Comment les infections à COVID-19 augmentent le risque de problèmes cérébraux à long terme

Ils ne sont pas seulement imputables à de nouvelles variantes ou sous-variantes de l'agent pathogène, comme c'est actuellement le cas avec Omicron et sa famille la plus contagieuse telles que BA.2, BA.4 et BA.5, mais aussi aux conséquences à long terme du virus d'origine dans l'organisme qui semble favoriser davantage les accidents vasculaires cérébraux, les convulsions, les oublis, le brouillard cérébral et les troubles du mouvement, des conditions de santé qui font partie des problèmes qui se développent au cours de la première année après l'infection.

"Si vous avez eu le COVID-19, il est possible que le virus joue encore avec votre cerveau", indiquent les experts en charge de la dernière étude scientifique menée par des chercheurs de la Washington University School of Medicine à St. Louis et de la système St. Louis Veterans Affairs medical care unit, qui s'ajoute à une longue liste de recherches sur les problèmes de santé mentale des personnes infectées et ajoute que « le cerveau post-COVID est associé à des troubles du mouvement, des tremblements et des contractions musculaires involontaires aux crises d'épilepsie , des difficultés d'équilibre et de coordination, des anomalies auditives et visuelles, ainsi que d'autres symptômes similaires à ceux rencontrés avec la maladie de Parkinson ou d'Alzheimer.

Tout indique des problèmes et des lésions cérébrales dus au soi-disant COVID long ou permanent.

« Notre étude fournit une évaluation complète des conséquences neurologiques à long terme du COVID-19 », a déclaré le Dr Ziyad Al-Aly, MD, épidémiologiste clinique à l'Université de Washington et auteur principal de la recherche publiée le 22 septembre dans Nature Revue de médecine . « Des études antérieures ont examiné un plus petit ensemble de résultats neurologiques, principalement chez des patients hospitalisés. Nous avons évalué 44 troubles cérébraux et autres troubles neurologiques chez des patients ambulatoires et hospitalisés, y compris ceux admis en unité de soins intensifs. Les résultats montrent les effets dévastateurs à long terme du COVID-19. Ceux-ci font partie intégrante du COVID prolongé. Le virus n'est pas toujours aussi bénin que certains le croient », a expliqué Al-Aly, qui n'a pas hésité à affirmer que le COVID-19 a contribué à plus de 40 millions de nouveaux cas de troubles neurologiques dans le monde depuis son apparition.

"Le COVID long, le COVID prolongé, le syndrome post-COVID ou les séquelles post-COVID sont appelés un ensemble de signes et de symptômes qui surviennent et se développent pendant ou après l'infection au COVID-19, qui persistent pendant plus de 12 semaines et ne sont pas expliqués par un autre diagnostic . Et concernant les problèmes neuropsychiatriques, ils sont liés au fait que des altérations neurologiques, des altérations de la mémoire, des difficultés de concentration, des polynévrites ou des difficultés à marcher peuvent survenir. Parallèlement à tout cela, il y a les conséquences psychiatriques, qui se présentent généralement avec des épisodes de dépression et d'anxiété », a expliqué à Infobae la médecin infectiologue Isabel Cassetti (MN 55 583).

"COVID ne va pas disparaître définitivement, il va rester avec nous, à un niveau bas, comme c'est le cas actuellement . Pour cette raison, les gens doivent comprendre que certaines précautions doivent encore être prises et que la différence entre les vaccinés et les non vaccinés, en ce qui concerne les complications de santé potentielles et les décès par coronavirus, est énorme. Donc, nous devons promouvoir que les gens se fassent vacciner », a déclaré le spécialiste et directeur d'Helios Salud.

Beaucoup de gens ne signalent pas vraiment qu'ils souffrent d'un trouble mental après avoir eu le COVID

« On voit de plus en plus de séquelles neuropsychiatriques du COVID en cabinet. Ces symptômes peuvent apparaître jusqu'à 12 semaines après l'infection. Ce sont des symptômes prolongés qui surviennent chez jusqu'à 33 % des personnes atteintes de COVID, comme la dépression, l'anxiété, les troubles de stress post-traumatique, les problèmes de sommeil et le brouillard cérébral, qui est la sensation de fatigue ou d'épuisement mental, ce qui rend difficile se concentrer et effectuer les activités de la vie quotidienne. Cela s'aggrave lorsque nous faisons des activités, mais cela ne s'améliore pas nécessairement lorsque nous nous reposons », a expliqué à Infobae le Dr Julián Bustin, chef de la clinique de mémoire et de gérontopsychiatrie Ineco.

L'expert a expliqué qu'il observe que de nombreuses personnes ne disent pas vraiment qu'elles souffrent d'une maladie mentale après avoir eu la COVID. « Ils se disent qu'ils ne peuvent pas y attacher trop d'importance après avoir survécu à la maladie, en cas d'hospitalisation grave. Mais ce qu'ils ne savent pas, c'est que le problème s'aggrave s'il n'est pas traité. Et que les troubles du sommeil, la dépression, l'anxiété, la perte de mémoire ou le brouillard cérébral ont un impact négatif sur la vie quotidienne et peuvent s'aggraver », a déclaré Bustin.

« Les images d'un événement traumatisant comme la pandémie et le confinement pourraient être intégrées de manière chaotique et non structurée dans la mémoire émotionnelle des gens . Ainsi, des pensées répétitives indésirables, des cauchemars et des troubles de la mémoire pourraient apparaître, ou des souvenirs partiels avec une grande intensité émotionnelle pourraient survenir », ajoute le Dr Fernanda Bellusci, consultante honoraire en adolescence, département de pédiatrie de l' hôpital de Clínicas.

infographie

Un virus qui touche tout le monde de la même manière

En plus d'avoir une infection au COVID-19, les experts disent qu'il y a un manque de facteurs de risque spécifiques pour les problèmes neurologiques à long terme. « Nous constatons des problèmes cérébraux chez des personnes auparavant en bonne santé et chez celles qui ont eu des infections bénignes . Peu importe si vous êtes jeune ou vieux, femme ou homme, ou quelle est votre race. Peu importe que vous fumiez ou non, ou que vous ayez d'autres habitudes ou conditions malsaines", a déclaré le Dr Al-Aly, responsable de la nouvelle étude scientifique. Très peu de participants à l'étude ont été vaccinés contre le COVID-19. En effet, les vaccins n'étaient pas encore largement disponibles pendant la période d'étude, qui s'est déroulée de mars 2020 à début janvier 2021. Notamment, les données sont également antérieures à Delta, Omicron et à d'autres variantes de COVID.

La plupart des spécialistes conviennent que le fait que "la nature multi-système du COVID-19 en cours signifie qu'il doit être considéré de manière holistique", même après la sortie. Reconnaître le post COVID, la première étape (consulter à temps, la seconde). " L'utilisation du mot "léger" n'est pas destinée à minimiser l'expérience d'avoir la maladie ", a déclaré le Dr Shira Doron , épidémiologiste hospitalière et médecin spécialiste des maladies infectieuses au Tufts Medical Center de Boston, qui n'a pas participé à l'étude.

Il a également précisé que les personnes atteintes d'une maladie bénigne peuvent développer ce qu'on appelle un "long covid" et souffrir de symptômes même pendant six mois ou plus. Pour Doron, le terme "doux" devrait être reformulé. « Lorsque nous, ou le CDC ou le NIH, disons « doux », nous voulons vraiment dire que vous n'êtes pas assez malade pour aller à l'hôpital. Mais quand vous avez une maladie pseudo-grippale qui vous met au lit, ce n'est pas léger pour vous."

Une évaluation de tous les aspects neuropsychiatriques doit être faite. Plus la consultation est interdisciplinaire, meilleur sera le diagnostic (Getty)

Une publication du BMJ chiffre un phénomène qui commence à être documenté depuis le début de la pandémie : le syndrome post-COVID, aussi appelé COVID long ou COVID prolongé. On estime qu'au moins 10% des personnes atteintes de coronavirus auront des symptômes persistants qui ne disparaîtront pas avant des mois. Extrapolé au fardeau mondial actuel de COVID-19, cela suggère potentiellement plus de cinq millions de personnes présentant des symptômes persistants actuels.

Le Dr Liliana Vázquez , infectiologue (MN 67434), spécialiste en infectiologie périnatale et pédiatrique à Funcei , a déclaré : « Il est vrai que les caractéristiques d'Ómicron ressemblent davantage à un rhume sévère avec moins d'atteinte pulmonaire. Aussi, que les patients sont moins hospitalisés . La grande majorité qui le sont aujourd'hui, c'est parce qu'ils n'ont pas été vaccinés.

Et il a expliqué : « Il me semble qu'il y a une partie de la jeunesse qui ne voit pas les complications que peut avoir le fait de vous infecter ou de ne pas prendre soin de vous, c'est pourquoi ce n'est pas une bonne idée de le faire. Cette maladie n'est pas comme la varicelle, où vous l'attrapez une fois et vous êtes déjà immunisé. Ici, nous savons que les anticorps diminuent avec le temps et qu'une réimmunisation est nécessaire. Le mieux serait que nous continuions tous à prendre soin de nous, en revenant à la normalité mais en avertissant des risques qui existent ».

On estime qu'au moins 10% des personnes atteintes de coronavirus auront des symptômes persistants qui ne disparaîtront pas avant des mois.

Impact spécifique sur le cerveau

L'expert Al-Aly a dirigé une étude précédente publiée dans Nature Medicine où lui et son équipe de professionnels ont examiné la santé du cerveau sur une période d'un an chez des milliers de personnes. Des troubles neurologiques sont survenus chez 7 % de personnes de plus atteintes de la COVID-19 par rapport à celles qui n'avaient pas été infectées par le virus . En extrapolant ce pourcentage sur la base du nombre de cas de COVID-19 aux États-Unis, cela se traduit par environ 6,6 millions de personnes qui ont souffert de déficiences cérébrales associées au virus.

Les problèmes de mémoire , familièrement appelés brouillard cérébral, sont l'un des symptômes cérébraux les plus courants du COVID prolongé. Comparativement à celles des groupes témoins, les personnes qui ont contracté le virus avaient un risque accru de 77 % de développer des problèmes de mémoire.

Les troubles du sommeil, la dépression, l'anxiété, la perte de mémoire ou le brouillard cérébral ont un impact négatif sur la vie quotidienne et peuvent s'aggraver. (Christin Klose/dpa)

« Le brouillard cérébral est un problème similaire au syndrome de fatigue chronique. Vous vous sentez fatigué tout le temps et avez des difficultés à vous concentrer. On le voit même chez de nombreux patients qui n'ont pas suivi de thérapie intensive", a déclaré Bustin, qui précise que la première chose qu'une personne souffrant de ces symptômes devrait avoir est un bon diagnostic : " Une évaluation de tous les aspects neuropsychiatriques doit être faite. Plus la consultation est interdisciplinaire, meilleur sera le diagnostic . Bien qu'il n'existe pas encore de traitements spécifiques pour cette nouvelle maladie, les traitements actuellement utilisés sont l'ergothérapie, la thérapie pharmacologique, la psychothérapie, la stimulation cognitive et la thérapie d'activation comportementale ».

Ajoutant à ce problème, les chercheurs ont noté un risque accru de maladie d'Alzheimer chez les personnes infectées par le virus. Il y avait deux autres cas d'Alzheimer pour 1 000 personnes atteintes de COVID-19 par rapport aux groupes témoins. "Il est peu probable qu'une personne qui a eu le COVID-19 ait la maladie d'Alzheimer à l'improviste. La maladie d'Alzheimer met des années à se manifester. Mais ce que nous soupçonnons, c'est que les personnes qui ont une prédisposition à la maladie d'Alzheimer peuvent être poussées à bout par COVID, ce qui signifie qu'elles sont sur une voie plus rapide pour développer la maladie. C'est rare mais inquiétant", a déclaré Al-Aly.

Un autre signe inquiétant de maladie liée au cerveau était que, par rapport aux personnes non infectées, les personnes atteintes de COVID-19 étaient 80 % plus susceptibles de souffrir d'épilepsie ou de convulsions , 43 % plus susceptibles de développer des problèmes de santé tels que l'anxiété ou la dépression, 35 % plus susceptibles d'avoir des maux de tête légers à sévères, et 42 % plus susceptibles d'avoir des troubles du mouvement. Ce dernier comprend des contractions musculaires involontaires, des tremblements et d'autres symptômes de type Parkinson.

Le brouillard cérébral est un problème similaire au syndrome de fatigue chronique (Gettyimages)

Enfin, l'étude clinique a révélé que les personnes infectées étaient 50 % plus susceptibles de subir un AVC ischémique que les autres. Cela se produit lorsqu'un caillot sanguin ou un autre blocage bloque la capacité d'une artère à fournir du sang et de l'oxygène au cerveau. Les AVC ischémiques représentent la majorité des AVC et peuvent entraîner des troubles de l'élocution, une confusion cognitive, des problèmes de vision, une perte de sensation d'un côté du corps, des lésions cérébrales permanentes, une paralysie et la mort. « Il y a eu plusieurs études menées par d'autres chercheurs qui ont montré, chez des souris et des humains, que le SARS-CoV-2 peut attaquer la muqueuse des vaisseaux sanguins et ensuite déclencher un accident vasculaire cérébral ou une crise », a déclaré Al-Aly. "Cela aide à expliquer comment quelqu'un sans facteurs de risque pourrait soudainement avoir un accident vasculaire cérébral."

Les patients atteints de COVID-19 étaient également 30 % plus susceptibles d'avoir des problèmes oculaires tels qu'une vision floue, une sécheresse et un gonflement de la rétine ; et ils étaient 22% plus susceptibles de développer des anomalies auditives telles que des acouphènes ou des bourdonnements dans les oreilles. « Notre étude s'ajoute à cet ensemble croissant de preuves en fournissant un aperçu complet des conséquences neurologiques du COVID-19 un an après l'infection », a ajouté Al-Aly.

Et il a conclu: «Les effets prolongés du COVID sur le cerveau et d'autres systèmes soulignent la nécessité pour les gouvernements et les systèmes de santé d'élaborer des politiques et des stratégies de prévention et de santé publique pour gérer la pandémie en cours et concevoir des plans pour un monde post-COVID. Compte tenu de l'ampleur colossale de la pandémie, relever ces défis nécessite des stratégies de réponse urgentes et coordonnées, mais, jusqu'à présent, inexistantes, aux niveaux mondial, national et régional.

Infographie : Marcelo Regalado


Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 05:45

Le mystère a-t-il été révélé ? : quelle est la véritable origine de la variante Omicron

Omicron est la variante du coronavirus, qui cause le COVID, qui a réussi à se propager dans le monde entier et à devenir la prédominante tout au long...

Lire l'article

Aujourd'hui, 01:45

Boca Juniors confirme la contagion du covid-19 de Sebastián Villa

Compte tenu de l'augmentation des cas de covid-19 dans le monde fin 2022, un protagoniste colombien et champion de football argentin n'a pas été...

Lire l'article

Aujourd'hui, 01:00

Que sait-on aujourd'hui de la nouvelle sous-variante XBB d'Omicron

Le coronavirus continue d'évoluer et de se propager à travers le monde. La variante prédominante du virus continue d'être Ómicron , mais de...

Lire l'article

Aujourd'hui, 01:00

Boca Juniors a commencé la pré-saison avec trois victimes : Hugo Ibarra et deux joueurs ont un coronavirus

En pleine euphorie de la Coupe du monde Qatar 2022, les équipes argentines entament déjà leur préparation pour la saison prochaine et ce mercredi,...

Lire l'article

07.12.2022, 18:00

Diego Bertie, l'équipe péruvienne et les plus tendances de l'année 2022 dans Google Peru

Ce que les Péruviens recherchaient le plus en termes généraux Près d'un mois après le début de la livraison du Food Bond 2022 , dont plus de...

Lire l'article

07.12.2022, 16:00

Jusqu'à un million de pesos, le coût de l'hospitalisation pour une condition COVID-19 au CDMX

Actuellement, la question des maladies fragilise non seulement l'organisme mais aussi les poches de certaines familles. Et c'est que selon la Commission...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus