Le coût de la vaccination s'élève à 1 519 euros par personne et par an en Espagne, mais il reste très rentable : de 6 à 282 euros, c'est le prix de tous

Un homme est vacciné contre la grippe et le Covid dans un centre de santé de Séville. (Rocío Ruz/Europa Press)

Cette augmentation s'explique par le fait que chaque année, le schéma vaccinal commun à vie élargit soit les pathologies contre lesquelles se protéger, soit les indications des vaccins existants, mais qui sont actualisés et recommandés à davantage de groupes de population.

Par exemple, la semaine dernière, la Commission de santé publique a approuvé l'ajout de la vaccination contre le rotavirus - qui provoque une gastro-entérite aiguë chez l'enfant et est la principale cause d'hospitalisation pour diarrhée aiguë en Espagne - mais avec un horizon fixé à 2025.

Rien qu’en 2023, quatre nouveaux tests ont été ajoutés par rapport à l’année précédente : le test universel du virus du papillome humain (VPH) pour les garçons de 12 ans ; celle de la grippe chez les enfants de 5 à 59 mois, celle du zona à partir de 65 ans, et celle de la méningococcie due au sérogroupe B chez l'enfant. Ces deux derniers sont ceux qui ont le plus contribué à l’augmentation du coût en 2023.

565 millions pour 15 maladies

Ainsi, ce calendrier - qui n'inclut pas le Covid-19 - comprend actuellement 15 maladies : poliomyélite, diphtérie, tétanos, coqueluche, haemophilus influenzae b ; rougeole, rubéole, oreillons ; hépatite B; méningococcie; varicelle; VPH ; maladie pneumococcique; zona et grippe.

En parallèle, il en existe un autre pour les groupes à risque et des programmes pour d'autres situations spécifiques, et qui a également été analysé dans l'étude « Actualisation du coût de la vaccination tout au long de la vie en Espagne pour l'année 2023 » préparée par des chercheurs du ministère de la Santé et du Institut de Santé Carlos III .

Pour mesurer la valeur de la vaccination, le fardeau de la morbidité et de la mortalité évitées et d'autres facteurs tels que les inégalités sociales, l'absentéisme scolaire évité, le recours aux soins de santé ou l'invalidité de longue durée sont pris en compte.

Dans ces conditions, et calculées avec une couverture de 100 %, la dépense estimée pour vacciner l'ensemble de la population cible en un an est d'environ 565 millions d'euros (plus 500 millions supplémentaires pour la vaccination des personnes nées en 2023), ce qui représente 23 % de la santé. dépenses de prévention et de services de santé publique, mais seulement 0,5 % des dépenses totales de santé.

Alors que les démarches liées aux maladies évitables par la vaccination, comme une admission pour méningite bactérienne ou grippe, coûtent en 2019 en moyenne respectivement 9 711 ou 3 276 euros.

« Par conséquent, malgré l’augmentation substantielle des dépenses qu’ont entraîné les modifications introduites dans le calendrier de vaccination, cela représente une part minime des dépenses totales de santé », soulignent les auteurs.

Avec l'universalisation du vaccin contre le VPH, la seule différence désormais entre les femmes et les hommes est la vaccination recommandée pendant la grossesse (dTpa -diphtérie, tétanos et coqueluche- et grippe).

Ainsi, le coût estimé de la vaccination d'une personne en bonne santé était de 1 519 euros, soit 125 % de plus qu'avant la pandémie , où la moyenne était de 675 euros ; Chez les femmes, la valeur atteint 1 541,56 euros (230 euros provenant de son administration) et, chez les hommes, 1 498,18 euros (216 euros pour le porter).

Par âge, le coût moyen jusqu'à 14 ans est de 839 euros, et de 15 à 83 ans, de 596,5.

Les affections à risque les plus coûteuses sont l'asplénie, le déficit en complément et les déficits immunitaires primaires (respectivement 3 159,8 euros et 2 566 euros).

Affiche de vaccination dans un centre de santé de Madrid. (Jesús Hellín/Europa Press)

Combien coûte chaque vaccin ?

Tous les vaccins ou receveurs n’ont pas le même impact sur ce coût. L'étude inclut le prix HT de chaque médicament, dont près de 15 % correspondent aux frais d'administration moyens (qui avoisinent les 6 euros, sauf pour la grippe chez l'adulte, qui s'élève à 108).

  • Hexavalent (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, Haemophilus influenzae type b et hépatite B) : administré à 2, 4 et 11 mois, il coûte 29,95 euros par injection.
  • Diphtérie-tétanos-coqueluche/polio (dTpa/VPI), administré à 6 ans aux enfants déjà vaccinés à 2, 4 et 11 mois, coûte 22,29 euros.
  • Pneumocoque conjugué (VNC13) : les trois piqûres administrées aux bébés de 2, 4 et 6 mois valent chacune 42,85 euros. Pour les personnes de plus de 65 ans, le vaccin contre la pneumococcie (VN) coûte 15,45 euros.
  • Méningococcie : sérogroupe B (MenB), les enfants âgés de 2, 4 et 12 mois doivent être vaccinés, au prix de 68 euros/dose. Le sérogroupe C (MenC), que reçoivent les nourrissons de 2 et 4 mois, coûte 17 euros/dose. Le vaccin antiméningococcique ACWY s'administre à 12 ans en une seule injection pour 32,3 euros.
  • Rougeole, rubéole et oreillons (ROR, TV) : le prix de la dose administrée après 12 mois est de 10,48 euros ; A 12 ans, et avec celui de la varicelle (VZV), il s'élève à 36,7.
  • Varicelle (VVZ) : à 15 mois, d'une valeur de 24,99 euros.
  • HPV : les deux doses administrées à 12 ans coûtent 90 euros.
  • Le dTpa pour les femmes enceintes coûte 17,79 euros.
  • La coqueluche (Td) à 14 ans et plus de 65 ans a une valeur de 5,59 euros.
  • Herpès Zoster (HZ) : pour les personnes de plus de 65 ans le prix est de 260 euros.
  • Grippe : dans la population adulte, elle s'élève à 280 euros. Celui des patients pédiatriques est réduit à 70,39 euros et celui des femmes enceintes est réduit à 11,31 euros.

(Informations préparées par EFE)

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

21.02.2024, 12:00

La Thaïlande lève son veto sur un film inspiré de Shakespeare près de 12 ans plus tard

Bangkok, 21 février (EFE).- Un tribunal thaïlandais a levé le veto d'un film inspiré de William Shakespeare dont l'exposition dans le pays était interdite...

Lire l'article

20.02.2024, 06:00

Congrès : Ils proposent une nomination exceptionnelle au personnel de santé régulier du CAS qui avait été embauché avant la pandémie

Le député Juan Carlos Mori , hors groupe, a présenté un projet de loi qui propose la nomination exceptionnelle du personnel de santé au niveau national,...

Lire l'article

17.02.2024, 10:00

Quelle est la probabilité que des milliers de bureaux vides déclenchent une crise financière ?

Dans le centre de Manhattan , les difficultés liées à l'immobilier commercial sont omniprésentes. Du côté ouest, près de Carnegie Hall, se trouve...

Lire l'article

16.02.2024, 18:00

« Petro a raison » : un scientifique explique l'hypothèse de la relation entre le changement climatique, les chauves-souris et le covid-19

Bien que le président Gustavo Petro ait déclaré que « une certaine presse trouve cela scandaleux », le message de l'hypothèse sur l'influence du...

Lire l'article

16.02.2024, 08:00

Les victimes des maisons de retraite s'expriment après les aveux d'Ayuso : « Ils ont tué mon père de manière indigne »

« De nombreuses personnes âgées sont également décédées lorsqu’elles ont été hospitalisées. "Ils n'allaient pas être sauvés." Avec ces mots,...

Lire l'article

15.02.2024, 20:00

C'est l'étude que Gustavo Petro a citée pour affirmer que le changement climatique et les chauves-souris sont responsables du covid-19.

Le président de la République, Gustavo Petro, a prononcé un discours le mardi 13 février 2024, lors de l'inauguration d'une centrale de panneaux solaires...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus