« Le Covid-19 continuera d'accompagner l'humanité » : un expert colombien en épidémiologie répond aux rumeurs d'un nouveau pic d'infections dans le monde

PHOTO DE DOSSIER : Le mot « COVID-19 » se reflète dans une goutte provenant d'une aiguille de seringue. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/Photo d'archives

Début septembre 2023, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté le monde sur une augmentation constante des cas de Covid-19 à l’approche de la saison hivernale dans l’hémisphère nord. Selon le directeur général de l'organisation, Tedros Adhanom, les décès augmentent dans certaines régions du Moyen-Orient et d'Asie, tout comme les admissions dans les unités de soins intensifs en Europe et les hospitalisations dans plusieurs régions.

Face à ce nouveau scénario, Juan Manuel Cordovez, professeur agrégé du Département de Génie Biomédical et vice-doyen de Recherche et Innovation de la Faculté d'Ingénierie de l'Université de los Andes, a accordé une interview à Infobae Colombie, sur la nouvelle augmentation du nombre d’infections dans le monde. Le message central : pas de panique. Le Covid-19 est endémique et ne mène nulle part. Des épidémies continueront de se produire.

Juan Manuel Cordovez, professeur agrégé du Département de génie biomédical et vice-doyen de la recherche et de l'innovation de la Faculté d'ingénierie de l'Universidad de los Andes

- Infobae : Peut-on parler d'un nouveau pic d'infections dans le monde ?

- Juan Manuel Cordovez : Non. À l'heure actuelle, les pays et les régions sont très désynchronisés et cela tient aux stratégies de vaccination qu'ils ont utilisées, ainsi qu'aux stratégies qu'ils ont utilisées pour prévenir la contagion dans leurs populations respectives. En ce sens, parler d’un pic mondial serait une erreur. Ce que je pense qu'il est correct de dire, c'est qu'il y a un nombre notable de pays qui voient le nombre de cas réapparaître, mais ne configurant pas un pic comme ceux que nous avons vus au début de la pandémie, mais plutôt une situation qui est déjà endémique.

- Est-il alors exact de dire que nous ne revenons pas au scénario de 2020 ?

- C'est exact. Ce n’est pas correct de le dire. Beaucoup de chemin a été parcouru. Il y a beaucoup de personnes vaccinées, il y a continuellement de nouvelles personnes infectées et oui, nous constatons une augmentation de cette contagion de base, mais je le répète, les pics ne se forment pas comme ceux que nous avions à cette époque. Il ne faut pas ignorer les dernières alertes de l’Organisation mondiale de la santé, mais il n’y a aucune raison de s’alarmer d’une nouvelle pandémie.

Le Covid-19 sera désormais parmi nous et c’est un virus qui continuera à accompagner l’humanité. REUTERS/Brendan McDermid/photo d'archives

- Ce que nous observons au Moyen-Orient, en Asie et en Europe est-il le comportement typique d'un virus comme le covid-19 ? Y aura-t-il désormais des retards à cause du virus qui a frappé la terre en 2020 ?

- Oui. Le Covid-19 sera désormais parmi nous et c’est un virus qui continuera à accompagner l’humanité. Cela se produira dans des variantes qui continueront à circuler parmi la population parce que les gens perdent simplement leur immunité et que les vaccins perdent leur validité, et l'émergence de nouvelles variantes fait que les personnes vaccinées perdent leur immunité et deviennent infectées. Nous allons continuer à voir ces pics et cela continuera à circuler.

-Vous venez de nous expliquer que le covid-19 est là pour rester, mais peut-on aujourd'hui parler d'un virus moins mortel ? Ou cette variante ne change-t-elle pas ?

- Oui, c'est moins mortel. Mais pas parce que le virus ne change pas mais parce que la variante actuelle et l’état de vaccination et d’immunité de la société le rendent moins mortel.

-L'Organisation mondiale de la santé a également indiqué que, bien qu'il n'y ait pas de variante prédominante à l'échelle mondiale, deux sous-variantes deviennent prédominantes, dont l'une Ómicron 5, toutes deux en augmentation. Dans quelle mesure devrions-nous nous inquiéter de ces deux souches ?

- Je crois que nous, Colombiens, n'avons pas à nous soucier particulièrement de ces sous-variantes. De nombreuses immunités croisées ont été démontrées entre les vaccins que nous avons reçus et les variantes apparues après le premier Ómicron. Dans cet ordre d’idées, il ne faut pas s’inquiéter, au-delà des personnes qui n’ont soudainement pas terminé leur calendrier de vaccination. Mais du point de vue de la santé publique, ce n’est pas vraiment un problème inquiétant. Nous sommes assez protégés.

- Une question que de nombreuses personnes se sont posées en 2020, en pleine panique, était de savoir si le monde pouvait empêcher une pandémie comme celle de Covid-19. Plus de trois ans et demi plus tard, une autre pandémie est-elle évitable ?

- Ce qui s'est passé avec le covid-19 est quelque chose que nous appelons dans la littérature épidémiologique le débordement , c'est-à-dire le moment où un virus passe de l'environnement naturel au règne humain et il est très difficile d'empêcher ce phénomène. Imaginez empêcher les humains d’entrer en contact avec des espèces domestiques ou sauvages, surtout si l’on analyse la manière dont les humains mènent leur vie dans différents coins de la planète.

Cependant, il existe des initiatives telles qu'un projet financé par le ministère de la Science, qui concerne la recherche de vaccins pour les animaux d'élevage susceptibles de transmettre des virus à l'homme. Je pense que ce type d’initiatives va devenir de plus en plus courant, en particulier dans des pays aussi divers que la Colombie. Mais s’ils ont déjà fait un bond, il existe déjà une autre série de stratégies que la pandémie nous a laissées.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 12:00

La Thaïlande lève son veto sur un film inspiré de Shakespeare près de 12 ans plus tard

Bangkok, 21 février (EFE).- Un tribunal thaïlandais a levé le veto d'un film inspiré de William Shakespeare dont l'exposition dans le pays était interdite...

Lire l'article

20.02.2024, 06:00

Congrès : Ils proposent une nomination exceptionnelle au personnel de santé régulier du CAS qui avait été embauché avant la pandémie

Le député Juan Carlos Mori , hors groupe, a présenté un projet de loi qui propose la nomination exceptionnelle du personnel de santé au niveau national,...

Lire l'article

17.02.2024, 10:00

Quelle est la probabilité que des milliers de bureaux vides déclenchent une crise financière ?

Dans le centre de Manhattan , les difficultés liées à l'immobilier commercial sont omniprésentes. Du côté ouest, près de Carnegie Hall, se trouve...

Lire l'article

16.02.2024, 18:00

« Petro a raison » : un scientifique explique l'hypothèse de la relation entre le changement climatique, les chauves-souris et le covid-19

Bien que le président Gustavo Petro ait déclaré que « une certaine presse trouve cela scandaleux », le message de l'hypothèse sur l'influence du...

Lire l'article

16.02.2024, 08:00

Les victimes des maisons de retraite s'expriment après les aveux d'Ayuso : « Ils ont tué mon père de manière indigne »

« De nombreuses personnes âgées sont également décédées lorsqu’elles ont été hospitalisées. "Ils n'allaient pas être sauvés." Avec ces mots,...

Lire l'article

15.02.2024, 20:00

C'est l'étude que Gustavo Petro a citée pour affirmer que le changement climatique et les chauves-souris sont responsables du covid-19.

Le président de la République, Gustavo Petro, a prononcé un discours le mardi 13 février 2024, lors de l'inauguration d'une centrale de panneaux solaires...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus