La Cour suprême refuse d'indemniser une maison close pour sa fermeture pendant la pandémie

infobae

Ce jeudi, la Cour suprême a rejeté un recours déposé par un établissement de prostitution qui réclamait à l'État une indemnisation de 72 188 euros pour les dommages et pertes économiques subis lors de la fermeture de l'établissement pour cause de Covid-19.

La Cinquième Section de la Chambre Contentieuse-Administrative, en charge du dossier, conclut que les mesures adoptées par le Gouvernement pendant la pandémie étaient « nécessaires, appropriées et proportionnées à la gravité de la situation » et rejette donc la responsabilité patrimoniale de l'État. .

Dans un communiqué, la Cour suprême réitère qu'elle a offert dans cette affaire « la même réponse qu'elle a déjà donnée dans une cinquantaine de condamnations à différentes entreprises, principalement du secteur de l'hôtellerie, qui exigeaient que soit déclarée la responsabilité patrimoniale de l'État pour les dommages qu'elles ont subis avec les mesures adoptées pendant l’état d’alarme. Tous ont été condamnés à payer 4 000 euros plus TVA pour les frais de justice, peine qui s'est également abattue sur la maison close.

Le jugement, présenté par le juge Carlos Lesmes, déclare que la pandémie "impliquait non seulement un risque élevé pour la santé humaine, dû au taux élevé de propagation, mais aussi un risque d'effondrement des services de santé, comme cela s'est effectivement produit, le tout associé à une augmentation de mortalité et la morbidité. Il soutient que le maintien de l'intégrité physique et le droit à la protection de la santé publique ont pris le pas pendant ces mois et ont donné une couverture constitutionnelle aux « restrictions à l'exercice de certaines activités économiques ».

De même, il ajoute qu'aucun des arrêtés royaux (RRDD) relatifs à l'état d'alarme n'a reconnu les droits économiques en raison des limitations et restrictions pendant la pandémie, de sorte qu'il n'y aurait aucune base pour le droit à indemnisation.

Les magistrats se réfèrent aux arrêts de la Cour suprême qui ont déclaré l'inconstitutionnalité partielle des décrets royaux, qui ne reconnaissent pas non plus les droits de propriété en faveur des entreprises. Ces arrêts de la Cour Constitutionnelle "excluent expressément toute responsabilité en déclarant que l'inconstitutionnalité n'affecte pas les obligations imposées aux citoyens en général dans ces RRDD".

Dans un communiqué, le Conseil général du pouvoir judiciaire conclut que jeudi, la Cour suprême "doit encore trancher environ un millier de réclamations sur cette question". Il précise cependant qu'une centaine d'entreprises ont déjà retiré leurs recours après le premier arrêt de la Chambre, rendu au mois d'octobre, dans lequel elle a établi les critères pour les résoudre.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 14:00

Le meneur du « cas Koldo » est libéré après avoir déclaré avoir agi en faveur des « Espagnols »

Cueto n'avait pas été arrêté lors de l'opération Delorme de l'Unité Centrale Opérationnelle (UCO) de la Garde Civile, étant donné qu'il se trouvait...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

Le parquet dénonce un détournement présumé de 10 millions aux îles Canaries avec du matériel covid

Le parquet a déposé une plainte dans laquelle il accuse de détournement de fonds, de blanchiment d'argent et de fraude contre le Trésor quatre hommes...

Lire l'article

27.02.2024, 14:00

Vivre à proximité des bars et des restaurants augmente le risque d'insuffisance cardiaque

Science Editorial, 27 février (EFE).- Vivre à proximité de pubs, de bars et de fast-foods augmente le risque de souffrir d'insuffisance cardiaque, selon...

Lire l'article

27.02.2024, 08:00

Une faveur à « l'ancien patron », un voyage au Mexique et des recommandations suspectes : l'empreinte d'Ábalos dans le « cas Koldo » rapproche sa mort politique

Pour le moment, l'actuel député du Congrès - il a seulement démissionné de son poste de président de la Commission de l'Intérieur - ne figure ni...

Lire l'article

27.02.2024, 08:00

Le « Covid persistant » du gouvernement : mesures annulées, coût politique et grande affaire de corruption

Peu de temps après, Luis Medina et Alberto Luceño font la une des journaux. Tous deux étaient les commissionnaires qui auraient fraudé la mairie de...

Lire l'article

27.02.2024, 06:00

Ricardo Casares a subi une crise cardiaque deux semaines après sa deuxième infection au COVID-19 ; C'était son état délicat

Dans une nouvelle situation alarmante pour l'industrie du divertissement, dans la matinée de ce lundi 26 février, l'animateur Ricardo Casares a subi...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus