La Cour suprême rejette que l'État doive indemniser les entrepreneurs pour la pandémie

Façade de la Cour Suprême, le 7 juillet 2023, à Madrid (Espagne). (Eduardo Parra - Europa Press

La Cour suprême a exclu que l’État doive indemniser les entrepreneurs et les travailleurs indépendants pour les dommages causés par les états d’alerte pendant la pandémie. Ainsi, il rejette le premier recours qui exigeait la responsabilité financière de l'État pour les dommages dans l'industrie hôtelière dus à la réglementation pendant le covid-19.

La Chambre du contentieux administratif de la Cour suprême s'est prononcée sur l' appel de l'hôtel Alhambra Palace , qui réclamait 417 000 euros d'indemnisation pour la fermeture du 14 mars au 1er juin 2020.

Comme l'expliquent des sources juridiques à EFE, cette décision donnera le ton à suivre pour les presque mille affaires équivalentes qui se trouvent devant la Cour suprême , auxquelles il faut ajouter plusieurs milliers d'autres, qui sont en cours de traitement par le gouvernement.

La pandémie comme « force majeure »

La clé du problème tournait autour de l'article 3.2 de la Loi Organique des états d'alerte , qui dit que "ceux qui subissent des dommages ou des pertes dus à des faits qui ne leur sont pas imputables auront droit à une indemnisation", à condition qu'il y ait Il n'y avait pas de jurisprudence à l'époque.

La Cour suprême devait décider si elle était automatiquement applicable, comme le prétendait l'entreprise, ou si une série d'exigences établies par le droit commun devaient être remplies , y compris l'absence de force majeure , ce qui était la position du parquet.

A cet égard, la Chambre explique que « cette disposition ne déduit en aucune manière un régime de responsabilité différent du régime général établi, mais, au contraire, elle fait précisément référence au régime général de responsabilité ».

Et dans ce cas, il ressort que « la pandémie répond à la définition d’une circonstance de force majeure » parce qu’« elle constituait un événement inhabituel et inattendu » au moment où elle est survenue et en raison de la manière dont elle s’est propagée sur toute la planète.

De même, il explique que bien que les états d'alerte aient été déclarés inconstitutionnels , le tribunal des garanties a lui-même affirmé que cette inconstitutionnalité n'était pas en soi une base pour établir des actions en responsabilité patrimoniale .

Les dégâts ne sont pas illégaux

La Cour suprême affirme que la Cour constitutionnelle a déjà précisé que les dommages subis par les états d'alerte ne sont pas illégaux . "Les mesures adoptées étaient nécessaires, appropriées et proportionnées à la gravité de la situation et jouissaient d'un degré de généralité suffisant à l'égard de leurs bénéficiaires", juge-t-il, de sorte qu'"elles avaient l'obligation légale de les supporter sans générer aucun droit à indemnisation". pour les éventuels dommages subis.

« La société dans son ensemble a dû supporter les décisions prises par les pouvoirs publics pour préserver la santé et la vie des citoyens », rappelle la Cour suprême. Dans ce cas, précisez, les moyens de réparation ou de réduction des dommages doivent provenir d'aides publiques .

La Cour suprême répond également aux allégations de l'hôtel Granada , qui dans son appel a soutenu que le "mépris" et "l'ignorance" des recommandations de l'OMS, le manque de prévoyance et le retard dans l'adoption des mesures du gouvernement justifiaient l'indemnisation.

À cet égard, le jugement exclut cette éventuelle responsabilité en ne faisant pas « un effort minimal de preuve qui permettrait de conclure que les retards et le non-respect administratifs ont causé les dommages allégués ».

(Avec informations de l'EFE)

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

22.04.2024, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

22.04.2024, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus