Comment la réouverture des frontières chinoises va perturber l'économie mondiale

Rue piétonne de Nanjing, l'une des principales artères commerciales de Shanghai (REUTERS)

Pendant la majeure partie des trois dernières années - 1 016 jours pour être exact - la Chine a été coupée du monde. La plupart des étudiants étrangers ont quitté le pays au début de la pandémie. Les touristes ont cessé de visiter le pays. Les scientifiques chinois ont cessé d'assister à des conférences étrangères. Les cadres expatriés n'ont pas été autorisés à retourner dans leurs entreprises en Chine. Ainsi, lorsque le pays ouvrira ses frontières le 8 janvier, abandonnant les derniers vestiges de sa politique « zéro contagion », la reprise des contacts commerciaux, intellectuels et culturels aura des conséquences énormes, pour la plupart bénignes.

Avant, cependant, il y aura l' horreur. En Chine, le virus fait rage. Des dizaines de millions de personnes sont infectées chaque jour. Les hôpitaux sont débordés. Bien que la politique zéro covid ait sauvé de nombreuses vies lors de son introduction (au détriment des libertés individuelles), le gouvernement ne s'est pas suffisamment préparé à son assouplissement en stockant des médicaments, en vaccinant davantage de personnes âgées et en adoptant des protocoles robustes pour décider quels patients traiter et où. . Nos modèles suggèrent que si le virus se propage sans contrôle, quelque 1,5 million de Chinois mourront dans les mois à venir.

Des dizaines de millions de personnes sont infectées chaque jour. Les hôpitaux sont débordés. Bien que la politique zéro covid ait sauvé de nombreuses vies lors de son introduction (au détriment des libertés individuelles), le gouvernement ne s'est pas suffisamment préparé à son assouplissement. (PA)

Il n'y a pas grand-chose que les étrangers peuvent faire pour aider. De peur de paraître faible, le gouvernement chinois rejette même les offres de vaccins gratuits et efficaces en provenance d'Europe. Mais le reste du monde peut se préparer aux effets économiques du grand revirement du Parti communiste. Ils ne seront pas faciles. L'économie chinoise pourrait se contracter au premier trimestre, surtout si les autorités locales font marche arrière et verrouillent les villes pour réduire les cas. Mais à terme, l'activité économique reprendra fortement, ainsi que la demande chinoise de biens, de services et de matières premières. L'impact se fera sentir sur les plages de Thaïlande, par des entreprises comme Apple et Tesla, et par les banques centrales du monde. La réouverture de la Chine sera le plus grand événement économique de 2023 .

Au fur et à mesure que l'année avance et que le pire de la vague de choléra passe, de nombreux malades retourneront au travail. Les acheteurs et les voyageurs dépenseront plus librement. Certains économistes estiment que le PIB des trois premiers mois de 2024 pourrait être supérieur d'un dixième à celui du premier trimestre turbulent de 2023. Un rebond aussi net dans une économie aussi énorme signifie que la Chine pourrait à elle seule tirer une grande partie de la croissance mondiale pendant cette période. .

Le parti s'y engage. Il s'attend à être jugé non pas sur la tragédie que son incompétence aggrave, mais sur la reprise économique qui suivra. Dans le discours de fin d'année de Xi Jinping, le chef du parti a remercié les travailleurs touchés par la pandémie pour s'être courageusement tenus à leur poste, et tout en reconnaissant les "difficiles défis" à venir, a juré que "la lumière de l'Espoir est juste devant nous". Il semblait désireux de regarder au-delà de la pandémie, soulignant les perspectives d'une reprise économique rapide en 2023 et offrant des raisons d'être fier de vivre dans une Chine en plein essor sous le régime du parti.

Certains économistes estiment que le PIB des trois premiers mois de 2024 pourrait être supérieur d'un dixième à celui du premier trimestre turbulent de 2023. Un rebond aussi net dans une économie aussi énorme signifie que la Chine pourrait à elle seule tirer une grande partie de la croissance mondiale pendant cette période. . (EFE)

La fin du verrouillage auto-imposé par la Chine sera une bonne nouvelle pour les endroits qui ont compté sur les dépenses chinoises. Les hôtels de Phuket et les centres commerciaux de Hong Kong ont souffert car les Chinois sont restés chez eux. Désormais, les voyageurs affluent vers les sites de voyage. Les réservations sur Trip.com ont augmenté de 250 % le 27 décembre par rapport à la veille. Les économistes prévoient une augmentation du PIB de Hong Kong pouvant atteindre 8 %. Les exportateurs des matières premières consommées par la Chine en bénéficieront également. Le pays achète un cinquième du pétrole mondial, plus de la moitié du cuivre, du nickel et du zinc raffinés et plus des trois cinquièmes du minerai de fer.

Ailleurs, cependant, la reprise de la Chine aura des effets secondaires douloureux. Dans une grande partie du monde, cela pourrait se manifester non pas par une croissance plus élevée, mais par une inflation ou des taux d'intérêt plus élevés. Les banques centrales augmentent déjà leurs taux avec frénésie pour lutter contre l'inflation. Si la réouverture de la Chine augmente la pression sur les prix à un degré inconfortable, ils devront maintenir une politique monétaire plus stricte plus longtemps. Les pays qui importent des matières premières, dont une grande partie de l'Occident, sont les plus exposés à ces chocs.

Prenons l'exemple du marché pétrolier. La hausse de la demande chinoise devrait plus que compenser le ralentissement de la consommation en Europe et aux États-Unis. Selon la banque Goldman Sachs, une reprise rapide en Chine pourrait contribuer à faire grimper le prix du Brent à 100 dollars le baril, en hausse d'un quart par rapport aux prix actuels (bien qu'encore en deçà des sommets atteints après l'invasion de l'Ukraine par la Russie). La hausse des coûts de l'énergie sera un autre obstacle à la maîtrise de l'inflation.

Les banques centrales augmentent déjà leurs taux avec frénésie pour lutter contre l'inflation. Si la réouverture de la Chine augmente la pression sur les prix à un degré inconfortable, elle devra maintenir une politique monétaire plus restrictive. (EFE)

Pour l'Europe, la réouverture de la Chine est une autre raison de ne pas être confiant dans les approvisionnements en gaz en fin d'année. En supprimant la demande chinoise de gaz, le coût de remplissage des réservoirs de stockage européens en 2022 a été inférieur à ce qu'il aurait été autrement. Une forte reprise en Chine signifiera plus de concurrence pour les importations de GNL. En décembre, l'Agence internationale de l'énergie a mis en garde contre un scénario dans lequel l'hiver commencerait rapidement en 2023 et la Russie couperait complètement le gaz acheminé vers l'Europe. Cela pourrait entraîner des pénuries allant jusqu'à 7 % de la consommation annuelle du continent, l'obligeant à introduire le rationnement.

Pour la Chine elle-même, la normalité après la pandémie ne sera pas un retour au statu quo précédent. Après avoir vu le gouvernement mettre en œuvre de manière draconienne la politique zéro covid puis l'abandonner sans préparation adéquate, de nombreuses sociétés d'investissement considèrent désormais la Chine comme un pari plus risqué. Les entreprises étrangères sont moins convaincues que leurs opérations ne seront pas perturbées. Beaucoup sont prêts à payer des coûts plus élevés pour fabriquer ailleurs. Les investissements entrants dans de nouvelles usines semblent ralentir, tandis que le nombre d'entreprises qui quittent la Chine a monté en flèche, selon certains rapports.

normal n'est pas normal

Alors que les responsables chinois se démènent pour faire amende honorable, ils devraient se souvenir d'un peu d'histoire. La précédente grande réouverture de la Chine, après l'isolement abrutissant des années Mao, a conduit à une explosion de prospérité alors que les biens, les personnes, les investissements et les idées traversaient ses frontières dans les deux sens. La Chine et le monde ont tous deux bénéficié de ces flux, ce que les politiciens de Pékin et de Washington reconnaissent rarement. Espérons que la réouverture actuelle de la Chine finira par être couronnée de succès. Mais une partie de l'atmosphère paranoïaque et xénophobe que le parti a alimentée pendant les années de pandémie persistera sûrement. Il reste à voir à quel point la nouvelle Chine sera ouverte.

© 2022, The Economist Newspaper Limited. Tous les droits sont réservés.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 16:00

Combien gagne Ábalos à son poste : près de 7 000 euros par mois

Le « cas Koldo » a mis sous les projecteurs José Luis Ábalos , actuel député et ancien ministre des Travaux publics, après que Koldo García , l'un...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

La chronologie des contrats 'cas Koldo' : 53 millions d'auto-stop tandis que des milliers de personnes sont mortes du covid en Espagne

La société Soluciones de Gestión y Apoyo SL , sur laquelle pivote le complot, était au nom de l'homme d'affaires basque Íñigo Rotaeche, bien qu'elle...

Lire l'article

23.02.2024, 08:00

Est-ce que Vadhir chante ? Le fils d'Eugenio Derbez est arrêté après avoir annulé un concert à Querétaro en raison d'une infection au COVID-19

Vadhir Derbez a déclenché la polémique sur les réseaux sociaux après avoir annulé un concert prévu vendredi 23 février prochain à Querétaro ,...

Lire l'article

23.02.2024, 06:00

L’infection au COVID peut persister pendant au moins 60 jours chez une personne touchée sur 200, selon Oxford

Il y avait des problèmes sous-jacents importants : les infections persistantes à coronavirus peuvent agir comme des réservoirs viraux qui pourraient...

Lire l'article

22.02.2024, 08:00

Nouveau pic de maladies respiratoires à Bogota : ce sont les mesures prises par le ministère de la Santé

Face à la récente augmentation des infections respiratoires aiguës (IRA) à Bogotá, le ministère de la Santé a décidé d'adopter une série de nouvelles...

Lire l'article

22.02.2024, 08:00

L'ancien gouverneur de San Andrés Everth Hawkins a été disqualifié pendant 13 ans pour avoir payé des services gratuits

Le Bureau du Procureur général a disqualifié l'ancien gouverneur de San Andrés, Providencia et Santa Catalina Everth Julio Hawkins pour préjudice...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus