler dans le monde, lié au apparition de nouveaux variants capables de mieux échapper à la réponse immunitaire, qu’elle soit générée par les vaccins ou générée par des infections antérieures.

« Nous observons effectivement une augmentation des cas ces dernières semaines, tant en ambulatoire qu'en hospitalisation. En Argentine, dans les unités de surveillance ambulatoire , le virus respiratoire le plus détecté ces dernières semaines est le SRAS-CoV-2 et, dans une bien moindre mesure, le virus respiratoire syncytial (VRS) et la grippe », a déclaré l'expert.

Bonvehí a souligné que l'augmentation de la détection du COVID parmi les patients hospitalisés est due au fait que, dans la majorité des cas présentant des symptômes respiratoires aigus nécessitant une hospitalisation, des prélèvements sont effectués et l'agent pathogène à l'origine de la maladie est identifié . En revanche, "chez les patients qui consultent en ambulatoire, le diagnostic est plus difficile, car les tests de dépistage du COVID ne sont pas effectués dans tous les centres de soins, même si la possibilité de s'autotester est maintenue".

Les événements et les réunions augmentent le risque de transmission du COVID-19 dans un contexte de faible perception du risque (iStock)

La croissance des cas est principalement due à la baisse des taux de vaccination , ce qui réduit la protection du système immunitaire contre le virus et ce risque est amplifié par la circulation de nouvelles variantes de COVID et la plus grande fréquence des rassemblements sociaux : « Le mouvement accru (des personnes) dues aux vacances et aux rassemblements pendant les vacances influencent également l'augmentation des cas, les virus respiratoires se transmettent très facilement de personne à personne », a souligné Bonvehí.

L'importance des vaccins

En Argentine, seulement 2,4 millions de personnes ont reçu le troisième rappel , ce qui signifie moins de 5 % de la population , et moins de 10 % (environ 8,5 millions de personnes) ont reçu le deuxième rappel, selon les données du Monitor. de la Santé de la Nation.

Consulté par Infobae, l'infectiologue Eduardo López, chef du département de médecine de l' hôpital pour enfants Ricardo Gutiérrez et directeur de la carrière de spécialiste en maladies infectieuses pédiatriques à l'Université de Buenos Aires (UBA) a expliqué comment il perçoit la situation épidémiologique actuelle : « Tout d'abord, l'Argentine ne parvient pas à avoir des niveaux de vaccination alignés sur le niveau mondial ; deuxièmement, le pourcentage de personnes qui ont reçu le quatrième rappel avec les vaccins bivalents actuels est très faible et cela implique beaucoup plus de personnes exposées à contracter le COVID, et troisièmement, on observe une légère augmentation des cas de COVID , une augmentation qui pour l'instant est légère, mais c’est enfin une augmentation.

Le spécialiste a déclaré que les pays de l' hémisphère nord qui traversent la phase hivernale enregistrent une augmentation significative de la circulation des infections respiratoires , tant de la grippe que du COVID, c'est pourquoi López a souligné que « nous devons reprendre des mesures que nous semblons oublier : revenir à l'usage du masque dans certains cas et, en revanche, les personnes qui présentent des symptômes prennent des précautions, comme ne pas aller travailler ou être en contact avec d'autres, ce sont deux mesures que l'Europe reprend."

Quant à la raison pour laquelle les gens n'appliquent pas les doses disponibles contre le COVID, López a considéré que « beaucoup de gens ont décidé que le COVID n'existe plus et cela explique pourquoi la perception du risque a diminué . De plus, l'accès à une vaccination facile est limité depuis aujourd'hui. il y a beaucoup moins de points disponibles, et troisièmement, peut-être que les médecins ne recommandent pas systématiquement la vaccination contre le COVID.

Cellules du virus SARS-CoV-2 qui provoque le COVID 19 (pic) au microscope (Illustrative Image Infobae)

Concernant l'absence de campagnes de vaccination, Bonvehí a souligné que « la diffusion de l'importance de maintenir les calendriers à jour a fortement diminué , ce qui a influencé la diminution de la vaccination. Je comprends qu’il n’y a pas de problème d’approvisionnement, puisqu’il y a des doses disponibles, mais contrairement à ce qui s’est passé en 2021, il y a beaucoup moins d’endroits où le vaccin peut être appliqué, mais il y a aussi moins de personnes qui s’y rendent. Il est donc important que chaque personne, dans sa juridiction, sache où elle peut se faire vacciner pour recevoir le rappel contre le COVID.

Coïncidant avec le panorama décrit par López et Bonvehi, le Dr Waldo Belloso, spécialiste en infectologie et pharmacologie clinique et membre de la Société argentine d'infectologie (SADI), a souligné à Infobae que « comme les tests sont rares, il n'y a pas encore suffisamment de données officielles pour savoir si l'augmentation des cas en Argentine est motivée par la nouvelle variante JN.1 et a souligné que la diminution de la perception du risque contre le COVID de la majorité de la population est très claire : la vaccination est en dehors de la consultation de la plupart des malades.

« Chez les patients adultes, un pourcentage énorme de personnes ont reçu leur dernier rappel il y a plus de six mois et certains il y a plus d'un an. Nous recommandons formellement à toutes les personnes présentant un facteur de risque, susceptibles de développer des symptômes plus graves du COVID, d'appliquer une dose de rappel avec les vaccins disponibles, car le temps écoulé depuis la vaccination est important. » a précisé Belloso.

Face à l' absence d'une campagne de vaccination contre le COVID promue tant par le gouvernement national que par les 24 juridictions du pays, Belloso a indiqué que - il faut renforcer les politiques publiques visant à promouvoir la vaccination. C’est sans aucun doute la clé pour éviter de plus grands maux et une plus grande augmentation des infections par le SRAS-CoV-2.

Qui devrait être vacciné

Le virus SARS-CoV-2 poursuit son évolution avec de nouveaux variants comme le JN.1, désormais dominant aux États-Unis (Getty)

Pourquoi les vaccins sont-ils le meilleur outil de santé pour arrêter l'avancée des nouvelles infections au COVID ? L'infectiologue Florencia Cahn , présidente de la Société argentine de vaccinologie et d'épidémiologie (SAVE), a souligné à Infobae un concept qu'elle répète depuis le pire de la pandémie : "L'objectif principal de la vaccination contre le COVID est de réduire les hospitalisations, les formes graves et les décès dus au COVID."

« Les personnes qui courent le plus grand risque de développer des formes graves de l'infection, de souffrir d'hospitalisations et de décès sont les personnes souffrant de maladies à risque telles que les maladies pulmonaires chroniques, les maladies cardiaques chroniques, l'obésité, les immunodéprimés, le diabète et les femmes enceintes. Les personnes âgées sont également plus à risque. Les personnes bénéficiant du programme primaire complet doivent donc recevoir des rappels au moins une fois par an. Et dans le cas des immunodéprimés, tous les six mois. Ensuite, dans chaque cas, il faudra voir la fréquence des renforts », a déclaré le Dr Cahn.

Ce que les experts ont répété tout au long de la pandémie, c'est qu'il est extrêmement important d'appliquer les doses avec la fréquence recommandée car les anticorps générés par le vaccin diminuent avec le temps et le type de variante du SRAS-CoV-2 qui circule change également.

Cahn était d'accord avec le reste des spécialistes des maladies infectieuses : « il y a une faible perception du risque de maladie, ce qui incite les gens à se faire vacciner moins. C’est un problème que nous observons depuis longtemps. Chez SAVE, nous insistons sur le fait que l'indication est que toute personne de plus de 18 ans bénéficie d'un rappel annuel et que les personnes immunodéprimées, les personnes âgées et les personnes enceintes reçoivent un rappel tous les six mois, en termes très généraux et, en plus, chaque personne doit consulter son professionnel principal.

Le vaccin bivalent est disponible pour les plus de 18 ans avec trois doses

Le Ministère de la Santé de la Nation indique que toutes les personnes à partir de 6 mois ont un schéma primaire et au moins un renforcement appliqué au cours des 6 derniers mois et continuent avec la périodicité selon la classification en trois groupes selon le risque de développer une forme grave. Symptômes du covid:

- Risque élevé de COVID-19 sévère : personnes de plus de 50 ans, femmes enceintes et patients immunodéprimés de plus de 6 mois. Ils doivent recevoir une dose de rappel six (6) mois après la dernière dose administrée puis continuer à la même fréquence (tous les 6 mois) .

- Risque intermédiaire de COVID-19 sévère ou forte exposition professionnelle au SRAS-CoV-2 : personnes de moins de 50 ans présentant des comorbidités non immunosuppressives (maladies chroniques, telles que l'obésité et le diabète), personnel de santé et personnel stratégique. Ils doivent recevoir une dose de rappel 6 mois après la dernière dose puis poursuivre avec une injection annuelle .

- Faible risque de COVID-19 : les personnes âgées de 6 mois à 49 ans inclus, sans comorbidités, doivent recevoir une dose de rappel 12 mois après la dernière dose appliquée puis la poursuivre annuellement .

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

22.04.2024, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

22.04.2024, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus